Bourse de Casablanca: Résumé de la séance du 27 septembre    Prix de l'essence et du gasoil. Le "verdict" du Conseil de la concurrence    Industrie: lancement du 4ème lot d'opportunités de la banque de projets    Amical Maroc-Praguay: Le onze de départ de Walid Regragui    Béni Mellal-Khénifra : plusieurs blessés dans un accident d'autocar    Murcie : La sélection du Maroc U20 de football s'impose face au Chili    Tanger-Med: saisie de pièces en or d'une valeur de plus de 500.000 dirhams    Salé : Quand le cinéma se conjugue au féminin    فيروس كورونا : الحالة الوبائية تتميز بانتشار جد ضعيف للفيروس بالمغرب    Abdellatif Hammouchi reçoit le patron de la Sûreté nationale en Mauritanie    Maroc : 9 morts après la consommation d'alcool frelaté, 2 arrestations    Une caravane de l'Association Moltaka B'ladi pour la citoyenneté cible 950 bénéficiaires    Santé : le Groupe AKDITAL met en service sa 12éme infrastructure de santé à Sidi Maarouf    Le Gabon présidera le Conseil de sécurité de l'ONU à partir du 6 octobre    Shakira va être jugée en Espagne pour fraude fiscale    Vidéo / Festival « Symphonyat » : A la rencontre d'artistes de la 2ème édition    Inclusion financière des artisans :convention entre le ministère du Tourisme et Crédit agricole    Maroc-Paraguay: Un match amical sous haute surveillance    «Ormindo», un opéra baroque le 30 septembre à Rabat    Sefrou: Clôture du 20ème Festival national des pommes d'Imouzzar Kandar    Le Maroc lance un appel à l'Algérie pour reprendre le processus des tables rondes    Football pour amputés: «L'équipe nationale en stage de préparation en Turquie»    Nul fou mais en trompe-l'oeil entre Angleterre et Allemagne    Sommet de la Ligue arabe: le ministre algérien de la Justice reçu par Nasser Bourita    Covid-19 : l'épidémie poursuit son déclin au Maroc    Politiques culturelles. Le Maroc participe aux travaux de Mondiacult de l'UNESCO    Voici le temps qu'il fera au Maroc, ce mardi 27 septembre 2022    Ukraine : Quatre régions vont passer à la Russie    M. Akhannouch représente SM le Roi Mohammed VI aux funérailles d'Etat de l'ancien Premier ministre japonais feu Shinzo Abe    Sitel et Majorel abandonnent leur projet de fusion    Bank of Africa dédie un parcours digital exclusif au programme Intelaka    L'Italie a voté – à l'extrême droite, craintes en Europe    Pénuries alimentaires et crise financière aggravée en Tunisie    Le programme complet du Festival Moga, cinq jours de fête et une soixantaine d'artistes    Fakhreddine Rajhi fait l'éloge de Walid Regragui    Abdelfattah El Harraq, une figure du sport à la télé, est décédé    Des publications attribuées à Brahim Saadoun font le buzz, son père réagit    Botola: voici le programme de la 4ème journée    Le torchon brûle entre le comédien Taliss et «un collègue» (PHOTO)    Le 1er Rabie-I 1444 correspond au mercredi 28 septembre 2022, Aid Al Mawlid Annabaoui célébré le dimanche 9 octobre    BMCE Capital lance un fonds pour le financement des startups marocaines innovantes    Zone euro : La BCE prévoit de poursuivre la remontée de ses taux d'intérêt    Le Malawi élimine le trachome, une maladie tropicale qui provoque la cécité (OMS)    Interview avec Nawal Sfendla : « L'Everest est mon rêve ultime »    DGSN: Hammouchi exige de ses hommes plus de réactivité dans le traitement des plaintes    Tunisie: Un nouveau parti politique annonce son boycott des prochaines législatives    Washington cherche à appuyer une réforme improbable du Conseil de sécurité    Le Roi Mohammed VI adresse un message de condoléances à la famille de feue Aïcha Ech-Channa    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



FVJ : un colloque pour faire le point
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 19 - 07 - 2006

