Kénitra: interpellation de trois individus pour possession et trafic de drogues et de psychotropes    Climat: l'éducation à l'environnement au coeur des préoccupations de l'Unesco    DGSN : 65 ans d'existence et d'abnégation    VIDEO// Invitée du JT Info Soir, Sofia Mestari dévoile les détails de son nouvel album en préparation    Prison d'Ain Sebaa 1: Soulaimane Raissouni a refusé de contacter sa famille à deux reprises    L'ambassadeur de Palestine au Maroc salue le soutien constant de SM le Roi à la cause palestinienne    FA Cup : Hakim Ziyech et Chelsea battus en finale par Leicester    1/4 de finale de la Coupe de la CAF: Le Raja « fin prêt » pour arracher la victoire devant Orlando Pirates    L'ambassadeur de Palestine au Maroc remercie le Roi pour son soutien à la cause palestinienne    Israël intensifie ses raids à Gaza, vive inquiétude internationale    La finale de la Ligue des champions africaine au Maroc    Ghalta, une erreur très cher payée... Dimanche à 22h45 (Bande-annonce)    Melkisation de terres collectives dans les périmètres d'irrigation du Gharb et du Haouz: MCA-Morocco et le CAM se mobilisent pour l'éducation financière    Covid-19 au Maroc : 112 nouvelles contaminations, 6 décès    Le beau message de Saad Lamjarred à Khadija Assad (VIDEO)    Frappe aérienne à Gaza: 10 membres d'une famille tués    Le sport est un vecteur de rapprochement des peuples, affirme l'ambassadeur du Maroc en Afrique du Sud    Deux tornades frappent la Chine : le bilan passe à 12 morts    Le roi Mohammed VI écrit au président du Paraguay    Les célébrités marocaines rendent hommage à Hammadi Ammor (PHOTOS)    Soutien à la Palestine: le chanteur Ahmed Chaouki devient la risée de la Toile (PHOTOS)    Marrakech : « Kwayria », la plateforme de promotion des jeunes talents du ballon rond (Reportage)    DGSN : 65 ans d'existence et d'abnégation    L'ECONOMIE, OTAGE D'UN VIRUS    Maroc-Rwanda: Vers un retrait de la reconnaissance de la RASD par Kigali?    L'Egypte ouvre sa frontière avec Gaza pour évacuer des blessés    Condamnation unanime de l'accueil par l'Espagne du chef du Polisario    Ingérence Iranienne au Sahara: Téhéran se voile la face    Covid-19 : L'OMS prédit un bilan plus élevé en 2021    Le mouvement "Neturei Karta" appelle à présenter les criminels de l'entité sioniste devant la CPI (WAFA)    Documentaire: Ne manquez pas "Homo Sapiens: les nouvelles origines" sur 2M, ce dimanche à 21h50    Heure GMT+1 au Maroc: n'oubliez pas de régler vos montres    Innovations financières: BAM engagé pour le développement des fintechs    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    Coronavirus : le Royaume-Uni accélère l'administration de la deuxième dose    Une association bulgare dénonce l'accueil par l'Espagne de Brahim Ghali    E-commerce : Les nouvelles attentes des clients (étude internationale)    Bassin hydraulique de Sebou : Un taux de remplissage des barrages de 74%    VIDEO. Casablanca: le parc de la Ligue arabe comme vous ne l'avez jamais vu    Federer estime que « les athlètes ont besoin d'une décision » sur la tenue des JO    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    Météo: le temps prévu ce samedi 15 mai au Maroc    Josep Borell : L'UE suit de près la situation des droits de l'homme en Algérie    Les confidences de Munir El Haddadi sur son choix pour le Maroc    Casablanca: la Marine Royale célèbre le 65-ème anniversaire de la création des FAR    Podcast: Punk, en toute transparence    Usurpation de l'identité visuelle du parlement européen : Les eurodéputés s'attaquent aux manoeuvres du Polisario    La SNRT a affiché une tendance haussière pendant le Ramadan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Le polisario et l'Algérie ne réalisent pas que le monde a changé et que personne ne soutiendra leurs efforts de guerre», écrit Eurasiareview
Publié dans Barlamane le 19 - 04 - 2021

Dans un geste stratégique, les Etats-Unis ont décidé de reconnaître la souveraineté du Maroc sur ses provinces du Sud en décembre 2020 et d'approuver pleinement le plan d'autonomie du Maroc en tant que solution viable à ce conflit qui dure depuis 46 ans, écrit le chercheur Veeramalla Anjaiah de l'Institut de recherche sur l'Asie du Sud-Est, basé à Jakarta, dans un article publié sur Eurasiareview.
Revenant sur la conférence virtuelle organisée par le New York City Bar Association sur la question du Sahara, Veeramalla Anjaiah relève que plusieurs grands universitaires américains ont fermement soutenu la décision de Washington concernant la reconnaissance de la marocanité du Sahara.
