Le bitcoin ne passe pas au Maroc    Vivo Energy Maroc tend la main à Tibu Maroc    GPC inaugure deux unités à Kénitra    Perpétuité pour Ratko Mladic, le « Boucher des Balkans »    Des prières rogatoires seront accomplies vendredi dans l'ensemble des mosquées du Royaume    Qui est David T. Fischer, le nouvel ambassadeur des Etats-Unis au Maroc ?    Ecole française internationale s'installe à Casablanca    «Inspirations Africaines» : Quand le design s'entremêle avec l'artisanat    Zagora : Rachid El Morabity remporte le Grand Trail de la vallée du Drâa    Singapore Airlines choisit Airbus pour le programme de réaménagement de ses A380    Syndicats : le projet de loi toujours sur l'agenda du ministère    Funérailles de feu le Général Abdelhak El Kadiri au cimetière Chouhada à Rabat    Le plaidoyer d'El Othmani lors du Forum économique islamique    ALD Automotive Maroc «Elu Service Client de l'Année 2018»    Cour des comptes/Administration: Les recommandations antisyndicales    Hariri met sa démission en suspens dans l'attente de consultations    Les enfants représenteraient 26,7% de la population en 2030    Conseil de gouvernement : Un ordre du jour chargé    2ème forum des avocats MRE: De nouvelles compétences au-delà des frontières se rassemblent à Agadir    Région de Casablanca-Settat : 1.228 demandes de subventions déposées par les ONG    PLF 2018: Les députés du PPS soulignent l'insuffisance du volet social du PLF 2018    Mondial 2018 : Les supporters marocains devront casquer    Botola Pro : L'IRT se sépare de Badou Zaki    Evénements d'Al Hoceima: renvoi au 28 novembre du procès des mis en cause    Mugabe, la fin !    Le Maroc lance la plus grande usine de dessalement d'eau de mer au monde    Arrestation à Salé de deux individus pour enlèvement, séquestration et demande de rançon    Nezha Bidouane ambassadrice de l'IAAF pour l'Afrique    Afrique du Rire: «franc succès» de la tournée marocaine    Vibrant hommage au recteur de l'IRCAM en ouverture de la Rencontre de M'diq du livre et de l'auteur    METEO: DECOUVREZ LE TEMPS DE CE MERCREDI    BOUSCULADE DE SIDI BOULAALAM: LES DERNIERS DEVELOPPEMENTS DE L'ENQUÊTE    LOSC : Marcelo Bielsa écarte Hamza Mendyl du groupe    L'IAAF confirme la suspension de cinq athlètes marocains    Appel à davantage de solidarité pour l'insertion des migrants    Le Forum Afrique développement à Libreville    Remue-ménage dans le foot italien    Plus de 4 millions de jeunes Américains sans-abri    Insolite : Mur abattu    Le département de tutelle adopte la tolérance zéro contre les actes de violence dans les établissements d'enseignement    Le recruteur de Dortmund passe à Arsenal    Une offre pour l'acquisition de Newcastle    News    Yann-Sin et Ngadi clôturent le Festival Idurar de Tahla    Nouvelle édition du Festival international de la diplomatie culturelle et la poésie humaine à Rabat et Salé    Bouillon de culture    C'est parti pour la saison 4    Une nouvelle adresse à Casablanca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Décryptage : A quoi sert un secrétaire d'Etat ?
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 21 - 09 - 2010

…Un secrétaire d'Etat en sursis, un membre du gouvernement en attente permanente...
Il a enfin fait quelque chose. On attendait cela depuis sa nomination en 2007. On voulait bien savoir à quoi sert un secrétariat d'Etat chargé du Développement territorial et ce qu'il pourrait apporter comme valeur ajoutée au travail de l'équipe gouvernementale. Et comme les prérogatives du poste en soi n'ont pas été définies par un texte juridique clair, on espérait le savoir à travers les activités du titulaire du département. Or, il n'a pratiquement rien fait. En trois ans, il a enregistré à son actif deux interventions publiques et un entretien à la presse. Une simple recherche sur Google permet de s'en apercevoir. Le nom du titulaire du portefeuille, à savoir l'istiqlalien Abdeslam Al Mesbahi n'apparaît que sur la liste des membres du gouvernement ou dans des articles datant de 2007 faisant état de la nomination par SM le Roi des membres du gouvernement Abbas El Fassi. Pour le reste, rien de spécial. On avait fini par l'oublier jusqu'à ce que la MAP le rappelle à nos souvenirs en publiant une dépêche sur une visite effectuée par l'ambassadeur de France au Maroc au siège du secrétariat d'Etat chargé du Développement territorial. Une visite de courtoisie, peut-être. En tout cas, rien de stratégique.
On ne sait donc pas encore à quoi sert d'avoir un secrétariat d'Etat chargé du Développement territorial. Ce n'est pas la faute à M. Al Mesbahi, explique un connaisseur des coulisses du gouvernement. En fait, estime la même source, ce serait la faute à Ahmed Taoufiq Hejira. Le ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de l'Aménagement de l'espace ferait de l'ombre à son secrétaire d'Etat ne lui laissant aucune chance de faire ses preuves. L'omniprésence du ministre de l'Habitat dans les médias, dans les activités officielles et tous les événements liés à son département a fait de M. Al Mesbahi un secrétaire d'Etat en sursis, un membre du gouvernement qui est en attente permanente à ce qu'on le laisse faire quelque chose. Or, la logique de la gouvernance rationnelle, notamment en France où la fonction de secrétaire d'Etat est la plus développée, veut que les secrétaires d'Etat soient de vrais adjoints du ministre de tutelle. Ils l'aident, chacun en ce qui le concerne, tant dans la gestion des dossiers que dans la mise en œuvre des stratégies de développement du secteur qui les concerne. Mais, au Maroc, les secrétaires d'Etat sont astreints à un rôle de joueur de réserve qui passe la saison gouvernementale à espérer que son ministre de tutelle attrape la grippe pour pouvoir le remplacer lors d'une activité officielle et pouvoir enfin faire quelque chose. C'est de la déperdition de compétences. Mais que faire face à la voracité de certains ministres qui veulent tout faire tous seuls ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.