Abdelaziz Bouteflika enfin convoqué par la justice    Un collectif dénonce l'intensification de la répression par "un régime algérien dans l'impasse"    Le Groupe arabe à l'ONU loue le rôle du Comité Al Qods    Le Maroc réitère son soutien indéfectible aux droits du peuple palestinien    L'avenir du Real Madrid    Indépendance de la justice marocaine : La lettre virulente de Tamek au professeur J. Waterbury    Participation du Maroc à la Conférence mondiale de l'UNESCO sur l'EDD    Londres se défend d'avoir tardé à agir face au variant indien    Jack Lang: Puisse l'exemple Royal entraîner d'autres pays à faire preuve de vraie solidarité    Barça : Xavi pour remplacer Ronald Koeman ?    Mohamed Salah Tamek dénonce l'ingérence de John Waterbury dans des affaires portées devant la justice marocaine    Irlande du Nord : Edwin Poots à la tête du Parti Démocratique Unioniste    Hausse de l'IPC dans les principales villes de la région    Détails de la transformation de FinanceCom en O Capital Group    Le HUSA victorieux, la RSB en chute libre    L'Atlético se rapproche du sacre, le Real garde l'espoir    Le Raja arrache le nul face à Orlando Pirates    Des cérémonies célébrant un évènement majeur    Les souks hebdomadaires en milieu rural ont besoin d'être développés    Abdellatif Hammouchi inaugure le club équestre de la Sûreté Nationale à Kénitra    Jacek Oalczak nommé PDG    Une occasion de se remémorer leurs sacrifices et leur dévouement pour la défense de la sécurité du pays et des citoyens    Le café des Oudayas fait peau neuve !    La culture hispanique vue par la bande dessinée et de l'illustration    L'Art moderne & Contemporain marocain à Paris    Abdellatif Hammouchi inaugure de nouvelles infrastructures sécuritaires    Evolution du coronavirus au Maroc : 79 nouveaux cas, 515.023 au total, lundi 17 mai 2021 à 16 heures    Décès de l'acteur marocain Hammadi Ammor, 90 ans : Un immense artiste s'en va    Assurances: les primes émises en hausse de 3,3% à fin mars (ACAPS)    Célébration du 200ème anniversaire de la Légation américaine de Tanger    Aide humanitaire aux Palestiniens: Le Maroc fidèle à ses engagements    La loi N°56.20 offrira un nouveau cadre juridique à la création de musées, avec un label officiel (FNM)    Visas Schengen: les conditions imposées par l'Espagne    Evénements de Cheikh Jarrah: Le silence complice de la communauté internationale    Abdelfattah El Belamachi: "Le Maroc donne à l'Espagne, à l'Allemagne et à l'UE plus qu'il n'en reçoit"    ONMT : 3 partenariats conclus à Dubaï    RAM: Abdelhamid Addou élu au Conseil des Gouverneurs de l'IATA    Coronavirus : Sanofi lancera fin mai la production de son vaccin    65ème anniversaire de la DGSN : Fière chandelle aux agents de la Sûreté nationale dans ce contexte de la Covid    Zidane, entraineur du Real de Madrid, en colère : « Je ne dirai jamais cela à mes joueurs ! »    Abdou Diop: « Le marché de l'audit évolue pour répondre aux besoins et attentes des clients »    Echange de données bancaires : La loi bloquée au Parlement ?    Un Technopark à Fès pour consolider l'attractivité économique de la région    Défaite de Chelsea en finale de la FA Cup : Pour Tuchel, Ziyech responsable !    Fin du rêve européen pour Selim Amallah et Mehdi Carcela    Gaza: au moins 42 Palestiniens tués dans les raids israéliens, plus lourd bilan quotidien depuis lundi (ministère)    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    Walid Halimi rend hommage au célèbre Tony Allen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Et si l'Algérie avait bloqué la désignation de Ramtane Lamamra comme émissaire onusien en Libye ?
Publié dans Barlamane le 12 - 04 - 2020

L'Algérien Ramtane Lamamra, qui fut pressenti comme prochain émissaire de l'ONU en Libye, a été écarté. Ce diplomate, ministre des affaires étrangères de l'Algérie de 2013 à 2017 et médiateur dans plusieurs conflits africains aurait-il été victime d'un mauvais coup du régime de Tebboune ?
L'ancien ministre algérien des affaires étrangères Ramtane Lamamra, jusqu'alors pressenti pour remplacer l'émissaire de l'ONU en Libye, Ghassan Salamé, selon de sources diplomatiques européennes et africaines, a été écarté des petits papiers de l'instance internationale. M. Lamamra, 67 ans, diplomate chevronné ayant guidé l'action internationale de son pays entre 2013 à 2017, aurait été victime d'un complot orchestré par les services algériens et égyptiens, affirme le site Maghreb Intelligence.
Plusieurs fois ambassadeur, il a été médiateur dans plusieurs conflits africains, notamment au Liberia, sous la férule de l'ONU et de l'Union africaine (UA). Selon les sources du site, une réunion urgence ayant eu lieu dans le palais présidentiel algérien a discuté de la candidature de Lamamra à ce poste stratégique. Le constat définitif était qu'une telle désignation pourrait jeter de l'ombre sur le vainqueur mal élu de la présidentielle contestée du 12 décembre 2019 en Algérie, Abdelmadjid Tebboune, considéré comme illégitime et inféodé à l'armée par le puissant mouvement de contestation. «Lamamra comme chef de la mission de l'ONU en Libye, c'est un poste qui captera tous les projecteurs internationaux. Et cette situation n'arrange pas du tout l'agenda de Tebboune dont la Libye lui sert de tremplin pour gagner une légitimité internationale et tisser des alliances avec les puissances étrangères. Ce qui lui permettra de renforcer sa position très fragile en Algérie où il est rejeté par une grande partie de la population et une autre partie de l'institution militaire» note Maghreb Intelligence.
Pendant près de trois ans, Ghassan Salamé a tenté sans succès de convaincre les belligérants libyens d'unifier les institutions de l'Etat et d'annoncer des élections afin de mettre un terme aux divisions dans le pays. Depuis 2015, deux autorités rivales se disputent le pouvoir dans le pays : le Gouvernement d'union nationale (GNA), reconnu par l'ONU et établi à Tripoli, et l'autorité incarnée par le maréchal Khalifa Haftar dans l'est du pays.
L'Algérie, qui partage près de 1.000 kilomètres de frontière avec la Libye, est très active pour tenter de peser sur un conflit qui menace la stabilité régionale. Le président Abdelmadjid Tebboune a ainsi proposé en janvier d'accueillir des «discussions» entre toutes les parties libyennes en vue de favoriser des négociations visant à sortir la Libye de la crise.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.