Covid-19 : réélu, le chef de l'ONU veut «un monde qui tire des leçons»    Un espagnol sur 5 que pense le Maroc récupèrera Sebta et Melilia    L'«Algérie nouvelle», une illusion d'optique à l'issue des législatives    Hélène Le Gal : "L'ouverture d'un consulat au Sahara est liée au nombre de Français qui y vivent"    Une consécration de l'épopée de la lutte nationale    Avec l'arrivée des MRE, les hôtels baissent leurs prix    Inauguration en grande pompe du DS Store Massira Al khadra (VIDEO)    Global Capital Bonds Awards 2021: Le Maroc décroche 3 distinctions    Royal Air Maroc : la route touristique Paris Orly-Dakhla opérationnelle    Développement durable, le Maroc trace sa voie    Finlande : le Maroc, tête de pont de la nouvelle stratégie africaine    15 aéroports marocains labellisés «Airport Health Accreditation»    Maroc-Espagne : l'opposition creuse la tombe du gouvernement Sanchez    Matteo Salvini : Le Maroc, pays le plus stable de toute la région méditerranéenne et nord-africaine    Jeune Afrique : « Paris dénonce la «captation de pouvoir» de Moscou en Centrafrique »    Nigeria : l'explosion d'un camion-citerne fait cinq morts et 13 blessés    Frontex déployée non loin des côtes marocaines ?    Ligue des champions d'Afrique : le WAC affûte ses armes avant le match retour    Premier contrat pro avec le PSG pour Kaïs Najeh    Coupe arabe U20 : Maroc – Tadjikistan ce dimanche    Reprise à Schalke avec Mendyl et Boujellab, Amine Harit absent    Football : La CAN aura bel et bien lieu au Cameroun en janvier 2022    Championnats du monde de bridge : Le Maroc qualifié    FOUZI LEKJAÂ ELU AU CONSEIL DE L'UAFA    Sonarges : le site, l'application mobile… un vent de renouveau souffle    Evolution du coronavirus au Maroc : 481 nouveaux cas, 525.924 au total, vendredi 18 juin 2021 à 16 heures    Ressources humaines dans la santé : Le Maroc peut-il gagner la bataille ? [Dossier]    Dakhla: arrivée du premier vol direct en provenance de Paris    Aïd al-Adha 1442 : 5,8 millions de têtes d'ovins et caprins identifiées    Vaccins: Israël va transférer aux Palestiniens un million de doses avant péremption    Santé privée : Akdital pose pied à El Jadida    Voici pourquoi un bon nombre de stars de la chanson française sont à Marrakech    [Interview avec Nabil Ayouch] «Haut et fort», de Casablanca à Cannes    Rabat : La joie au coeur de l'exposition « Joy »    Bientôt un prix national des meilleures publications dans les encyclopédies digitales    «Le Feu qui forge» : Une exposition collective à L'Atelier 21    La Douane met en service une nouvelle version de la plateforme digitale [email protected]    Six projets de loi d'aspect socio-économique adoptés    Pollution: 86,3% des déchets marins au niveau national sont en plastique    USA: Un mort et 12 blessés dans une série de fusillades en Arizona    « Le cinéma arabe : Expériences, visions, enjeux », nouvel ouvrage de Mohamed Chouika    Marhaba 2021 : arrivée du premier navire au port Tanger Med [Vidéos]    Concours national de langue russe    Le réalisateur de télévision Chakib Benomar n'est plus    Tifinagh...et le football    Prévisions météorologiques pour le vendredi 18 juin 2021    Le Maroc, premier pays arabe et africain à devenir «Membre Associé»    Après Biden-Poutine, Moscou salue le « bon sens » américain sur le dialogue stratégique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sahara Moratinos, l'ami espagnol
Publié dans La Gazette du Maroc le 13 - 02 - 2009

Le chef de la diplomatie espagnole fait parler de lui. Des parties pro séparatistes tentent de semer la zizanie. Explications.
