La démocratie locale…reportée    Un fidèle en amitié et en militantisme    Tourisme: Ebranlés par la crise, les professionnels dans l'expectative    Mendyl, direction Bordeaux?    Moto GP: le Grand Prix du Japon annulé    Ronaldo: «Messi est bien sûr le numéro 1»!    Le grand défi!    L'Amérique et ses démons    Turquie-Grèce: Bruits de bottes à la frontière…    Fès-Meknès : amphithéâtres et salles couvertes pour les épreuves du baccalauréat    Assurance: le groupe Holmarcom opère la fusion de ses deux filiales    L'insécurité juridique extrinsèque au droit du travail    La crise sanitaire; une opportunité ?    L'illustration du nombrelisme européen: allons nous vers l'explosion?    Coronavirus : le ministère de la Santé lance l'application «Wiqaytna »    Maroc Telecom lance sa solution de paiement mobile    Coronavirus : 12 nouveaux cas, 7.819 au total, lundi 1 juin à 10h    Trump met fin au partenariat des Etats-Unis avec l'OMS    Modeste grandeur    Tanger: La plaque commémorative de la Rue Abderrahmane El Youssoufi saccagée    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Taïa: «Le Covid-19 a créé une misère plus mortelle que le virus»    Le plan de relance proposé par la CGEM, un référentiel extrêmement riche    La Hongrie tord le cou à la propagande du Polisario    La Cour d'appel de Marrakech en ordre de bataille contre le coronavirus    Le Yémen réitère son soutien à notre intégrité territoriale    Marie-Hélène El Youssoufi adresse un message de condoléances au Souverain    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    Le Maroc dans le peloton des pays relativement peu touchés par le Covid-19    Khalid Ait Taleb: L'efficacité de la chloroquine dans le traitement du Covid-19 peut être prouvée    Saad Dine El Otmani exclut tout recours à une politique d'austérité    Avis de tempête sur l'avenir professionnel des jeunes    Le Groupe Renault annonce la suspension du projet d'augmentation de ses capacités au Maroc    Ursula von der Leyen dit "Shukran" au Maroc    Epidémies... Ces romanciers qui ont tout vu !    L'acteur égyptien Hassan Hosni s'est éteint à l'âge de 89 ans    Le gouvernement à l'écoute des syndicats    Pillages et échauffourées aux Etats-Unis malgré des couvre-feux    Hong Kong: Le Parlement chinois adopte sa «loi sur la sécurité»…    Hicham Sabir, une étoile montante de l'écriture…    Message de condoléances de SM le Roi à la veuve du grand militant, feu Abderrahmane El-Youssoufi    La coupe du Trône, un cadeau d'adieu avant l'heure    Danielle Skalli tire sa révérence    À quoi sert la littérature en période de confinement?    Affaire Radès : L'appel du Wydad examiné aujourd'hui par le TAS    La Premier League dans la dernière ligne droite vers une reprise    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un second sommet pour booster l'intégration africaine
Publié dans Albayane le 10 - 07 - 2019


Otmane Elmibrak et Mohamed Bouzakri (MAP)
Dans les annales de l'Union africaine (UA), il y aura certainement un avant et un après Niamey. La capitale nigérienne vient d'abriter deux Sommets décisifs pour l'aboutissement du processus laborieux d'intégration que le continent s'emploie, autant que faire se peut, à boucler.
Dimanche, un Sommet extraordinaire des chefs d'Etat et de gouvernement s'est tenu à l'effet de lancer la phase opérationnelle de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA), projet phare de l'Agenda 2063 de l'UA.
Bien que partielle car plusieurs autres instruments restent à activer, l'opérationnalisation de la ZLECA marque un pas de géant pour un continent qui caresse le rêve d'un marché unique depuis la création de l'Organisation de l'Unité africaine, en 1963.
