Une ONG condamne l'appel du Polisario à commettre des attentats terroristes au Maroc    Moment historique pour Yassine Bounou, gagnant du Trophée Zamora    Une réflexion de la presse italienne sur le nouveau contrat Mbappé    Une délégation marocaine à Prague    Plainte de LaLiga contre le PSG : Javier Tebas contre le renouvellement du contrat Mbappé    Travaux du Busway : Perturbation de la circulation à Casablanca    Guerre en Ukraine : Moscou annonce la destruction d'armes occidentales    USA-Liban : Nouvelle charrette de sanctions US    Sebta et Mellilia : La DGI annonce la fin des activités de contrebande    Marrakech / Systèmes de paiement et e-gov :15ème édition de l'Africa Pay & ID Expo    Casablanca : 16 MDH pour une cure de jouvence de la Trémie Zerktouni- Hassan II    Chine / Covid-19 : Des milliers de Pékinois placés de force en quarantaine    Casablanca : Lancement de la 15ème édition du Festival international Théâtre et Cultures    Marhaba 2022: consulat mobile au profit des ressortissants marocains de Saint-Etienne    Premier league: Manchester city championne d'Angleterre après un scénario fou    Mbappé: « La déception du Real est à la hauteur de mes hésitations »    Opération Marhaba. Les navires, les compagnies, le pavillon marocain, les réservations, la hausse des prix,... tout sur la traversée maritime    Monkeypox: Quel plan de riposte pour le MSPS?    Education. Voici les nouvelles dates des examens scolaires    Agence africaine du médicament. Bataille fratricide entre le Maroc, l'Algérie et la Tunisie    Covid-19 au Maroc : 98 nouvelles infections et aucun décès ce dimanche    Espagne : Démantèlement d'un réseau de trafic de migrants entre Ceuta et Cadix    Football / Match amical Etats Unis-Maroc : Le sélectionneur américain dévoile sa liste de joueurs    UPA: Le président du parlement émirati salue le rôle du Roi Mohammed VI dans le soutien des Maqdissis    Journée de l'Afrique. Lahcen Mahraoui en première ligne à Dublin    Au camp de Boujdour, à Tindouf, un événement «international» devant des chaises vides    COVID-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 22 mai 2022    Situation médicale préoccupante d'un détenu à Fès : l'administration pénitentiaire fait le point    Usage de l'arme en dehors du service par un policier à Béni Mellal : enquête ouverte    Les indicateurs hebdomadaires de BAM en 5 points clés    SM le Roi félicite le club de la renaissance sportive de Berkane    Blé: la menace de pénurie guette les pays importateurs    Moudhaffar Al Nawab, voix du peuple irakien, n'est plus    Tornade à Michigan: deux morts et 23 blessés    Le président du Conseil national des EAU salue le rôle pionnier de SM le Roi dans le soutien des Maqdissis    Migrations: aux portes des Etats-Unis, des drames et des enfers    USA: Joe Biden qualifie les cas de Monkeypox dans le monde de "préoccupants"    Québec réduit les frais de scolarité pour les étudiants étrangers en région    Amélioration de l'école publique : un formulaire pour recueillir les avis des citoyens    Le Maroc participe à la foire internationale de l'agriculture de Novi en Serbie    Canada/Intempéries: Quatre morts et 900.000 foyers privés d'électricité    Interview avec Neila Tazi : « Nous ne quittons pas Essaouira, elle est la capitale de la tagnaouite »    Festival : Jazzablanca, le fond et la forme    Météo au Maroc: les prévisions du dimanche 22 mai    Diaspo #240 : Youssef Anegay, guitariste à Strasbourg indissociable de Lazywall    Le Maroc récolte les fruits d'une riche expérience institutionnelle des Rois de la Dynastie Alaouite    Yasmina Sbihi : «Les figures féminines de la sainteté sont des modèles de leadership» [Interview]    Gnaoua Festival Tour dévoile sa programmation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ahmed Boukous : «L'enseignement de l'amazigh a réalisé des avancées importantes»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 05 - 06 - 2008

L'Ircam vient de lancer un appel à candidature pour l'obtention du Prix de la culture amazighe au titre de l'année 2007. Ahmed Boukous, recteur de l'institution, dévoile sa stratégie pour la revalorisation de l'amazighité.
ALM : Quel objectif avez-vous assigné au Prix de la culture amazighe ?
Ahmed Boukous : L'Ircam a décidé d'organiser le Prix de la culture amazighe en se référant à un article de son règlement intérieur, qui permet et offre cette possibilité. Ainsi trois prix seront décernés dans chacune des catégories de cette manifestation notamment la création littéraire écrite en tifinaghe, pensée et recherche, traduction, éducation et enseignement, information et communication audiovisuelle. Il y a également le prix du manuscrit amazigh et le prix des arts amazighs. Ce dernier comprend les catégories : chanson traditionnelle, chanson moderne et chanson de film. L'objectif de ce prix est de créer les conditions objectives à la promotion de la culture amazighe notamment en aidant financièrement chercheurs, journalistes, artistes et créateurs... Et pour cela l'Ircam a débloqué 2 millions DH.

