Un chercheur serbe souligne le bien-fondé de l'appel à l'expulsion de la pseudo «rasd » de l'UA    Obligation de pass vaccinal : La CNDP se prononcera prochainement    Election des représentants de magistrats: Taux de participation de 50,42% à midi pour les Cours d'appel    Cannabis : Signature de quatre conventions pour le renforcement de la recherche scientifique    L'Arabie saoudite vise la neutralité carbone d'ici 2060    Covid-19 : Le CHU Ibn Sina dément le décès d'une étudiante à cause du vaccin    L'exercice conjoint bilatéral Pakistan-Maroc 2021 touche à sa fin (Vidéo)    Coronavirus : Le vaccin Pfizer efficace à 90% chez les 5-11 ans    Aérien. Le Maroc actualise la liste des pays de la liste B    Aérien. Le Canada rouvre les vols directs en provenance du Maroc    Sahara marocain: La Jordanie réaffirme son soutien à l'autonomie dans le cadre de l'intégrité territoriale du Maroc    Afghanistan: L'état islamique revendique une attaque à l'origine de la panne de courant à Kaboul    En quoi la décision royale dérange le clan Aziz Akhennouch ?    Football féminin : Rencontre entre le président de la Fédération espagnole et Mme Khadija Ila, présidente de la Ligue nationale    Football : Assemblée générale ordinaire à distance de l'IRT    Officiel: un pass vaccinal « provisoire » dès la première dose    Meurtre du député britannique David Amess : le suspect sera jugé en mars 2022    Royal Air Maroc. Vols Casablanca-Montréal: ce qu'il faut savoir    Amical : L'Espagne bat le Maroc en match de préparation à la CAN féminine    Moscou dément tout «refroidissement» dans les relations avec Rabat    Rendez-vous de L'Opinion : A bâtons rompus avec Habboub Cherkaoui (Vidéo)    Le Maroc agit pour la stabilité politique en Libye    Deuxième édition du Global Women Summit à Dakhla    Chambre des représentants : Séance plénière lundi prochain consacrée aux questions orales    Région. L'investissement au cœur des actions du CRI Marrakech-Safi    Selon le rapport "perspectives économiques régionales", du FMI, la reprise post-covid va se renforcer au Maroc    Faut-il continuer à s'endetter ?    Le Maroc d'aujourd'hui n'est pas le Maroc d'hier    Economie verte : Un nouveau chapitre s'écrit    Tanger-Tétouan-Al Hoceima en quête de nouvelles opportunités d'investissement    Elections 2021: Dépôt des comptes des campagnes électorales dans un délai de 60 jours à compter de la date de l'annonce officielle des résultats    Préparatifs de la journée africaine des droits d'auteur : La musique hassanie comme choix du BMDA    Suite à la suspension des vols avec le Royaume-Uni : L'ONMT déploie sa task force sur le World Travel Market    Ivan Rioufol : «Le régime algérien s'est épargné l'introspection, il en vient à voir la France comme un pays conquis»    Etats-Unis- Maroc : Inauguration d'une tour de descente en rappel en faveur des Forces Spéciales de la Marine Royale    [ Interview exclusive ] A bâtons rompus avec le patron du BCIJ    Rencontre de la Fondation Brensthurst-Oppenheimer avec «Bayt Dakira» à Essaouira : une symbiose spatio-temporelle    Don Bigg clash cash les rappeurs algériens    Célébration : La symbolique culturelle des fêtes religieuses    Philosophie : Alexandre Koyré, du monde clos à l'univers infini    Foulane Bouhssine lance son titre religieux «Habib Allah»    Saison 2021-2022 de Medi1TV : Une nouvelle programmation qui répond largement aux attentes du grand public    Mondial biennal : la FIFA convoque un sommet le 20 décembre    Succès de l'exposition artistique dédiée à Eugène Delacroix à Rabat    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Apiculture: une niche au chevet des petits exploitants
Publié dans Finances news le 19 - 09 - 2021

Elle n'est pas exigeante au niveau du foncier et de l'investissement.
Son rendement est nettement supérieur à la céréaliculture.

