Elle est décédée mardi soir : Zhour Maamri s'en va    Tremblements de terre : L'Unesco met à la disposition du Maroc 7 équipements d'alerte précoce    Terrorisme : la DGST a fourni des renseignements précis au FBI    Evolution du coronavirus au Maroc : 867 nouveaux cas, 467.493 au total, mardi 26 janvier 2021 à 18 heures    Bank of Africa et la SIACE s'allient pour le renforcement du commerce extérieur    L'ambassadeur israélien arrivé au Maroc...une première depuis deux décennies    Dialogue Stratégique Maroc-USA : la coopération dans la lutte contre la prolifération nucléaire à l'ordre du jour    Plan de relance. Ça va décarboniser    Fruits et légumes : Les exportations marocaines en hausse    Cause nationale : Biden confirme la proclamation US sur la marocanité du Sahara    Les milices privées reniables d'Erdoğan déstabilisent le Moyen-Orient    Décès de Mohieddine Chekrouni    De Larbi Ben Mbarek à Youssef En-Nesyri: Les Lions de l'Atlas continuent de rugir dans l'arène de la Liga    Le match sera «décisif» pour les deux sélections (Lhoucine Ammouta)    Le Premier secrétaire de l'USFP reçoit les organisations de la jeunesse des partis politiques    Formation dans le numérique au profit de de 50.000 étudiants    Moncef Slaoui : fier du succès du vaccin, l'ancien responsable scientifique de Warp Speed parle de politique, de présidents et de futures pandémies    Le textile marocain en quête d'un fil d'Ariane    Notre diversité culturelle est une source inépuisable d'enrichissement    Les galeries d'art improvisent pour ne pas disparaître    La FNM lance un concours pour la création graphiques de son Logo    Appel à candidature pour une résidence d'écriture à Meknès    Marrakech. Quand l'Art s'invite au Palmeraie Rotana Resort    Exposition. Spirit of the letter de Larbi Cherkaoui    France: l'Institut Pasteur arrête le développement de son principal projet de vaccin    Microcrédit : 10 millions d'euros de prêt de la BEI à Jaïda    Maroc: Près de 38% des entreprises ont réduit leurs effectifs    Dakhla : un rallye classique et sportif pour célébrer la marocanité du Sahara    Le gouvernement s'écroule, place aux consultations tous azimuts    Vaccins anti-Covid: doit-on craindre des effets indésirables ?    Bouayach : «une source d'inspiration pour un modèle non-institutionnel de dialogue interculturel»    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Etats-Unis : Un soldat américain pro Daech arrêté grâce à la DGST marocaine    Le Maroc, un modèle en matière de préservation des traditions, notamment juives    Cyber-sécurité : le dispositif de Maroc Telecom    AfricaPay ambitionne de devenir la première néo-banque du continent    Le Maroc réitère son appel pour la création d'une Plateforme d'experts africains pour la lutte contre les épidémies    Une nouvelle émission dédiée le 3 février à la culture juive sur Medi1TV    Maroc-Ouganda, un match couperet    Hommage aux personnalités sportives qui se sont illustrées en 2020 : Malgré la pandémie, la SNRT perpétue la tradition    Pétitions : Enième tentative de réanimation    Warning du Centre antipoison / «M'khinza» : Attention danger!    Fkih Ben Saleh : Un escroc mis hors d'état de nuire    Marrakech : Une Allemande se jette du 5ème étage d'un immeuble    Législation : Un bilan maigre se profile    CHAN / Groupe « C » : Ce soir, Maroc-Ouganda, pour rectifier et se qualifier !    CHAN : Bien que décimée par la Covid-19, la RDC bat le Niger (2-1)    CHAN / Covid-19 : Baâdi testé positif, il sera remplacé par Nemssaoui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Foreign Policy News : grâce aux manigances des ONG de défense des droits de l'Homme et de la politique, l'affaire Omar Radi est probablement viciée pour de bon
Publié dans Barlamane le 26 - 08 - 2020

Le journaliste controversé Omar Radi a été placé en détention, mercredi 29 juillet, pour « viol » et « réception de fonds étrangers en vue de porter atteinte à la sécurité intérieure de l'Etat ». Il a été transféré à la prison d'Oukacha à Casablanca et son procès doit commencer le 22 septembre.
