Séisme au PJD : Ramid ne partira plus    Le Maroc suspend ses vols avec la Belgique et l'Italie    Non au nihilisme !    Evolution du coronavirus au Maroc : 112 nouveaux cas, 483.766 au total, lundi 1er mars 2021 à 18 heures    La Bourse de Casablanca termine en retrait    Le Roi ordonne de faire don d'un million de dollars au Yémen    Le Maroc blackliste l'ambassade d'Allemagne à Rabat    Région de Dakhla: plus de 570 MDH pour des projets de développement    Après Tanger, la ville de Tétouan noyée par des pluies torrentielles (Vidéos)    Tennis : À Dakar, nos jeunes ont gagné en expérience    FCA Morocco : ce que prévoit le MotorVillage pour accompagner sa croissance    Recherche et développement : la CGEM s'allie à l'UM6P    Procès à distance: Plus de 300.000 affaires mises au rôle en 10 mois    El Guerguarat: inauguration de logements de fonction pour les agents de douane    Officiel: le Maroc prolonge le couvre-feu    Marrakech: une villa transformée en casino perquisitionnée par la DGSN    Egypte : décès de l'acteur Youssef Chaabane, à l'âge de 90 ans, des suites de la covid-19    Chine : les trois actions efficaces pour éradiquer la pauvreté    Mohamed Bazoum, nouveau président du Niger    Prolongement de l'état d'urgence, usage légal du cannabis... Ce qui est prévu lors du Conseil de gouvernement    Covid-19 en France: « Il faut encore tenir », selon Macron    Export : Dakhla nouveau fief pour l'Asmex    Le nouveau clip de Saad Lamjarred fait un carton ! (VIDEO)    Guerguerat : inauguration de logements de fonction pour les agents de douane    TOOMORE célèbre la femme marocaine    Le président de la FIFA en visite au Maroc: Bons baisers de Rabat    La Juve sans joker derrière l'Inter et Milan    Les Robots de l'apocalypse, de Gabriel Banon    Chelsea et United scotchés, Liverpool repart    Yetnahaw Gaâ : en Algérie, la résistance démocratique face à la répression et l'entêtement du régime    Covid-19 au Royaume-Uni : plus de 20 millions de personnes ont reçu leur première dose de vaccin    La NASA adopte la carte complète du Maroc    Présidence de la CAF : la Fifa a fini par trouver un compromis entre les 4 candidats en lice    Samy Mmaee : Ma première sélection, le meilleur moment de ma carrière    Hicham Maidi présente une exposition mêlant l'âme et la matière    14e anniversaire de SAR la Princesse Lalla Khadija    JO de Tokyo : France-Etats Unis dès le 25 juillet pour les basketteurs    Léger recul de l'activité de Centrale Danone en 2020    Jeunes Talents Maghreb L'Oréal-Unesco pour les femmes et la science : Deux chercheuses marocaines récompensées    ‘'KISSARIYA'', nouvelle sitcom ramadanesque    «Pour moi, la musique est un don de Dieu»    Réunion sur l'accord nucléaire : l'Iran ne considère pas le moment comme «approprié»    «Schizophrénies marocaines» de Abdelhak Najib    Ronaldo et Messi dans le viseur d'un club    Troisième grand parti politique aux Etats-Unis? Trump met les choses au clair    Syrie : l'UNICEF appelle au renvoi chez eux des enfants déplacés dans le Nord-Est    Algérie: affrontements entre la police et des manifestants    La folle histoire qui lie Winston Churchill à la ville de Marrakech    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crédits immobiliers : La hausse des taux n’est pas pour demain
Publié dans Finances news le 29 - 05 - 2008

* Le spectre de la hausse est omniprésent. Le gap entre les taux des bons du Trésor sur le marché primaire et le marché secondaire ne cesse de s’amplifier.
* Enjeu politique oblige, le Trésor n’a pas touché depuis des lustres aux maturités longues, qui servent de base au calcul des taux des prêts au logement à long terme.
* Bank Al-Maghrib est en train de revoir le mécanisme d’indexation des taux des crédits immobiliers. En attendant, le Trésor boude les maturités longues. Le statu quo sera donc maintenu.
