Maroc-Australie : un processus d'exploration de niches économiques enclenché ?    Elections du 8 septembre : Des parlementaires européens saluent les efforts du Maroc en matière de démocratie    Le Parlement Marocain à la tête de la Commission permanente de la paix et de la sécurité internationale de l'UIP    Ryad Mezzour: « Tous les ingrédients sont réunis pour la réussite du modèle congolais »    L'INDE, première étape du road show international "Morocco Now"    Crédit du Maroc: Forte hausse des bénéfices de la banque à fin septembre 2021    Contrôle de vie des bénéficiaires de pension : La CNSS dématérialise les procédures    Fermeture des frontières Maroc-France : Air France prête à renforcer son programme de vol    Doucement mais sûrement, le marché de l'immobilier au Maroc se redresse    Le renseignement, entre efficacité et légitimité : le Maroc, l'un des rares pays qui satisfait à cette union    Le Forum économique de Davos annule une réunion après des menaces de complotistes    Sénégal: Macky Sall veut restaurer le poste de Premier ministre, supprimé en 2019    Maroc-Israël : Les enjeux et non-dits d'un accord historique    Fermeture des comptes bancaires des mosquées : Le CFCM sort de son silence et dénonce l'arbitraire    CAF : La Supercoupe poussée jusqu'à février 2022    Mondial- Barrages africains : Tirage des matches le 26 janvier au Cameroun    Interception de 230 migrants d'Afrique subsaharienne à Laâyoune et Tarfaya    CAN 2021: la CAF met fin aux rumeurs d'une éventuelle délocalisation du tournoi    Le calendrier 2022 de la Diamond League dévoilé :Rabat accueille la 4ème étape    Interdiction d'accès au Maroc à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud    Compteur coronavirus : 154 nouveaux cas et 3 décès en 24H    OFI : « La violence faite aux femmes salit l'image du pays »    Covid-19 : Le nouveau variant, baptisé Omicron, classé préoccupant par l'OMS    Covid-19 : Interdiction d'accès au territoire marocain à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud (officiel)    La DGAPR n'intervient pas dans les concours de recrutement externes (Mise au point)    FIFM: qui sont les lauréats de la 4ème édition des Ateliers de l'Atlas?    Rabat: Remise de prix aux gagnants du concours «Je dessine mon Patrimoine»    "Khartoum Offside": Au Soudan, le football féminin, plus qu'une passion, un combat pour les droits    Israël vend au Maroc le système de missile multi-missions Barak 8    Covid-19 : Le Maroc en tête des pays africains ayant acquis plus 400 millions de doses de vaccin    Tunisie : près de 500 migrants secourus au large par la Marine    L'UE prévoit l'instauration d'un salaire minimum ''équitable''    Maroc/Inde : Appel au renforcement de la coopération en termes d'investissements bilatéraux    Prix Goncourt : une magnifique consécration à la littérature africaine    Le PSG battu mais qualifié, City, Real et Inter en 8es, Benzema buteur    BAD : 120 millions d'euros pour soutenir les entrepreneurs, les TPME et stimuler la relance    Covid-19 : Que sait-on sur le nouveau variant détecté en Afrique du Sud ?    Naufrage de migrants : Les Britanniques écartés de la réunion du 28 novembre    Rejet de 25 candidatures, dont celle de Saïf Al Islam Kadhafi    Protection sociale: le Conseil du gouvernement adopte un décret d'application relatif aux médecins    Le Maroc favori face au Danemark à Marrakech    «Fragments de vie» de Abdelatif Habib en vernissage à Rabat    Le processus de la création et le pouvoir des mots    «Juifs d'Orient, une histoire plurimillénaire»    L'Education requiert des réformes profondes et urgentes (M. Baitas)    Benny Gantz prie pour SM le Roi à la Synagogue « Talmud Torah » à Rabat    Mondial 2022 au Qatar : Les conditions désastreuses des travailleurs migrants    «Comme avant...» : Une exposition de Rero pour rouvrir l'espace d'art Montresso    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Autrement : «Printemps de sang» en Libye
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 01 - 03 - 2011

C'est habités par l'effroi et un grand sentiment d'impuissance que nous suivons fébrilement ce qui se passe ces jours-ci en Libye. Dans ce pays, le «printemps arabe» prend les couleurs d'«un printemps de sang».
Un tyran sanguinaire dont on ne sait s'il est réellement fou, a promis «une boucherie» à tous ceux qui, de plus en plus nombreux parmi les six millions et demi de Libyens, réclament son départ au bout de quarante deux ans de dictature (depuis qu'il a renversé le roi Idriss 1er, de la famille des Senoussi). De fait, le carnage a commencé. Il y a déjà des milliers de morts, et nul ne sait comment tout cela va pouvoir s'arrêter. Issu de la petite tribu des Kadhaf, Mouammar Kadhafi essaye encore, comme il l'a toujours fait, de jouer les tribus contre les tribus. Surtout, il semble toujours pouvoir compter sur les importantes forces de répression sur lesquelles il a construit son régime : gardes et comités «révolutionnaires», police politique, «forces spéciales» et, aussi, milices de mercenaires venus d'Afrique subsahélienne. Un temps «ennemi numéro un» des Etats-Unis qui, à l'époque du président Reagan, tentèrent même de l'assassiner dans un bombardement raté, le «guide» de «l'Etat des masses» (la «Jamahiriya») est redevenu fréquentable ces dernières années pour les pays occidentaux, après avoir habilement renoncé à ses actions terroristes internationales et, surtout, après avoir signé avec ces pays divers accords, soit commerciaux (le pétrole), soit concernant la sécurité et le contrôle des flux migratoires. On peut espérer que, aujourd'hui, les dirigeants américains et européens qui ont voulu croire dans la «conversion» du dictateur libyen, ne doivent pas être très fiers de leurs compromissions. Ces jours-ci, la Libye se révèle profondément morcelée entre ses régions, ses villes et ses tribus. Cela ne doit pas nous étonner. Le pays, dans sa configuration administrative et politique actuelle, est très récent: soixante ans seulement. Avant le vingtième siècle existaient trois pays différents: la Cyrénaïque, la Tripolitaine et le Fezzan. Dans l'Antiquité, une partie de ces régions a été colonisée par les Grecs, puis par les Romains. La Cyrénaïque a appartenu un temps à l'Egypte, et la Tripolitaine à l'Empire byzantin. Du XIII ème au XIX ème siècle, une dynastie d'origine marocaine, les Oulad Mohammed, a régné sur le Fezzan. Du début du XVI ème siècle jusqu'à 1912, ces territoires furent des possessions de l'Empire ottoman. Au début du XIX ème siècle ( entre 1805 et 1815 ), la Régence de Tripoli se retrouva deux fois en guerre avec les Etats-Unis d'Amérique, suite à des désaccords sur l'impôt que devaient payer les Américains pour bénéficier de la protection de leur commerce contre la piraterie! En 1911, sous prétexte de secourir ses citoyens qui vivaient à Tripoli et se sentaient menacés, l'Italie déclara la guerre à l'Empire ottoman. C'est ainsi qu'elle prit possession de ce qui allait devenir, en 1951, la Libye. Mais au cours de la Seconde Guerre mondiale, ce pays perdit ses colonies. Suite aux victoires militaires du général Leclerc, le Fezzan passa, de 1943 à 1951, sous administration française. Qui, en France, s'en souvient encore?

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.