Algérie : un journaliste incarcéré après avoir écrit sur la colère touarègue    Programme de la Botola Pro D1 et D2 "Inwi"    Les Nuits du Ramadan 2021 célèbrent les «racines africaines»    Le Polisario recherche désespérément son chef    Aïd Al Adha: 8 millions de têtes d'ovins et de caprins seront identifiées (Akhannouch)    La généralisation de la protection sociale, un levier d'intégration de l'informel    Famine : des ONG demandent 5,5 milliards de dollars pour sauver 34 millions de personnes    La main tendue du Maroc au Liban    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec le rival saoudien    Deux jalons de taille pour marquer la réunion du Conseil de sécurité    Mourinho démis de ses fonctions d'entraîneur à Tottenham    Botola Pro D1: Les rencontres dominicales sanctionnées par des marques de parité    En-Nesyri donne la victoire au FC Séville    L'examen national unifié du baccalauréat entre les 8 et 12 juin    Le passeport vaccinal prend son envol    Kenza El Ghali: La gestion de la crise sanitaire par le Maroc, un exemple d'efficacité, d' anticipation et de solidarité en Afrique    « Ch'hiwa Bel Khef »: le « Batbout » (VIDEO)    Driss Lachguar, hôte de la Fondation Lafqui Titouani    "Annette" de Leos Carax, film d' ouverture du 74ème Festival de Cannes    Le journaliste et critique d'art Jamal Boushaba n'est plus    Journée internationale des monuments et des sites: Un riche programme de sensibilisation autour des valeurs historiques de Rabat    Adoption en commission d'un projet de loi relatif au blanchiment des capitaux    Tchad : le président Idriss Déby Itno tué au front    Décès de l'ancien vice-président américain Walter Mondale à l'âge de 93 ans    Espagne: le « passeport sanitaire » bientôt lancé    Le Maroc insiste sur l'impératif de placer la lutte mondiale contre la drogue parmi les priorités    La BVC ouvre proche de l'équilibre    Chambre des représentants : un projet de loi relatif au blanchiment des capitaux adopté en commission    La cour constitutionnelle statue sur le nouveau quotient électoral    La Super League va « sauver le football », selon Florentino Pérez    Avec un financement MCA : 11 millions de dollars pour la zone industrielle de Bouznika    Botola Pro D1 : la valse habituelle des entraîneurs continue    Khénifra/Service des urgences : une vidéo publiée sur internet fait réagir la Direction régionale de la Santé    Acteur majeur dans le secteur immobilier au Maroc, Sarouty place ses engagements sociétaux au cœur de sa stratégie    Perspectives du secteur agricole sur le continent : La digitalisation technologique, facteur de productivité    Maroc: Cours de change des devises étrangères contre le dirham pour mardi 20 avril    Ukraine : Washington dénonce l'«escalade» de Moscou en mer Noire    Secousse tellurique de 3,8 degrés dans la province de Driouch    La terre a tremblé dans cette province du Maroc    SM le Roi félicite M. Patrice Talon à l'occasion de sa réélection Président de la République du Bénin    La COVID-19 ravage les camps de Tindouf et touche le personnel de l'ONU    Météo: le temps prévu ce mardi 20 avril au Maroc    Cette semaine en Liga...    "Jazirat Al Kanz": La saison 6 démarre ce mardi à 22h45 sur 2M    Arrivée à Beyrouth du 2è lot des aides alimentaires    Jubantouja est inspiré du Roi de la Mauritanie Juba II    Le 1er dictionnaire espagnol-arabe de football, présenté en ligne mardi prochain    VIDEO// Le danseur et chorégraphe belgo-marocain Sidi Larbi Cherkaoui en direct sur Info Soir de 2M    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





D'Azemmour à Mexico L'extraordinaire odyssée D'ESTEVANICO
Publié dans Eljadida 24 le 04 - 08 - 2013

Premier Marocain à traverser l'Atlantique et l'Amérique
L'une des pages les plus fascinantes de l'histoire américaine a débuté ici, dans les Doukkala, dans cette ville d'Azemmour où naquit, au tout début du XVIème siècle, celui qui fut le premier à traverser d'est en ouest cette Amérique-là, depuis la côte atlantique jusqu'au rivage du Pacifique.
S'était-il imaginé, quand il courait, enfant, dans les rues d'Azemmour, ou sur les berges de l'Oum er-Rbia où il pêchait l'alose, qu'il allait, lui, pauvre berbère au teint foncé, issu d'une famille musulmane anonyme, changer le destin du monde et devenir un héros de légende….si mal connu pourtant sur cette terre qui l'a vu naître.
