Maroc-Espagne: Vers une réconciliation    Réunion, ce jeudi, du Conseil de Gouvernement: Zoom sur la situation épidémiologique    Ce qu'il faut retenir du «grand oral» de Khalid Aït Taleb devant les députés    PLF-2022: Voici les principaux chiffres de l'intervention de Mme Fettah Alaoui devant le Parlement    Sahara: Le Koweït réaffirme son appui à l'intégrité territoriale du Maroc    Pass vaccinal : Bientôt des éléments de clarification de la part de la CNDP    Casablanca-Settat : les grands élus finalisent le projet de budget 2022    Maroc Telecom: le chiffre d'affaires à fin septembre 2021    Intelaka, IS, emplois…les grandes lignes du Projet de loi de Finances    Le nombre de Marocains qui utilisent Maroc Telecom    OCP Africa s'associe à l'USAID pour renforcer la sécurité alimentaire au Nigeria    Ryad Mezzour souligne la nouvelle feuille de route du secteur aéronautique marocain    Prime à la casse : 32.350 grands taxis et 22.000 petits taxis renouvelés à fin mai 2021    C'est le 12ème du Groupe LabelVie : Un magasin Atacadao ouvre à Kénitra    Retraite : La CIMR et l'AMSF signent une convention de partenariat    L'Egypte lève l'état d'urgence en usage depuis 2017    Soudan: Washington suspend 700 millions de dollars d'aide    En France, la perpétuité requise contre un dangereux terroriste algérien    Coup d'état au Soudan: La communauté internationale condamne    VIDEO. Le Trophée de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) fait escale au Maroc    «Je préfère mourir en mer que de rester en Algérie» : le régime militaire pour sa jeunesse vers le néant    "Trek des Gazelles" : Un voyage entre dunes et océan depuis la Cité de Mogador    Botola Pro D1 / 7ème journée : Trois matches au programme ce mardi    Covid-19 : ce qu'il faut savoir sur la pilule de Merck, traitement prometteur dont l'examen a débuté en Europe    Un nouveau narco-drone neutralisé à Sebta    Une campagne nationale de sensibilisation démarre ce lundi    Inde: Quatre morts et plusieurs blessés dans un incendie à Delhi    Prévisions météorologiques pour ce mardi    Six Soudanais et un Burkinabé interpellés : Mise en échec d'une tentative d'immigration clandestine entre Nador et Melillia    Adoption du pass vaccinal : Le satisfecit du gouvernement    Festival international du film sur l'art : Agadir abrite la 3ème édition du 20 au 22 novembre prochain    La 1ère édition de «Tanja Fraja», les 30 et 31 octobre    Israël annule l'avertissement sur les voyages au Maroc    Prime Covid-19: Khalid Ait Taleb annonce le versement de la deuxième tranche    Sahara marocain. L'Algérie démasquée à nouveau par l'ONU [Par Mehdi Hijaouy]    Début à Ryad des travaux du Sommet de l'Initiative verte du Moyen-Orient avec la participation du Maroc    Une Allemande de l'EI écope de dix ans de prison    Trois clubs marocains au lieu de quatre dans le périple africain    Liga : le Real toujours roi du clasico à Barcelone    36ème championnat arabe : Le Raja d'Agadir bat les Algériens de la JS Saoura (22-20)    «Chatarra» de retour sur les planches    L'Ensemble El Akademia se produira sur la place Hassan II de Dakhla    Tétouan accueille le 14è Forum international de Bande dessinée    ACNOM : Kamal Lahlou récompensé pour l'ensemble de son œuvre au service du sport    Kenya : Une expositions aux couleurs du Maroc    Site officiel de la HACA : L'amazigh y est désormais aussi    Deux événements en Arabie Saoudite dédiés au climat : Le chef du gouvernement représente le Souverain    Riad d'Ibn-Khaldoun à Fès : Une Fake news selon Mehdi Bensaïd    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Maroc réalise des progrès notables, selon l'ONU Femmes
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 28 - 09 - 2021

Représentativité des femmes dans les instances de gouvernance
Bien que les limites juridiques, réglementaires et sociétales aient la peau dure, les efforts vers l'égalité des genres réalisent d'importants progrès sur certains volets. De nombreuses mesures favorables à l'égalité des sexes dans les postes de responsabilité prennent place. Ces efforts sont reconnus par les hautes instances internationales comme ONU Femmes, l'entité des Nations Unies pour l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes qui a félicité récemment le Royaume pour l'adoption d'un quota en faveur d'un équilibre entre les sexes dans les organes de gouvernance.
