Alger au pied du mur    2020, année de la promotion de la culture de la concurrence    CSMD : Vers un projet de modèle structurel axé sur la justice sociale    Projet de loi de finances rectificative : le « choc fiscal »    Liga: le Real Madrid se rapproche du sacre    Serie A: l'Inter Milan se positionne derrière la Juventus    Premier League: Manchester United cale face à Southampton    Ouverture partielle des frontières : la croix et la bannière pour les MRE    L'émergence du cinéma digital    US Round Up du mardi 14 juillet – Déficit budgétaire, Angelina Jolie, Tyler Goodspeed, Ecoles, US coronavirus    Covid-19: comment la France a célébré le 14 juillet    Amnesty. Première gifle de Tel Aviv    Le SG du PPS reçoit les dirigeants des Jeunesses des partis politiques représentés au parlement    Le Conseil de la Concurrence rend public son rapport annuel de 2019 [Document]    Enseignement supérieur : Examens exceptionnels au profit des étudiants bloqués à l'étranger    Du sang neuf à SG Maroc    Covid-19: Khalid Ait Taleb tire la sonnette d'alarme    Wachma chante « Tay Tay » avec Madara    Vague de chaleur à partir de mercredi au Maroc: les villes concernées (Alerte météo)    Présidentielles Polonaises: Réélection d'Andrzej Duda    Cyclisme : Les coureurs retrouveront bientôt le peloton    Nouvelle rencontre réussie du président de l'ANME avec le ministre Othmane El Ferdaous    Remaniement ministériel en Tunisie    Air Arabia Maroc lance son programme de vols spéciaux    Covid 19 : 111 nouveaux cas et 469 nouvelles guérisons ce mardi à 10h    Madame Erdogan et son sac à 50.000 dollars    Le roi Mohammed VI a écrit à Emmanuel Macron    Coronavirus : 111 nouveaux cas, 16.047 cas au total, mardi 14 juillet à 10h    Tanger en état d'alerte    Foot. Le Real se rapproche du titre    Pêche au poulpe à Dakhla : Le quota global est fixé à 15.000 tonnes    Impact Covid-19 – Tourisme : Le plan de relance en Conseil de gouvernement    Jim Ratcliffe, le milliardaire britannique qui veut s'offrir l'usine Daimler de Moselle    Premières élections régionales en Espagne depuis la pandémie    Une première médicale à Dakhla    Spike Lee appelle à déboulonner les statues à l'effigie des "héros" des Etats esclavagistes    Feddal débarque au Sporting Lisbonne    Devant du public, la rentrée tonitruante des "Quatre fantastiques" du PSG    Premier League : Leicester surpris, Arsenal doublé    Reprise économique et préservation de l'emploi, deux priorités pressantes du PLFR    La reprise de la demande intérieure pourrait faire rebondir l'économie marocaine en 20214    Pourquoi Christopher Nolan ne veut pas de chaise sur ses tournages ?    Le CCM dévoile les projets de films admis à l'avance sur recettes    Le Bureau politique regrette que la majorité n'ait pas été associée à la préparation de la loi de Finances rectificative    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Abdeladim Chennaoui    Mauvaises langues    Essaouira reprend son souffle    Un artiste charismatique s'en va    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





ZLECA : process du made-in-Africa dans la zone de libre-échange continentale
Publié dans Barlamane le 11 - 07 - 2019

Dimanche 7 juillet, lors du sommet de l'Union africaine au Niger, la Zone de libre-échange continentale africaine (Zleca), projet ambitieux du continent, a finalement été lancée.
Aspirant à devenir à terme le plus grand marché commun du monde, la Zone de libre-échange continentale africaine (Zleca) a été signée par 54 des 55 pays de l'Union africaine, soit tous les pays sauf l'Erythrée.
Les dirigeants africains ont une année pour concrétiser cette union économique singulière dès le 1erjuillet 2020. L'objectif principal de la ZLECA est d'organiser le libre-échange à l'échelle du continent africain pour au moins 90 % des produits.
Selon Pierre Jacquemot, chercheur à l'Institut de Relations internationales et stratégiques (IRIS) et ex-ambassadeur français au Kenya, au Ghana et en RD Congo, l'innovation majeure de la ZLECA «réside dans la levée des droits de douane, qui va concerner une zone continentale immense».
En Afrique de nombreux pays connaissent une croissance économique fulgurante ces dernières années. Beaucoup sont passés de statut de simples importateurs à exportateurs en produisant du «made in Africa». Productions encouragées par les politiques gouvernementales des dirigeants africains qui ont compris l'importance de la production et la consommation locale.
À Niamey, les chefs d'Etat du continent ont adopté 5 instruments du traité. Ils portent sur les «règles d'origine», les «listes de concessions tarifaires dans le commerce des biens», le «mécanisme en ligne de surveillance et d'élimination des barrières non-tarifaires continentales», la «plateforme panafricaine de paiements et de règlements numériques (Papss)» et l'«Observatoire africain du commerce».
Un «conseil des ministres» sera mis en place par l'UA pour le bon fonctionnement de la Zleca. Il sera composé des ministres africains du Commerce, chargés d'assurer la mise en œuvre de l'accord. Au moins deux réunions par an seront tenues par les membres de ce conseil au Ghana, qui sera aussi le siège du secrétariat général de la Zleca.
Pour ce qui est du financement, les négociations sur l'investissement, la concurrence et la propriété intellectuelle auront cours jusqu'en décembre 2020. L'UA sera chargé elle-même de trouver les fonds de financement pour l'accord. Accra a annoncé qu'il allait décaisser une première tranche de 10 millions de dollars pour financer le secrétariat général.
Il faut aussi noter que le calendrier de l'accord sera très flexible. Certains Etats se sont montrés réticents à éliminer tout de suite les droits de douane sur les produits représentant 90 % de ses lignes tarifaires. D'autres demandent qu' «un fonds de compensation pour la perte des revenus douaniers soit mis en place».
Avant d'intégrer l'accord, le Nigéria avait posé le problème de « clause d'origine » pour certifier que les produits échangés sont bel et bien africains afin d'éviter que le marché ne soit rempli de produits extérieurs. La règle tournera probablement autour d'un minimum de 50 % du produit issu de fabrication africaine.
Le Nigeria et l'Afrique du Sud, soit les deux plus grandes économies africaines parvenues à se construire une base industrielle, ne voudraient pas être menacés par des importations venant de pays voisins, mais dont le contenu est d'origine asiatique, brésilienne, turque ou européenne.
La question du passeport unique africain et du projet de marché unique aérien n'ont pas connu d'avancées significatives. En effet, seul le Rwanda a ratifié le traité instituant la communauté économique africaine sur la libre circulation des personnes, le droit de résidence et le droit d'établissement.
L'UA mettra également des dispositions en place pour résoudre les litiges entre pays africains, le problème d'insécurité et d'infrastructures entre autres, pour le bon fonctionnement du plus grand marché communautaire au monde.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.