Et le rêve est tout à fait légitime. En effet, avec cette zone de libre-échange, l'Afrique deviendra le plus grand bloc économique au monde en termes de nombre des pays membres, avec un giga-marché continental de plus de 1,2 milliards de personnes et un produit intérieur brut (PIB) cumulé de plus de 3.400 milliards de dollars USD, selon l'UA.
En vertu de l'accord l'instituant, les pays signataires de la ZLECA s'engagent particulièrement à supprimer les droits sur 90 % des biens et à éliminer les nombreux obstacles au niveau de 84.000 kilomètres de frontières africaines.
Avec la mise en œuvre totale de l'Accord sur cette zone de libre-échange, le commerce intra africain devrait s'accroître annuellement de 52,3%.
Les instruments de la ZLECA lancés ont trait aux « règles d'origine », au « portail en ligne pour les offres tarifaires », à la « notification, au suivi et à l'élimination de barrières non tarifaires », au « système panafricain de paiement et de règlement numérique » et, enfin, à « l'Observatoire du commerce africain ».
Le clou de la cérémonie d'ouverture du Sommet extraordinaire de l'UA: le Nigéria, poids lourd du continent, et la Bénin, deux des pays qui n'avaient pas encore adhéré à la ZLECA, ont signé l'accord instituant ce bloc commercial et douanier.
Après ces deux signatures, qui ont suscité un tonnerre d'applaudissement dans l'auditorium archi-comble du Palais des congrès de Niamey, seule l'Erythrée n'a pas encore adhéré à la ZLECA.
A noter que la capitale ghanéenne, Accra, a été désignée par les leaders africains pour abriter le siège du secrétariat permanent de la ZLECA.
Le lendemain du Sommet fondateur de Niamey, un autre Sommet dit « de coordination » a réuni, toujours dans la capitale nigérienne, les hauts responsables de l'Union africaine et les représentants des huit communautés économiques régionales que compte l'Afrique.
A l'image du Sommet extraordinaire, ce conclave a lui aussi marqué, comme souligné par le Président du Niger, Isoufou Mahamadou, champion de l'UA pour la ZLECA, l'amorce d'un processus désormais institué de concertation et de coordination entre l'UA et les groupements économiques régionaux.
Ce sommet de coordination, le premier de son genre, devrait asseoir les fondements d'une synergie novatrice à même de faciliter les divers processus et initiatives engagés afin de promouvoir le développement économique et social des pays africains et transformer qualitativement le continent.
Les réunions semestrielles de coordination réaffirment le rôle des communautés économiques régionales dans l'avancement global du processus d'intégration du continent. Elles constituent les piliers sur lesquels le continent doit pouvoir construire l'Afrique de l'agenda 2063, a relevé le chef de l'Etat nigérien, notant qu'il s'agit aussi de plateformes d'harmonisation des politiques entre les Etats membres au niveau régional et continental.
Lors de ce Sommet, le président de la Commission de l'Union africaine, Moussa Faki Mahamat, a dressé un état des lieux de l'intégration économique au niveau régional.
Topo détaillé à l'appui, Faki Mahamat a fait état d'un bilan mi-figue mi-raison. Les huit CER reconnues par l'UA doivent, en effet, faire face à des défis de taille en termes de financement et de ressources humaines, de chevauchement des adhésions, de mise en œuvre « médiocre » de programmes et de projets d'intégration régionales clés.
La Commission de l'UA a aussi pointé du doigt le manque d'alignement institutionnel, soulignant que les conflits persistants, l'insécurité et les goulots d'étranglement des infrastructures restent des obstacles majeurs à une intégration plus poussée.
C'est dire, somme toute, qu'à la faveur des deux Sommets de Niamey, l'intégration africaine a incontestablement franchi un nouveau palier et pas n'importe lequel car la ZLECA, de par sa vocation foncièrement intégrationniste et ses retombées salutaires, vise à asseoir un cadre pérenne qui permettra au continent d'acter son émancipation économique et d'entrevoir son avenir en toute sérénité et confiance.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.