Réseau de lecture au Maroc : Lancement du 7è Prix national de la lecture    FICMEC 2020 : Une 9ème édition virtuelle qui met à l'honneur l'Amérique latine    660 nouveaux véhicules mis à la disposition de différents services    Intégrité territoriale : L'Alliance des Médecins Istiqlaliens fière des positions de SM le Roi    Toni Pérez, nouveau directeur général de Glovo Maroc    Aradei Capital : Dernière ligne droit de l'IPO    Echéances bancaires aux entreprises: Jouahri fait le point    De nouveaux blocs sanitaires pour une meilleure hygiène publique    Activité portuaire : Casablanca et SPEZIA renforcent leur coopération    La loi pour l'exclusion de Huawei des futurs réseaux 5G présentée au parlement    Zoom : Hamilton ou Schumacher, qui est le meilleur pilote de l'Histoire ?    Météo: au Maroc, pluie et rafales de vent dans ces villes à partir de mercredi    L'épreuve de vaccination!    Vaccin anti-covid-19: Prendre son mal en patience    L'UNICEF va acheminer deux milliards de doses aux pays en développement    Travail des enfants et droits de la femme: Quatorze associations bénéficient de la subvention de l'Etat    Large soutien international à l'intervention du Maroc pour protéger ses territoires    Le Parlement péruvien salue l'intervention du Maroc    Colorado: le chiffre d'affaires en baisse de 10,3% à fin septembre    Raja de Casablanca: Ziyat persiste et signe    Susana Diaz : le Maroc, le "partenaire le plus stable de l'Espagne dans toute la Méditerranée"    inwi: Partenaire Officiel du Football National    Karim Belhassan, nouveau Directeur général Adjoint de BMCI    Vaccination au Maroc: Ait Taleb donne (presque) tous les détails    Pourquoi les cas de covid-19 ont baissé au Maroc, selon un expert    Chambre des conseillers: L'importance de la mission exploratoire des commissions permanentes mise en avant    Les hommes d'Ammouta disposent facilement du MCO    Les vagues du roman maghrébin et la richesse de l'imaginaire    Clôture du VFM: une édition digitale «déconfinée», placée sous le signe de la résilience!    «Radia Aliya»: Mourad Asmar rend hommage aux mères    Mémoire du judaïsme marocain    L'actrice marocaine Saadia Louk dénonce les fake news des séparatistes    Equipe nationale féminine: Double confrontation amicale Maroc-Ghana, les 26 et 30 novembre à Accra    Griezmann brise le silence sur ses rapports avec Messi    Entretien / Prévisions des tendances du digital en 2021    Al-Nasr : la colère d'Amrabat après la défaite face à Al Hilal (VIDEO)    Coronavirus : voici les métiers les plus à risque [Etude]    La réaction officielle de la CAF après la suspension de son président : -L'intérim de M.Constant Omari prolongé jusqu'au 12 mars 2021 -M.Fouzi Lekjaâ, premier vice-président    USA: Trump prêt à céder le pouvoir    Guergarate : La République tchèque salue l'engagement du Maroc à maintenir l'accord de cessez-le-feu    Guerguarat : Le Burkina Faso réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    BCIJ : Démantèlement d'une cellule terroriste affiliée à «Daech»    Mohamed Ramadan s ' attire les foudres du public    Le Parlement libyen tient une séance de L consultations àTanger    Thaïlande: Bras-de-fer entre la jeunesse et l'institution monarchique    Etats-Unis : Biden va commencer à dévoiler son gouvernement    Exposition. L'art en Afrique médiévale à l'honneur à Washington    Israël-Arabie saoudite. Netanyahu en secret chez MBS    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





e-commerce : Le paiement en ligne bientôt opérationnel
Publié dans Finances news le 08 - 11 - 2007

* Le système de paiement en ligne sera opérationnel dans les quelques jours qui viennent.
* Maroc Télécommerce et le Centre Monétique Interbancaire en assureront le déploiement.
* Une poche de 10.000 DH en devises est prévue pour les achats sur les sites marchands étrangers.
