Le FMI s'attend à ce que la reprise post-Covid au Maroc se renforce    Coupe de la CAF/2e tour préliminaire « retour » : La RSB pour confirmer, les FAR pour se surpasser !    Dimanche prochain à 19h45, l'autre classico, l'OM reçoit le PSG    Coupe du Monde Féminine U-20 : Le Maroc affronte la Gambie et non le Sénégal !    Compteur coronavirus : 499 nouveaux cas positifs, 5 décès enregistrés en 24H    Marrakech : La Mamounia s'apprête à abriter une grande vente aux enchères organisée par Artcurial Maroc    Le détail du Projet de loi de finances 2022 [Document]    Kénitra : deux arrestations pour trafic illicite de substances psychotropes    ''Femmes écrites'', un nouveau recueil de Houda El Fchtali en kiosques au Maroc et dans plusieurs pays francophones    Maroc : une nouvelle vague de l'épidémie de Covid-19 est probable    Bonnes feuilles : «France-Algérie les passions douloureuses» de Benjamin Stora    Mobilité propre : De nouvelles dispositions applicables en 2022 et en 2023    Grâce Royale au profit de 510 personnes à l'occasion de l'Aïd Al Mawlid Annabawi    Agadir : Démantèlement d'une bande de trois malfrats, dont une jeune femme    Casablanca : Pour kidnapping, séquestration et viol, un duo écope de 10 ans de prison chacun    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Aquaculture : Agadir Haliopôle Cluster accompagne les start-up innovantes    Le pass vaccinal obligatoire dès jeudi dans les espaces publics et pour se déplacer    Les 100 ans de Georges Brassens.. Un souffle de poésie et de musicalité joyeuse parcourt la ville de Sète    Sahara : Irina Tsukerman dénonce un lobbying douteux contre le Maroc et soutient la légitimité et la crédibilité de la voix de Tamek    Femmes sur le marché du travail : Les chiffres inquiétants du HCP    Un responsable marocain sur le gazoduc Maghreb-Europe (GME) : «Nous ne le laisserons pas rouiller»    En Algérie, aveux téléguidés, faux coupables et machinations policières    Aïd Al Mawlid Annabaoui - Le Prophète Sidna Mohammed « As-Sadiq Al-Amin » : Un illustre modèle    Un trafic international de cocaïne démantelé en Belgique, 27 arrestations    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Irak: Le responsable d'un attentat meurtrier en 2016 arrêté    Le premier ministre polonais fustige un «chantage» de l'UE, qui souhaite protéger ses «valeurs»    Projet de loi des Finances 2022 : 245 milliards d'investissement public, 3,2% de croissance anticipée    Le WAC domine et s'incline, le Raja s'impose face aux Libériens de LPRC Oilers    Prémices d'une nouvelle guerre civile au Liban ?    Examen des Orientations générales du PLF pour l'année budgétaire 2022    La CGEM décline son software    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    «Osmoses», nouvelle exposition de Hiba Baddou    Arabie Saoudite : Levée des restrictions liées au Covid-19    Béni Mellal-Khénifra : Exposition collective... aux couleurs de l'automne    Daech et les Talibans : un casse-tête ou une menace ?    PIB : le PLF 2022 prévoit une croissance de 3,2%    Couture : Maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    Faux printemps arabes    Covid-19. Colin Powell, secrétaire d'Etat sous George W. Bush, est décédé    Casablanca : Nabila Rmili annonce une vaste campagne de nettoyage    Les villes les mieux équipées en guichets automatiques bancaires    Face aux résistances des vieux briscards : Les Pionniers!    Relations Maroc-Mali : Interview exclusive avec Abdoulaye Diop, ministre malien des Affaires étrangères    «Te Amo» : Nouveau tube de Khaoula Moujahid    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Parution :partis politiques et protestations au Maroc (1934-2020)
Publié dans Finances news le 27 - 09 - 2021

Mounia Bennani-Chraïbi, professeure à l'Institut d'études politiques et internationales de l'Université de Lausanne, (Suisse) vient de publier un ouvrage qui met en lumière les paradoxes d'une nationalisation du politique par la marge.

Si les premiers partis marocains sont à l'avant-garde des combats pour l'édification et la libération de la nation, au lendemain de l'indépendance, certains constituent une menace sérieuse pour le régime monarchique.

Jusqu'au début des années 1990, ils jouent certes un rôle moteur dans les arènes protestataires, mais avec l'avènement de Mohammed VI se diffuse un nouveau récit : «le roi est bon, la classe politique est mauvaise». Démobilisation électorale et disqualification des partis sont à leur comble… ouvrant la voie à des protestations parfois porteuses d'une critique inédite de l'Institution monarchique.

Le Maroc serait-il alors un Royaume où – de l'indépendance à nos jours – des monarques experts en survie se jouent inexorablement des complots, des oppositions et des aspirations révolutionnaires ? Un monde où tout change, des sigles de partis aux ruses du pouvoir, pour que rien ne change ?

Un sens commun séduisant ou plutôt des mythes que Mounia Bennani-Chraïbi ébranle au fil de ce livre qui renouvelle l'histoire politique du pays.

Le livre revisite des luttes politiques violentes ou larvées, pointant du doigt le fait partisan dans un contexte autoritaire travaillé par une répression et des politiques de concession à géométrie variable. Une problématique qui ne dissocie jamais dynamiques protestataires et logiques partisanes.

Porté par profondeur historique, «Partis politiques et protestations au Maroc (1934-2020)» nous aidera à mieux comprendre comment le passé affecte les luttes actuelles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.