Intégration régionale : lancement des travaux de construction du pont de Rosso entre la Mauritanie et le Sénégal    Le ministre portugais de la Défense reçu à Rabat    Espagne : Le Maroc «n'est pas actuellement une menace pour Sebta et Melillia»    e-gov : Une nouvelle plateforme de services pour la Justice    Effrayée par une future hégémonie marocaine, l'Algérie dit qu'une guerre avec Rabat, «c'est maintenant»    Covid-19 : Nasser Bourita appelle à faire de la crise sanitaire une opportunité pour consolider un multilatéralisme solidaire    La RAM et les compagnies aériennes en mode gestion de crise    Forum sur la coopération sino-africaine: le Maroc engagé avec la Chine pour l'Afrique    Chakib Alj : « Le remboursement des arriérés des crédits TVA annoncé est un signal très positif »    ONCF: 24,8 millions de voyageurs transportés à fin septembre    OCP Group. Un chiffre d'affaires de 57,6 milliards de DH à fin septembre 2021    Production de gaz naturel : Sound Energy signe un accord de 10 ans avec l'ONEE    Casablanca : Réouverture imminente de la Coupole de Zevaco    Le PJD dénonce la normalisation mais ne condamne pas la visite de Gantz au Maroc    Le polémiste d'extrême droite, Eric Zemmour, franchit le Rubicon    Le Maroc a commandé des drones israéliens pour un montant de 22 millions de dollars    Coupe arabe au Qatar / Ammouta : «Notre ambition est d'aller le plus loin dans la compétition et pourquoi pas remporter le titre »    L'Italien Gianluigi Donnarumma vainqueur du trophée Yachine 2021    Tuchel satisfait du rendement de Ziyech    Ralf Rangnick assurera l'intérim à United !    La Coupe du monde des clubs aux Emirats arabes unis !    Compteur coronavirus : 132 nouveaux cas et 1 décès en 24 h    La HACA présente une étude sur le traitement médiatique des violences faites aux femmes    Retour de la neige dans plusieurs régions du Maroc    Conseil de la concurrence: «Nous allons multiplier les autosaisines»    Covid-19 : Omicron révèle la nécessité d'un accord mondial sur les pandémies (OMS)    Maroc/Covid-19 : 1 décès et 132 nouvelles infections recensés en 24H    La FNM remet des documents d'archives du Musée de l'Histoire et des Civilisations de Rabat    Artcurial Maroc organise une vente aux enchères le 30 décembre à Marrakech    «Sahara : l'autre version», une compilation des souvenances de Mohamed Cheikh Biadillah    Le premier prix décerné à Youssef El Youbi    Plaidoyer pour la langue Arabe classique    Rolando en colère contre le Rédacteur en chef de « France Football » : « Je ne gagne contre personne »    Coupe Arabe des Nations / Arbitrage : Ils sont 52 arbitres mais seulement 3 arabes dont le Marocain Redouane Jayed    Maroc : Jusqu'à 25 cm de neige attendus jeudi dans plusieurs provinces    Maroc : Le mariage des mineures est loin d'être «une affaire purement judiciaire»    Retour des supporters dans les stades: Un retard qui fait jaser    Afrique du Sud: Trois mineurs tués dans une coulée de boue    Antony Blinken anticipe une réponse «sérieuse» en cas d'«agression» russe contre l'Ukraine    Accord de coopération sécuritaire Maroc-Israël: Une étape historique    Un grand oral sur fond de contestations populaires    Casablanca : vente de 100 tableaux offerts par de grands peintres au profit de l'INSAF    La Bourse de Paris rechute de 1,43% à l'ouverture, à 6.679,03 points    M. Sekkouri tient une réunion de travail avec la représentante de l'ONU-Femmes Maroc    Un opposant politique du régime turc incarcéré pour «espionnage»    Sultana Khaya, la "pacifiste" à la kalach    «Sous l'ombre des peupliers» de Habiba Touzani Idrissi aux Editions Orion    La Cour suprême américaine saisie sur l'annulation de la condamnation de Bill Cosby    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Décryptage : A quoi sert un secrétaire d'Etat ?
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 21 - 09 - 2010

…Un secrétaire d'Etat en sursis, un membre du gouvernement en attente permanente...
Il a enfin fait quelque chose. On attendait cela depuis sa nomination en 2007. On voulait bien savoir à quoi sert un secrétariat d'Etat chargé du Développement territorial et ce qu'il pourrait apporter comme valeur ajoutée au travail de l'équipe gouvernementale. Et comme les prérogatives du poste en soi n'ont pas été définies par un texte juridique clair, on espérait le savoir à travers les activités du titulaire du département. Or, il n'a pratiquement rien fait. En trois ans, il a enregistré à son actif deux interventions publiques et un entretien à la presse. Une simple recherche sur Google permet de s'en apercevoir. Le nom du titulaire du portefeuille, à savoir l'istiqlalien Abdeslam Al Mesbahi n'apparaît que sur la liste des membres du gouvernement ou dans des articles datant de 2007 faisant état de la nomination par SM le Roi des membres du gouvernement Abbas El Fassi. Pour le reste, rien de spécial. On avait fini par l'oublier jusqu'à ce que la MAP le rappelle à nos souvenirs en publiant une dépêche sur une visite effectuée par l'ambassadeur de France au Maroc au siège du secrétariat d'Etat chargé du Développement territorial. Une visite de courtoisie, peut-être. En tout cas, rien de stratégique.
On ne sait donc pas encore à quoi sert d'avoir un secrétariat d'Etat chargé du Développement territorial. Ce n'est pas la faute à M. Al Mesbahi, explique un connaisseur des coulisses du gouvernement. En fait, estime la même source, ce serait la faute à Ahmed Taoufiq Hejira. Le ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de l'Aménagement de l'espace ferait de l'ombre à son secrétaire d'Etat ne lui laissant aucune chance de faire ses preuves. L'omniprésence du ministre de l'Habitat dans les médias, dans les activités officielles et tous les événements liés à son département a fait de M. Al Mesbahi un secrétaire d'Etat en sursis, un membre du gouvernement qui est en attente permanente à ce qu'on le laisse faire quelque chose. Or, la logique de la gouvernance rationnelle, notamment en France où la fonction de secrétaire d'Etat est la plus développée, veut que les secrétaires d'Etat soient de vrais adjoints du ministre de tutelle. Ils l'aident, chacun en ce qui le concerne, tant dans la gestion des dossiers que dans la mise en œuvre des stratégies de développement du secteur qui les concerne. Mais, au Maroc, les secrétaires d'Etat sont astreints à un rôle de joueur de réserve qui passe la saison gouvernementale à espérer que son ministre de tutelle attrape la grippe pour pouvoir le remplacer lors d'une activité officielle et pouvoir enfin faire quelque chose. C'est de la déperdition de compétences. Mais que faire face à la voracité de certains ministres qui veulent tout faire tous seuls ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.