Le classement général de la Botola (mise à jour)    Champions League: le Real s'effondre face à City, Lyon sort la Juve (VIDEOS)    Covid-19 : le Maroc retiré de la liste des pays sûrs    BTP : après la perfusion des crédits Oxygène et Relance, la tentation de la « Procédure de sauvegarde »    Education Nationale : 2.587 inspecteurs affectés au titre de 2020    Covid-19: 1018 nouveaux cas confirmés au Maroc ce vendredi    Etat d'urgence sanitaire: ce que dit le projet de loi adopté ce vendredi    Tourisme national : un secteur d'avenir    Prime exceptionnelle pour les professionnels de santé: C'est pour bientôt !    Nouveau modèle du développement : La population carcérale participe au processus de réflexion    Une mosquée incendiée dans le sud-ouest de la France (VIDEO)    La MAP lance la version arabe de son magazine mensuel «BAB»    Hit Radio : «Momo Morning Show» reprendra en septembre    Liban : une instabilité explosive    Accord de sponsoring : Le Raja et OLA Energy renforcent leur partenariat    Ligue des champions : Huit chocs pour quatre billets pour Lisbonne    Le président Ouattara a reçu un message du roi Mohammed VI    Pacte pour la relance économique et l'emploi : Près d'une vingtaine d'engagements pris par le Patronat    Bisazza ouvre sa première vitrine virtuelle au Maroc    Greenvillage.ma : Une plateforme ultra moderne pour le Bio voit le jour    Change: les devises étrangères contre le dirham marocain    Macron à Beyrouth : la colère des Libanais contre leurs dirigeants (vidéos)    HCP: le sous-emploi en hausse au Maroc    Explosion de Beyrouth : L'aide humanitaire marocaine remise    La terre a tremblé en Algérie    Trump interdit TikTok et WeChat et la Chine crie à la « répression politique »    Le philosophe Bernard Stiegler n'es plus (vidéo)    La fondation Mohammed V entame l'envoi d'aides alimentaires au Liban    Casablanca : un dangereux malfrat retrouvé à Ain Harrouda    Le bilan s'alourdit au Liban    Foot féminin: Le contrat d'objectifs signé    Tour de Pologne : L'état de Jakobsen stabilisé, coureur placé dans le coma    Saaid Amzazi : Le concours commun d'accès aux Facultés de médecine vise à assurer l'égalité des chances    Quelle carrure économique pour le football national ?    Le Raja continue sa pression sur le WAC    Une édition virtuelle : Festival International Maroc des Contes    Guéri du Covid, Placido Domingo nie de nouveau tout harcèlement    Le CCM prolonge les délais pour le dépôt des demandes de soutien    La convention contre les pires formes de travail des enfants enfin ratifiée    Le président de la Chambre des représentants reçoit l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rabat    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen au sujet du détournement de l'aide humanitaire par le Polisario et l'Algérie    Liban: Envoi d'une aide médicale et humanitaire d'urgence sur hautes instructions Royales    US Round Up du jeudi 6 août – Eric M. Garcetti, Kodak, Jerry Falwell Jr., Alyssa Milano, Mississippi    Soutien aux projets cinémato-graphiques : Le CCM prolonge les délais pour le dépôt des demandes    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen    Hit Radio: Momo Morning Show reprendra en septembre    Le CNDH présente son mémorandum sur le nouveau modèle de développement    Message de condoléances de S.M le Roi au Président libanais    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mohamed Amekraz, le ministre à la tête de la Caisse nationale de la sécurité sociale (CNSS), inéligible à ce poste
Publié dans Barlamane le 04 - 07 - 2020

L'islamiste Mohamed Amekraz, ministre de l'emploi et qui tenait auparavant un bureau d'avocat à Agadir, impliqué dans le scandale de la fraude aux prestations sociales avec son collègue Mustapha Ramid, est techniquement inéligible à au poste de président de la Caisse nationale de la sécurité sociale (CNSS).
Le scandale révélé par barlamane.com relatif au ministre de l'emploi prend une autre tournure. Après la décision du PJD de blanchir ses deux piliers accusé de fraude aux prestations sociales, il s'avère que le ministre Amekraz enfreint les statuts de la CNSS, qui décrètent que «les personnes qui sont dans une situation irrégulière vis-à-vis de la Caisse nationale de sécurité sociale, notamment en ce qui concerne l'affiliation ou l'immatriculation des salariés ou le paiement des cotisations dues.» Et de s'interroger sur la légalité des conseils tenus sous la présidence d'un membre coupable de travail dissimulé, constitutif d'une infraction et qui suppose de caractériser un élément intentionnel ? Quid des décisions rendues sous la présidence de Amekraz ?
Dans sa décision, le 3 juillet, la direction du PJD a salué que le ministre Amekraz a «rectifié» la situation professionnelle de ses salariés sans évoquer une réparation minimale du préjudice subi par ces derniers du fait de la dissimulation du travail, ni aucun indice sur l'indemnité offerte par Mustapha Ramid à son ancienne collaboratrice, qui n'est pas soumise aux règles constitutionnelles gouvernant les peines.
Les deux ministres se voient reprocher d'avoir embauché, pendant plusieurs années, des collaborateurs, sans les avoir déclarés dans les règles et en méconnaissant diverses obligations ayant trait au salaire minimum, aux droits sociaux, etc. Le préjudice serait lourd pour les femmes et les hommes ainsi employés, mais aussi pour la Sécurité sociale marocaine, privée des cotisations qui auraient dû lui être versées.
Les problèmes posés par la fraude des deux ministres sont des problèmes de principe (des règles définies en commun non respectées), problème financier et enjeu de légitimité : sentiment d'empiéter l'Etat de droit. Ce qui est saisissant dans les discours sur les politiques sociales publiques, c'est la centralité donnée à la question de la fraude aux prestations sociales et le peu de cas, dans ces mêmes discours, de la responsabilité morale et pénale des personnalités de premier plan.
En période de crise économique, et alors que l'on voit resurgir dans le débat public la lutte contre les diverses formes de fraude qui affectent la prospérité des recettes publiques, les deux ministres susmentionnés, coupables d'avoir tenté d'échapper au versement des prélèvements sociaux, refusent de démissionner. Pénalisation des deux responsables islamistes : partie remise ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.