Le Conseil Supérieur des Oulémas rejette et dénonce toute forme d'atteinte à la sacralité des religions, à leur tête les Prophètes    Dématérialisation/TGR : Un nouveau service à partir du 1er novembre    Le message du Premier secrétaire adressé à l'ensemble des Ittihadies et Ittihadis    Soutiens sans réserves au Plan d'autonomie au Sahara devant la IVème commission de l'ONU    Le Maroc, un important marché pour Emirates    Arménie et Azerbaïdjan s'engagent à nouveau sur une trêve à Washington    Lee Kun-hee, l'ermite de l'empire Samsung    Afrique de l'Ouest : Difficile quête de paix dans un contexte de Covid-19    Présidentielle US : Trump se moque de Biden (vidéo)    Orpheline de Ronaldo, la Juve concède un nouveau nul    Le Festival Nipponia 'Ki, un pont culturel entre le Maroc et le Japon    Le MAE tchadien tacle le polisario depuis Rabat    Hamid Bentahar, président du CRT Marrakech-Safi : « Il est primordial d'accélérer l'ouverture des lignes aériennes »    Coupe de la CAF: Le Souverain félicite la Renaissance de Berkane    Evolution du Coronavirus au Maroc : 2264 nouveaux cas, 199.745 au total, lundi 26 octobre à 18 heures    Port du masque : Plus de 624.000 contrevenants arrêtés entre 25 juillet et 23 octobre    Le rachat des activités de Bombardier au Maroc enfin officialisé    Mehdi Qotbi : « De nouveaux musées ouvriront prochainement »    Cinéma. Le Festival Al Gouna rend hommage à said Tahgmaoui    Maroc/Eswatini : l'industrie et la santé au cœur de deux accords    Maroc-Egypte: le suspense continue    La CAF et l'ICSS signent un accord de coopération    Redressement progressif des échanges commerciaux    Nabil Benabdallah: «Le gouvernement est en déphasage par rapport aux orientations royales»    Après Casablanca, cinq villes placées sous haute surveillance    Stigmatisation de l'Islam en France : La riposte s'organise    Les folies d'Erdogan    Policy Center for the New South : « La Démondialisation », thème de la 9éme édition des Dialogues Stratégiques    Marrakech accueille l'emblématique peinture, la Joconde    Réédition du roman «Le dernier combat du captain Ni'mat» de Mohamed Leftah    Imane Robelin couronnée par «Les Lorientales 2020»    Que le livre et la lecture triomphent!    Pas de processus politique avec les provocateurs, les gangs ou les bandits    Testé positif au Covid-19, Ronaldinho donne de ses nouvelles    Espagne. Un tableau de Picasso reproduit par Najat El Baz    Volleyball : Bouchra Hajij élue présidente de la Confédération africaine    La RSB renaît de ses cendres    Transfert : Hicham Al Aroui débarque à l'OCS    Textile : Les perspectives post-Covid décryptées par l'IMIS    Aérien : Oman Air rembourse les billets impactés par la Covid-19 au Maroc    Ils ne sont forts que de nos faiblesses...    Top Performer RSE : Maroc Telecom maintient sa présence    L'humidité réduirait la contamination au coronavirus [Etude]    Vaccin contre la grippe au Maroc : de longues listes d'attente chez les pharmacies!    Intervention de la brigade antigang dans la banlieue de Casablanca    De nouvelles mesures restrictives à Taroudant    Caricatures du Prophète : le Maroc réagit « vigoureusement »    France: le Conseil scientifique annonce des prévisions pessimistes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'éco, projet de monnaie unique ouest-africaine, achoppe sur le manque de volonté
Publié dans Barlamane le 28 - 09 - 2020

Le projet de monnaie unique des quinze pays de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) peut ne jamais voir le jour. Il aurait fallu créer en quelques mois une banque centrale, décider du régime de change, fabriquer pièces et billets, adapter les systèmes informatiques et les administrations...
Serpent de mer monétaire dont on parle depuis trente ans, l'éco devait être lancé en 2020. Mais à trois mois de la fin de l'année, l'hypothétique future monnaie unique ouest-africaine est au point mort.
L'annonce en 2019 par les chefs d'Etat de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédeao) de l'implantation de la nouvelle devise dès l'année suivante semblait irréaliste : il fallait en quelques mois créer une banque centrale, décider du régime de change, fabriquer pièces et billets, adapter les systèmes informatiques et les administrations... Ce que l'Europe a mis une quinzaine d'années à faire pour lancer son euro.
La crise du Covid-19 a eu raison de ce calendrier, s'ajoutant à la confusion et la crise interne créée par le changement annoncé du franc CFA en éco par les huit pays de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), membres de la Cédéao, au grand dam du Nigeria et des pays anglophones de la zone. Un changement toujours pas effectif, lui non plus, alors qu'il était annoncé pour juillet.
Résultat, lors du dernier sommet de la Cédéao à Niamey début septembre, le président nigérien Mahamadou Issoufou a exhorté ses homologues «à élaborer une nouvelle feuille de route tout en maintenant une approche graduelle pour le lancement de la monnaie commune».
Un enterrement de première classe ? «Non, ce n'est pas un enterrement, c'est un report», veut croire Yao Prao, professeur d'économie à l'université de Bouaké (Côte d'Ivoire), selon lequel le président ivoirien Alassane Ouattara a évoqué un délai de cinq années supplémentaires.
Une instabilité monétaire redoutée
«C'est une question de volonté politique. Cinq années suffisent pour y arriver», estime-t-il, en dépit des «discordances» entre les pays, exprimées notamment par le Nigeria, poids lourd des quinze pays de la Cédéao, avec 180 millions d'habitants sur 300, et 60 % du PIB de la zone.
Le Nigeria exige, pour s'engager dans une véritable union monétaire, que les pays de la zone du franc CFA rompent totalement leurs liens avec la France, donc aillent au-delà de la «réforme» annoncée. Les pays de la zone franc redoutent eux de tomber dans l'instabilité monétaire que connaissent leurs voisins de la Zone monétaire d'Afrique de l'Ouest (ZMAO), qui ont chacun leur monnaie.
«C'est une bonne chose pour les pays ouest-africains d'avoir une monnaie unique. Cependant, il faut avoir un débat sur les critères de convergence (inflation, dette, déficit public) : ne cherchons pas à mimer l'Europe. La mise en place d'une monnaie unique ne doit pas conduire à une politique d'austérité au détriment de la croissance et de l'emploi», analyse Yao Prao.
La crise économique générée par l'épidémie de coronavirus, avec une chute de la croissance en Afrique de l'Ouest, a de toute façon mis à mal le respect de ces critères de convergence.
Pour l'économiste et ancien ministre ivoirien Daniel Anikpo, l'éco «ne va pas se faire», car «il n'y a pas la volonté politique». «Lorsque j'étais ministre en 2000, on parlait déjà d'un délai de cinq ans, témoigne ce partisan d'une monnaie commune souveraine ouest-africaine. Nous ne pouvons pas attendre pendant mille ans que soient réglées les incompatibilités des uns et des autres !»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.