Tanger : neuf personnes interpellées pour trafic international de drogue    Pakistan : onze policiers libérés après avoir été capturés par des manifestants anti-France    ANP : baisse de 2,3% du trafic global à fin mars    Baccalauréat : L'examen national unifié entre les 8 et 12 juin prochain    Environnement : Adoption du décret d'application de la loi sur les aires protégées    Foot espagnol : Un 16ème but d'En-Nesyri décisif !    Foot féminin européen : Le PSG affronte le Barça en demi-finale de la Ligue des Champions    Ligue des Champions : Le PSG pourrait être désigné vainqueur !    Open d'Espagne de taekwondo G1: le Marocain Achraf Mahboubi remporte la médaille d'or    Les fintechs, au cœur de la stratégie de CFC    Oxford Business Group publie un rapport sur la transformation numérique du Royaume    Ftour Pluriel 9ème édition : «Retrouvailles»    Prix à la consommation: salée ou pas, la facture de ce ramadan ?    La Bourse de Casablanca débute en baisse    José Mourinho viré de Tottenham    Super League: la nouvelle compétition qui chamboule le foot    «Le polisario et l'Algérie ne réalisent pas que le monde a changé et que personne ne soutiendra leurs efforts de guerre», écrit Eurasiareview    France/Covid-19: les aides coûteront entre 10 et 11 milliards € à l'État en avril    Forum des zones industrielles: La 3è édition du 14 au 16 décembre à Tanger (OADIM)    New Delhi confinée pour une semaine à compter d'aujourd'hui    « Ch'hiwa Bel Khef »: Pasticcio (VIDEO)    Généralisation de la protection sociale : Le gouvernement accélère    Covid-19 en France: nouvelles révélations sur le variant brésilien    Un malade mental commet un carnage à Taounate    Edito : Cour promotionnelle    VIDEO// Aides alimentaires marocaines au Liban : Un don Royal hautement apprécié par les autorités libanaises    Série ramadanesque – «Café ness, ness» : Les avocats sollicitent la HACA    Covid-19 : La vaccination avec Johnson & Johnson devrait reprendre rapidement aux Etats-Unis (Conseiller médical)    VIDEO// Le danseur et chorégraphe belgo-marocain Sidi Larbi Cherkaoui en direct sur Info Soir de 2M    Maroc - Espagne : Une crise latente, malgré une bonne volonté de façade    Afghanistan: Joe Biden siffle la fin de la partie    Patrimoine: Lancement d'un programme de sensibilisation autour des valeurs historiques de Rabat    Déraillement d'un train en Egypte : Au moins 11 morts et près de 100 blessés (nouveau bilan)    Chelsea et Tuchel en finale grâce à Ziyech!    Le Raja s'offre le MAT, le HUSA s'incline face à la RSB    Kafala: Le procureur général appelle à une intervention positive    La conjoncture et l'enjeu    Le livre. Demain l'âge d'or de Jacque Heitz (suite)    Arrivée à Beyrouth du 2ème lot des aides alimentaires marocaines au Liban    Nucléaire iranien : Des avancées malgré la difficulté des négociations    Maroc : Réunion ce mardi 20 avril du Conseil de gouvernement    Sarah & Ismael: quand la passion guide!    Colombie : au moins 14 rebelles et un militaire tués lors de combats    Le profond malaise qui demeure entre la France et l'Algérie s'exaspère    Casablanca: le musée "Docteur Leila Mezian Benjelloun", prêt ''dans un peu plus de deux ans''    Culture : Le Programme des éliminatoires de la 2è édition de la Ligue Nationale d'Improvisation Théâtrale Nojoum    Rencontre: Exploratrice, conteuse...    Ramadan: Driss Roukh critiqué à cause de Mouna Fettou et Dounia Boutazout (PHOTO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Schizophrénies marocaines» de Abdelhak Najib
Publié dans Finances news le 01 - 03 - 2021

«Lève-toi, papa, et lis» me dit Miriam, ma fille, mon médecin.
«La lecture est un adjuvant à bon compte, ça va t'aider à guérir» ajoute-t-elle en me tendant les chroniques de Abdelhak Najib : «Schizophrénies marocaines», un ouvrage d'une haute inspiration, publié par les Editions Orion.

