Provinces du Sud : 70% des projets de développement exécutés    Crise libyenne : nouveau round de pourparlers à Tanger    Tennis : Adam Moumar...révélation et sensation    Diego Maradona : « El Pibe de Oro » ne brillera plus    Hausse du crédit bancaire en octobre (BAM)    Supercoupe d'Afrique: Berkane refuse d'affronter Al-Ahly en Egypte    Une personne interpellée à Dakhla : Mise en échec d'une opération d'émigration clandestine de 38 candidats    Semaine de solidarité pour les personnes handicapées du 22 au 26 décembre    Rabat, zone interdite aux Casablancais et vis versa    Youssef Chiheb : Le Maroc a agi selon le droit international qui interdit l' entrave à la circulation de flux commerciaux entre deux Etats souverains    Le roi Mohammed VI a adressé un message au président burkinabé    Maroc/Covid-19: 2.533 nouveaux cas et 57 décès ces dernières 24h    Man Stop Man...    Nouveau coup dur pour le Real    Conseillère du président du NTD, la Marocaine Naoual Atlas se livre à cœur ouvert    Covid-19: le Maroc prolonge l'état d'urgence sanitaire (Source gouvernementale)    Relance économique. CDM se penche sur la santé    Al Moutmir semis-direct : OCP lance la deuxième phase du programme    Listes électorales : L'Intérieur apporte des précisions sur les mises à jour    La CGEM et l'IFC font cause commune    «Restore Africa Soils», un dispositif scientifique dédié au suivi de la cartographie des sols    Rabat : Gal'Rue, une exposition en espace ouvert dans la capitale    Mehdi Qotbi : "Nous continuerons à faire vivre l'art et la culture"    Après inwi, Nadia Fassi-Fehri intègre l'OCP    La série « The Crown » salirait-elle l'image de la couronne britannique ?    Suisse : Le Réseau international des journalistes arabes et africains salue l'action pacifique du Maroc à El Guerguarat    Deux commissaires européens attendus mardi au Maroc    SM le Roi: La Cause palestinienne est la «clé de voûte» de toute solution Juste au Moyen-Orient    Enjeux sanitaires et économiques    Outat Al Haj: décès du camarade Mohamed Idrisi    Cambodge: L'opposition appelée à la barre    Aspirer à la synchronie nationale!    ASHA, 3è à l'Eurovision Junior 2020 à Varsovie    «Le mouvement culturel amazigh est un projet de société basé sur le repensé»    Exposition. « CASARCHIVES », la mémoire historique de Casablanca    Le Sahara marocain se métamorphose    Plus de 15 000 élèves d'Espagne et du Maroc participent à l'Espace Ecole du FCAT    Tottenham reprend la tête, Cavani et Manchester prêts pour Paris    Un Marocain désigné SG de l'Union des avocats arabes    Maradona victime de négligence médicale?    Botola: pour une véritable nouvelle saison    Un démarrage sous le spectre du Covid, la programmation émerge du lot    Sarah Perles et Jaime Lorente, dans la cour des grands    Lydec annonce une baisse de son chiffre d'affaires    Abdelhak Khiame n'est plus à la tête du BCIJ    La province de Taza face à une intense vague de froid    A Montréal, Leila Gouchi présente un concert empreint du charme de l'Andalousie    Sahara marocain : le nombre des consultas s'agrandit [Vidéo]    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rapport alarmant de l'UNICEF : 40% seulement des femmes rurales ont accès à un accouchement assisté
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 09 - 09 - 2010

Selon les statistiques du dernier rapport de l'Unicef d'importants efforts restent à faire pour atteindre les OMD. L'accouchement assuré par une personne qualifiée n'est que de 30% chez le quintile des femmes les plus pauvres contre 95% chez celui des plus riches.
La santé maternelle demeure problématique au Maroc. Des décès maternels peuvent être évités grâce à la présence d'un personnel soignant qualifié lors de l'accouchement, disposant d'équipements et du matériel appropriés. L'accouchement assuré par une personne qualifiée est de seulement 40% en milieu rural contre seulement 80% en milieu urbain.Cet indicateur chute à 30% chez le quintile des femmes les plus pauvres alors qu'il est de 95% chez celui des plus riches. C'est ce qui ressort du dernier rapport de l'Unicef intitulé «Progrès pour les enfants : atteindre les OMD avec équité» publié le mardi 7 septembre 2010 à New York. Cette nouvelle étude montre que la communauté mondiale peut sauver des millions de vies en s'investissant d'abord auprès des enfants et des communautés les plus désavantagées. Cette nouvelle stratégie pourrait éviter des millions de décès de mères et d'enfants d'ici la date butoir de 2015 pour la réalisation des OMD. Concernant l'OMD 1 : réduire l'extrême pauvreté et la faim, l'étude indique que le taux des enfants présentant un faible poids et âgés de moins de 5 ans au Maroc est de 12% en milieu rural contre 6% en milieu urbain. Il est de 15% chez les 20% des ménages les plus pauvres contre 3% chez les 20% les plus riches. Par ailleurs, le rapport souligne que la couverture vaccinale des enfants est de 94% en milieu urbain contre 86% en milieu rural et de 83% chez le quintile le plus pauvre contre 98% pour le quintile le plus riche.Sur le volet éducation, le document révèle que le taux de scolarisation net à l'école primaire est de 91% pour les garçons contre 86% pour les filles. Les chiffres sont alarmants concernant l'enseignement secondaire. Les adolescents continuent à avoir du malà obtenir une éducation au niveau secondaire. Le taux de scolarisation est de seulement 37% pour les garçons et 32% pour les filles. Ces chiffres montrent que le Maroc a encore du retard pour atteindre les OMD à la date butoir. A ce sujet, le Rapport du Maroc sur les OMD explique ce retard entre autres par l'inaccessibilité physique et financière aux soins et la qualité insuffisante des services de santé. La pauvreté, l'analphabétisme et les mauvaises conditions d'hygiène figurent également parmi les principales contraintes qui ont été relevées. Le rapport de l'Unicef donne des preuves de disparités, relatives à une panoplie d'indicateurs, notamment entre les pays en développement et les pays industrialisés, entre les quintiles les plus riches et les plus pauvres, entre les populations rurales et urbaines, et entre les garçons et les filles.Selon ce rapport, les taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans sont, en moyenne, plus de deux fois plus élevés chez les 20 % les plus pauvres des ménages que pour les 20% les plus riches. Et les enfants les plus pauvres courent deux fois plus de risques de souffrir d'insuffisance pondérale. Des disparités de taille persistent entre les populations urbaines et rurales. Environ 84 % des 884 millions de personnes qui n'ont pas accès à des sources améliorées d'eau potable vivent dans des régions rurales.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.