La Colombie et le Maroc partagent la même vision d'une politique migratoire humanitaire, selon la diplomatie des deux pays    Casablanca / Fonds de solidarité des avocats : Le bâtonnier dévoile les prélèvements    Compteur coronavirus : 303 nouveaux cas en 24h, 1.32 millions troisièmes doses administrées    La Russie resserre ses relations économiques et politiques avec la Libye et l'Algérie    La Commission Islamique de Melilia : l'Espagne appelée à régulariser la situation des Marocains bloqués    Dette publique: Recul de 9,7% des souscriptions sur le MAVT à fin septembre    Equatorial Coca-Cola Bottling Company installe son siège à Casablanca    Sahara : l'Eswatini pointe la "prééminence" de l'initiative d'autonomie comme "seule solution"    Prolongation de l'état d'urgence au Maroc    La prison locale de Nador 2 dément le harcèlement d'un détenu pour son refus de se faire vacciner    Scolarisation des enfants en situation de handicap : Le taux de 55% dépassé, des efforts à soutenir    Maroc-Etats-Unis: La guerre de l'intégrité territoriale se poursuit toujours    Gazoduc GME : l'Algérie veut expédier vers l'Espagne plus de gaz par voie maritime, les observateurs dépaysés    Déficit de médecins urgentistes au Maroc: Les spécialistes tirent la sonnette d'alarme    Lutte contre le cancer du sein au Maroc: Un combat qui est loin d'être gagné    Sondage du CESE sur légalisation du cannabis à des fins thérapeutiques et industrielles    «Le Maroc jouit d'un important soutien international pour sa souveraineté sur le Sahara», estime un média espagnol    Une amazighité encore à accomplir    ayad lemhouer: "Dans le débat sur les langues d'enseignement, l'Etat devrait ignorer les courants idéologiques et se soucier de ce qui est dans l'intérêt des Marocains"    Fonction publique: En 10 ans, le salaire mensuel moyen grimpe de plus de 15%    Pékin «s'oppose fermement» aux contacts militaires entre Taïwan et les Etats-Unis    Botola Pro D1 / Fin de la 7ème journée : Ce jeudi, le classico FAR-WAC à partir de 18h15    Barça : Limogé, Koeman recevrait un chèque de 20 millions d'euros !    Tourisme au Maroc: les opérateurs au fond du gouffre    Thé au Maroc : 400 marques se partagent le marché local    BMCE Capital présente ses nouvelles prévisions 2021-2022    Jusqu'au 19 mars 2022 : La Galerie Banque Populaire expose les photographies de Marcelin Flandrain    France. Zemmour n'est qu'un symptôme [Par Jamal Berraoui ]    Gouvernance économique : Le financement du PLF assuré sans emprunt national    Conseil de la ville de Casablanca : les préparatifs de la session extraordinaire bouclés    L'Assemblée Générale du Raja : Anis Mahfoud, le secrétaire général démissionnaire, nouveau président    L'ONU alerte sur une crise humanitaire qui « s'aggrave » en Syrie    De plus en plus de prisonniers politiques dans la Russie de Poutine    L'investissement au cœur d'une réunion interministérielle    Palestine : Les USA critiquent « fermement » la colonisation en Cisjordanie occupée    Soudan : La pression internationale « libère » Hamdok    Botola Pro D1: le Raja tenu en échec à domicile par le FUS    L'horizon s'assombrit pour l'OCK, le RCOZ méritait mieux    African Lion 2022 : Le coup d'envoi de la 18e édition sera donné cette semaine    Essaouira / Grotte de Bizmoune : Découverte d'éléments de parure datant de 150.000 ans    Grand succès pour les talents marocains à l'AFRIMA Awards    Publication : «La tribu des Bni Touzin : Etude monographique»    Ouverture du 14ème Festival du Théâtre universitaire de Tanger    Belgique : 24 migrants secourus    Maroc-Rwanda: Une proximité qui ne se dément plus    «Théâtre et philosophie» : Mohammed El Kabbaj explore l'interaction entre l'idée et la scène    Un voyage entre dunes et océan depuis la Cité de Mogador    VIDEO. Le Trophée de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) fait escale au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Exposition : «Le Maroc artistique»
Publié dans Finances news le 27 - 10 - 2020

En quatre étages, une exposition inédite retrace l'histoire de la création au Maroc, depuis l'aube du XXème siècle jusqu'à nos jours.

