Un Monde Fou    Coupe Zayed : Le Raja se qualifie pour les quarts de finale    SM le roi Mohammed VI reçoit Antonio Guterres au palais royal de Rabat    La folle équipée du Raja de Casablanca    Un couple marocain meurt dans l'incendie d'un bâtiment en Italie    Hausse du nombre de travailleurs migrants à l'échelle mondiale    Foire régionale des produits du terroir, du 14 au 17 décembre à Taza    L'APRAM célèbre ses 20 ans d'existence    La Cour béninoise de répression des infractions économiques et du terrorisme menacerait-elle l'Etat de droit ?    Carlos Ghosn, l'empereur déchu de l'automobile    L'Iran déterminé à poursuivre ses essais de missiles    Divers    Madrid menace d'assumer le maintien de l'ordre en Catalogne    La commission des accords commerciaux du Parlement européen emboîte le pas à celle des affaires extérieures : Une évidence    Marcelo Gallardo Stratège et idole de River Plate    Valverde : Nous voulons aider Dembélé    Ronaldo : J'aimerais que Messi vienne en Italie    Rkia Derham : L'accord sur la ZLEC, un pas prometteur    Le secret de la longévité des tortues géantes des Galapagos    Rencontres de concertation au sujet des colonies de vacances    Lancement à Kénitra d'un modèle de classes d'enseignement préscolaire    « Ou ana ? », la campagne en faveur des mères célibataires    Insolite : Bague perdue    L'OCP Policy Center devient le "Policy Center For The New South"    Azoulay appelle les Souiris à s'enquérir des intérêts de leur cité    Open Innovation 2018 : BMCI s'engage avec 3 startups à l'issue de son programme    Fès : Convention pour la création d'"une école de deuxième chance" dans l'ancienne médina    Khashoggi désigné "personnalité de l'année" par le Time    Une secousse sismique a été ressentie à Al Hoceima    Migrations: Présentation à Marrakech d'un Manifeste sur les droits des femmes    «Si Dieu nous prête vie» de Intissar Haddiya présenté à Casablanca    Une exposition dédiée à sa «période africaine» : A la rencontre de Mohammed Kacimi au MuCEM de Marseille    Le Festival «Le Morocco Adventure Film» se déroulera à la Villa des arts de Rabat    Cinq grandes professionnelles du cinéma créent la Fondation Tamayouz    Comment l'affaire Hamieddine met le PJD dans la tourmente ?    Afrique. L'intégration des marchés financiers s'impose    Raja-Al Ismaily en 16è de finale retour de la Coupe arabe des clubs champions : Un match sous haute pression    L'ONU aurait besoin de 5 milliards de dollars pour le Yémen    Maladies professionnelles. La stratégie prend forme    Conférence intergouvernementale sur la migration à Marrakech    Bourse. Les transactions en baisse au cours du troisième trimestre    Gilets jaunes, Les mesures prises par Macron    Salé : Arrestation d'un individu impliqué dans un accident de circulation mortel sous l'effet de l'alcool    Le Wyadad et le Hassania en tête    Raja: apaiser la tension du staff technique    Décès à Marrakech de l'icône de la chanson populaire marocaine Hamid Zahir    «Sabah wa Massa» ou l'amour entre vérité et mensonge    Edito : Défenseur de migrants    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le géant d'Erfoud
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 08 - 08 - 2003

L'ambassade d'Allemagne organise, en automne 2003, une exposition de l'un des artistes les plus célèbres dans le monde. Hannsjörg Voth a construit trois œuvres monumentales dans le sud-est du Maroc. Elles sont admirées dans le monde entier, sauf ici.
Au milieu du désert marocain, une ville surgit soudain. Le voyageur pense à un mirage ! Il a beau se rapprocher de la cité, elle ne s'évapore pas. Bien au contraire, elle lui révèle des détails. Ses tours ne vacillent pas. Ses murs ne tremblent pas.
Les creux opérés dans les murs pour l'évacuation de l'eau deviennent nets à mesure que le voyageur se rapproche. Il se frotte les yeux pour faire disparaître l'apparition, mais ne réussit pas. Il s'avance d'un pas décidé, et se retrouve tout près des tours qui le dominent de plusieurs mètres.
