Séisme au PJD : Ramid ne partira plus    Le Maroc suspend ses vols avec la Belgique et l'Italie    Non au nihilisme !    Evolution du coronavirus au Maroc : 112 nouveaux cas, 483.766 au total, lundi 1er mars 2021 à 18 heures    La Bourse de Casablanca termine en retrait    Le Roi ordonne de faire don d'un million de dollars au Yémen    Le Maroc blackliste l'ambassade d'Allemagne à Rabat    Région de Dakhla: plus de 570 MDH pour des projets de développement    Après Tanger, la ville de Tétouan noyée par des pluies torrentielles (Vidéos)    Tennis : À Dakar, nos jeunes ont gagné en expérience    FCA Morocco : ce que prévoit le MotorVillage pour accompagner sa croissance    Recherche et développement : la CGEM s'allie à l'UM6P    Procès à distance: Plus de 300.000 affaires mises au rôle en 10 mois    El Guerguarat: inauguration de logements de fonction pour les agents de douane    Officiel: le Maroc prolonge le couvre-feu    Marrakech: une villa transformée en casino perquisitionnée par la DGSN    Egypte : décès de l'acteur Youssef Chaabane, à l'âge de 90 ans, des suites de la covid-19    Chine : les trois actions efficaces pour éradiquer la pauvreté    Mohamed Bazoum, nouveau président du Niger    Prolongement de l'état d'urgence, usage légal du cannabis... Ce qui est prévu lors du Conseil de gouvernement    Covid-19 en France: « Il faut encore tenir », selon Macron    Export : Dakhla nouveau fief pour l'Asmex    Le nouveau clip de Saad Lamjarred fait un carton ! (VIDEO)    Guerguerat : inauguration de logements de fonction pour les agents de douane    TOOMORE célèbre la femme marocaine    Le président de la FIFA en visite au Maroc: Bons baisers de Rabat    La Juve sans joker derrière l'Inter et Milan    Les Robots de l'apocalypse, de Gabriel Banon    Chelsea et United scotchés, Liverpool repart    Yetnahaw Gaâ : en Algérie, la résistance démocratique face à la répression et l'entêtement du régime    Covid-19 au Royaume-Uni : plus de 20 millions de personnes ont reçu leur première dose de vaccin    La NASA adopte la carte complète du Maroc    Présidence de la CAF : la Fifa a fini par trouver un compromis entre les 4 candidats en lice    Samy Mmaee : Ma première sélection, le meilleur moment de ma carrière    Hicham Maidi présente une exposition mêlant l'âme et la matière    14e anniversaire de SAR la Princesse Lalla Khadija    JO de Tokyo : France-Etats Unis dès le 25 juillet pour les basketteurs    Léger recul de l'activité de Centrale Danone en 2020    Jeunes Talents Maghreb L'Oréal-Unesco pour les femmes et la science : Deux chercheuses marocaines récompensées    ‘'KISSARIYA'', nouvelle sitcom ramadanesque    «Pour moi, la musique est un don de Dieu»    Réunion sur l'accord nucléaire : l'Iran ne considère pas le moment comme «approprié»    «Schizophrénies marocaines» de Abdelhak Najib    Ronaldo et Messi dans le viseur d'un club    Troisième grand parti politique aux Etats-Unis? Trump met les choses au clair    Syrie : l'UNICEF appelle au renvoi chez eux des enfants déplacés dans le Nord-Est    Algérie: affrontements entre la police et des manifestants    La folle histoire qui lie Winston Churchill à la ville de Marrakech    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





e-commerce : Le paiement en ligne bientôt opérationnel
Publié dans Finances news le 08 - 11 - 2007

* Le système de paiement en ligne sera opérationnel dans les quelques jours qui viennent.
* Maroc Télécommerce et le Centre Monétique Interbancaire en assureront le déploiement.
* Une poche de 10.000 DH en devises est prévue pour les achats sur les sites marchands étrangers.
