Plus de 1,3 tonne de cocaïne saisie à Tanger Med    La CGEM décline son software    V.E Maroc publie son évaluation sur les risques de durabilité en 2021    Deux startups marocaines participent pour la première fois    Prémices d'une nouvelle guerre civile au Liban ?    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    Le WAC domine et s'incline, le Raja s'impose face aux Libériens de LPRC Oilers    La montagne qui a accouché d'une souris    L'union européenne est-elle soumise à un gouvernement des juges?    Appel à promouvoir la médecine d'urgence au Maroc    Le ministère public présente le guide de la « Kafala » des enfants abandonnés    «Osmoses», nouvelle exposition de Hiba Baddou    «J'utilise le fantastique pour raconter, pour voir la réalité avec un autre angle»    Penser le visage avec Emmanuel Levinas    Arabie Saoudite : Levée des restrictions liées au Covid-19    Le PLF2022 table sur un taux de croissance de 3,2 pc et un déficit budgétaire de 5,9 pc du PIB    Coiffe saoudienne... à l'anglaise    Béni Mellal-Khénifra : Exposition collective... aux couleurs de l'automne    Le PLF-2022 table sur un taux de croissance de 3,2 % et un déficit budgétaire de 5,9 %    Daech et les Talibans : un casse-tête ou une menace ?    L'Opinion : Du sécuritaire à l'humanitaire    Couture : Maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    Faux printemps arabes    Covid-19. Colin Powell, secrétaire d'Etat sous George W. Bush, est décédé    Casablanca : Nabila Rmili annonce une vaste campagne de nettoyage    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 18 octobre 2021 à 16H00    Espagne : les séparatistes basques reconnaissent la «douleur» subie par les victimes de l'ETA    Relations entre la Russie et l'OTAN : Moscou suspend sa mission et celle de l'Alliance    Les villes les mieux équipées en guichets automatiques bancaires    Para-basket : L'OCS accède à la première division du Championnat national    Casablanca : Interpellation d'un individu impliqué dans l'agression d'un mineur à l'aide d'un chien féroce    Feuille de route de l'exécutif : ambitions démesurées, petits moyens ?    Transmission du Covid-19: le Maroc passe au « niveau faible »    Face aux résistances des vieux briscards : Les Pionniers!    Relations Maroc-Mali : Interview exclusive avec Abdoulaye Diop, ministre malien des Affaires étrangères    Pegasus : avant son procès le 25 octobre, Rosa Moussaoui fait une crise de panique    Ligue des champions /2ème tour « aller » : Le Wydad risque de se faire balancer vers la Coupe de la CAF !    Le taux de fécondité chez les femmes marocaines en forte baisse    Dr Saïd Afif: « L'obligation du pass vaccinal permettrait le retour à la vie normale »    «Te Amo» : Nouveau tube de Khaoula Moujahid    Maroc: ce qui va changer dans le secteur de la Santé    Unité flottante de stockage du gaz au Maroc : les dernières infos du ministère    Cameroun : neuf morts dans un accident provoqué par des vents forts    Laâyoune-Sakia El Hamra : Avortement de trois tentatives d'immigration clandestine    France-Algérie : Quand le régime d'Abdelmadjid Tebboune use de la truanderie politique pour faire plier Paris    Classement FIFA. Le Maroc devrait doubler l'Algérie et intégrer le Top 30 mondial pour la première fois    Fin de la «Crise des sous-marins»?    Magazine : Sarim Fassi-Fihri, maux croisés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Abdelâati Amenna : «Au Maroc, la majorité des artistes sont démunis et survivent difficilement»
Publié dans La Gazette du Maroc le 22 - 02 - 2008

Qui ne se souvient pas, parmi la génération des années 60 évidemment, des deux fameux tubes “hadi telte eyyam ya ennass” et “Rissala jatni” ?
L'interprète de ces deux inoubliables oeuvres, et de dizaines d'autres chansons à succès aussi, n'est autre que l'artiste Abdelâati Amenna qui a débuté en tant que chanteur, avant de changer de fusil d'épaule pour se consacrer au domaine de la composition où il a aussi bien excellé, donnant encore plus de satisfaction à ses fans.
La Gazette du Maroc : De prime abord, quelle est selon vous la question qu'un artiste n'aimerait pas qu'on lui pose ?
A. Amanna : Cela dépend de l'artiste.
Un artiste démuni qui tombe malade et dont on ne s'occupe pas, vous inspire quel sentiment ?
Au Maroc, la majorité des artistes sont démunis.
Personne ne s'inquiète de leur sort. La plupart du temps ils travaillent gratuitement et les Syndicats, qui, en principe doivent les défendre, n'en font rien !
N'y a-t-il vraiment rien ?
Absolument ! Aucune manifestation pouvant faire travailler l'artiste n'est programmée. Le peu d'activités qu'on voit est prévu pour les artistes que l'on fait venir de tel ou tel pays et qui leur coûte une fortune (des millions) et en devises, s'il vous plaît ! Ne croyez-vous pas, monsieur, qu'il n'y a pas plus grande et terrible injustice contre l'artiste marocain que celle-ci : être marginalisé chez soi ? et vous me parlez de «démunis» !