Un colloque pour évaluer l'action de l'Instance équité et réconciliation (IER) et faire le point sur le processus de la justice transitionnelle au Maroc. Cela se passait à Rabat, du 14 au 16 juillet dernier.
Organisé conjointement par le Centre marocain d'études en droits humains et démocratie (CEDHD) et par le Centre international de la justice transitionnelle (ICTJ), ce colloque a bénéficié du soutien de la Fondation Friedrich Ebert et de l'ambassade de Suisse au Maroc.
Le principal point fort de ce colloque, articulé en six séances, est sans doute qu'il s'est tenu dans un climat d'absolue sérénité, exempt de toute polémique politicienne. Habib Belcouch, fondateur du CEDHD, qui dès lundi matin entreprenait de faire la tournée du Parlement, du ministère de la Justice et du Conseil consultatif des droits de l'Homme afin d'assurer le suivi des actes du colloque, notamment en ce qui concerne le calendrier de création des commissions d'application des conclusions du rapport de l'IER, peut légitimement s'estimer satisfait de son initiative : créer un espace d'interaction des différent acteurs, politiques, associatifs, syndicaux et universitaires destiné à débattre et évaluer l'expérience de l'IER et le processus de justice transitionnelle au Maroc.
Sachant que la création, en 1999, d'une instance indépendante d'arbitrage, avait constitué l'annonce de la part de l'Etat d'une nouvelle approche dans le traitement du dossier des violations graves des droits humains lors des différents événements politiques et sociaux couvrant la période 1956-1999. Et que l'indemnisation des victimes par cette même instance avait incité le mouvement des droits de l'homme à œuvrer à l'élaboration de ses revendications relatives à la vérité, à la réparation, à la sauvegarde de la mémoire et à l'obtention des excuses officielles de l'Etat. En rappelant qu'en parallèle, la restructuration et l'élargissement des prérogatives du CCDH avait ouvert la voie à la création de l'IER, imprimant ainsi une dynamique nouvelle au débat public relatif aux violations des droits de l'Homme dans notre pays, atteignant un point culminant avec les auditions publiques de victimes.
Les intervenants à ce colloque ont donc eu le champ libre pour donner leur point de vue. Mohamed Sebbar, en sa qualité de président du Forum Vérité et Justice, a pour sa part estimé que «le bilan de l'IER aurait pu être meilleur si cette instance n'avait pas travaillé de façon isolée, négligeant la participation de tous les acteurs de la société civile et si ses travaux avaient été moins discrets…» Surtout, M. Sebbar persiste à reprocher à l'IER d'avoir manqué d'indépendance, ce qui l'a conduit à passer sous silence certains épisodes majeurs de l'histoire des violations systématiques des droits de l'homme durant la période concernée. En revanche, M. Sebbar rejoint l'unanimité favorable constituée autour des conclusions du rapport de l'instance équité et réconciliation, notamment la mise à niveau du mode de gouvernance des appareils sécuritaires, le renforcement de l'indépendance de la justice et la mise à niveau de la législation et de la politique pénale.
Du côté des organisations syndicales, on relèvera l'intervention de M. Abdelkader Azrii, membre du Bureau exécutif de la CDT, lors de la séance consacrée à «l'approche de l'IER relative aux événements sociaux». M. Azrri, qui estime qu'une telle rencontre est effectivement à même «de faire évoluer le pays et de dépasser les obstacles», souligne que «les droits de l'homme sont indissociables des droits économiques et sociaux et que «le contexte actuel d'aggravation des écarts de niveau de vie dû à la poursuite d'un processus de libéralisme farouche» ainsi que la poursuite d'une «économie de rente» peut de nouveau nous conduire au pire», faisant allusion aux événements de juin 1981 tout en rassurant de sa volonté de «dépasser le syndicalisme classique». Le débat est ouvert, en effet.

La justice transitionnelle
La multiplication des conflits et autres crises internes dans nombre de pays a donné lieu à un nouveau concept dans le lexique des relations internationales : celui de la justice transitionnelle ou droit judiciaire en période de transition démocratique, illustré par les commissions de vérité, dont la première a vu le jour en 1974 alors que d'autres sont en cours de création, à l'instar de celle du Maroc.Au moment où le Maroc œuvre à tourner la page des années dites de plomb, un débat sur la justice transitionnelle paraissait incontournable notamment pour ceux qui n'entendent pas dissocier la réconciliation de la justice.
Qu'il s'agisse du passage de la guerre à la paix ou d'un régime autoritaire à la démocratie, le concept de la justice transitionnelle s'est imposé dans plusieurs pays comme une étape nécessaire pour passer «d'un passé divisé à un avenir partagé», selon la définition du Centre international pour la justice transitionnelle (CIJT) basé à New York.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.