Climat : Des jeunes leaders marocains à l'honneur dans le cadre d'une campagne lancée par l'ONU    Mali: Un militaire français tué dans une attaque contre un camp de l'opération Barkhane à Gao    Essaouira : Le programme complémentaire de réhabilitation de Mogador, objet d'une visite ministérielle    Crise ukrainienne : Evacuation des familles du personnel de l'ambassade US en Ukraine    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 23 Janvier 2022 à 16H00    Images animées : Après 35 ans de gloire, le GIF est ringardisé    Italie: Berlusconi renonce à briguer la présidence    Lancement à Témara d'un projet centré sur le renforcement de la participation politique des femmes    Cameroun: Au moins 16 morts dans un incendie "accidentel" dans une discothèque de Yaoundé    Alger au fond de l'isolement!    La femme marocaine traditionnelle à l'honneur    Omicron : Voici la partie du corps où le variant frappe en premier    Le Maroc, premier pays de destination de l'émigration française en Afrique    Eliminatoires Mondial Costa Rica : Les sélections féminines marocaine et sénégalaise font match nul    Club des Avocats au Maroc : Plainte déposée contre Hafid Derradji    Tayeb Hamdi : Le sous variant BA.2 d'Omicron nécessite plus de vigilance que d'inquiétude    Covid: Record quotidien d'infections en Russie pour le troisième jour consécutif    Le lac Aguelmam Azegza près de Khénifra accueille la 5e édition du «Ice Swim in Morocco»    Invité d'Info Soir, Rachid Benzine dit tout sur son nouveau livre « Voyage au bout de l'enfance » (Vidéo)    Casablanca : Le centre de santé Oum Keltoum-Al Walaa inauguré    CAN2021 - Huitièmes : Burkina-Faso – Gabon (17h), Tunisie- Nigéria (20h)    Températures prévues pour le lundi 24 janvier 2022    Halilhodžić : le match contre la RD Congo, ce sera du 50-50    CAN 2021 : 12 cas positifs au Covid-19 dans la sélection des Comores    Remontada spectaculaire des Rojiblancos face à Valence    BAM: Les indicateurs hebdomadaires en 5 points clés    Un think tank canadien interpelle l'ONU    Covid-19: Pékin dépiste un quartier entier, à deux semaines des JO-2022    Covid-19: le sous variant BA.2 nécessite plus de vigilance que d'inquiétude (expert)    Sahara marocain: le SG de l'ONU réaffirme la centralité du processus politique onusien    Togo. La charte des partis politiques change    Magazine : Saïd Afifi, âme de déconstruction massive    L'Humeur : Quand échoppe trouve carouble à son battant    Open d'Australie: Nadal trop fort pour Mannarino (VIDEO)    Novak Djokovic veut jouer l'Open d'Australie en 2023    Les Etats arabes du Golfe cherchent à « restaurer la confiance » avec le Liban m    Une ONG américaine dénonce l'utilisation des enfants-soldats dans les camps de Tindouf    Législatives à Chypre-Nord sur fond de crise économique    Manger ou se chauffer ? Le choix cornélien de Britanniques face à l'envolée des prix    Maroc/Météo : temps assez froid et faibles pluies par endroits ce dimanche 23 janvier    Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron toujours en tête des intentions de vote au premier tour    Aéroport de Zagora : hausse de 180% du trafic passagers en 2021    La ville de Casablanca s'associe à la campagne "Informer les femmes, transformer les vies"    Sahara. Guterres: « Il est dans l'intérêt de tous de résoudre une fois pour toutes ce différend »    Le bureau du Cercle d'Amitié Maroc-Israël reçu par la présidente de la commune de Casablanca    L'humoriste Hamza Filali a célébré son mariage (VIDÉO)    The Voice : Le rappeur maroco-néerlandais Ali B accusé d'agressions sexuelles    Brésil: les défilés du carnaval de Rio de Janeiro reportés en avril pour cause de pandémie (officiel)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



FVJ : un colloque pour faire le point
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 19 - 07 - 2006

