Communiqué du bureau politique du PPS    Air Arabia lance une nouvelle liaison entre Casablanca et Rennes    Nos vœux    La main de Bouchaïb Habbouli...    Abderrahman Ziani: La vivacité colorée    SM le Roi félicite Mme Bouchra Hajij suite à son élection    Le Bayern, Liverpool et City enchaînent, le Real échappe au pire    FC Barcelone: Bartomeu démissionne!    Que la paix soit sur l'ensemble de l'humanité    Régionalisation: Laftit a fait une annonce    Rapatriement : où en est-on avec les Marocains bloqués à l'étranger ?    Comment protéger nos enfants contre le harcèlement et les abus sexuels dans les espaces publics?    Le roi Mohammed VI écrit au président tchèque    PLF 2021 : les appréciations du patronat    Le ministère des Finances propose aux investisseurs ses lignes de crédits    Fitch Ratings: le Maroc perd son «Investment grade»    Un gouvernement terne et indolent!    GP du Portugal de F1 : Lewis Hamilton bat le record de victoires de Michael Schumacher    «Plaidoirie pour un Maroc laïque»    Les EAU décident d'ouvrirr un Consulat général à Laâyoune    Khalid Ait Taleb fait son plaidoyer    Le roi de Thaïlande: un monarque doublement désavoué    France-Islam : Halte à l'escalade    La sécurité alimentaire à l'épreuve de la pandémie    Coronavirus : l'immunité acquise par les personnes guéries diminue rapidement [Etude]    Vaccin anti-Covid: Sanofi et GSK font des promesses    Aïd Al Mawlid: le nord du Maroc renforce les contrôles    Gérald Darmanin. De quoi je me mêle!    Nadine Morano: « le Maroc est un pays ami, mais… »    L'ONMT fonde ses espoirs sur l'international    Vidéo : Pour lever la résistance au masque de protection contre le coronavirus    Edito : Software    Atteinte aux sacralités de l'Islam : Le RNI exprime son indignation    Covid-19 : Le président algérien hospitalisé    L'Intérieur veillera à son instauration dans plusieurs villes L'analyse des eaux usées, un nouveau protocole anti-Covid-19    France-Turquie. Les « fils de chiennes » ont encore frappé.    Ecomondo et Key Energy basculent vers le digital : 15 jours d'économie verte en Italie    Atteinte aux religions et prophètes : Le Conseil supérieur des ouléma dénonce    Volleyball: le message du roi Mohammed VI à Bouchra Hajij    Coup de tonnerre au Barça: Bartomeu démissionne !    Un autre pays africain ouvre son consulat à Laâyoune    Le président de la FIFA testé positif au covid-19    Bartomeu: Messi est la clé du nouveau projet du FC Barcelone    Journée du patrimoine audiovisuel, une "fenêtre sur le monde " au temps de la Covid19    Les révélations inattendues de Lara Fabian    "Eclat d' amour et des amours confinées " , nouveau recueil de Bouchra Fadel    « Finding Agnes ». Le Maroc inspire les réalisateurs étrangers    « La Maroc artistique » vu par Bank Al-Maghrib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Moulay Hicham ou l'ingratitude d'un prince pyromane
Publié dans Barlamane le 17 - 01 - 2017

« Le Maroc peut parfaitement vivre sans monarchie », dixit le prince Moulay Hicham, cousin du roi Mohammed VI, et fils de feu le prince Moulay Abdellah, frère du défunt Hassan II, tous membres de la dynastie alaouite qui règne depuis la moitié du 17e siècle au Maroc.
Pourtant « le Prince rouge » comme il se plait à se faire appeler par les médias étrangers notamment, a vécu sous cette monarchie dont il est membre dans un royaume qui l'a choyé, protégé, éduqué et envoyé dans les meilleures universités du monde, et qui a, depuis sa naissance, veillé à ce qu'il ne manque de rien.
Plus ingrat que Moulay Hicham, tu meurs.
Cette déclaration du « prince rouge » date en fait d'une conférence animée le 7 novembre 2013 à Harvard, et consacrée à l'état des lieux dans monde arabe au lendemain « printemps arabe », devenu depuis, un « tsunami arabe ».
Mais comme Moulay Hicham raffole du réchauffé, il a publié sur sa page Facebook, le lundi 16 janvier, un enregistrement vidéo refermant un passage concernant le Maroc, dans lequel il soutient que la démocratie peut être instaurée au Maroc sous monarchie constitutionnelle, et que le régime monarchique n'est pas d'inspiration divine et partant, il peut être réformé ou éradiqué par le peuple. D'où sa maxime qui veut que le Maroc peut parfaitement vivre sans monarchie… Et Moulay Hicham de prédire qu' »il arrivera un moment ou il serait clair que monarchie n'est ni viable, ni valable comme ce fut le cas en Iran et je serais le dernier à penser aux intérêts de ma famille car je ne pourrais que respecter le choix des marocains ».
Mais de quel choix parle cet homme? Car s'il s'agit de la monarchie, le peuple a déjà fait ce choix irréversible, n'en plaise à ses détracteurs, et puis jouer aux opposants et aux populistes de la dernière heure, ce serait un comportement peu digne de quelqu'un qui a fréquenté les plus grandes universités du monde aux frais de ce même peuple dont il s'érige en porte-parole.
Dans cet enregistrement vidéo, Moulay Hicham, estime que la réforme de la monarchie n'est pas aisée et nécessite pressions et une structure oppressante émanant de la société civile et des forces en dehors du jeu politique. En fait il voulait parler de lui car s'évertuant à incarner ladite société civile et cette force hors du jeu politique.
Rien n'empêche ce prince nostalgique qui semble sombrer dans l'ennui de publier cette vidéo sur sa page Facebook, à la recherche des like, mais le faire en cette période particulière que traverse le Maroc, période marquée par le blocage dans la formation du gouvernement pour différentes raisons, et surtout au moment où le Maroc, Roi, Gouvernement et Peuple, s'apprête à défendre sa demande d'adhésion à l'Union Africaine, mettant ainsi fin à la politique de la chaise vide, une adhésion qui lui permettra de mieux défendre sa cause légitime qu'est la marocanité du Sahara et à laquelle, Moulay Hicham ne semble peut être pas croire, il y a de quoi s'interroger sur l'attitude de ce dernier. Pourtant, Moulay Hicham sait pertinemment que la défense d'une telle cause relève du choix de tout un peuple, un choix qui ne peut se dissocier de celui de la monarchie. Alors si respect il y a pour ce peuple de la part de Moulay Hicham, il doit inclure les deux.
On croyait que les ennemis du royaume se trouvaient de l'autre coté de la frontière, à l'est plus précisément, mais force est de constater que cette sortie facebookienne du « prince rouge », tel un pyromane, contre son propre pays est, on ne peut plus pathétique, et laisse penser que l'ennemi peut se trouver parmi nous.
L'ingratitude est un vice aussi commun qu'il est déshonorant. Combien ne voit-on pas même de ces serpents odieux qui, après avoir reçu les secours et les services d'un bienfaiteur, cherchent à percer le sein qui les a réchauffés !
disait l'écrivain et pédagogue français dans « Les maximes de l'honnête homme » (1772).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.