Officiel: un pass vaccinal « provisoire » dès la première dose    La RAM reprend ses vols à destination du Canada dès le 29 octobre    Le Maroc autorise les vols exceptionnels vers le Royaume-Uni    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 22 octobre 2021 à 16H00    Sahara Marocain: Alger doit prendre part aux tables rondes, tranche l'ONU    Chambre des représentants : séance plénière le 25 octobre consacrée aux questions orales    Rendez-vous de L'Opinion : A bâtons rompus avec Habboub Cherkaoui (Vidéo)    Botola Pro D1 / WAC-OCS (1-0) : Le Wydad vainqueur en fin du match!    Amical : L'Espagne bat le Maroc en match de préparation à la CAN féminine    Zoom: La guerre du football    Moscou dément tout «refroidissement» dans les relations avec Rabat    Sahara : Le Qatar réitère son soutien à la souveraineté marocaine    Gouvernement régional andalou : « Le Maroc, un partenaire privilégié de l'Espagne »    Vaccination : Les personnes souffrant d'allergies peuvent recevoir un certificat de contre-indication    Selon le rapport "perspectives économiques régionales", du FMI, la reprise post-covid va se renforcer au Maroc    Faut-il continuer à s'endetter ?    Deuxième édition du Global Women Summit à Dakhla    Les députés obligés de présenter le pass vaccinal pour accéder au Parlement dès lundi    Le Maroc agit pour la stabilité politique en Libye    Région. L'investissement au cœur des actions du CRI Marrakech-Safi    Le Maroc d'aujourd'hui n'est pas le Maroc d'hier    Elections 2021: Dépôt des comptes des campagnes électorales dans un délai de 60 jours à compter de la date de l'annonce officielle des résultats    Economie verte : Un nouveau chapitre s'écrit    Tanger-Tétouan-Al Hoceima en quête de nouvelles opportunités d'investissement    Préparatifs de la journée africaine des droits d'auteur : La musique hassanie comme choix du BMDA    Reprise des vols vers le Canada en provenance du Maroc dès le 29 octobre    Trafic international de drogue : Interpellation de 4 individus à Errachidia    Université dans les prisons: La 9ème édition lancée à Salé    INDH : Remise de bus scolaires à Taza    Suite à la suspension des vols avec le Royaume-Uni : L'ONMT déploie sa task force sur le World Travel Market    Nigéria : 30 élèves enlevés libérés    France : Le complotiste Rémy Daillet en garde à vue pour projets de coups d'état et d'attentats    Ivan Rioufol : «Le régime algérien s'est épargné l'introspection, il en vient à voir la France comme un pays conquis»    Etats-Unis- Maroc : Inauguration d'une tour de descente en rappel en faveur des Forces Spéciales de la Marine Royale    [ Interview exclusive ] A bâtons rompus avec le patron du BCIJ    Sommet Afrique-France: Ne surtout pas mourir de honte    Rencontre de la Fondation Brensthurst-Oppenheimer avec «Bayt Dakira» à Essaouira : une symbiose spatio-temporelle    Don Bigg clash cash les rappeurs algériens    Célébration : La symbolique culturelle des fêtes religieuses    Philosophie : Alexandre Koyré, du monde clos à l'univers infini    Foulane Bouhssine lance son titre religieux «Habib Allah»    Saison 2021-2022 de Medi1TV : Une nouvelle programmation qui répond largement aux attentes du grand public    Mondial biennal : la FIFA convoque un sommet le 20 décembre    Succès de l'exposition artistique dédiée à Eugène Delacroix à Rabat    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le «GIGN scolaire» suscite la polémique
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 25 - 05 - 2009

La ministre de l'intérieur Michelle Alliot-Marie vient de désavouer Xavier Darcos en affirmant que ses propositions sur la sécurité dans les établissements scolaires «devront être précisées».