Dans le droit fil de son engagement pour une solution politique concertée, le ministre espagnol des Affaires étrangères, Miguel Angel Moratinos, a affirmé encore une fois, que le Maroc a «mis sur la table» (des négociations) un plan d'autonomie que les parties sont appelées à négocier pour parvenir à une solution durable, mutuellement acceptable, et garantissant les droits de toutes les parties. Le ministre espagnol des Affaires étrangères et de la Coopération vient de s'exprimer sur la politique du gouvernement Zapatero concernant le conflit autour du Sahara marocain. Pour Moratinos, il ne faut pas compter sur l'Espagne pour une campagne internationale contre le Maroc. Ce qui ne manquera pas de faire grincer des dents du côté des pros polisariens,visiblement actifs dans la péninsule ibérique. C'est devenu un trait de caractère chez ce ministre qui ne rate aucune occasion pour parler haut et franc. Le chef de la diplomatie espagnole a réitéré la position de son pays «conforme à la légalité internationale», pour trouver une «solution juste, durable, mutuellement acceptable par les parties et qui garantit la libre détermination des Sahraouis, a-t-il souligné lors d'une rencontre à Madrid avec les correspondants de la presse étrangère, accrédités en Espagne. Une certaine presse algérienne et autre partisane du séparatisme a vite crié victoire. «L'Espagne dément avoir modifié position dans un sens plus favorable à Rabat» y lit-on effectivement.
Embrouille
M. Moratinos, en réponse à une question, a nié que l'Espagne, qui va assurer la présidence de l'UE au cours du 1e semestre 2010, a modifié sa position sur la question du Sahara occidental dans un sens plus favorable à Rabat. «Notre position n'a pas changé et l'Espagne est toujours en faveur d'une solution basée sur le principe de libre détermination du peuple sahraoui» et sur son droit à l'autodétermination, a-t-il souligné, appelant au «dialogue bilatéral» entre les deux parties. En fait, la déclaration de Moratinos a ceci de spécial qu'elle se place dans une logique plus profonde. A savoir que pour le ministre, Madrid «n'a pas à juger ou à préjuger du contenu à donner au principe de libre détermination», et il «revient aux parties de déterminer ce contenu» à travers des négociations, sous les auspices des Nations Unies, a insisté M. Moratinos.
Concernant le rôle que pourrait jouer l'Union Européenne sous la présidence espagnole (en janvier 2010) pour aider à trouver une solution au conflit, il a indiqué que l'Union «devrait garantir un parapluie politique à une éventuelle solution négociée et favoriser l'intégration des pays maghrébins». Plus, l'Espagne, a poursuivi le ministre espagnol, tentera d'impulser une «vision et une action diplomatique commune» entre l'Espagne, la France et les Etats-Unis pour aider à trouver une solution au conflit du Sahara. Deux des trois pays ont solennellement déclaré leur soutien à l'autonomie présentée par le Maroc. Le diplomate a par ailleurs souligné qu'il y a actuellement «à Madrid, Paris et Washington, la même vision et la même volonté» de trouver une solution à ce problème sous l'égide des Nations Unies, ce qui devrait permettre une relance des discussions.
Conclusion
L'esprit y est, et on ne doit nullement céder, du coté du Maroc à l'amalgame que veulent introduire les pros séparatistes. Car Moratinos a déjà donné son avis sur la question, tout au long des années passées. Dans une Lettre ouverte sur le Sahara, publiée sur les colonnes du quotidien «El Mundo» du mardi 2 août 2005, le chef de la diplomatie espagnole parlait le même langage, et refusait le fait que son pays soit à la tête d'une campagne internationale contre le Maroc . La lettre ouverte est arrivée, on s'en souvient, quelques jours après la nomination de l'ancien représentant personnel du Secrétaire général de l'ONU au Sahara Peter Van Waslum. La position actuelle survient dans les mêmes conditions.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.