Intégration régionale : lancement des travaux de construction du pont de Rosso entre la Mauritanie et le Sénégal    Le ministre portugais de la Défense reçu à Rabat    Espagne : Le Maroc «n'est pas actuellement une menace pour Sebta et Melillia»    e-gov : Une nouvelle plateforme de services pour la Justice    Effrayée par une future hégémonie marocaine, l'Algérie dit qu'une guerre avec Rabat, «c'est maintenant»    Covid-19 : Nasser Bourita appelle à faire de la crise sanitaire une opportunité pour consolider un multilatéralisme solidaire    La RAM et les compagnies aériennes en mode gestion de crise    Forum sur la coopération sino-africaine: le Maroc engagé avec la Chine pour l'Afrique    Chakib Alj : « Le remboursement des arriérés des crédits TVA annoncé est un signal très positif »    ONCF: 24,8 millions de voyageurs transportés à fin septembre    OCP Group. Un chiffre d'affaires de 57,6 milliards de DH à fin septembre 2021    Production de gaz naturel : Sound Energy signe un accord de 10 ans avec l'ONEE    Casablanca : Réouverture imminente de la Coupole de Zevaco    Le PJD dénonce la normalisation mais ne condamne pas la visite de Gantz au Maroc    Le polémiste d'extrême droite, Eric Zemmour, franchit le Rubicon    Le Maroc a commandé des drones israéliens pour un montant de 22 millions de dollars    Coupe arabe au Qatar / Ammouta : «Notre ambition est d'aller le plus loin dans la compétition et pourquoi pas remporter le titre »    L'Italien Gianluigi Donnarumma vainqueur du trophée Yachine 2021    Tuchel satisfait du rendement de Ziyech    Ralf Rangnick assurera l'intérim à United !    La Coupe du monde des clubs aux Emirats arabes unis !    Compteur coronavirus : 132 nouveaux cas et 1 décès en 24 h    La HACA présente une étude sur le traitement médiatique des violences faites aux femmes    Retour de la neige dans plusieurs régions du Maroc    Conseil de la concurrence: «Nous allons multiplier les autosaisines»    Covid-19 : Omicron révèle la nécessité d'un accord mondial sur les pandémies (OMS)    Maroc/Covid-19 : 1 décès et 132 nouvelles infections recensés en 24H    La FNM remet des documents d'archives du Musée de l'Histoire et des Civilisations de Rabat    Artcurial Maroc organise une vente aux enchères le 30 décembre à Marrakech    «Sahara : l'autre version», une compilation des souvenances de Mohamed Cheikh Biadillah    Le premier prix décerné à Youssef El Youbi    Plaidoyer pour la langue Arabe classique    Rolando en colère contre le Rédacteur en chef de « France Football » : « Je ne gagne contre personne »    Coupe Arabe des Nations / Arbitrage : Ils sont 52 arbitres mais seulement 3 arabes dont le Marocain Redouane Jayed    Maroc : Jusqu'à 25 cm de neige attendus jeudi dans plusieurs provinces    Maroc : Le mariage des mineures est loin d'être «une affaire purement judiciaire»    Retour des supporters dans les stades: Un retard qui fait jaser    Afrique du Sud: Trois mineurs tués dans une coulée de boue    Antony Blinken anticipe une réponse «sérieuse» en cas d'«agression» russe contre l'Ukraine    Accord de coopération sécuritaire Maroc-Israël: Une étape historique    Un grand oral sur fond de contestations populaires    Casablanca : vente de 100 tableaux offerts par de grands peintres au profit de l'INSAF    La Bourse de Paris rechute de 1,43% à l'ouverture, à 6.679,03 points    M. Sekkouri tient une réunion de travail avec la représentante de l'ONU-Femmes Maroc    Un opposant politique du régime turc incarcéré pour «espionnage»    Sultana Khaya, la "pacifiste" à la kalach    «Sous l'ombre des peupliers» de Habiba Touzani Idrissi aux Editions Orion    La Cour suprême américaine saisie sur l'annulation de la condamnation de Bill Cosby    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mouna Hachim, cette voix qui nous tient
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 06 - 02 - 2004

Au premier essai, l'écrivain Mouna Hachim marque un grand coup. Son roman, “Les enfants de la Chaouia“, est très attachant. Il y est question de la vie d'une famille à Casablanca. La voix pure et sincère du narrateur fait avaler d'une seule traite les 244 pages du roman.