Le Maroc s’apprête à vivre une véritable révolution dans les systèmes de paiement. Commerçants et consommateurs devront voir progressivement, dans les quelques semaines à venir, leurs habitudes chamboulées. Et pour cause : le e-commerce va s’ouvrir, vers la mi novembre, à tous les porteurs de cartes bancaires de paiement. Réservé jusque-là aux seuls titulaires de cartes de paiement internationales ou de comptes à l’étranger, le e-commerce tendra à se démocratiser. «Le système de paiement sur le Net devrait être opérationnel dès la semaine prochaine», nous indique, sous couvert de l’anonymat, un cadre du Centre Monétique Interbancaire. Il ne reste plus qu’une seule semaine pour que les Marocains puissent enfin réaliser des transactions sur Internet avec une simple carte de paiement. Le CMI et la société Maroc Télécommerce, pionnier en la matière, en feront l’annonce incessamment. On pourrait ainsi imaginer les Marocains acheter, moyennant un double clic, leur mouton au prochain Aïd. Il suffirait juste qu’un vendeur de bétail plus malin que les autres ait l’audace de lancer un souk de moutons on line!
Outre «Lhawli» de l’Aïd, ce nouveau mode de transaction offrira des opportunités pour le moins alléchantes. Il suffit de penser que dans quelque temps, on pourra régler sa facture d’eau, d’électricité, de téléphone, par carte de paiement, sans avoir à se déplacer, ou encore remplir son panier et se faire livrer, par une enseigne de grande distribution... Les possibilités à exploiter sont quasi illimitées. Mais comment se feront, concrètement, ces transactions en ligne? «L’acheteur voulant acquérir un bien ou service proposé en ligne devra entrer son numéro de carte bancaire complet, celui figurant sur le dos de la carte, et la date de validité de sa carte. Le traitement sera assuré par Maroc Télécommerce, société jouant le rôle de TPE virtuel (terminal de paiement électronique), sécurisant la transaction et par ricochet la confidentialité du numéro de carte», nous explique ce cadre du CMI. La société Maroc Télécommerce jouera donc le rôle d’interface entre le client et le CMI qui validera, comme il le fait déjà avec les transactions ordinaires par carte (achats, retraits…), le débit des sommes engagées, du compte du client à celui du commerçant. Ce processus, rappelons-le, a été validé et approuvé par les deux mastodontes du secteur Visa et Master Card.
Maturité
L’entrée en service de ce mode de paiement est l’aboutissement d’un long processus de mise à niveau du secteur de la monétique. Une modernisation qui a commencé par le regroupement des différentes interfaces de paiement des banques via la création du CMI, le remplacement des classiques «fers à repasser» par des terminaux de paiement électroniques (TPE pour les intimes), puis l’introduction récente des cartes à puce sécurisées. «Techniquement, ce système de paiement aurait pu être mis en place depuis longtemps, mais il fallait que le marché le justifie», explique notre cadre du CMI. Car même si les sites Internet marchands ont fait leur apparition depuis plusieurs années déjà, les services qu’ils proposent se limitent aux réservations ou aux commandes. Le paiement, lui, ne s’effectue qu’à la livraison. Et c’est justement l’ouverture de plus en plus accrue de l’économie marocaine qui a permis cette maturité tant attendue par le marché. En effet, nous confie notre cadre, ce sont les compagnies aériennes low cost qui se sont installées au Maroc ces deux dernières années qui ont été les premiers lobbyistes pour convaincre les banques et l’État de franchir ce pas. Une évidence, quand on sait que leur business repose en bonne partie sur ce canal de paiement ! L’État est allé même plus loin en accordant à tout titulaire d’une carte de paiement en Dirhams le droit de bénéficier d’une poche annuelle de 10.000 dirhams en devises. Ce montant n’est cependant pas déduit des 20.000 dirhams de la fameuse dotation touristique et peut être mobilisé pour effectuer des achats en ligne auprès d’entreprises étrangères. Ainsi, tout Marocain, titulaire d’une simple carte de paiement, peut commander un roman sur Amazon.fr, saisir les bonnes affaires sur ebay.com ou encore acheter son polo Lacoste sur lacoste.com. Cela risque-t-il d’affecter le matelas de devises du pays? A priori, la réponse est non ! D’abord les Marocains ne consomment pas tous les 20.000 dirhams de devises octroyés par l’Etat pour leur voyage à l’étranger. Ensuite, le nombre de personnes titulaires de cartes bancaires de paiement tourne aujourd’hui aux alentours d’un million, dont la majorité ne consommera pas tous les 10.000
dirhams en achat à l’étranger sur Internet. Au pire des cas, ce sont pas plus de 10 milliards de dirhams qui risqueront de quitter le pays, ce qui n’affecterait pas trop les réserves en devises de l’Etat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.