Le Maroc s’apprête à vivre une véritable révolution dans les systèmes de paiement. Commerçants et consommateurs devront voir progressivement, dans les quelques semaines à venir, leurs habitudes chamboulées. Et pour cause : le e-commerce va s’ouvrir, vers la mi novembre, à tous les porteurs de cartes bancaires de paiement. Réservé jusque-là aux seuls titulaires de cartes de paiement internationales ou de comptes à l’étranger, le e-commerce tendra à se démocratiser. «Le système de paiement sur le Net devrait être opérationnel dès la semaine prochaine», nous indique, sous couvert de l’anonymat, un cadre du Centre Monétique Interbancaire. Il ne reste plus qu’une seule semaine pour que les Marocains puissent enfin réaliser des transactions sur Internet avec une simple carte de paiement. Le CMI et la société Maroc Télécommerce, pionnier en la matière, en feront l’annonce incessamment. On pourrait ainsi imaginer les Marocains acheter, moyennant un double clic, leur mouton au prochain Aïd. Il suffirait juste qu’un vendeur de bétail plus malin que les autres ait l’audace de lancer un souk de moutons on line!
Outre «Lhawli» de l’Aïd, ce nouveau mode de transaction offrira des opportunités pour le moins alléchantes. Il suffit de penser que dans quelque temps, on pourra régler sa facture d’eau, d’électricité, de téléphone, par carte de paiement, sans avoir à se déplacer, ou encore remplir son panier et se faire livrer, par une enseigne de grande distribution... Les possibilités à exploiter sont quasi illimitées. Mais comment se feront, concrètement, ces transactions en ligne? «L’acheteur voulant acquérir un bien ou service proposé en ligne devra entrer son numéro de carte bancaire complet, celui figurant sur le dos de la carte, et la date de validité de sa carte. Le traitement sera assuré par Maroc Télécommerce, société jouant le rôle de TPE virtuel (terminal de paiement électronique), sécurisant la transaction et par ricochet la confidentialité du numéro de carte», nous explique ce cadre du CMI. La société Maroc Télécommerce jouera donc le rôle d’interface entre le client et le CMI qui validera, comme il le fait déjà avec les transactions ordinaires par carte (achats, retraits…), le débit des sommes engagées, du compte du client à celui du commerçant. Ce processus, rappelons-le, a été validé et approuvé par les deux mastodontes du secteur Visa et Master Card.
Maturité
L’entrée en service de ce mode de paiement est l’aboutissement d’un long processus de mise à niveau du secteur de la monétique. Une modernisation qui a commencé par le regroupement des différentes interfaces de paiement des banques via la création du CMI, le remplacement des classiques «fers à repasser» par des terminaux de paiement électroniques (TPE pour les intimes), puis l’introduction récente des cartes à puce sécurisées. «Techniquement, ce système de paiement aurait pu être mis en place depuis longtemps, mais il fallait que le marché le justifie», explique notre cadre du CMI. Car même si les sites Internet marchands ont fait leur apparition depuis plusieurs années déjà, les services qu’ils proposent se limitent aux réservations ou aux commandes. Le paiement, lui, ne s’effectue qu’à la livraison. Et c’est justement l’ouverture de plus en plus accrue de l’économie marocaine qui a permis cette maturité tant attendue par le marché. En effet, nous confie notre cadre, ce sont les compagnies aériennes low cost qui se sont installées au Maroc ces deux dernières années qui ont été les premiers lobbyistes pour convaincre les banques et l’État de franchir ce pas. Une évidence, quand on sait que leur business repose en bonne partie sur ce canal de paiement ! L’État est allé même plus loin en accordant à tout titulaire d’une carte de paiement en Dirhams le droit de bénéficier d’une poche annuelle de 10.000 dirhams en devises. Ce montant n’est cependant pas déduit des 20.000 dirhams de la fameuse dotation touristique et peut être mobilisé pour effectuer des achats en ligne auprès d’entreprises étrangères. Ainsi, tout Marocain, titulaire d’une simple carte de paiement, peut commander un roman sur Amazon.fr, saisir les bonnes affaires sur ebay.com ou encore acheter son polo Lacoste sur lacoste.com. Cela risque-t-il d’affecter le matelas de devises du pays? A priori, la réponse est non ! D’abord les Marocains ne consomment pas tous les 20.000 dirhams de devises octroyés par l’Etat pour leur voyage à l’étranger. Ensuite, le nombre de personnes titulaires de cartes bancaires de paiement tourne aujourd’hui aux alentours d’un million, dont la majorité ne consommera pas tous les 10.000
dirhams en achat à l’étranger sur Internet. Au pire des cas, ce sont pas plus de 10 milliards de dirhams qui risqueront de quitter le pays, ce qui n’affecterait pas trop les réserves en devises de l’Etat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.