Le parquet a également demandé au juge d'instruction d'enquêter sur des « délits relatifs à l'attentat à la pudeur avec violence et viol », après une plainte déposée par H.B. Un article de Foreign Policy News intitulé « Comment la conspiration des ONG de défense des droits de l'Homme et de politiciens marocains a vicié l'affaire Omar Radi ? » revient sur cette affaire.
L'article indique que de nouveaux détails importants sont apparus suite aux derniers rebondissements dans l'affaire Omar Radi et ont permis à l'histoire, de plus en plus compliquée, d'être perçue sous un autre angle. Ils révèlent ainsi « la face cachée des ONG censées défendre les droits de l'homme, la manœuvre politicienne et l'emprise d'intérêts étrangers sur le parti marocain au pouvoir, le PJD, ainsi que les manigances d'un média francophone, qui a sacrifié les droits des femmes sur l'autel du sensationnalisme ».
Le média souligne que l'affaire de Omar Radi s'inscrit dans le cadre des attaques menées depuis plusieurs décennies par Amnesty contre le Maroc. Il retrace également la descente aux enfers du journaliste, mis en cause aussi, le 5 juillet, pour « ivresse publique et violences ». Foreign Policy News affirme que ces histoires troublantes éclairent davantage sur la controverse concernant Radi, mais l'aspect le plus surprenant de cette histoire est le manque de diligence d'Amnesty et de l'AMDH. En effet, Amnesty a continué à le défendre avec véhémence et à faire valoir ses allégations de surveillance dans les médias, malgré l'absence totale de preuves techniques et malgré les mensonges évidents de Radi. À aucun moment Amnesty n'a pris le temps de vérifier ces affirmations, même après que la réputation de Radi ait été ternie par des arrestations répétitives et ce, pour des affaires sans aucun rapport avec son métier et la politique.
Ce support médiatique rappelle que ce n'est qu'après que Radi ait été accusé de viol, puis placé en détention, qu'Amnesty a commencé à s'inquiéter, « peut-être, dans le but d'éviter un nouvel embarras et de prendre ses distances avec son protégé fauteur de troubles ». Cependant, la tentative d'Amnesty de se préserver elle-même, soulève une question plus gênante : Comment Radi et Amnesty se sont-ils rencontrés au départ ? (...) Est-ce qu'Amnesty se soucie des « héros » qu'elle promeut, aussi insignifiants et improbables soient-ils, tant qu'ils contribuent à faire avancer son agenda ? ».
Foreign Policy News indique que toutes ces questions sont valables, mais elles invitent à examiner la responsabilité des membres du PJD dans l'affaire Radi. Le média se demande pourquoi, par exemple, le ministre d'État chargé des Droits de l'Homme, Mostapha Ramid, n'a-t-il pas fermé les bureaux d'Amnesty comme le gouvernement avait menacé de le faire par le passé et les raisons qui le poussent à permettre à un instrument qui menace la sécurité nationale et mène des campagnes de désinformation contre le pays, d'agir en toute impunité. D'après ce support, la réponse se trouve peut-être chez ce ministre et dans ce que son parti représente. En effet, Ramid est l'un des dirigeants islamistes du parti PJD.
Le média indique que « de nombreuses questions demeurent. L'une d'entre elles est de savoir qui est derrière la décision de ne pas fermer le bureau d'Amnesty, une organisation qui, par son rapport et son accusation d'espionnage contre les journalistes (affaire Omar Radi), s'en prend aux services de renseignement marocains, et notamment à la DGST, et tente de la discréditer en la soupçonnant d'avoir acheté un logiciel d'espionnage à Israël ». Il rappelle que le PJD, qui a été créé par le Dr Abdelkarim Khatib, est affilié à l'organisation internationale centrale des Frères musulmans et à sa branche religieuse, l'Union internationale des oulémas musulmans (UIOM), soutenue et hébergée par le Qatar. Le président de cet organisme est le Cheikh marocain Ahmed Raissouni, qui a succédé au Cheikh égyptien Youssef Qaradawi. Le cheikh Ahmed Raissouni est le fondateur et l'un des principaux piliers idéologiques du PJD.
Foreign Policy News se demande ainsi s'il y a une convergence d'intérêt entre Amnesty, les fonctionnaires du gouvernement marocain, les Qataris et les Frères musulmans. « Une chose est sûre : grâce aux manigances des ONG de défense des droits de l'homme et de la politique, l'affaire Omar Radi est probablement viciée pour de bon. Plus d'éléments à venir ; affaire à suivre... », conclut le média.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.