Environnement des affaires: ce qu'il faut retenir de la politique nationale 2021-2025    Message de condoléances de SM le Roi à la famille de feu Béchir Ben Yahmed, fondateur de "Jeune Afrique"    Météo: le temps prévu ce jeudi 6 mai au Maroc    Coupe du Trône: les Faraouis font tomber le Raja en demi-finales (VIDEO)    Afrique du Sud : M. Youssef Amrani présente dans un panel la perspective marocaine d'une diplomatie post-covid    Coupe du Trône: le Wydad bat le Chabab Mohammédia et file en finale (VIDEO)    L'avenir de Mohamed Ihattaren, entre PSV et tanière des Lions ?    Classement mondial de la bonne gouvernance : Le Maroc 61e mondial et 4e en Afrique    Chelsea-Real (2-0) : Les Blues se hissent vers Manchester City en finale de la LDC !    Cette semaine en Liga...    Liberté sous caution pour Bouhlel et son acolyte ?    Cinéma/Maroc : Un réseau d'acteurs pour la promotion des droits de l'Homme voit le jour    Le Maroc et la Serbie veulent renforcer davantage leurs relations économiques    La terre a tremblé dans la région de Ouarzazate    Affaire Brahim Ghali: les Marocains d'Espagne se mobilisent    Le Maroc dans le Groupe B    Concours «Street Art Casablanca»    LA BAD APPUIE LE MAROC AVEC PRÈS D'UN MILLION DE DOLLARS    Le plaidoyer du Maroc pour une OMC plus efficace    Mahrez envoie Manchester City en finale    Le Djibouti réitère son attachement «résolu et constant» à l'intégrité territoriale du Maroc    Nizar Baraka : "Il est temps de revoir la répartition des richesses"    Covid-19/Maroc : 5 décès et 371 nouvelles contaminations ces dernières 24 heures    AGROALIMENTAIRE/Agropoles: des plateformes intégrées avec des incitations pour les investisseurs    Madrid: Manifestation massive devant l'Audience Nationale pour réclamer l'arrestation du dénommé Brahim Ghali    Ce qu'il faut retenir des études relatives au développement du cannabis    USA: Facebook maintient l'interdiction du compte de Donald Trump    La Bourse de Casablanca clôture dans le vert    Le 11ème Festival International de Meknès du Cinéma des Jeunes se déroulera du 25 au 28 mai    Quand la pandémie pérennise son lexique dans la langue française    Le dirham devrait s'apprécier face au dollar de 0,1%    « Mon histoire avec les médicaments », une autobiographie de feu Omar Tazi [Chapitre 1]    Hôtellerie : l'Israélien Fattal lorgne le Maroc    Ramadan/Tanger: un restaurant sert un Ftour express, couvre-feu oblige (reportage)    Larbi Tourak expose ses œuvres à Fès    Nuits ramadanesques : Le groupe Tarwa N-Tiniri se produira le 6 mai    Coupe du Trône: voici le premier qualifié au dernier carré (VIDEO)    Le Premier secrétaire de l'USFP s'entretient avec l'ambassadeur du Pakistan au Maroc    Covid-19: deux cas du variant indien détectés en Espagne    Au Musée Reina Sofia à Madrid : «Trilogie marocaine : 1950-2020»    Jazz au Maroc: vivement le live !    Santé : Des médecins cubains au Maroc ?    Simplification des procédures administratives : La CMR se conforme à la nouvelle loi    Covid-19 : Deux cas du variant indien détectés en Espagne    Ministère: Près de 4 millions d'Espagnols au chômage    Maroc/météo : Nuages instables sur plusieurs régions avec des averses par endroits, ce mercredi 5 mai    Bill et Melinda Gates continueront à gérer ensemble leur fondation après leur divorce    Le leader de Podemos, Pablo Iglesias, se retire de la vie politique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





e-commerce : Le paiement en ligne bientôt opérationnel
Publié dans Finances news le 08 - 11 - 2007

* Le système de paiement en ligne sera opérationnel dans les quelques jours qui viennent.
* Maroc Télécommerce et le Centre Monétique Interbancaire en assureront le déploiement.
* Une poche de 10.000 DH en devises est prévue pour les achats sur les sites marchands étrangers.