Il se lit. L'appréhension des premières lignes est vite surmontée par un livre attachant. Une histoire sans littérature, mais qui capte l'intérêt du lecteur. Le récit le tient en haleine, qu'il fasse partie de la communauté dont se réclame le narrateur ou non. D'emblée, les pages défilent les unes après les autres, sans que l'esprit du lecteur ne se surprenne à papillonner. Le principal attrait du livre de Mouna Hachim, c'est qu'il est attachant. La voix du narrateur empoigne le lecteur. De quoi s'agit-il dans le premier roman de Mouna Hachim ? L'auteur s'en explique dans l'avant-propos : “Moi, Mina, fille de cette plaine, libre et sans obstacles, je m'apprête à vous raconter des fragments de destin, banals et singuliers, de quelques enfants de la Chaouia“. Le lecteur pense d'abord que la Mina s'est urbanisée et a fait subir une évolution à son prénom : Mouna qui sent moins le foin et la terre. Ce lecteur pense qu'il est invité à entrer dans un récit autobiographique. Il renonce vite à cette impression, puisque le principal personnage féminin du bouquin s'appelle Hiba.
De la Chaouia, il en est en revanche beaucoup question dans ce roman. D'abord par le truchement d'une langue qui réserve une grande part à l'oralité. Une langue qui avance, parfois, à coups de traductions instantanées du marocain au français. Quand on demandait à la mère de Hiba le nombre de ses enfants, elle répondait : “Cinq filles dans l'œil de ton ennemi“. Les cinq filles en question feront l'objet de mille et une misères, après la mort de leur père. Leurs oncles et tantes, en plus d'improbables parents qui affichent des liens consanguins, voudront tous avoir leur part de l'héritage. Ils lorgnent tout particulièrement une villa, située au quartier d'Anfa. Des ruses sont déployées par la mère pour sauver le mobilier de la villa. Des descriptions tragicomiques, relatives à l'extrême abattement des oncles quand ils constatent l'évaporation des meubles, dispensent bien du plaisir à la lecture. D'ailleurs, le roman est organisé comme un chassé-croisé entre le temps du récit et l'introspection dans la vie du personnage de Hiba. Le récit synchronique est relatif aux tracasseries qui ont succédé à la mort du père. Le récit diachronique concerne en revanche la seule Hiba. Il y est question de ses batailles ardues pour convaincre son père de l'envoyer poursuivre ses études en France. En vain ! La mort dans l'âme, elle s'inscrit à la fac des lettres de Casa pour y étudier la littérature française : “si elle ne pouvait aller à Paris, c'était toute la France qui viendrait chez elle, et ses poètes, ses romanciers et ses penseurs“. Le récit des aventures de ce personnage à la fac et au lycée est drôle. Mouna Hachim possède de l'humour qu'elle peut élever jusqu'aux rivages du comique.
Autre mérite du roman : il est réaliste. Le lecteur marocain y reconnaîtra des scènes de sa vie quotidienne, rarement exploitées dans des livres. Les étudiants qui usent les souliers de leurs copines, en arpentant avec elles les cafés de la ville, y retrouveront des tranches de leur vie. Ceux qui ne savent pas déployer des talents de savoir-vivre, en ayant des expressions toutes faites pour répondre au quart de tour aux locutions convenues jetées lors des fêtes et des funérailles, feront leur l'embarras de Hiba.
En plus, la galerie des personnages du livre comprend un autre caractère : Brahim le cousin de Hiba. Désillusionné, il représente de nombreux jeunes qui rêvent de changer de vie, en quittant le pays. La toile de fond devant laquelle évoluent les différents personnages a pour nom Casablanca. Le narrateur aime cette ville, et cela se sent. Il l'aime avec ses particularités paysannes, sa générosité, sa grandeur qui renvoie à leur étroitesse les régionalismes étriqués.
Le livre de Mouna Hachim est sans prétention littéraire. Ceux qui y chercheront des procédés formels avant-gardistes ne les trouveront pas. Les amoureux de l'intertextualité et des références à la grande littérature seront également déçus. La manière importe peu dans ce récit où l'émotion est tout. Ceux qui cherchent en revanche une voix pure, sincère ne peuvent rester insensibles aux mots des “enfants de la Chaouia“.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.