Par Larbi Wafi


«Heureux qui comme un rescapé de la Covid-19 trouve comme par enchantement un sympathique écrivain à son chevet»,dis-je. D'emblée, on est surpris par le style direct, limpide presque aérien. Dès les premières pages, on est happé par l'élan, subjugué par le ton. Certes, le verbe est fort mais le langage est exquis, l'écriture est suave. Les intentions de l'auteur sont affichées, tantôt franches tantôt suggérées, à l'attention du lecteur qui voudra bien interpréter, apprécier et lire entre les lignes...
Plutôt que de se positionner en moralisateur ou donneur de leçons, l'auteur se propose de prendre le pouls de la société, dresser le constat des dégâts d'une société éclatée, tiraillée entre de «fausses traditions et une pseudo modernité », une «société composite» comme dirait Paul Pascon.
Qui plus est, par les temps qui courent «l'anomie» inséparable de tout changement social (Emile Durkheim), mine la société au point qu'elle en est devenue un malaise avéré quasi atavique, dont les conséquences se manifestent en autant d'incivilités récurrentes aussi bien dans l'espace social que dans l'espace privé. Si les mots durs pour caractériser cette situation sont ciselés au "bistouri", c'est parce que la connaissance des réalités porte au réalisme. Ici on ne fait pas dans la dentelle. Ainsi, mettre des mots sur les maux semble couler de source. Tout y passe: l'opportunisme, l'hypocrisie, la veulerie, le népotisme, la trahison, la couardise, la pédophilie, la tartufferie, la corruption, le fanatisme, l'égoïsme...etc.
Quoi de plus efficient, en l'occurrence, qu'une écriture constamment virulente, tournant au ridicule les mœurs de notre société, brossant un tableau outré des vices qu'elle stigmatise pour éveiller les consciences. Tel un Diogène tendant aux autres un miroir (troqué contre la lampe) où ils peuvent se reconnaître, Abdelhak Najib ne laisse de dénoncer, vilipender, critiquer les vices et sottises. Or, critiquer c'est mettre en crise (Abdelkébir Khatibi). Aussi, les genres se suivent, s'entrecroisent, interagissent l'un appelant l'autre dans un fort mélange de procédés rhétoriques en recourant aux moult registres: narratif, descriptif, anecdotique, polémique, satirique... entre autres. C'est en fait un diagnostic sans appel.
L'auteur y va vaillamment, sans complaisance, tournant en dérision les défauts et les vices des individus et de la société, en les dénonçant sans ambages ni détours.
Moralité: tel un malade atteint de névrose, une société en désarroi ne peut guérir que si elle se résout à régler ses comptes avec son passé, à travers une anamnèse salvatrice, une catharsis à la freudienne.
Incontestablement ce n'est pas de gaité de cœur que l'auteur s'est attaqué à tout ce qui révolte la conscience, heurte le bon sens, blesse le goût. Dès lors, la question qui se pose est: l'a-t-il fait d'une façon délibérément didactique? Ce n'est pas inconcevable et c'est ce qui fait dire au Dr. Imane Kendili dans sa préface: «Une traversée du désert de l'écrivain, accompagné de ses lecteurs, vers un cheminement pour une réalisation d'un meilleur ‘moi' en adéquation avec un ‘ça' assumé et un ‘surmoi' conscientisé.» Je partage volontiers cette manière de voir. Aussi faut-il pour affranchir la société de l'aliénation, la mettre sur le divan de Freud plutôt que sur le lit de Procuste auquel d'aucuns appellent de tous leurs vœux pour la «discipliner». À lire absolument.


*«Schizophrénies marocaines» de Abdelhak Najib. Editions Orion. Janvier 2021.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.