Un colloque pour évaluer l'action de l'Instance équité et réconciliation (IER) et faire le point sur le processus de la justice transitionnelle au Maroc. Cela se passait à Rabat, du 14 au 16 juillet dernier.
Organisé conjointement par le Centre marocain d'études en droits humains et démocratie (CEDHD) et par le Centre international de la justice transitionnelle (ICTJ), ce colloque a bénéficié du soutien de la Fondation Friedrich Ebert et de l'ambassade de Suisse au Maroc.
Le principal point fort de ce colloque, articulé en six séances, est sans doute qu'il s'est tenu dans un climat d'absolue sérénité, exempt de toute polémique politicienne. Habib Belcouch, fondateur du CEDHD, qui dès lundi matin entreprenait de faire la tournée du Parlement, du ministère de la Justice et du Conseil consultatif des droits de l'Homme afin d'assurer le suivi des actes du colloque, notamment en ce qui concerne le calendrier de création des commissions d'application des conclusions du rapport de l'IER, peut légitimement s'estimer satisfait de son initiative : créer un espace d'interaction des différent acteurs, politiques, associatifs, syndicaux et universitaires destiné à débattre et évaluer l'expérience de l'IER et le processus de justice transitionnelle au Maroc.
Sachant que la création, en 1999, d'une instance indépendante d'arbitrage, avait constitué l'annonce de la part de l'Etat d'une nouvelle approche dans le traitement du dossier des violations graves des droits humains lors des différents événements politiques et sociaux couvrant la période 1956-1999. Et que l'indemnisation des victimes par cette même instance avait incité le mouvement des droits de l'homme à œuvrer à l'élaboration de ses revendications relatives à la vérité, à la réparation, à la sauvegarde de la mémoire et à l'obtention des excuses officielles de l'Etat. En rappelant qu'en parallèle, la restructuration et l'élargissement des prérogatives du CCDH avait ouvert la voie à la création de l'IER, imprimant ainsi une dynamique nouvelle au débat public relatif aux violations des droits de l'Homme dans notre pays, atteignant un point culminant avec les auditions publiques de victimes.
Les intervenants à ce colloque ont donc eu le champ libre pour donner leur point de vue. Mohamed Sebbar, en sa qualité de président du Forum Vérité et Justice, a pour sa part estimé que «le bilan de l'IER aurait pu être meilleur si cette instance n'avait pas travaillé de façon isolée, négligeant la participation de tous les acteurs de la société civile et si ses travaux avaient été moins discrets…» Surtout, M. Sebbar persiste à reprocher à l'IER d'avoir manqué d'indépendance, ce qui l'a conduit à passer sous silence certains épisodes majeurs de l'histoire des violations systématiques des droits de l'homme durant la période concernée. En revanche, M. Sebbar rejoint l'unanimité favorable constituée autour des conclusions du rapport de l'instance équité et réconciliation, notamment la mise à niveau du mode de gouvernance des appareils sécuritaires, le renforcement de l'indépendance de la justice et la mise à niveau de la législation et de la politique pénale.
Du côté des organisations syndicales, on relèvera l'intervention de M. Abdelkader Azrii, membre du Bureau exécutif de la CDT, lors de la séance consacrée à «l'approche de l'IER relative aux événements sociaux». M. Azrri, qui estime qu'une telle rencontre est effectivement à même «de faire évoluer le pays et de dépasser les obstacles», souligne que «les droits de l'homme sont indissociables des droits économiques et sociaux et que «le contexte actuel d'aggravation des écarts de niveau de vie dû à la poursuite d'un processus de libéralisme farouche» ainsi que la poursuite d'une «économie de rente» peut de nouveau nous conduire au pire», faisant allusion aux événements de juin 1981 tout en rassurant de sa volonté de «dépasser le syndicalisme classique». Le débat est ouvert, en effet.

La justice transitionnelle
La multiplication des conflits et autres crises internes dans nombre de pays a donné lieu à un nouveau concept dans le lexique des relations internationales : celui de la justice transitionnelle ou droit judiciaire en période de transition démocratique, illustré par les commissions de vérité, dont la première a vu le jour en 1974 alors que d'autres sont en cours de création, à l'instar de celle du Maroc.Au moment où le Maroc œuvre à tourner la page des années dites de plomb, un débat sur la justice transitionnelle paraissait incontournable notamment pour ceux qui n'entendent pas dissocier la réconciliation de la justice.
Qu'il s'agisse du passage de la guerre à la paix ou d'un régime autoritaire à la démocratie, le concept de la justice transitionnelle s'est imposé dans plusieurs pays comme une étape nécessaire pour passer «d'un passé divisé à un avenir partagé», selon la définition du Centre international pour la justice transitionnelle (CIJT) basé à New York.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.