Tournée régionale de De Mistura : Le PPS veut convoquer Nasser Bourita au Parlement    Le Maroc, un « pays stratégique » pour l'Espagne    Covid-19 au Maroc : 7 756 nouvelles infections et 18 décès ce mardi    Démarrage des travaux des derniers lots des autoroutes Casablanca-Berrechid et de contournement de Casablanca    Paiement mobile : CIH Bank lance « CIH Pay »    Partygate: accusé de mentir, Boris Johnson s'en défend    Tsunami. Des images apocalyptiques des îles Tonga encore coupées du monde    Maroc : 45 candidats à l'immigration irrégulière sauvés au large de Tarfaya    Compteur coronavirus : les contaminations repartent à la hausse, 7.756 nouveaux cas en 24H    Enseignement : accord entre le ministère de l'Education nationale et les syndicats    Maroc/Covid-19 : 18 décès et 7.756 nouvelles infections recensés en 24h    Résidence culturelle : appel à projets 2022 sur le fait religieux    La mère de Gad El Maleh va livrer du couscous marocain dans le monde entier    Gabon – Maroc : Janny Sikazwe, officiel de la VAR    Azrou : Arrestation d'un individu en état d'ivresse, ayant provoqué un accident    HCP: une majorité gouvernementale hégémonique implique une dynamique des réformes    Officiel : Chakib Benmoussa parvient à un accord avec les Syndicats    M. Daki: La justice numérique, un des piliers de la réforme globale du système judiciaire    Cristiano Ronaldo remporte un « Prix spécial » de la Fifa pour son record de buts en sélection    CAN 2021 / Halilhodzic: « C'est la Fédération Royale Marocaine de football qui paye mon salaire et non la CAF ! »    Commerce international : un partenariat CGEM-ADII pour l'accompagnement des entreprises    Un nouveau ferry en partance de Tanger Med vers Marseille programmé ce 24 janvier    Un autre club de Serie A sur les traces de Sofyan Amrabat    CAN 2021 / Programme de ce mardi : Quatre matches décisifs pour la hiérarchie et la qualification    Pour Eric Zemmour, «c'est le pétrole que la France a trouvé en Algérie qui permet de nourrir sa population de 40 millions»    Plus de 4 700 signatures pour une pétition contre le maintien du couple Filali en France    Maroc : Liberté provisoire pour la militante Fatima Zohra Ould Belaid    Le Maroc un des leaders mondiaux en matière d'hydrogène vert    Sécurité routière: NARSA dévoile son plan national de contrôle (2022-2024)    Covid-19 : Le pic épidémique aura lieu vers fin janvier, selon Mustapha Naji    Tourisme : Le gouvernement accorde un montant de 2MMDH pour soutenir le secteur    L'Ambassadeure de l'UE présente ses lettres de créances au Souverain    Un séisme de 4,9 secoue le centre de la Turquie    « La musulmanité face à l'islamisme : le nouveau défi de la République »    Une nouvelle ligne ferroviaire entre la Tanzanie et le Burundi    Une tempête de neige balaie le Canada    Météo Maroc: temps assez froid ce mardi 18 janvier 2022    Le MEF obtient la certification TIer III d'Uptime Institute pour son DataCenter    Conseil de gouvernement : la marque «Morocco Tech», en tête de l'ordre du jour    Météo: les températures baissent au Maroc, les détails par villes    Mehdi Bensaid déterminé à promouvoir le théâtre et le cinéma au Maroc    Peu de réussites, beaucoup de fustrations: un an de mandat Biden    CAN 2022: Sofiane Alakouch seul manquant à l'entraînement des Lions de l'Atlas avant le Gabon    Une anti-IVG favorite pour la présidence du Parlement européen    A la galerie casablancaise A2 : Patrick Lowie et Bilal Faris exposent leurs sculptures oniriques avec «Agitateurs»    Maroc: 150 nouvelles salles de cinéma verront le jour    Cinéma : Les salles de l'IF Maroc proposent une sélection des meilleurs films 2021-2022    Hamid Douieb expose ses œuvres récentes à Marrakech    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Bien-être au travail, le souci de tous
Publié dans Challenge le 25 - 07 - 2018

Une ambiance saine au sein de l'entreprise est synonyme de performance. Encore faut-il veiller à l'instaurer.
