Parlement: Les enjeux du renouvellement des instances    Liberté de la presse: La Tunisie fait mieux que le Maroc!    BAM-Patronat-GPBM: Le temps de l'action!    Maroc Telecom : Léger repli du C.A au 1er trimestre    Réforme fiscale: Les enjeux des 3es Assises de la fiscalité    Attentats au Sri Lanka : Une Marocaine parmi les blessés    Sri Lanka : Le mouvement responsable des attentats identifié    Arrestation des auteurs du braquage d'une banque à Ouarzazate    Algérie : Arrestation du PDG du premier groupe privé et d'autres industriels    Un bel exemple de partenariat entre les deux rives de la Méditerranée    Les efforts de la diplomatie marocaine ont fini par payer    Le GCAM facilite l'accès au financement de la mécanisation    Les leaders de la contestation au Soudan suspendent leurs discussions avec l'armée    Youssef Chiheb : Le Grand Remplacement, nouveau paradigme de l'islamophobie en Europe    Le Maroc réitère son engagement en faveur d'Al Qods    Marathon de Rabat : Deux nouveaux records et une bonne prestation des Marocains    Coupe internationale Mohammed VI de karaté    Un derby de bonne facture    Les consommateurs s'engagent sans prendre connaissance du contrat de vente    Divers    Le vélo électrique serait meilleur pour la santé mentale    Création d'un Centre de créativité pédagogique à la Faculté des sciences de Tétouan    Clôture en beauté du Festival de la culture Aissaoua    "La Malédiction de la dame blanche" en tête du box-office    L'œuvre du cinéaste et poète Abbas Kiarostami au cœur des Journées cinématographiques de Safi    Guichet numérique unique : L'Intérieur annonce la poursuite de la généralisation    Arabie Saoudite. Attaque terroriste dans un commissariat, l'EI revendique    Le street-art au Mövenpick Marrakech    L'Union arabe de taekwondo s'installe à Rabat    Gouvernance sanitaire à Ifrane: L'hôpital sort de ses murs    Le PPS au Kurdistan d'Irak: La diplomatie partisane agissante    France. Ces universités refusent d'appliquer la hausse des frais    Flash hebdomadaire    Dopage : 19 mois de suspension pour Badr Hari    Safaa Hbirkou, la nouvelle égérie de Taous    Jazzablanca en fête dans la ville    Festival de Sijilmassa du malhoun : Hajar Zemmouri remporte un concours de l'Inchad    Le Kenya domine, le Maroc sur le podium    Les clubs de Marrakech et d'Al Hoceima en chute libre    Lixus fait peau neuve pour abriter ses visiteurs…    Un livre marocain remporte le prix du meilleur livre pour enfant à Charjah    Le cauchemar de l'inflation hante à nouveau le Zimbabwe    Plus de 850.000 visiteurs au SIAM 2019    Ghosn de nouveau inculpé au Japon    Enseignement préscolaire. Création de plusieurs unités à Sidi Ifni    Botola Maroc Télécom : Le Raja et le Wydad se quittent sans vainqueur    Mohamed Benabdelkader : Le citoyen est au cœur des préoccupations du service public    Mettre l'information à la disposition des demandeurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mouvement populaire
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 08 - 07 - 2011


Mohamed Ouzzine, la star montante
Secrétaire d'Etat auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération et membre du bureau politique du Mouvement populaire (MP), Mohammed Ouzzine compte à son actif plusieurs activités politiques. Né le 5 janvier 1969, M. Ouzzine a occupé, du 2002 à 2007, le poste de conseiller du ministre de l'Agriculture, du Développement rural et des Pêches maritimes. Professeur de communication et de management en langue anglaise, M. Ouzzine a été l'un des observateurs des élections législatives en Macédoine (2006), coordonnateur du réseau international de la jeunesse libérale (INLY), membre de la commission chargée de l'élaboration de la stratégie électorale du MP et chargé de l'organisation de la jeunesse populaire.
Dermoumi, un défenseur de la jeunesse
A l'âge de 34 ans, Aziz Dermoumi, secrétaire général de la Jeunesse harakie, se fait distinguer au sein de la formation de Mahjoubi Aherdane. Titulaire d'une licence en droit privé et d'un diplôme de troisième cycle en Gestion des affaires publiques, ce jeune natif de Khouribga a été élu en 2009 secrétaire général de l'Union de la jeunesse libérale arabe. Membre du bureau politique du Mouvement populaire depuis 2010, M. Dermoumi participe fortement au débat à propos des questions d'actualité relevant des domaines d'intérêt de la jeunesse marocaine, notamment la participation politique. M. Dermoumi avait adhéré en 2002 à l'Union démocratique et a été désigné membre du comité central du MP après la fusion des trois composantes harakies en 2006.
Hakima Al-Haïti, l'engagement au féminin
Hakima Al-Haïti est l'une des dames qui ont su brillamment représenté le Mouvement populaire. Femme du terrain, Hakima Al-Haïti est l'un des membres actifs du bureau politique du Mouvement populaire. De même, Mme Al Haïti est également vice-présidente de l'Internationale libérale des femmes. Mère de trois enfants, Mme Al Haïti est Docteur génie de l'environnement et gère des entreprises œuvrant dans le même but. Harmoniser la politique et l'environnement n'est pas un obstacle pour Mme Al Haïti. Selon elle, le développement durable est une dimension transversale qui est mise en relief par toutes les tendances politiques mondiales. Ayant intégré la scène politique en 2003, Hakima Al-Haïti évalue positivement ses 7 ans d'exercice. Pour elle, la politique lui a permis d'avoir une vision plus large de la vie courante.
Chagaf, une militante du Sud
Zahra Chagaf est l'exemple de la femme sahraouie politicienne par excellence. Députée parlementaire du mouvement populaire, Zahra Chagaf a été reconduite en septembre 2010 pour la deuxième fois à la tête de l'union féminine de la Haraka. Selon Mme Chagaf, ce nouveau mandat est une responsabilité supplémentaire pour répondre aux revendications féminines dans la sphère sociopolitique. Originaire de Dakhla, Zahra Chagaf a hérité son engouement politique notamment pour le Mouvement populaire de son grand père. Cette idole politique est l'un des quatre fondateurs du Mouvement durant les années 50 dans la région de l'Atlas et les provinces du sud. Eprise par ce monde, Zahra Chagaf ne rate aucune occasion pour inviter les Marocaines d'adhérer au champ politique et d'y laisser leurs touches.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.