Seul un mois nous sépare du recalcul des taux d’intérêts applicables aux crédits immobiliers. La Banque centrale rendra sa copie à l’entame du deuxième semestre et fixera les taux qui devront être appliqués par les établissements de crédit tout au long des six derniers mois de l’année. Opérateurs et particuliers sont donc inquiets à l’approche de l’heure de vérité. Yaura-t-il hausse des taux ? Ou bien alors, la situation restera-t-elle inchangée ? Tout dépend en effet de la tendance qu’a connue le marché des bons de Trésor en ce premier semestre. Car, le calcul des taux des crédits immobiliers a comme seule et unique base le taux moyen pondéré (TMP) des bons d’Etat. Le TMP des bons à 5 ans sert de calcul aux taux des prêts à moyen terme (d’une durée inférieure ou égale à 7 ans), tandis que le TMP des bons à 10 et 15 ans sert de calcul aux taux des crédits à long terme qui sont, pour rappel, les plus courants sur le marché. Ils constituent, en fait, plus de 95% de l’encours global des prêts au logement, distribués par les banques et sociétés de financement spécialisées. C’est là donc où ça craint le plus. Parce que la majorité des Marocains ayant contracté un prêt au logement se trouve dans cette catégorie. Et une hausse des taux leur sera brutale, sinon douloureuse. Les autorités publiques en sont conscientes. Ministère des Finances et Trésor font tout pour éviter un tel scénario. L’enjeu politique est énorme. Dans pareille conjoncture, marquée par une érosion générale du pouvoir d’achat du Marocain, une hausse des taux des crédits immobiliers pourrait mener des milliers de gens à la banqueroute… Imaginez la suite. Nuance toutefois. Les plus exposés à ce risque sont ceux qui ont opté pour des crédits à taux révisables. Les débiteurs à taux fixe sont immunisés. Et quand on sait que 40% des crédits immobiliers sont libellés à taux variables, la situation devient, certes moins explosive mais non moins dangereuse. Du coup, il est hors de question que les taux montent. Salaheddine Mezouar, ministre de l’Economie et des Finances ne cesse de le répéter à qui veut l’entendre. Et c’est Zouheir Chorfi, Directeur général du Trésor, qui se charge d’amadouer le mammouth. Son action sur le marché de la dette souveraine est à cet effet édifiante. Le Trésor n’a pas en effet, et depuis des lustres, touché à la dette longue. Toutes les offres du marché sur ce segment sont tout simplement rejetées. «En ce premier semestre, toutes les levées du Trésor sur le marché obligataire ont été concentrées sur le court et moyen termes, car le spectre de la hausse sur le long de la courbe des taux est toujours présent», explique ce gestionnaire d’actifs. Le gap entre les taux primaires (marché de la dette neuve) et les taux secondaires (marché de l’occasion) ne cesse, en effet, de s’amplifier. Les bons à 10 ans sont libellés par exemple sur le marché du neuf à 3,40%. Sur le marché secondaire, ces mêmes bons traitent à 4,13%, soit un gap de 73 points de base. Sur la maturité 15 ans, le gap est de la même ampleur (voir tableau). Toute levée sur ces deux lignes risque donc d’engendrer une hausse des taux des crédits immobiliers d’au moins 73 points de base! L’absence du Trésor est donc justifiée. Mais jusqu’à quand continuera-t-il à jouer à ce jeu ? Ses besoins en financement sont (très) pressants. Le Budget de compensation explose à 37 milliards de dirhams, contre 20 milliards prévus dans le Budget de l’Etat. Le dialogue social a engendré un surcoût de 16 milliards de dirhams que l’Etat est appelé à aligner illico presto… Face à ces dépenses improbables, le Trésor n’a d’autre choix que de s’endetter. «Les recettes fiscales ont certes connu une belle ascension en ce début d’année, mais ce n’est guère suffisant pour combler les déboires de l’Etat. L’endettement est dès lors inévitable, d’autant que l’endettement à court et moyen termes n’est guère opportun. Ça risque de coûter très cher au Trésor, qui n’aura d’autres choix que de lever sur le long terme pour équilibrer la machine», martèle notre gestionnaire d’actifs. Tôt ou tard donc, le Trésor finira par entériner la hausse… Mais le salut viendra de Bank Al-Maghrib. Abdellatif Jouahri, gouverneur de la Banque centrale, avait en effet déclaré au cours de sa dernière rencontre avec la presse, qu’une réflexion va être lancée pour revoir le mécanisme d’indexation des taux des crédits immobiliers. «Il n’est pas question que les taux des crédits soient dépendants des tendances du marché obligataire», avait-il lancé. La réflexion débouchera, selon lui, sur un taux directeur qui sera fixé périodiquement, selon la conjoncture, par la Banque centrale à l’image du Libor londonien ou de l’Euribor européen. Rassurez-vous donc, la hausse des taux des crédits immobiliers n’est pas pour demain ! «Le Trésor ne lèvera jamais sur le long terme tant que Bank Al-Maghrib n’a pas encore rendu sa copie. L’enjeu est énorme», rassure notre gestionnaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.