Il en appelle au toucher pour se persuader qu'il ne rêve pas ! Ses mains lui communiquent une sensation rugueuse. Il se résout enfin à accepter qu'il est en présence de constructions qui ne sont pas le fruit de son imagination ou d'une insolation.
Il entre dans la ville où il constate que les bâtiments sont conservés dans un état impeccable. Le voyageur se met à courir dans tous les sens, à crier sans que personne ne lui réponde. Il n'y a pas âme qui vive ! Il est sûr alors d'être le premier témoin de la réapparition d'une cité mythique, enfouie dans le désert pendant des siècles. Il court annoncer la bonne nouvelle à Erfoud où il est stupéfait de constater que personne ne s'enthousiasme pour sa découverte. «C'est la ville de l'Allemand Voth», lui répond un maçon.
Cet ouvrier sait de quoi il parle, parce qu'il a pris part à la construction de la « Cité d'Orion ». Son concepteur, Hannsjörg Voth, est l'un des artistes contemporains les plus célèbres dans le monde, et particulièrement dans la forme d'art dite “land art”. Cette expression désigne des interventions, souvent gigantesques, d'artistes contemporains dans des paysages naturels. Les œuvres participant du “land art” ne peuvent ni se commercialiser, ni se transporter vers d'autres endroits. Il existe deux façons seulement d'en prendre connaissance: la diffusion par la photographie ou la visite du lieu pour lequel elles ont été conçues.
Au demeurant, la « Cité d'Orion », réalisée en 2003, n'est pas l'unique œuvre que Voth a réalisée dans le sud-est marocain. Il en existe deux autres. « L'escalier céleste » date de 1987. Haut de 16 mètres, il constitue l'un des ouvrages les plus représentatifs de l'artiste allemand. Cette œuvre exprime l'inclination de l'Allemand pour la chose ancienne. La vision de cet escalier renvoie immédiatement le spectateur à l'Histoire. Pas n'importe quelle histoire, mais celle où les hommes n'étaient pas clairement distingués des dieux, où ils pouvaient toucher dieu, où ils s'érigeaient en dieux. L'escalier céleste est une espèce de pendant de la tour de Babel. On n'y parle pas toutes les langues, mais il permet une ascension. Cette œuvre ne peut s'appréhender indépendamment du soleil. Les escaliers dessinent des scies lorsqu'ils sont éclairés à certains moments de la journée. D'ailleurs, il arrive que des bergers se reposent à l'ombre de l'escalier céleste. La troisième œuvre de Voth s'intitule « la spirale en or ». Il s'agit d'un mur sous forme de spirale qui mesure 60 x 97 mètres. Il s'appréhende en une seule fois seulement par une vue aérienne.
« La spirale en or » ressemble à quelques vestiges des civilisations anciennes friandes des géométries strictes. Elle rappelle les tracées laissées sur des vestiges précolombiens.
« Il est impossible de regarder les œuvres de Hannsjörg Voth sans penser qu'une autre civilisation est passée par là », nous précise l'écrivain et critique d'art espagnol Emmanuel Borja qui vit à Rabat. Il ajoute que la facination de l'architecture sur Voth tient au métier de son père. « Je pense que Hannsjörg Voth est à la fois nourri par la nostalgie de son père qui était architecte, et celle des origines de l'art qui sont consubstantielles à l'acte de bâtir », dit-il. Pour construire ses œuvres près d'Erfoud, Voth fait appel à la main d'œuvre de la région et aux techniques de construction locale. Pas de grue, ni de bulldozers, mais des hommes qui répètent un geste millénaire, consistant à mettre une pierre au-dessus de l'autre pour élever un bâtiment. « La cité d'Orion », « L'escalier céleste » et « la spirale en or » ont été financés, selon Emmanuel Borja, grâce à la vente des esquisses et dessins de l'artiste. Ils sont bien connus des habitants d'Erfoud, mais inconnus de la plupart des Marocains. L'artiste ne tiendrait pas d'ailleurs à ce qu'ils soient repérés par des touristes. Mais est-ce une raison suffisante pour qu'un artiste célébré dans le monde entier, et dont les œuvres construites au Maroc ornent des catalogues lourds de plusieurs kilos, ne suscite pas d'intérêt chez nous ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.