Le bien-être au travail est devenu l'un des sujets les plus prisés dans le milieu professionnel ces dernières années. Stress, burnout, dépression... tous les secteurs d'activité semblent avoir été touchés. Pour y remédier, il existe plusieurs solutions pour construire une politique de bien-être au travail permet à la fois de réduire les risques psychosociaux et d'agir sur le climat collectif et sur la motivation dans le travail. L'Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS) a présenté dans ce sens deux démarches bien-être adaptées en fonction de la taille d'entreprise.
La notion de bien-être au travail est un concept englobant, de portée plus large que les notions de santé physique et mentale, précise l'Institut. Elle fait référence à un sentiment général de satisfaction et d'épanouissement dans et par le travail qui dépasse l'absence d'atteinte à la santé. Le bien-être met l'accent sur la perception personnelle et collective des situations et des contraintes de la sphère professionnelle. Le sens de ces réalités a, pour chacun, des conséquences physiques, psychologiques, émotionnelles et psychosociales et se traduit par un certain niveau d'efficacité pour l'entreprise, note l'INRS.
Une approche proactive de la santé au travail
L'approche bien-être au travail vise à développer dans l'entreprise une conception de l'efficacité et de la performance qui soit soucieuse de la santé des salariés et favorise leur motivation et leur implication dans le travail. L'INRS soutient que la mise en œuvre d'une politique de bien-être peut ainsi contribuer à l'épanouissement professionnel des salariés mais aussi à l'amélioration de l'ambiance de travail au sein des équipes et au renforcement du climat de respect et d'écoute. Elle contribue aussi à prévenir les risques psychosociaux, en amont des manifestations aiguës de stress, de violence ou d'épuisement.
La notion de bien-être au travail est parfois mobilisée pour parler d'actions qui n'ont que peu d'impacts sur l'organisation concrète du travail dans les équipes. C'est le cas par exemple de la mise à disposition d'infrastructures sportives, de séances de massages ou de conseils diététiques. Les démarches proposées par l'INRS sont d'une toute autre nature : elles s'inscrivent dans les obligations légales de construire une démarche de prévention des risques psychosociaux. Cela impose en particulier de développer une posture d'écoute des salariés sur les facteurs organisationnels reconnus comme ayant un impact en matière de risques psychosociaux (RPS) : la définition des tâches, le sens du travail, la répartition de la charge de travail, les relations entre les collègues et avec la hiérarchie…
Deux étapes à respecter pour l'approche bien-être au travail
La première étape consiste à recueillir les points de vue des salariés sur les situations de travail problématiques et sources de tensions. La seconde étape implique d'échanger sur ces situations avec l'ensemble des acteurs concernés -dont les décideurs- à l'occasion d'un débat orienté vers la recherche de solutions organisationnelles, explique l'Institut.
Pour aider à la mise en œuvre de cette approche dans l'entreprise, deux démarches sont proposées en fonction de la taille de l'entreprise : une démarche construite autour du questionnaire dénommé « SATIN » pour les moyennes et grandes entreprises. Basé sur une analyse exhaustive des facteurs de RPS mentionnés dans les publications scientifiques, le questionnaire SATIN permet de collecter des informations sur les éléments déterminants du bien-être au travail. À partir de là, des outils d'analyses également fournis permettent de générer de manière simple des graphiques de résultats qui serviront de base à des réunions d'échange visant à faire évoluer les conditions de travail pour un collectif, un site, une entreprise. La deuxième démarche d'intervention bien-être est dédiée aux petites entreprises ( à 50 salariés). Cette démarche privilégie une action rapide axée sur la construction de solutions. Elle s'adresse à des intervenants (psychologue, ergonome...) ayant des compétences dans la conduite d'entretiens individuels et de groupes, et dans l'animation de discussions collectives.
La première démarche qui s'appuie sur le questionnaire SATIN impose de donner des garanties sur l'anonymat, ce qui est difficile avec des effectifs faibles, c'est pourquoi elle est mieux adaptée à des entreprises de plus de 50 personnes.
Réciproquement la deuxième démarche bien-être proposée est plus adaptée pour les entreprises de moins de 50 salariés, effectif au-delà duquel une approche qualitative est plus difficile à conduire.
Dans ce sens, le coach Karim Lahlou reviendra plus en détails sur ces démarches qui participent à la promotion du bien-être au travail dans une série de vidéos.
Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.