Guinée équatoriale : 15 morts et 500 blessés dans des explosions accidentelles dans un camp militaire    Le Maroc, deuxième partenaire commercial africain du Mexique    Indemnité forfaitaire CNSS : Nouvelle vague de bénéficiaires    Voici le nouveau président du FC Barcelone !    DGSN: grosse opération anti-drogue à Laâyoune    Prévisions météorologiques pour le lundi 8 mars 2021    Après les troubles au Sénégal, la contestation appelle à de nouvelles manifestations    Manifestants asiatiques et rêve américain    La Marocaine Nora Fatehi, première arabo-africaine à franchir le cap du milliard de vues sur Youtube    Fatma El Ghalia Charradi, la férue du théâtre et de l' action associative    La jolie passe de trois du Wydad    Maymouna Amidan, une militante associative de Dakhla dévouée aux personnes vulnérables    L' ambassadrice du Royaume au Panama rappelle l' apport considérable de l'Afrique à l' espace francophone    Le Raja Casablanca et le Youssoufia Berrechid se quittent sur un nul (VIDEO)    Tanger Med vu par les espagnols    Salma Azzaoui, une sportive marocaine au défi de la rudesse du soccer américain    Quand le Maroco-Allemand, Mohamed Hajib, condamné pour terrorisme, faisait l'apologie des attentats-suicides    Mohamed Essoulimani expose sa dimension spirituelle de la femme    Sahara : Les Nations unies reconnaissent la difficulté de nommer un envoyé spécial    La promotion des droits sociaux et économiques de la femme au cœur des objectifs majeurs de l'INDH    Irak : le pape prie pour les «victimes de la guerre»    Le Bayern rassure sur la blessure de Jérôme Boateng    Alerte météo : averses orageuses et chutes de neige le 7 mars dans plusieurs provinces marocaines    Recrudescence du variant anglais du Covid : le Maroc referme ses frontières    Exposition: sensualité et audace    «Tisser le temps politique au Maroc»    Merkel et son parti voient leur étoile pâlir    Déclaration du CA avant le 1er avril    Une semaine sous le signe de la stabilité    Alerte météo: fortes averses prévues au Maroc ce dimanche    La femme est appelée à s'affirmer dans les divers registres de la vie sociétale    CNSS : Les crèches privées seront indemnisées    L'or inexploré tchadien dans la ligne de mire du marocain Marita Group    Après Espérance -Zamalek : Bencherki en altercation violente avec le coach !    Maroc-Royaume-Uni : une nouvelle route maritime pour contourner les problèmes frontaliers du post-Brexit    La Biélorussie réclame l'extradition de Svetlana Tsikhanovskaïa    L'étape actuelle exige une implication de tous    Adoption à la majorité d'un projet de loi organique relatif au processus électoral    L'émancipation des femmes passe par casser le «plafond de verre»    CAF / Elections du 12 mars : Ahmed Yahya se retire !    CAN U20 : Le Ghana, champion d'Afrique !    Le Maroc, vice-président du 14e congrès des Nations unies pour la prévention du Crime et la justice pénale    «Sans cesse la langue défait et refait le jeu de son tissage de signes» Lorand Gaspar        Obésité et Covid-19 : le choc fatal entre deux pandémies    Maroc : Les barrages remplis à 50%    SpaceX : Nouvel échec pour la fusée    Le pape célèbre à Bagdad sa première messe publique en Irak    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Développement territorial et résilience : La Banque mondiale appuie la gestion durable du littoral marocain
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 15 - 01 - 2021

«la gestion durable du littoral est l'un des piliers du développement territorial du Maroc. Dans le même temps, il faut impérativement identifier les sources potentielles de création d'emplois et de revenus encore inexploitées, surtout dans le contexte post-Covid».
