Maroc – Espagne : Composition des Lions de l'Atlas face à la Roja    Mondial : le Maroc en quarts de finale, l'aventure se poursuit    Mondial 2022 : Le Maroc élimine l'Espagne et se qualifie en quart de finale    Nasser Bourita s'entretient avec le ministre adjoint des Affaires étrangères australien    Accidents de la circulation: 14 morts et 2.233 blessés en périmètre urbain durant la semaine dernière    Tétouan / Forum de la démocratie participative : Développer la performance des acteurs de la société civile    Casablanca-Settat : Maâzouz reçoit une délégation d'anciens chefs d'Etat, dont des Prix Nobel    Zoo de Rabat : Le projet «Building the Photo Ark» dédié aux espèces en voie d'extinction    Rabat / Cinéma : Clôture de la 15ème édition du Festival Handifilm    Evolution du coronavirus au Maroc. 179 nouveaux cas, 1 269 570 au total, mardi 6 décembre 2022 à 15 heures    "Sir, Sir, Sir"... L'Ambassadeur des USA à Rabat encourage les Lions de l'Atlas    La Russie vendra son pétrole en utilisant de nouveaux instruments    La France se prépare à des coupures de courant    Maroc/Israël. Bond significatif des échanges    Ouganda : Mehdi Bensaid, porteur d'un message royal, reçu par le président Museveni    Belgique : Le CCE veut l'expulsion de Hassan Iquioussen vers la France    Le Maroc «considère sa coopération avec Israël comme moyen de dissuasion» du Polisario    Prières rogatoires dans les synagogues du Royaume pour demander la pluie    La FIFA rend hommage à un football marocain « brillant sur tous les plans »    Qatar 2022 : Face à l'Espagne, le Maroc joue le match de son histoire    Walid Regragui et Achraf Hakimi préparent le choc contre la Roja (VIDEO)    Sports équestres. Oued Ykem remporte la Coupe du trône de saut d'obstacles    Métiers mondiaux : ça cartonne à l'export !    Le parquet rejette la demande de libération de Mohamed Zayan    Le groupe Etat islamique a utilisé des armes chimiques, selon des experts de l'ONU    L'organisation des femmes socialistes dénonce la violence à l'égard des femmes sur les réseaux sociaux    HCP: les femmes consacrent plus du 1/6 de leur journée aux travaux ménagers    Handifilm. Des lycéens marocains raflent les 4 prix de la compétition internationale du court métrage    Les plans d'action régionaux au titre de 2023 en cours d'étude, nécessitent une enveloppe de 8,41 MMDH    Sans cartes ni boussole: Il est urgent de diriger autrement, de Marc De Leyritz    AIE : La crise de l'énergie a créé un «élan inédit» pour les renouvelables    Produits de base: Le gouvernement rassure sur la disponibilité du stock    L'artisanat marocain décolle fort à l'international    Parlement panafricain : L'Afrique unie pour sa jeunesse    Des conflits cachés entre Ouahbi et Mansouri laissent présager une scission au sein du PAM    Economie verte : emplois et compétences    Open Startup : La formation annuelle se déroulera à Casablanca    Casablanca : 5 ans de prison pour avoir détourné une mineure    Le Maroc et la Belgique renouvellent leur volonté de faire avancer la Haute Commission mixte    La Chambre des Conseillers adopte le PLF-2023    Météo: les prévisions du mardi 06 décembre    Stock stratégique des produits de base: l'Exécutif œuvre à la mise en place d'un écosystème national intégré    Casablanca / Théâtre arabe : Neuf pays et 16 représentations en compétition    Marrakech : coup d'envoi de la septième Semaine nationale de l'artisanat    Zouhair Bahaoui en concert le 6 décembre au Qatar    Finale de la ligue nationale d'improvisation théâtrale Nojoum    Vernissage à Fès de l'exposition «L'art comme devoir de mémoire» du plasticien Said Haji    La revue de presse du lundi 5 décembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Asilah : Initiation à l'art de la gravure et de la peinture
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 21 - 08 - 2008

A quatre jours avant la clôture du moussem d'Asilah, une ambiance joyeuse et pleine de couleurs règne dans les ateliers de peinture et de gravure. Des artistes peintres y apportent leurs dernières retouches à leurs œuvres.