Elliot Abrams, ancien secrétaire d'Etat adjoint (1981-1989), avait décrit le Maroc comme «fidèle allié stratégique de longue date des Etats-Unis». Dans ce cadre, Veeramalla Anjaiah rappelle que le Maroc a été le premier pays au monde à reconnaître l'indépendance des Etats-Unis le 20 décembre 1777. «Le Maroc est également un allié non membre de l'OTAN de confiance des Etats-Unis et les deux pays entretiennent des relations étroites depuis longtemps. Historiquement, le Royaume du Maroc contrôlait le Sahara bien avant le début de la colonisation espagnole, car les chefs tribaux sahraouis avaient prêté allégeance aux dirigeants marocains. L'Espagne a ensuite remis l'administration du Sahara au Maroc et à la Mauritanie en 1975 en vertu de l'Accord de Madrid», a-t-il indiqué.
Depuis lors, le Maroc contrôle la majeure partie du Sahara, à l'exception d'une infime partie du désert, qui est sous le contrôle du groupe armé séparatiste front polisario, une faction rebelle pleinement soutenue par le régime algérien, fait savoir le chercheur. «Avec l'aide financière et militaire de l'Algérie, le polisario se bat pour un Etat indépendant du Sahara. Le polisario réprime impitoyablement les réfugiés sahraouis dans les camps de réfugiés de Tindouf en Algérie depuis plusieurs décennies. Il promeut un système à parti unique sous son contrôle», a-t-il rappelé, ajoutant que le polisario est connu pour ses attitudes et politiques dictatoriales, qui sont contre la démocratie, la liberté d'expression et les droits de l'Homme.
Par ailleurs, Elliott Abrams a rappelé que le territoire du Sahara n'a jamais été historiquement un Etat indépendant, et que le fait de vouloir le sectionner du Maroc, comme cela est défendu par certains, ne ferait que déstabiliser un allié historique des Etats-Unis et contribuerait à l'instabilité dans une région déjà en proie à l'insécurité, ajoutant que c'est dans l'intérêt des Etats-Unis de s'opposer à toute atteinte à l'intégrité territoriale du Royaume.
Faisant écho à un point de vue similaire, un autre orateur, Eugene Kontorovich, professeur de droit à l'Université George Mason, a déclaré que les Etats-Unis doivent poursuivre leur politique actuelle de reconnaissance de la souveraineté marocaine sur le Sahara. «L'administration Biden n'a pas besoin d'approuver la décision de Trump et de simplement poursuivre la nouvelle politique américaine sur le Sahara», a-t-il noté, précisant que la politique américaine sur le Sahara marocain «reste conforme au droit international», ce qui a été prouvé par le grand nombre de pays arabes et africains qui ont récemment ouvert des consulats au Sahara marocain.
Selon Elliott Abrams, le conflit du Sahara aurait pris fin il y a longtemps. «En l'absence du soutien de l'Algérie au polisario, ce conflit se serait terminé il y a longtemps dans le cadre du plan d'autonomie marocain», a-t-il déclaré, rappelant que l'Algérie avait développé une rancune contre le Maroc après la guerre du sable en 1963, au cours de laquelle l'Algérie a subi une défaite humiliante. En conséquence, ce pays a créé, puis soutenu, le polisario, qui est la principale cause de la souffrance de milliers de sahraouis depuis plus de quatre décennies.
A ce titre, Veeramalla Anjaiah a indiqué que le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita avait déclaré que le règlement du conflit autour du Sahara marocain reste tributaire d'un dialogue entre les deux véritables parties qui sont le Maroc et l'Algérie. «A travers tout ce qu'elle dit et fait, sa mobilisation et ses positions, l'Algérie montre qu'elle est la véritable partie...C'est elle qui confirme ce constat au quotidien par les déclarations, les actes, les mouvements», a-t-il dit, relevant que «le Maroc est d'accord que la solution ne peut être que maroco-algérienne».
Le chercheur ajoute que dans un effort désespéré pour montrer sa pertinence et sa présence, le polisario, selon les directives de l'Algérie, s'est retiré du cessez-le-feu de 1991 en novembre et a déclaré la guerre au Maroc. Cependant, le Maroc a répété à plusieurs reprises qu'il était pleinement attaché à la paix et au cessez-le-feu.
Aux yeux du Maroc, le peuple sahraoui a souffert d'immenses souffrances pendant plus de quatre décennies à cause de l'Algérie et du polisario. C'est pourquoi le Maroc a proposé un plan d'autonomie en 2006, a-t-il poursuivi.
«Le polisario et l'Algérie ne réalisent pas que le monde a changé et que personne ne soutiendra leurs efforts de guerre. L'expérience passée a prouvé l'incapacité du polisario à gagner la guerre contre le Maroc. La paix est la seule option et le meilleur moyen d'y parvenir passe par le plan d'autonomie du Maroc», a-t-il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.