L'histoire ne dit pas exactement quand il est né. Sans doute en l'an 1503. Une dizaine d'années plus tard, le Portugal du roi Manuel 1er occupa Azemmour, avec son cortège d'exactions, de combats sporadiques et de razzias (mais aussi ses moments d'entraide réciproque…). Dans les années 1520, s'abattit sur la région une terrible famine. Il fallait survivre ! Un Portugais captura alors un jeune Maure pour le réduire en esclavage et le vendre au plus offrant. Mustapha devait avoir 17 ans, il était fort, on en tirerait sans doute un bon prix ! Son « maître » l'amena au Portugal où il le vendit à un Espagnol plus fortuné, le capitaine d'infanterie Don Andres Dorantes de Carranca. De Mustapha, il devient Stephan ou Estevan…Son nouveau maître l'aimait bien : Il l'appela Estevanico, le petit Stephan ! Il avait fait de lui son ami, son confident. Appelé par l'empereur Charles Quint à rejoindre d'autres conquistadors et poursuivre la colonisation du Nouveau Monde que Christophe Colomb avait découvert une trentaine d'années plus tôt, le capitaine décida d'emmener avec lui son jeune esclave…Pour Mustapha El Zemmouri, une nouvelle aventure commençait, qui débuta en 1528 pour se terminer tragiquement en 1539. Une odyssée qui dura une dizaine d'années et fut une succession de revers, de calvaires, de privations….et d'intimes moments de bonheur pour Estevanico que tout le monde amérindien admira très vite et où il fut très populaire.
La compagnie d'infanterie du capitaine Dorantes comprenait quelques trois cents hommes, une quarantaine de chevaux, de la nourriture pour un long voyage…avec beaucoup d'angoisse aussi, car personne ne connaissait vraiment la navigation, ni le sort que les attendrait dans un monde inconnu. Le mauvais temps s'invita, avec ses ouragans, ses lames de fond, ses rafales de vent, qui dépecèrent leurs embarcations. On parlerait aujourd'hui de cyclones et de typhons… Et quand ils atteignirent les côtes de Floride, après une escale à Cuba, l'équipée était déjà en partie décimée. Mais la route était encore longue…et dangereuse. Les attaques des « Indiens », ces populations locales dont on ne connaissait ni les réflexes ni les coutumes, ni les langues, firent aussi des ravages, ajoutés aux maladies, aux morts d'épuisement. Ces conquistadors en étaient arrivés à se manger entre eux, quand ils ne pouvaient plus se nourrir de la viande de leurs chevaux. Certains furent capturés par des tribus indiennes et réduits en esclavage…D'autres préférèrent faire demi-tour…pour aller où ?
De la compagnie en pleine déroute, il ne resta au bout du compte que quatre rescapés, dont Estevanico. Il faut dire que Mustapha el Zemmouri avait un charisme particulier. Il était vite devenu l'ami des Indiens dont il avait appris les langues ; ils l'appelaient « le fils du soleil » (Il arrivait de la région où le soleil se lève !), et venaient de toutes parts le consulter car il passait pour un guérisseur ; sans doute son enfance doukkalie lui avait-elle permis de connaître quelques rudiments de médecine traditionnelle. Il servait aussi d'intermédiaire entre les indiens et les conquistadors espagnols. Ainsi, a-t-il pu traverser tout le continent nord américain : de la Floride à la Californie, de l'est à l'ouest de l'Amérique, en découvrant de nouveaux territoires appelés aujourd'hui : la Louisiane, le Texas, l'Arizona, le Nouveau- Mexique. Une marche de milliers de kilomètres à pied qu'il réalisa en dix ans. Et c'est en héros qu'escorté par des centaines d'Indigènes, il arriva, le 25 juillet 1536 à Mexico, la capitale de ce qui était alors la Nouvelle-Espagne, devenue par la suite le Mexique.
Miné par la maladie, son maître Dorantes choisit le retour vers l'Espagne. Estevanico, lui, préféra rester avec les Indiens dont il se sentait si proche…Et puis, sans doute se disait-il que s'il retournait en Espagne, il redeviendrait esclave alors qu'ici, dans ces grands espaces verdoyants qui lui rappelaient certainement son enfance, il se sentait en liberté. Dorantes le céda donc au maître des lieux, Don Antonio de Mendoza, vice-roi de la Nouvelle-Espagne. Celui-ci, fort content d'avoir un gaillard comme lui dans ses troupes pour continuer l'exploration de ce Nouveau Monde inconnu, lui rendit en quelque sorte sa liberté en lui donnant comme mission d'aller explorer la Cibola, une contrée lointaine où l'on disait que se trouvaient sept villes d'or, cet Eldorado qui faisait rêver tous les aventuriers.…Estevanico s'y rendit en éclaireur, revêtu de ses habits de chaman qui impressionnaient tant les indiens, avec ses plumes de chouette, ses amulettes, sa gourde parée de bijoux…Mais arrivé en pays Zuni, il dut affronter l'hostilité du chef de la population locale pour qui les plumes dont il était paré étaient considérées plutôt comme des symboles de mort, alors que partout où il était passé auparavant, cela lui avait servi de passeport …Un malentendu tragique ! Le chef zuni transperça d'une flèche le corps d'Estevanico…
Le reste de l'expédition apprit avec terreur la mort de son guide…L'exploration continua néanmoins, mais au lieu de cités resplendissant sous les monceaux d'or et de pierres précieuses, ils découvrirent…. du maïs et des haricots…La dépouille d'Estevanico, elle, avait été découpée en petits morceaux et donnée aux membres de la tribu des Zunis.