Par C. Jaidani

L'apiculture figure parmi les activités agricoles les plus ancestrales du Royaume. Bien que ce soit une niche, elle occupe une place particulière chez les agriculteurs marocains. Et pour cause, elle permet de récolter un produit noble, qui est le miel, très apprécié pour ses qualités nutritives, thérapeutiques et cosmétiques. Présente pratiquement dans toutes les régions du Royaume, la filière offre une large gamme de produits qui sont le fruit de la diversité climatique et géographique du pays.
A l'instar de plusieurs activités agricoles, l'apiculture a bénéficié d'un soutien de la part de l'Etat dans le cadre du Plan Maroc Vert (PMV). Son intérêt social est plus important que l'intérêt économique du fait qu'elle est préconisée pour les petits exploitants qui ne disposent pas du foncier nécessaire pour pratiquer les cultures conventionnelles. Elle peut être pratiquée même dans un terrain accidenté ou peu fertile. Pour s'alimenter, les abeilles parcourent des dizaines de kilomètres. Certains exploitants la pratiquent comme activité secondaire pour s'assurer une source de revenu complémentaire surtout que l'investissement lancé n'est pas conséquent.
«C'est une filière fortement recommandée pour le développement local notamment dans les régions défavorisées. Une ruche peut donner entre 10 et 20 kilos par an à un prix moyen dépassant les 250 DH/kilo. Avec une dizaine de ruches, l'exploitant peut gagner pas moins de 25.000 DH par an, soit un revenu supérieur à ce que gagne un fellah possédant 4 hectares dans le bour qui produit des céréales. En plus, avec moins de charges de travail. Les frais mobilisés ne sont pas aussi significatifs comme dans les autres activités agricoles. Toutefois, il faut souligner que l'apiculture est vulnérable aux aléas climatiques et aux maladies. Elle nécessite également un savoir-faire et une certaine technicité. Pour y réussir, l'éleveur est tenu de suivre quelques précautions pour réussir sa production», souligne Abderrahim Ait Moussa, ingénieur en génie rural.
Au Maroc, c'est la forme traditionnelle et l'apiculture extensive qui dominent. La première consiste essentiellement dans la mise en œuvre de techniques simples, rapides, efficaces ne nécessitant qu'un minimum de main-d'œuvre sur chaque colonie. Pour sa part, l'apiculture intensive vise des rendements unitaires plus importants mais exige des interventions fréquentes et relativement compliquées.
«L'apiculture dispose de plusieurs atouts qui ne sont pas encore mis en valeur pour assurer son essor. Les consommateurs recherchent de produits bio et du terroir. De par sa diversité et sa qualité, le miel marocain répond parfaitement à ces exigences notamment pour les marchés à l'international», explique Aït Moussa.

Le PMV booste l'activité de 68%
Depuis l'avènement du PMV, l'apiculture a connu un véritable essor notamment en matière de modernisation de la production ou de la commercialisation. Plusieurs associations et coopératives ont été créées, permettant d'augmenter le nombre d'apiculture qui se chiffre actuellement à plus de 36.000, soit un bond de 64% comparativement à l'année 2009. Cette évolution a eu un effet favorable sur la production, qui frôle actuellement les 8.000 tonnes, soit une croissance de 68%. Reste à souhaiter que Generation Green donne une nouvelle impulsion à la filière.

En dépit de ces atouts, la filière attire peu les agrégateurs d'une dimension soutenue pour conditionner, transformer et valoriser le produit et même le vendre à l'international. L'élevage industriel, pour sa part, fait lui aussi défaut. C'est une activité très pertinente, qui peut jouer un rôle important en matière de lutte contre la précarité. Le département de tutelle doit intensifier ses efforts pour vulgariser les nouvelles techniques d'élevage et assurer un encadrement adéquat de la filière.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.