«En adoptant cet été la loi 19-20 modifiant et complétant la loi 17-95 relative aux sociétés anonymes et la loi n° 5-96 sur la société en nom collectif, la société en nom collectif simple, la société en commandite par actions, la société à responsabilité limitée et la société en Participation, le Maroc fait un progrès important en faveur de l'égalité entre les sexes», souligne l'Organisation. Dans ce sens, en prenant en compte un quota progressif d'équilibre de genre de 30% au bout de 3 ans et 40% à horizon de 6 ans, le Maroc matérialise ses engagements de mise en œuvre des dispositions de la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes (CEDAW) et notamment en ce qui a trait aux mesures affirmatives provisoires, rapporte ONU Femmes.
Augmenter la présence des femmes dans les conseils d'administration
Ledit texte modifiant et complétant la loi 17-95 relative aux sociétés anonymes se focalise sur cinq axes principaux, parmi lesquels le renforcement de l'approche genre et plus particulièrement la question d'une représentativité plus équilibrée des femmes et des hommes dans les organes d'administration et de contrôle.
De même il prévoit que les statuts de l'entreprise devront stipuler l'obligation de tendre vers un équilibre entre les sexes dans la composition des conseils d'administration (article 39) et des conseils de surveillance (article 83), rappelle ONU Femmes.
Partant de là, il est prévu qu'à compter du 1er janvier de la troisième année suivant la publication du texte au Bulletin officiel, «la représentation de chaque genre, au sein du conseil d'administration ou de surveillance, ne peut être inférieure à 30%, dans les sociétés faisant appel public à l'épargne».
Dans le même registre, les comités prévus dans certains articles de cette loi doivent comporter au moins un représentant de chaque sexe à l'issue de la première assemblée générale ordinaire. Pareillement, à partir du 1er janvier de la sixième année suivant l'entrée en vigueur dudit texte, la représentation de chaque genre, au sein des conseils d'administration ou de surveillance, ne peut être inférieure à 40% dans les sociétés faisant appel public à l'épargne à l'issue de la premier assemblée générale ordinaire.
Mettre fin aux discriminations
L'ONU Femmes relève que «ce nouveau texte de loi qui s'inscrit dans les efforts d'harmonisation par le Maroc de son cadre légal aux standards internationaux en ce qui a trait au principe de l'égalité entre les sexes, contribue au renforcement d'une gouvernance sensible aux préoccupations de genre et promeut une plus grande performance des entreprises». Notons que l'ensemble de ces lois ont été publiées au Bulletin officiel n° 7006, le 22 juillet 2021 (la loi n° 19-20 modifiant et complétant la loi n° 17-95 relative aux sociétés anonymes et la loi n° 5-96 sur la société en nom collectif, la société en nom collectif simple, la société en commandite par actions, la société à responsabilité limitée et la société en participation). Il est à signaler que la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes établit «la participation effective des femmes dans les sphères politique, publique et économique ». En effet, la convention dispose que les Etats ne sont pas uniquement tenus de lutter contre les discriminations à l'égard des femmes commises par les institutions étatiques elles-mêmes mais sont également responsables de mettre fin aux discriminations opérées par des acteurs non étatiques, y compris le secteur privé. Cette convention ratifiée par le Maroc en 1993 précise aussi que «l'adoption par les Etats parties de mesures temporaires spéciales visant à accélérer l'instauration d'une égalité de fait entre les hommes et les femmes n'est pas considérée comme un acte de discrimination tel qu'il est défini dans la Convention».
Pour améliorer la place des femmes dans la société, il est à rappeler que le nouveau modèle de développement s'est axé sur des indicateurs clés dans ces recommandations. Sur le volet économique, il a été préconisé de passer d'un taux d'activité des femmes de 22% actuellement à 45%.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.