Xavier Darcos, ministre de l'Education nationale et chouchou revendiqué de Nicolas Sarkozy, peut se frotter les mains avec jubilation. Sa proposition de doter les écoles d'une «force mobile d'agents» et d'installer aux portes des établissements scolaires des portiques de sécurité pour la détection des armes, tout de suite qualifiée par l'opposition de «GIGN scolaire», continue de susciter un débat passionné. L'étincelle a été jetée près d'un baril de poudre, la campagne électorale des européennes.
Xavier Darcos n'est pas à sa première proposition originale en la matière. Il avait défrayé la chronique en proposant le retour aux uniformes dans les collèges et les lycées. Ce qui avait déjà poussé l'opposition à dénoncer la discipline militaire appliquée à l'éducation qui l'animait. Sa réforme des lycées a été reportée aux calendes grecques à cause des puissantes oppositions qu'elle a su générer dans le monde de l'éducation. Ironie de l'histoire, non seulement l'opposition est tombée à bras raccourcis sur l'idée d'introduire la police aux collèges et aux lycées, mais au sein même du gouvernement, un énorme couac est en train de prendre corps. La ministre de l'Intérieur, Michelle Alliot-Marie, en charge officiellement de la sécurité vient de désavouer Xavier Darcos en affirmant que ses propositions sur la sécurité dans les établissements scolaires «devront être précisées» tout en prenant soin de préciser qu'elle «ne croit pas à une généralisation des portiques dans les écoles ».
Dans la bouche de Michelle Alliot-Marie, une telle réserve vaut désaveu.
Le couac est d'autant plus visible qu'au sein même de la majorité présidentielle, deux députés du «Nouveau Centre», Philippe Vigier et Nicolas Perruchot, jugent que cette proposition est à «contre-courant». «Le Nouveau Centre» est cette structure politique dans laquelle Nicolas Sarkozy avait investi toute son énergie pour affaiblir le leader naturel du Centre, François Bayrou. Et qu'en pleine campagne électorale des européennes, un allié important de l'UMP, le parti du président se permet de marquer un tel écart, cela fait tache dans la stratégie. L'opposition traditionnelle s'est emparée avec gourmandise de cette affaire. Bruno Julliard, secrétaire national du PS chargé de l'Education fait ce constat d'échec: «Quand un gouvernement en vient à proposer de substituer des policiers aux enseignants, c'est qu'il a échoué sur toute la ligne».
La tonalité générale des critiques accuse Nicolas Sarkozy de remettre l'épouvantail sécuritaire sur la table à la veille d'une importante échéance électorale. La valeur électoraliste d'une telle proposition n'est plus à démontrer pour tous ceux qui voient déjà Xavier Darcos dans un autre poste que l'Education nationale lors du prochain remaniement ministériel. En effet, les pronostiqueurs de ce prochain mercato politique misent sur un départ de Xavier Darcos de ce ministère. L'intéressé a fait savoir qu'il a fait le tour de la question et qu'il souhaite découvrir d'autres horizons comme la Justice, l'Intérieur ou l'Agriculture.
D'ailleurs, pour adresser un autre signal au monde de l'éducation après les blocages qu'avait entraînés la réforme des lycées, Nicolas Sarkozy n'a pas d'autres choix que de confier les destinées de l'éducation nationale à une autre personnalité politique apte à faire les reculs nécessaires sans donner l'impression de battre en rase campagne. Xavier Darcos pourra afficher comme bilan positif d'avoir été un fidèle actif à Nicolas Sarkozy, il fait partie du cercle premier qui entoure et porte l'action du président de la République, mais il peut s'honorer aussi d'avoir involontairement bloqué l'entrée du socialiste Jack Lang dans le casting gouvernemental de François Fillon. Entre Xavier Darcos et Jack Lang, la haine est aussi chronique que tenace. C'est ce qui explique sans doute la violence de la réaction de ce dernier qui estime que Xavier Darcos, «tigre de papier qui cherche à survivre quelques semaines encore», était «grillé» et «avait perdu son autorité» et a comparé ses propositions de «propos en peau de lapin».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.