L'organisation de ce prix fait partie de la stratégie de revalorisation de l'amazighité. Quels sont les autres contours de cette stratégie ?
Nous encourageons par voie contractuelle des scientifiques non affiliés à l'Ircam à effectuer dans des conditions optimales des recherches dans le domaine de l'amazighité pour le compte de l'Ircam, seule institution au Maroc à apporter ce genre d'aide financier. Nous soutenons également les associations culturelles qui travaillent dans le domaine de la culture amazighe. Au titre de l'année 2008, quelque 250 associations ont présenté à l'Ircam leurs projets culturels (colonies de vacances dans des régions enclavées, formations en langue amazighe, festivals, séminaires...). Un budget de 6 millions DH a été alloué à ces opérations.
Le volet culturel est-il le principal champ d'activité de l'Ircam ?
Le Dahir dit expressément que la mission principale de l'Ircam est la sauvegarde et la revalorisation des aspects culturels matériels et immatériels amazighs. À côté de sa mission culturelle, l'Ircam a aussi une mission d'instance consultative auprès de SM le Roi. Nous travaillons aussi en collaboration avec les institutions gouvernementales notamment les ministères de la Culture, de l'Enseignement et de la Communication. Et cela pour que toutes les mesures prises dans ces domaines soient traduites sur le terrain.
L'Ircam fêtera bientôt le 7ème anniversaire du discours Royal d'Ajdir créant et organisant cette institution. Quels sont les objectifs atteints depuis cette date ?
On a réalisé un certain nombre d'objectifs. Sur le plan psychologique, la culture amazighe a été reconnue comme composante essentielle de l'identité nationale. Composante dont il faut être fier et qu'il convient de préserver et de promouvoir. Sur le plan politique, cela vise à consolider l'identité nationale et à assumer la cohésion de celle-ci. On peut noter plusieurs avancées importantes. En cinq ans, le nombre d'écoles où est enseignée la langue amazighe a atteint 10.000 écoles au profit de quelque 300.000 élèves. Au niveau des études supérieures, des filières et masters en amazigh ont été mis en place dans des universités d'Oujda, Fès, Agadir et Tétouan. Cela va permettre de former des cadres supérieurs qui pourront à leur tour participer à la formation d'enseignants aux niveaux secondaire et supérieur ou travailler dans la traduction, les médias, le tourisme ou encore dans des départements économiques et sociaux où il y a des lacunes à combler… Dans ce sens, la langue amazighe devient un atout pour insérer les jeunes dans le monde du travail. Également depuis 2004 on voit de plus en plus de programmes culturels en langue amazighe dans le paysage médiatique marocain. Il y a également des avancées considérables dans la recherche notamment dans le domaine de l'histoire, la sociologie, la pédagogie… Ainsi en l'espace de cinq ans, l'Ircam a contribué à éditer quelque 150 publications.
Quelles sont les difficultés que rencontre votre institution pour atteindre ses objectifs ?
Nous considérons que le bilan de l'Ircam est positif. Nous sommes confrontés à certaines difficultés d'ordre technique. Par exemple pour l'enseignement, le ministère concerné devrait prendre en charge la formation d'enseignant de langue amazighe notamment au niveau des AREF (Académie régionale d'enseignement fondamental). L'enseignement de cette langue n'est pas encore intégré au point de vue juridique au niveau du ministère de l'Enseignement. Ce dernier manque de structure adéquate pour le suivi pédagogique et d'encadrement des enseignants de la langue amazighe existants. Ceux-là sont exclusivement des enseignants d'autres matières qui ont bénéficié de formations continues pour être opérationnels.
L'introduction de l'amazighe dans le paysage audiovisuel rencontre également des difficultés. Le cahier des charges de la SNRT et de la HACA n'a pas été parfaitement respecté. Le lancement de la chaîne amazighe a été également entravé. L'Ircam est pour la protection de la culture et de la langue amazighes au niveau de la Constitution marocaine. Et cette question est en rapport avec la réforme de la Constitution. Mesure politique dont la résolution devrait se faire dans le consensus entre l'Etat, les partis politiques, la société civile et le citoyen.
Mais l'Ircam ne peut pas tout exiger à court terme. Il faut comprendre qu'il y a des contraintes. Ainsi nous nous plaçons dans une vision nationale où l'amazighité s'intègre naturellement, et travaillons pour cela, en parfaite entente avec les institutions publiques et dans un esprit de solidarité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.