UC: une décision de Sajid crée la zizanie au sein du parti    Les divagations d'Alger et les mises au point musclées de l'UE    Ali Yata, il y a 23 ans ...    Covid-19 au Maroc: plus de précisions sur le protocole de traitement à domicile    Nouvel accident de camion en plein Casablanca (VIDEO)    Coronavirus: l'artiste Abderrazak Baba est décédé à Marrakech    Le parcours chrono-thématique des peintres marocains    Absence de mesures de sécurité sanitaire    Les victimes de l'immobilier!    Benchaâboun : 45 milliards de dirhams alloués au Fonds d'investissement stratégique    L'Atlético revient à Lisbonne six ans après    Boxe: le combat entre Mike Tyson et Roy Jones Jr reporté    OCP : Nouveau projet pour doubler la capacité de production d'Emaphos    Un investisseur saoudien met la main sur l'hôtel Cesar Palace & Spa de Tanger    Ministère de l'Education : un démenti, et après ?    L'engagement des jeunes pour une action mondiale    Dépistage gratuit pour les parlementaires : la coquetterie de trop ?    Alexandre Loukachenko, le président inamovible...    Google lance un dispositif d'alerte aux tremblements de terre    Que vive le Liban des lumières !    France: le Marathon de Paris finalement annulé    «Ne touche pas à mon patrimoine»    Casablanca: un camion-citerne percute une station-service (VIDEO)    Botola: résultats et classement de la 21e journée    Santé : nouvelle décision d'Ait Taleb après l'augmentation des cas    La riposte de Trump au « Spoutnik V »    Procès à distance: 306 audiences en une semaine    Explosion de Beyrouth : Un appel à l'aide lance sur facebook et Instagram    Le e-commerce, une tendance qui s'installe    RAM reconduit ses vols spéciaux jusqu'au 10 septembre    Les Marocains du monde, objet de toutes les sollicitudes    Chez les séparatistes, la corruption le dispute aux détournements en tous genres    Près d'un quart des chômeurs vivent dans la région de Casablanca-Settat    L'hôpital de campagne de Sidi Yahya El Gharb au centre de la polémique    Le Bayern part favori face au Barça    Europa League : United et l'Inter au denier carré    L'hôpital militaire marocain de Beyrouth entame son action    Mia la sainte, Mia « la salope »    Le jeune artiste Anas Khermoui expose sa "Vision sensible" à Essaouira    Antonio Banderas annonce avoir le Covid-19 le jour de ses 60 ans    Entre Brad Pitt et Angelina Jolie, c'est à nouveau la guerre    Botola Pro D1 : Le WAC s'impose face à l'OCK    Poutine: la Russie a développé le premier vaccin anti-Covid-19    Comment la dépression a eu raison de l'écrivaine Naima El Bezaz    La Jeunesse socialiste dans l'attente de la vérité sur la suspicion de collusion des compagnies pétrolières    « Spoutnik V », le vaccin russe anti-Covid    Trump évacué en pleine conférence de presse (VIDEO)    Ziad Atallah : L'aide marocaine intervenue au moment opportun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fraude aux cotisations sociales : la scandaleuse vidéo d'Amekraz qui aggrave son cas
Publié dans Barlamane le 05 - 07 - 2020

Mis en cause par barlamane.com pour ses multiples fraudes sociales, le ministre de l'emploi Mohamed Amekraz s'est défendu dimanche 5 juillet, assez maladroitement, confirmant cette sorte d'abandon avec lequel les membres du PJD épuisent toutes les combinaisons de l'arbitraire et prétendent tout refaire, tout reconstituer ou tout juger dans un intérêt de parti.
Les salariés du ministre de l'emploi, Mohamed Amekraz, n'ayant pas été déclarés à l'organisme de sécurité sociale marocain, aurait regardé avec effarement la vidéo de deux minutes vingt qui circule, où le responsable du du Parti justice et développement (PJD, islamiste) qui mène la coalition gouvernementale, s'explique péniblement sur la raison qui l'a poussé à dispenser de devoir les déclarer et de justifier de leur situation aux organismes divers concourant à la protection sociale. Dès la mise en ligne de la vidéo dimanche soir, les images ont provoqué la polémique.
Le ministre, supposé lutter contre la fraude aux cotisations et aux contributions sociales et contre les situations de travail dissimulé, avoue dans sa vidéo la précarité de ses anciens salariés, et que la démarche des déclarations sociales et de paiement des cotisations et contributions de sécurité sociale de ces derniers n'a pas été effectuée en raison de la situation financière peu prospère de son cabinet, lancé fin 2009.
Dans sa vidéo, le ministre de l'emploi reconnaît avoir offrir à ses collaborateurs du boulot dont la durée, la solidité, la stabilité sont sans cesse remis en cause. Il y affirme que son cabinet avait consommé depuis 2009 plusieurs salariés dont la carrière est marquée par l'incertitude, la fragilité et des situations de précarité. Instabilité du présent et imprévisibilité de l'avenir avec le ministre islamiste, qui admet que certains ont quitté sont cabinet au bout de six mois de travail seulement. Le ministre, trop négligeant et peu attentif aux processus, aux modes de changement, au caractère évolutif du parcours de ses collaborateurs, sous-entend un rapport social de domination dans sa relation avec ses employés, dans lequel leur devenir est soumis à sa décision.
Les actes de Mohamed Amekraz ne sont pas d'un ordre privé sans gravité et sans conséquence pour l'intérêt public. Rien n'est respecté, ni le poste qu'il occupe depuis octobre 2019, ni la dignité de l'homme, ni l'intégrité de l'administrateur dévoué à la cause des travailleurs. Ses errements, mis en lumière par un ensemble de témoignages, de dépositions, de nos enquêtes, ont fait crouler l'édifice de mensonge et de la dissimulation, et sont injustifiables.
Évidemment ce n'est pas le droit d'ordonner et de faire une enquête qui peut être contesté par qui que ce soit. Le droit existe au Maroc, il s'y est exercé de tous les temps. Encore cependant faut-il que cette enquête se déclenche dès maintenant, qu'elle s'applique à des faits déterminés. Les erreurs du ministre sont connues, et elles ne sont ni des bruits, ni des allégations, ni des commérages. Et qu'on prenne bien garde que l'arbitraire, parce qu'il revêt la forme ministérielle, ne cesse pas d'être l'arbitraire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.