Le Maroc s’apprête à vivre une véritable révolution dans les systèmes de paiement. Commerçants et consommateurs devront voir progressivement, dans les quelques semaines à venir, leurs habitudes chamboulées. Et pour cause : le e-commerce va s’ouvrir, vers la mi novembre, à tous les porteurs de cartes bancaires de paiement. Réservé jusque-là aux seuls titulaires de cartes de paiement internationales ou de comptes à l’étranger, le e-commerce tendra à se démocratiser. «Le système de paiement sur le Net devrait être opérationnel dès la semaine prochaine», nous indique, sous couvert de l’anonymat, un cadre du Centre Monétique Interbancaire. Il ne reste plus qu’une seule semaine pour que les Marocains puissent enfin réaliser des transactions sur Internet avec une simple carte de paiement. Le CMI et la société Maroc Télécommerce, pionnier en la matière, en feront l’annonce incessamment. On pourrait ainsi imaginer les Marocains acheter, moyennant un double clic, leur mouton au prochain Aïd. Il suffirait juste qu’un vendeur de bétail plus malin que les autres ait l’audace de lancer un souk de moutons on line!
Outre «Lhawli» de l’Aïd, ce nouveau mode de transaction offrira des opportunités pour le moins alléchantes. Il suffit de penser que dans quelque temps, on pourra régler sa facture d’eau, d’électricité, de téléphone, par carte de paiement, sans avoir à se déplacer, ou encore remplir son panier et se faire livrer, par une enseigne de grande distribution... Les possibilités à exploiter sont quasi illimitées. Mais comment se feront, concrètement, ces transactions en ligne? «L’acheteur voulant acquérir un bien ou service proposé en ligne devra entrer son numéro de carte bancaire complet, celui figurant sur le dos de la carte, et la date de validité de sa carte. Le traitement sera assuré par Maroc Télécommerce, société jouant le rôle de TPE virtuel (terminal de paiement électronique), sécurisant la transaction et par ricochet la confidentialité du numéro de carte», nous explique ce cadre du CMI. La société Maroc Télécommerce jouera donc le rôle d’interface entre le client et le CMI qui validera, comme il le fait déjà avec les transactions ordinaires par carte (achats, retraits…), le débit des sommes engagées, du compte du client à celui du commerçant. Ce processus, rappelons-le, a été validé et approuvé par les deux mastodontes du secteur Visa et Master Card.
Maturité
L’entrée en service de ce mode de paiement est l’aboutissement d’un long processus de mise à niveau du secteur de la monétique. Une modernisation qui a commencé par le regroupement des différentes interfaces de paiement des banques via la création du CMI, le remplacement des classiques «fers à repasser» par des terminaux de paiement électroniques (TPE pour les intimes), puis l’introduction récente des cartes à puce sécurisées. «Techniquement, ce système de paiement aurait pu être mis en place depuis longtemps, mais il fallait que le marché le justifie», explique notre cadre du CMI. Car même si les sites Internet marchands ont fait leur apparition depuis plusieurs années déjà, les services qu’ils proposent se limitent aux réservations ou aux commandes. Le paiement, lui, ne s’effectue qu’à la livraison. Et c’est justement l’ouverture de plus en plus accrue de l’économie marocaine qui a permis cette maturité tant attendue par le marché. En effet, nous confie notre cadre, ce sont les compagnies aériennes low cost qui se sont installées au Maroc ces deux dernières années qui ont été les premiers lobbyistes pour convaincre les banques et l’État de franchir ce pas. Une évidence, quand on sait que leur business repose en bonne partie sur ce canal de paiement ! L’État est allé même plus loin en accordant à tout titulaire d’une carte de paiement en Dirhams le droit de bénéficier d’une poche annuelle de 10.000 dirhams en devises. Ce montant n’est cependant pas déduit des 20.000 dirhams de la fameuse dotation touristique et peut être mobilisé pour effectuer des achats en ligne auprès d’entreprises étrangères. Ainsi, tout Marocain, titulaire d’une simple carte de paiement, peut commander un roman sur Amazon.fr, saisir les bonnes affaires sur ebay.com ou encore acheter son polo Lacoste sur lacoste.com. Cela risque-t-il d’affecter le matelas de devises du pays? A priori, la réponse est non ! D’abord les Marocains ne consomment pas tous les 20.000 dirhams de devises octroyés par l’Etat pour leur voyage à l’étranger. Ensuite, le nombre de personnes titulaires de cartes bancaires de paiement tourne aujourd’hui aux alentours d’un million, dont la majorité ne consommera pas tous les 10.000
dirhams en achat à l’étranger sur Internet. Au pire des cas, ce sont pas plus de 10 milliards de dirhams qui risqueront de quitter le pays, ce qui n’affecterait pas trop les réserves en devises de l’Etat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.