Etudiants marocains en Russie : le désarroi continue    AFRIMA Awards 2021 : 11 marocains parmi les nominés    Tanger: Arrestation d'un ressortissant français d'origine algérienne pour son implication présumée dans le trafic international de drogue    Compteur coronavirus : 424 nouveaux cas et 6 décès en 24H    France : Jean Yves Le Drian userait-il de son réseau pour défendre les intérêts de son fils ?    Obligation de pass vaccinal : La CNDP se prononcera prochainement    Election des représentants de magistrats: Taux de participation de 50,42% à midi pour les Cours d'appel    Cannabis : Signature de quatre conventions pour le renforcement de la recherche scientifique    Un chercheur serbe souligne le bien-fondé de l'appel à l'expulsion de la pseudo «rasd » de l'UA    L'Arabie saoudite vise la neutralité carbone d'ici 2060    Covid-19 : Le CHU Ibn Sina dément le décès d'une étudiante à cause du vaccin    Coronavirus : Le vaccin Pfizer efficace à 90% chez les 5-11 ans    Aérien. Le Maroc actualise la liste des pays de la liste B    L'exercice conjoint bilatéral Pakistan-Maroc 2021 touche à sa fin (Vidéo)    Afghanistan: L'état islamique revendique une attaque à l'origine de la panne de courant à Kaboul    En quoi la décision royale dérange le clan Aziz Akhennouch ?    Sahara marocain: La Jordanie réaffirme son soutien à l'autonomie dans le cadre de l'intégrité territoriale du Maroc    Football féminin : Rencontre entre le président de la Fédération espagnole et Mme Khadija Ila, présidente de la Ligue nationale    Football : Assemblée générale ordinaire à distance de l'IRT    Meurtre du député britannique David Amess : le suspect sera jugé en mars 2022    Royal Air Maroc. Vols Casablanca-Montréal: ce qu'il faut savoir    Amical : L'Espagne bat le Maroc en match de préparation à la CAN féminine    Rendez-vous de L'Opinion : A bâtons rompus avec Habboub Cherkaoui (Vidéo)    Faut-il continuer à s'endetter ?    A quoi joue la Russie?    Chambre des représentants : Séance plénière lundi prochain consacrée aux questions orales    Région. L'investissement au cœur des actions du CRI Marrakech-Safi    Selon le rapport "perspectives économiques régionales", du FMI, la reprise post-covid va se renforcer au Maroc    Le Maroc agit pour la stabilité politique en Libye    Tanger-Tétouan-Al Hoceima en quête de nouvelles opportunités d'investissement    Elections 2021: Dépôt des comptes des campagnes électorales dans un délai de 60 jours à compter de la date de l'annonce officielle des résultats    Economie verte : Un nouveau chapitre s'écrit    Préparatifs de la journée africaine des droits d'auteur : La musique hassanie comme choix du BMDA    Suite à la suspension des vols avec le Royaume-Uni : L'ONMT déploie sa task force sur le World Travel Market    Ivan Rioufol : «Le régime algérien s'est épargné l'introspection, il en vient à voir la France comme un pays conquis»    Etats-Unis- Maroc : Inauguration d'une tour de descente en rappel en faveur des Forces Spéciales de la Marine Royale    [ Interview exclusive ] A bâtons rompus avec le patron du BCIJ    Rencontre de la Fondation Brensthurst-Oppenheimer avec «Bayt Dakira» à Essaouira : une symbiose spatio-temporelle    Don Bigg clash cash les rappeurs algériens    Célébration : La symbolique culturelle des fêtes religieuses    Philosophie : Alexandre Koyré, du monde clos à l'univers infini    Foulane Bouhssine lance son titre religieux «Habib Allah»    Saison 2021-2022 de Medi1TV : Une nouvelle programmation qui répond largement aux attentes du grand public    Mondial biennal : la FIFA convoque un sommet le 20 décembre    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Affaire Brahim Ghali : l'extraordinaire sournoiserie de Pedro Sánchez et d'Arancha González Laya
Publié dans Barlamane le 21 - 05 - 2021

La ministre des Affaires étrangères, Arancha González Laya, et le président du gouvernement, Pedro Sánchez, ont pris la décision d'accueillir le chef du Front Polisario, Brahim Ghali, en Espagne. Ils l'ont fait avec une telle opacité que l'utilisation d'une base militaire pour amener Ghali se faisait sans compter sur la chef de la Défense, Margarita Robles, dévoile Okdiario.
«Le ministre de l'Intérieur, Fernando Grande Marlaksa, s'est opposé à la décision d'introduire en Espagne le leader du Polisario, compte tenu de la tension évidente que cette décision engendrerait avec Rabat. Un rapport de la sécurité nationale avait également mis en garde contre les tensions existantes avec Rabat. Mais Sánchez et González Laya ont ignoré les alertes et sont allés de l'avant dans leur projet» note, le 21 mai, le média espagnol Okdiario.
