Abdelaziz Bouteflika enfin convoqué par la justice    Un collectif dénonce l'intensification de la répression par "un régime algérien dans l'impasse"    Le Groupe arabe à l'ONU loue le rôle du Comité Al Qods    Le Maroc réitère son soutien indéfectible aux droits du peuple palestinien    L'avenir du Real Madrid    Indépendance de la justice marocaine : La lettre virulente de Tamek au professeur J. Waterbury    Participation du Maroc à la Conférence mondiale de l'UNESCO sur l'EDD    Londres se défend d'avoir tardé à agir face au variant indien    Jack Lang: Puisse l'exemple Royal entraîner d'autres pays à faire preuve de vraie solidarité    Barça : Xavi pour remplacer Ronald Koeman ?    Mohamed Salah Tamek dénonce l'ingérence de John Waterbury dans des affaires portées devant la justice marocaine    Irlande du Nord : Edwin Poots à la tête du Parti Démocratique Unioniste    Hausse de l'IPC dans les principales villes de la région    Détails de la transformation de FinanceCom en O Capital Group    Le HUSA victorieux, la RSB en chute libre    L'Atlético se rapproche du sacre, le Real garde l'espoir    Le Raja arrache le nul face à Orlando Pirates    Des cérémonies célébrant un évènement majeur    Les souks hebdomadaires en milieu rural ont besoin d'être développés    Abdellatif Hammouchi inaugure le club équestre de la Sûreté Nationale à Kénitra    Jacek Oalczak nommé PDG    Une occasion de se remémorer leurs sacrifices et leur dévouement pour la défense de la sécurité du pays et des citoyens    Le café des Oudayas fait peau neuve !    La culture hispanique vue par la bande dessinée et de l'illustration    L'Art moderne & Contemporain marocain à Paris    Abdellatif Hammouchi inaugure de nouvelles infrastructures sécuritaires    Evolution du coronavirus au Maroc : 79 nouveaux cas, 515.023 au total, lundi 17 mai 2021 à 16 heures    Décès de l'acteur marocain Hammadi Ammor, 90 ans : Un immense artiste s'en va    Assurances: les primes émises en hausse de 3,3% à fin mars (ACAPS)    Célébration du 200ème anniversaire de la Légation américaine de Tanger    Aide humanitaire aux Palestiniens: Le Maroc fidèle à ses engagements    La loi N°56.20 offrira un nouveau cadre juridique à la création de musées, avec un label officiel (FNM)    Visas Schengen: les conditions imposées par l'Espagne    Evénements de Cheikh Jarrah: Le silence complice de la communauté internationale    Abdelfattah El Belamachi: "Le Maroc donne à l'Espagne, à l'Allemagne et à l'UE plus qu'il n'en reçoit"    ONMT : 3 partenariats conclus à Dubaï    RAM: Abdelhamid Addou élu au Conseil des Gouverneurs de l'IATA    Coronavirus : Sanofi lancera fin mai la production de son vaccin    65ème anniversaire de la DGSN : Fière chandelle aux agents de la Sûreté nationale dans ce contexte de la Covid    Zidane, entraineur du Real de Madrid, en colère : « Je ne dirai jamais cela à mes joueurs ! »    Abdou Diop: « Le marché de l'audit évolue pour répondre aux besoins et attentes des clients »    Echange de données bancaires : La loi bloquée au Parlement ?    Un Technopark à Fès pour consolider l'attractivité économique de la région    Défaite de Chelsea en finale de la FA Cup : Pour Tuchel, Ziyech responsable !    Fin du rêve européen pour Selim Amallah et Mehdi Carcela    Gaza: au moins 42 Palestiniens tués dans les raids israéliens, plus lourd bilan quotidien depuis lundi (ministère)    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    Walid Halimi rend hommage au célèbre Tony Allen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La gauche boycotte le débat sur l'identité nationale
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 05 - 11 - 2009

Nicolas Sarkozy est accusé par ses adversaires de se livrer à une pirouette politique pour s'attirer les bonnes grâces des voix de l'extrême droite.
