Covid-19: le sous variant BA.2 nécessite plus de vigilance que d'inquiétude    Maroc/Météo : temps assez froid et faibles pluies par endroits ce dimanche 23 janvier    Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron toujours en tête des intentions de vote au premier tour    Aéroport de Zagora : hausse de 180% du trafic passagers en 2021    Nouvelle-Zélande: la Première ministre reporte son mariage pour cause de Covid    La ville de Casablanca s'associe à la campagne "Informer les femmes, transformer les vies"    Ukraine : Londres accuse Moscou de « chercher à installer un dirigeant prorusse à Kiev »    CAN 2021: le sélectionneur du Ghana licencié    Halilhodzic: « Le tirage aurait pu être pire » (VIDEO)    Éliminatoires Mondial Costa Rica: le Maroc et le Sénégal font match nul    Après le discours de Felipe VI, Albares modère son optimisme quant à la reprise des relations avec le Maroc    Neuf individus dont deux policiers interpellés    Présidentielle: Macron en tête des intentions de vote au premier tour (Sondage)    CAN2021 : Samedi, les Lions de l'Atlas à l'entraînement sans Bounou, Hakimi et Fajr !?    Covid-19 au Maroc : 7 638 nouvelles infections et 31 décès ce samedi    CAN 2021: Les Comores sans gardien de buts face au Cameroun    Sahara marocain: Le SG de l'ONU appelle toutes les parties à reprendre le processus politique    Le bureau du Cercle d'Amitié Maroc-Israël reçu par la présidente de la commune de Casablanca    Maroc- RD Congo aux barrages du Mondial (Qatar-2022)    Maroc/Coronavirus-Bilan 24H: 31 décès et 5.750 guérisons    La Bourse de Casablanca indécise du 17 au 21 janvier    Appel au rapatriement des Marocains de la Syrie après une attaque d'ISIS    Marque Employeur.La SMT certifiée pour la deuxième année consécutive    Strasbourg : Des trophées pour les initiatives les plus distinguées de la société civile franco-marocaine    Assassinat du président haïtien: plusieurs enquêtes mais le flou perdure    L'Espagne intensifie sa présence militaire autour des fermes piscicoles    L'humoriste Hamza Filali a célébré son mariage (VIDÉO)    Mali : l'Union européenne agite le chiffon rouge face à Bamako et Wagner    Réunion d'urgence de la Ligue arabe dimanche au sujet de l'attaque des Houthis contre les Emirats arabes unis    The Voice : Le rappeur maroco-néerlandais Ali B accusé d'agressions sexuelles    Abdelilah Benkirane endeuillé (PHOTO)    OMS :Un tiers de la population mondiale n'a pas accès à une cuisine propre    Pourquoi peut-on contracter la Covid-19 plusieurs fois ? Le point avec un immunologue    Les marocains en tête des bénéficiaires des visas pour la France en 2021    France : le Conseil constitutionnel donne son aval au "passe vaccinal"    Programme foot : les matchs à suivre ce week-end    CAN-2021: La délocalisation de deux matchs à venir démentie par la CAF    Matières premières : une stabilisation des cours prévue en 2022    La maladie n'est pas à priori à l'origine de la disparition des abeilles dans certaines régions (ONSSA)    Ryanair: prête pour rester au Maroc?    Dessalement de l'eau: pourquoi le Maroc peut le faire    Le temps qu'il fera ce samedi 22 janvier 2022    Covid: le Brésil reporte les défilés de ses célébrissimes carnavals à avril    Biden et le Premier ministre du Japon promettent un front uni face à la Chine    Vin Diesel n'oublie pas le Maroc    Younes Megri : « Ce que dit mon neveu ne concerne que sa personne »    5 figures contemporaines du féminisme marocain    Reportage : Lancement du projet de préservation des mosaïques historiques de Volubilis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Éditorial : la bataille de Boutaleb
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 05 - 09 - 2005

Il est vrai que le Maroc n'est pas un gros consommateur des hydrocarbures, mais la montée en flèche de la valeur de l'or noir fait peser une grave menace sur des finances publiques déjà moribondes.
Le ministre MNP de l'Énergie et des Mines se veut rassurant par rapport à la flambée incessante des cours du brut qui met à mal le budget des pays non producteurs du pétrole. Mohamed Boutaleb mise comme solution sur le retour avant la fin de l'année 2005 au système d'indexation suspendu en 2000 pour alléger un peu la pression sur la Caisse de compensation dont le déficit, devenu abyssal, ne cesse de se creuser. En guise de ce mécanisme, le consommateur va payer son carburant à la pompe en fonction des fluctuations des prix à l'international. Or, ce système ne sera efficace que si le pétrole arrête d'ici là sa flambée vertigineuse de telle sorte de ne pas éroder de manière inquiétante le pouvoir d'achat des Marocains, notamment par le jeu des augmentations des autres produits et services. Quel est le prix-alerte du baril qui obligerait le gouvernement d'intervenir pour protéger le citoyen-consommateur ? M. Boutaleb se garde de le dire. Le Maroc a pris conscience de la gravité de la situation. D'où l'instauration de l'horaire continu dans l'Administration. Une mesure de nature à permettre de faire des économies d'énergie à hauteur d'un milliard de Dh par an. Pas négligeable du tout. On aurait pu faire davantage de gains si le pays était doté d'un transport en commun de qualité qui pourrait être utilisé par les automobilistes.
Il est vrai que le Maroc n'est pas un gros consommateur des hydrocarbures, mais la montée en flèche de la valeur de l'or noir fait peser une grave menace sur des finances publiques déjà moribondes.
À l'inverse, les pays producteurs comme l'Algérie et l'Arabie Saoudite voient, à la faveur de cette envolée exceptionnelle, leurs réserves en devises atteindre des records jusqu'à l'insolence. En effet, il y a quelque chose d'insolent dans cette situation, alors que le pétrole est un produit stratégique et de première nécessité . Certains s'enrichissent au détriment des autres. Les pays non-pétroliers seraient mieux inspirés de se constituer en organisation qui a son mot à dire face à la toute-puissance de l'Opep.
En attendant, le Maroc rêve toujours de découvrir le pétrole grâce à une politique d'exploration assez conséquente.
En effet, nombre de compagnies sont actives dans le Royaume aussi bien en on qu'en off shore. Or, la prospection est d'abord une affaire de très gros moyens. À cet effet, le ministre Boutaleb compte se bagarrer pour valoriser la dotation allouée à l'Office national des hydrocarbures et des mines (ONYM) à hauteur de 500 millions de Dh. Cette somme, destinée à donner à l'Office les moyens de ses ambitions, servira selon lui à permettre au Maroc de négocier en position de force avec les sociétés de prospection. Pour cela, M. Boutaleb compte mettre le turbo. Reste à convaincre celui qui tient les cordelettes de la Bourse du pays. Fathallah Oulalalou dira-t-il oui à son collègue? Belle empoignade en perspective.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.