Palais de la culture et à quatre jours avant la clôture du moussem d'Asilah, un grand dynamisme gagne ses ateliers d'art. Une ambiance joyeuse et pleine de couleurs règne sur les lieux. Quelques artistes peintres y apportent leurs dernières retouches à leurs œuvres. Ils travaillent, depuis le 3 août, journée d'inauguration de ce moussem, dans ces ateliers. Une partie de leurs œuvres joindra après la clôture de cette manifestation les autres réalisés par de nombreux artistes peintes au cours des éditions précédentes. «J'ai réalisé deux gravures dont le thème est spécifique à cette ville et qui sont intitulés respectivement «Café des pêcheurs de Zrirak» et «Hommage à Asilah», explique l'artiste peintre et graveur marocain Hakim Ghaïlan qui a fréquenté pendant son enfance les ateliers d'enfants. Natif d'Asilah et lauréat de l'école des Beaux-arts de Tétouan, ce dernier a assuré en 1994, 1995 et 1996 l'encadrement des stages de gravure organisés dans le cadre du moussem d'Asilah et destinés aux étudiants des établissements des Beaux arts au Maroc.
La plupart des artistes qui participent à des ateliers de peinture et de gravure ont participé plusieurs fois au festival d'Asilah. Comme c'est le cas pour l'artiste peintre marocaine Malika Agueznay qui prend part à ce moussem depuis son lancement il y a une trentaine d'années. Celle- ci dirige cette année avec l'artiste peintre marocain Khalid El Bekkay l'atelier de gravure. «C'est une belle opportunité qui nous permet de nous rencontrer et d'échanger les expériences artistiques», lance-t-elle.
Originaires du Maroc et de différents pays étrangers, ces artistes se distinguent chacun par son propre style. «Mes nouveaux tableaux reflètent mon style qui demeure influencé par mes recherches sur l'ethnologie et l'archéologie de la Méditerranée particulièrement au Maroc, les régions présahariennes et africaines», révèle l'artiste peintre et graveur El Houssine Mimouni qui participe dans l'atelier de peinture au Palais de la culture. Ce familier du Moussem d'Asilah participe aussi cette année à l'exposition collective réunissant les six artistes marocains résidant à l'étranger et qui dure jusqu'au 31 août au Centre Hassan II des rencontres internationales.
En plus de cette exposition collective, l'artiste peintre marocaine Aziza Alaoui qui vit depuis quelques années au Mexique prend part aussi à l'atelier de peinture au Palais de la culture. Ses oeuvres font découvrir, comme à son accoutumée, un paysage en perpétuelle mouvance qui est une introspection effectuée sur la nature.
Les ateliers de peinture et de gravure sont d'une grande importance, «ils permettent par exemple aux artistes peintres qui n'ont pas fait de gravure de découvrir et d'apprendre les techniques de base de cette discipline», souligne l'artiste peintre Malika Agueznay.
Ces ateliers réunissent, au cours de ce 30ème moussem, plus d'une vingtaine d'artistes peintres originaires de différentes nationalités. Ceux qui y prennent part pour la première fois se disent fascinés par cette expérience. «Surtout que nous travaillons dans un endroit magnifique où nous sentons l'odeur de la mer et entendons les vagues se briser sur la plage», dit le jeune artiste peintre syrien Khalid Essai. Celui- ci qui participe pour la première fois à l'atelier des peintures vient de terminer une belle peinture murale inspirée de la ville d'Asilah et de la calligraphie arabe. La plupart de ces artistes ont quasiment terminé leurs œuvres, l'artiste peintre japonais, Noguchi Akemi en fait partie et dont ses gravures lui ont demandé beaucoup de travail. Cet artiste qui vit en France depuis 1976 fascine par ses gravures inspirées de la vie parisienne.
Outre les ateliers de peinture et de gravure, les fresques murales et les ateliers d'enfants ont été parmi les facteurs qui ont contribué à la réussite du moussen. Beaucoup de jeunes artistes marocains se sont initiés aux premiers éléments de cet art contemporain dans ces ateliers d'enfants. «Chaque année, le moussem organisait une exposition de nos peintures. Nous regardions notre innocente agitation et notre imagination infantile accrochées sur les murs ; notre joie était à son comble, et le regret de voir notre atelier fermer ses portes nous faisait rêver au prochain moussem», se souvient l'artiste peintre zaïlachi, Anas Bouanani qui a fréquenté pendant son enfance ces ateliers d'enfants.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.