Il y a eu comme un flottement dans l'air qui avait révélé une grande hésitation avant que la question ne soit tranchée : la gauche emmenée par le Parti socialiste ne participera pas au grand débat sur l'identité nationale voulu par Nicolas Sarkozy et mis en musique par son ministre de l'Immigration, Eric Besson. Cette hésitation était le fruit d'une crainte chronique à gauche de voir la droite utiliser un des ses subterfuges classiques et efficaces : enfermer tous ceux qui refusent de débattre de l'identité au rayon de l'antinational, le poison extrême pour le discréditer un ministre et le décrocher de sa base populaire.
Mais le PS a finalement tranché. Il ne participera pas à ce débat sur l'identité nationale. Et c'est la première secrétaire Martine Aubry qui en fournit l'argumentaire : «Vous voyez bien la supercherie, je dirai même ce côté malsain extrêmement dangereux, quand on veut opposer identité nationale et immigration comme si aujourd'hui, (...) le problème de l'identité de la France c'étaient les immigrés».
Le Parti socialiste avait plusieurs raisons de ne pas cautionner une telle démarche. D'abord parce qu'elle est portée dans les médias par un ministre, Eric Besson, un ancien socialiste qui avait trahi sa famille politique pour rejoindre Nicolas Sarkozy. Les responsables socialistes subissent déjà une brusque poussée d'acné de la colère et de l'amertume à chaque rencontre avec Eric Besson sur un plateau de télévision. Alors lui donner la réplique politique dans un débat qui risque de légitimer sa trahison et de conforter sa position paraît au-dessus du supportable. Il s'agit d'un blocage psychologique et épidermique.
L'autre raison politique qui explique cette méfiance socialiste à l'encontre d'un tel débat est que Nicolas Sarkozy est accusé de déterrer un tel sujet pour masquer ses difficultés et tenter de remobiliser son électorat en proie aux grands doutes du mi-mandat. Dans un communiqué, le PS avait tenté de résumer le calvaire que traverse la majorité présidentielle : «La France mérite mieux qu'un discours polémique bricolé à la hâte à des fins électorales. La droite, de plus en plus déchirée, fragilisée par son échec économique et social, instrumentalise un sujet sérieux sur lequel on ne devrait pas chercher à diviser les Français».
Dans ce boycott, la gauche est encouragée dans sa démarche par les convulsions qui secouent la famille Sarkozy sur le sujet. L'absence d'unanimité pour lancer un tel débat au sein de la majorité présidentielle autorise toutes les audaces. Des hommes comme Martin Hirsch, haut commissaires aux Solidarités actives, ou Bernard Kouchner, ancien socialiste devenu ministre des Affaires étrangères, avaient exprimé des réserves marquées à l'encontre de ce débat. Bernard Kouchner s'était même permis le luxe de cette pique : «je me méfie des débats théoriques. Pour moi le débat à mener, c'est le débat des propositions de la France». Dans une tentative de proposer une alternative à ce débat sur l'identité nationale, le député PS de la Seine-Saint-Denis Claude Bartolone a eu cette sortie : «L'identité nationale et la fierté d'être Français ne sont rien d'autres que des slogans. Je préfère donc parler de citoyenneté républicaine (qui) tient en deux piliers: l'école de la République (et ) la laïcité».
Nicolas Sarkozy est accusé par ses adversaires de se livrer à une pirouette politique pour s'attirer les bonnes grâces des voix de l'extrême droite dont les différentes études d'opinion montrent clairement que l'électorat s'est ostensiblement éloigné du camp de la majorité. La situation du président de la République est à ce point critique que le patron du groupe PS à l'Assemblée nationale Jean-Marc Ayrault n'hésite pas à affirmer, preuve à l'appui, que le «mythe d'un Sarkozy invincible en 2012» était tombé et qu'il était «battable».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.