Etendu sur 1.800 kilomètres, le littoral marocain a depuis toujours constitué une source de richesse pour le pays. Il concentre une grande partie des activités et garantit un revenu pour des milliers de ménages. Pour en assurer la durabilité, le Maroc s'est focalisé depuis quelques années déjà sur des stratégies nationales au profit d'un développement résilient et inclusif qui se sont matérialisées par exemple à travers le Plan national de gestion intégrée du littoral (PNL). Ce plan a pour objectif de concilier protection de l'environnement et activités économiques. C'est dans ce sens que la Banque mondiale a depuis 2019 apporté son soutien avec le gouvernement italien au déploiement de cette stratégie à l'échelle régionale. Cette initiative s'est traduite par une assistance analytique et technique en appui à l'élaboration d'un schéma régional du littoral dans la région Rabat-Salé-Kénitra. «Ce dispositif porte une vision régionale dans le but de promouvoir le développement durable des côtes et couvre un certain nombre d'activités, de secteurs et de modes d'utilisation du territoire (gestion des ressources naturelles, ports, tourisme, urbanisme, pêche...)», explique la Banque mondiale.
Concilier durabilité et progrès économique
Pour Jesko Hentschel, directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Maghreb, «la gestion durable du littoral est l'un des piliers du développement territorial du Maroc. Dans le même temps, il faut impérativement identifier les sources potentielles de création d'emplois et de revenus encore inexploitées, surtout dans le contexte post-Covid, afin d'enrichir les stratégies de promotion d'activités économiques durables le long des côtes». Dans ce sens, sa mise en œuvre est accompagnée par des mesures stratégiques, englobant des investissements, la réhabilitation des côtes ainsi que la protection et l'utilisation durable des ressources. Afin de concevoir le schéma régional et déterminer ses objectifs, la Banque mondiale travaille en se basant sur de vastes consultations avec les différentes parties prenantes de la mise en valeur du littoral (des pêcheurs, des associations professionnelles, des organisations de la société civile, des scientifiques et des agriculteurs) et ce en collaboration avec le gouvernement et les autorités régionales du Maroc. Parallèlement, les documents inhérents à l'utilisation et à l'aménagement du territoire ont été examinés dans l'objectif d'identifier les zones de la région les plus exposées à la pollution et au changement climatique le long du littoral et dans l'arrière-pays proche.
Potentiels
Ayant pris fin en janvier 2020, la phase de diagnostic de ce projet a abouti à plusieurs constats. Il en ressort que la concentration croissante d'habitants le long du littoral (les deux tiers de la population régionale) et les activités connexes qui en découlent menacent l'écosystème côtier et appellent des mesures urgentes pour atténuer l'empreinte de l'homme et renforcer la résilience des côtes, indique la même source. Il s'avère aussi que plusieurs sources potentielles de développement, en particulier dans le tourisme vert, restent inexploitées. «Forte de ces observations et des remontées d'information des différentes parties prenantes, l'équipe de la Banque mondiale a défini une feuille de route jusqu'en 2040 pour atteindre les objectifs de long terme de mise en valeur du littoral régional», relève-t-on.
Investissements prévus
Afin de renforcer les initiatives émises, il est envisagé notamment l'introduction d'un modèle de gouvernance intégrée des côtes, conforme aux stratégies nationales, ainsi que la préservation et la réhabilitation des écosystèmes par des investissements majeurs.
Pour y parvenir, on notera que des mesures complémentaires seront introduites, pour mieux sensibiliser les différents acteurs à la menace environnementale ou pour intégrer des mesures de sauvegarde dans les plans d'urbanisme afin de prévenir la dégradation des côtes, précise la Banque mondiale ajoutant que des investissements initiaux prioritaires sont également prévus pour promouvoir des activités vertes et durables le long du littoral au titre du schéma pour la région Rabat-Salé-Kénitra.
«Ces investissements couvriront un large éventail d'activités, dont l'organisation de la pêche artisanale et la formation des pêcheurs aux meilleures pratiques, la réhabilitation écologique des zones humides côtières, la construction d'usines de traitement des eaux usées dans certaines localités, la stabilisation biologique des dunes ou encore le recyclage et la valorisation des déchets en plastique», souligne la même source.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.