«La ministre des Affaires étrangères a conçu un plan pour garder l'arrivée de Ghali secrère et a utilisé une base militaire pour contourner le contrôle douanier, sans prendre l'aval de la ministre de la défense, Margarita Robles. La décision a été prise par les Affaires étrangères et exécutée par ses offices eux-mêmes» détaille la même source.
«González Laya a été le principal moteur de la décision d'hospitaliser Brahim Ghali à Logroño. Et c'est elle qui a préparé les détails de l'opération pour faire face à tout imprévu. Pour ce faire, la ministre a chargé son cabinet de suivre attentivement les traces du chef du Front Polisario» a rapporté la même source.
«Demandez-leur de préparer un visa humanitaire. Et qu'ils disposent également d'un sauf-conduit en cas de problèmes de circulation de Ghali depuis la base de Saragosse où son avion est arrivé, jusqu'à l'hôpital de San Pedro de Logroño» a réclamé González Laya.
Utilisation de la base militaire
Le manque de transparence a atteint un tel point que l'utilisation de la base militaire n'a même pas été traitée avec la Défense. L'objectif était de s'assurer que personne ne sera au courant le séjour de Ghali en Espagne. Mais contre toute attente, le Maroc a appris la présence du chef du Polisario en Espagne malgré les précautions du ministère des Affaires étrangères espagnol.
L'arrivée du chef du Front Polisario a eu lieu le 18 avril. Ce jour-là, Brahim Ghali a atterri à la base militaire de Saragosse après avoir emprunté un avion médicalisé en provenance d'Algérie. Son prochain arrêt était l'hôpital de San Pedro de Logroño, et il y est entré sous un faux nom pour ne pas être identifié. Son évacuation vers Espagne a été soigneusement planifiée pour ne pas laisser de trace. Le passeport algérien a permis à Ghali de voler sans problème vers Saragosse. L'autorisation de Pedro Sánchez, a permis au ministre des Affaires étrangères d'assurer sans encombre le déroulement de cette opération. L'arrivée à la base militaire était la dernière étape, et n'a pas subi le circuit ordinaire des contrôles habituels.
Manœuvres pour éviter les fuites
L'utilisation secrète de la base militaire de Saragosse s'ajoute au mécanisme destiné à éviter les fuites médiatiques des détails de l'opération. «Le point faible était, à partir de ce moment, une possible identification à Logroño ou, comme cela s'est produit, que le Maroc en soit prévenu. Le département de González Laya était préparé à deux éventualités : la délivrance d'un visa humanitaire et un sauf-conduit du ministère lui-même. De cette manière, la justification était matérialisée dans un document officiel» pointe Okdiario.
«Encore que le plan était toujours de maintenir le secret sur le séjour en Espagne de Brahim Ghali. Il ne faut pas oublier que ce dernier doit répondre à la justice espagnole pour deux plaintes pour crimes de viol, meurtre, blessures, détention illégale, terrorisme, torture, disparitions et contre l'humanité. Par ailleurs, le chef du Front Polisario a été dénoncé par une réfugiée sahraouie qui l'accuse de viol et de torture» affirme Okdiario.
Document de référence
«En effet, après avoir appris la présence de Brahim Ghali en Espagne, la police a déjà procédé à la remise de la citation à témoigner devant le juge Pedraz début juin. Et le dirigeant du Polisario a refusé de signer le document, précisément à cause de sa stupéfaction face aux fuites dans la presse de son séjour en Espagne» soutient la même source.
«Le gouvernement de Pedro Sánchez n'a accordé la moindre importance aux rapports de la sécurité nationale qui mettaient en garde contre la tension croissante avec le Maroc. Moncloa savait depuis novembre, comme l'indique la Sécurité nationale, que le conflit entre le Maroc et le Front Polisario sur le Sahara occidental avait acquis un aspect délicat et pouvait affecter directement et négativement les intérêts de l'Espagne» assure Okdiario.
«Pedro Sánchez a ignoré l'alerte et a décidé d'accueillir le leader du Polisario, Brahim Ghali, touché par un coronavirus et admis dans un hôpital de Logroño. Et cela a été la paille qui a brisé le dos du chameau et a conduit à la réaction marocaine, favorisant l'avalanche de quelque 10 000 immigrants qui sont entrés illégalement à Sebta», souligne la même source.
«Plus précisément, le ministère de la Sécurité nationale (DSN) a alerté la Moncloa (palais de la Moncloa, résidence officielle du président du gouvernement espagnol) il y a des mois sur la situation au Sahara, les Etats-Unis intervenant également pour soutenir le Maroc, tandis que l'Espagne optait pour la neutralité passive. Pour la DSN, le soutien de l'administration américaine au Maroc dans le conflit du Sahara a fragilisé la position de l'Espagne», pointe la même source.
Une alerte ignorée par Sánchez
Une alerte que l'exécutif de Sánchez a complètement ignoré à la lumière des événements qui se sont produits. «Dans la région du Sahara, depuis novembre 2020, le conflit s'est intensifié dans la région de Guerguerat, entre le Front Polisario et les Forces Armées royales marocaines.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.