Le musée de Bank Al-Maghrib se pare d'une nouvelle exposition permanente artistique. Une brève histoire de l'art d'un pays «qui a toujours été une terre d'inspiration», à travers un parcours chronologique qui regroupe plusieurs œuvres d'artistes d'ici et d'ailleurs.
Cette exposition, saluée unanimement par la critique, n'est pas sans poser une série de questions quant aux aspects de l'histoire de l'art du Maroc. Les travaux rassemblés donneront certes une vue assez exhaustive qui nous aidera à mieux comprendre la genèse de l'itinéraire contemporain de nos artistes.
Quatre espaces composent désormais ce nouveau parcours artistique, en l'occurrence «'l'art orientaliste' où l'exposition permanente donne un aperçu éloquent de ce qu'était le Royaume Chérifien d'hier vu par les artistes orientalistes venus de différents pays de l'Occident», lit-on dans un communiqué. En effet, depuis le voyage de Delacroix en 1832 et le séjour de Matisse à Tanger en 1912, ils sont innombrables : de La Nézière, Legrand, Majorelle, tous séduits, tous revivifiés par la singulière beauté de ce pays, par l'éblouissement de sa lumière. Ils se sont évertués à en restituer les splendeurs.
Le deuxième espace, baptisé «l'art figuratif tous azimuts» présente, quant à lui, les figuratifs marocains et les peintres autodidactes, qui puisent leurs œuvres dans les paysages et les scènes de vie marocaine, qu'ils mettent en couleurs avec une précision millimétrique et une finesse magnétique. «Leur travail s'inscrit dans la réalité environnante comme dans la mémoire collective tout en tendant vers l'universalisme», souligne le communiqué.
Si l'histoire de la peinture au Maroc remonte au début du XXème siècle, l'art contemporain marocain considéré comme un mouvement digne de ce nom ne s'est amorcé que pendant les années cinquante. Quelques peintres ont été à l'origine de cette mutation radicale, qui a donné un souffle nouveau à une pratique partagée jusqu'alors, chez les Européens installés au Maroc, entre la figuration exotique et l'anecdote réaliste.
La peinture moderne, comme affleurement impératif de vocations individuelles et de différentes tendances picturales, a pris son essor au Maroc au cours de la période comprise entre les années 20 et 50, pour s'affirmer et acquérir une conscience historique de son rôle culturel juste après l'indépendance, au début des années 1960.
Les artistes, issus de l'époque entre le protectorat et le début de l'indépendance, étaient ouverts aux «temps nouveaux»; à la recherche de nouvelles techniques d'expression.
Tournant le dos aux images du folklore colonial, ils proposèrent avec une délicatesse sans pareille un art neuf (ancrée dans un dialogue avec leur propre culture et imprégnée du monde moderne, tout à la fois) qui ne se laisse pas enfermer dans les catégories convenues, et qui respire une force, un choix et un plaisir palpitants.
«'L'art marocain moderne', ce troisième espace révèle les pionniers de l'Ecole de Tétouan et l'Ecole de Casablanca qui, dès l'indépendance du Maroc, ont apporté un souffle nouveau à l'art marocain, en emboîtant le pas de la modernité (…) ‘L'art contemporain', dernier étage du musée, est consacré aux artistes contemporains marocains qui subordonnent dorénavant leur création à une vision de l'art placée à l'échelle du monde», conclut le communiqué.
Bien qu'il soit difficile de cerner l'histoire des arts au Maroc et de restituer la complexité de leur dynamique interne, le musée de Bank Al-Maghrib a œuvré, à coup d'une exposition permanente, à constituer une collection qui reflète parfaitement leurs principales caractéristiques : la dimension historique, la diversité des tendances ainsi que celle des générations.

* Le musée de Bank Al-Maghrib organise des portes ouvertes chaque week-end jusqu'au 31 décembre 2020.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.