En plus, nos artistes sont manipulés et escroqués de tous côtés, n'est-ce pas scandaleux ?
A propos d'argent, si vous deveniez subitement milliardaire (il faut bien rêver) quel serait votre première action en faveur des artistes qui sont aujourd'hui dans le besoin ?
Je préfère ne pas sombrer dans l'illusion, mais en général l'argent va souvent vers les riches !
C'est comme çà !
Quand quelqu'un cherche à vous embarrasser en glissant des flèches empoisonnées dans la discussion, faites-vous la sourde-oreille ou réagissez-vous sans tarder ?
En principe, mes oreilles rejettent ce genre de fléchettes, j'y suis immunisé. Donc, je n'entends rien!
Et pourquoi une telle attitude ?
Parce que c'est la plus reposante ! D'ailleurs, si on réagit à tout ce qu'on entend, c'est qu'on donne indirectement de l'importance à ceux qui les profèrent. Et c'est ce qu'ils cherchent au fond.
Croyez- en mon expérience, il n'y a pas mieux que l'indifférence quand on est confronté à des gens provocateurs ou de mauvaise foi.
Vous prêtez-vous facilement à une séance de photo souvenir dans la rue si un admirateur vous le demande ?
Sans aucun problème ! D'ailleurs, il fait partie du public et il faut toujours chercher à le satisfaire d'une façon ou d'une autre. Cela m'est déjà arrivé et fait partie de notre vie, nous les artistes.
Dans le domaine artistique toujours, quel est le plus mauvais souvenir que vous gardez encore à l'esprit ?
J'en ai pas mal que j'ai oubliés avec le temps mais j'ai eu également de bons souvenirs, vous savez !
Alors, votre plus beau souvenir ?
C'est sans conteste, ma première rencontre avec feu S.M Hassan II. C'est une rencontre qui m'a honoré et un souvenir dont je demeure extrêmement fier.
Franchement, ne vous est-il jamais passé par l'esprit, dans un élan de colère ou d'abattement, de songer à claquer la porte et quitter définitivement le domaine artistique ?
Pas quand on est un vrai artiste, voyons! L'art, je l'ai dans le sang. Je ne peux pas m'en défaire, cela fait partie de moi. C'est l'air que je respire.
Dans votre vie artistique, y a-t-il suffisamment de temps libre pour votre petite famille ?
Je commence à croire que non. Mais je remercie du fond du coeur ma chère femme qui a joué un rôle important dans la stabilité de ma petite famille et la mienne. Elle a toujours été là pour moi et pour nos enfants. Elle m'a accompagné avec beaucoup de courage et de volonté tout au long de mon parcours. Elle a été la conseillère, l'amie, la partenaire, mon agent artistique et plus encore....
Peut-on dire dans ces condition que sans Mme Amenna, il n'y aurait pas eu de Mr Amenna?
C'est tout à fait vrai, en quelque sorte. Ne dit-on pas d'ailleurs que derrière chaque homme en vue, il y a toujours une femme ?
Quelle est la devise qui vous est chère et que vous adoptez toujours dans la vie ?
«Bien faire et laisser braire»...
N'avez-vous jamais flairé une odeur de sabotage ou de jalousie après l'enregistrement et la réussite de l'une de vos chansons ?
Oui ça arrive et c'est normal ! Mais je n'y prête guère attention, parce que ça entre dans le sillage de la concurrence.
Dans votre vie artistique, comme dans la vie de tous les jours, l'échec vous fait-il peur ou pas du tout ?
En réalité, je m'arrange pour ne pas y penser, mais si ça arrivait, ce ne serait pas la fin du monde ! Il faut se battre et recommencer tant qu'on peut le faire, et tant que la volonté existe !
Vous entreprenez assez souvent des tournées artistiques et vous animez des Soirées que ce soit au Maroc ou à l'étranger. Côté matériel, cela vous rapporte-t-il gros ?
Avec cette quantité de mini-orchestres et de personnes enrobées d'une fine couche d'artiste, le domaine artistique ne rapporte plus rien à personne ! Et en plus, ce sont les artistes les “moins chers” ou “gratuits” qui sont les plus demandés, hélas !
Quel est le titre de votre première chanson ?
Ma première chanson composée est “Hayati doumouû”. Mon premier enregistrement “Ettire el horr”.
Et le titre de la dernière ?
Pas encore, je l'espère !
Vous ne chantez plus depuis une vingtaine d'années. Y a-t-il une raison précise à cela ?
J'ai toujours la capacité vocale pour le faire, mais plus la volonté.
Et ce qui vous manque le plus aujourd'hui ?
Un domaine musical sain. Il faut redonner à l'artiste marocain sa place aussi bien chez lui qu'au-delà des frontières. Ce qui me manque à moi comme aux autres artistes, c'est une stabilité morale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.