Ainsi s'achève l'extraordinaire odyssée de celui que certains ont appelé l'Ulysse d'Amérique. L'histoire telle que contée ici est trop brève et naturellement incomplète. Et sans doute sublimée pour en faire un mythe… Si elle a été longtemps occultée par la société espagnole ( Comment en effet, quelques décennies après la Reconquista qui a vu chasser les Arabes de la péninsule ibérique, présenter aux Ibères de tels exploits réalisés par un jeune maure, musulman, noir et esclave ?) cette légende est toujours vivante aux Etats-Unis. L'Amérique de couleur, celle des Noirs et de Barak Obama, des Hispaniques, et d'autres « minorités » ! … s'en est emparée pour la faire sienne : Estevanico a payé de son sang sa liberté retrouvée….Comme Martin Luther King des siècles plus tard…comme d'autres peuples, d'autres personnes aussi, dans ce Nouveau Monde ! Qui mieux qu'Estevanico , lui qui a connu trois continents, l'Afrique, l'Europe, l'Amérique , lui qui a vécu au sein de trois modes de croyance, l'islam, le christianisme et le paganisme, lui qui a su parler dans leurs langues à des peuples aux cultures si diverses, qui donc mieux qu'Estevanico pourrait servir d'aussi beau symbole pour une passerelle entre les nations et les peuples, pour un dialogue des civilisations, des cultures et des religions qu' avec son cœur tout simple, il a pratiqué il y a près de cinq siècles ?…
Il y a, à Tucson, au Texas, à la frontière des Etats-Unis et du Mexique, un « Parc Estevan » où l'on a édifié tout un circuit qui retrace l'extraordinaire aventure de ce premier homme « noir » en Amérique du Nord, d'un simple esclave devenu conquistador, conquérant…D'un garçon ayant toujours vécu dans l'ombre de quelqu'un pour devenir Fils du Soleil et meneur d'hommes! Son histoire a suscité bien des romans et des travaux d'études aux Etats-Unis comme au Mexique. Une association, « Estevanico Society », s'est fixé comme but de rechercher, sur le plan universitaire, tout ce qui pourrait permettre de mieux connaître l'histoire de cet enfant du pays. Les enfants puisent dans des bandes dessinées leurs rêves de gamins avides d'aventures magiques et les poètes s'enivrent juste à l'écoute de son nom.
Au Maroc, son aventure n'est pas très popularisée. Certes, quelques séminaires ont été organisés autour de cet enfant du pays, notamment par l'Université Ben M'Sik, de Casablanca-Mohammedia, et un autre, tout récemment, à l'initiative de la Province d'El Jadida auquel seuls neuf Marocains (même pas dix !) ont assisté… L'heure ne serait-elle pas venue d'organiser une grande conférence internationale, avec des Marocains, bien sûr, mais aussi des Espagnols, des Portugais, des Américains, des Mexicains, des Français, et tous ceux qui peuvent apporter à la connaissance de celui qui jeta un pont entre des cultures et des civilisations différentes. A la faveur du récent festival Les Ramp'Arts, une vaste et belle fresque a été dessinée sur un mur de la médina d'Azemmour. Que cette fresque soit conservée pour que le souvenir de ce jeune azemmouri reste vivant dans l'imagerie des habitants de la ville, et que cette petite place prenne désormais le nom de « Place Estévanico ».
Sa figure est discrètement évoquée dans certains films américains. Le Maroc dispose de grands cinéastes pour faire de cette épopée un film ou un documentaire pour que ce Marocain de toujours, ce héros longtemps, trop longtemps méconnu, puisse passer enfin de l'ombre à la lumière.

A lire les ouvrages:
- Hamza ben Driss Ottmani, « Le fils du Soleil : l'odyssée d'Estevanico de Azemor » (éditions La Porte- 2006), en langue française
- Mustapha Ouarab, « L'aventure d'Estebanico Al Azemmouri, d'Azemmour à l'Arizona » publié en langue arabe
-Les incroyables aventures d'Estebanico el Mauro, le premier noir à fouler les terres d'Amérique du Nord, d'Eddy Devoldder, publié en 1993 aux Editions Dumerchez. Une merveilleuse élégie où l'auteur donne vie aux souvenirs d'Estebanico


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.