L'appel de Johnny Depp rejetée dans l' affaire "The Sun "    Vernissage à Salé d' une exposition collective d' art contemporain autour du patrimoine marocain    Imilchil se pare d'un manteau blanc (PHOTOS)    Consulat marocain à Valence: la société civile espagnole soutient le Maroc    Message de condoléances du roi Mohammed VI au président du Niger    Ils usurpent l'identité de Mehdi Qotbi pour acquérir des objets d'art antique    CAF : Ahmad Ahmad se scandalise et accuse la FIFA !    Arbitrage de la finale de Ligue des Champions : L'Algérien Rharbal au centre, le Marocain Jayed à la VAR    Le Fonds Mohammed VI pour l'Investissement, c'est pour bientôt !    Respect du protocole sanitaire dans les établissements scolaires : Gare aux défaillants    Contribution sociale. La vision du patronat.    Nizar Baraka : «la politique doit reposer sur les idées»    Tennis : À l'A.C.S.A... sympathique et conviviale    Evolution du coronavirus au Maroc : 4178 nouveaux cas, 340.684 au total, jeudi 26 novembre à 18 heures    Le Mexique veut en finir avec le " machisme qui tue "    Le Bahreïn décide d'ouvrir un Consulat Général à Laâyoune    Au-delà des bonnes intentions, Biden confronté à des défis internationaux complexes    « Fonds Mohammed VI pour l'Investissement »: Le Conseil de gouvernement adopte le projet de loi    Royal Air Maroc renforce son programme de vols internationaux sur Tanger    Conseil de gouvernement : voici les nominations à de hautes fonctions    Le Parlement européen vote une résolution d'urgence sur la détérioration des libertés en Algérie    Mahmoud El Idrissi a succombé à la Covid-19: Le chanteur de «Saâ Saida» n'est plus    Violence à l'encontre des femmes. Un coût énorme pour la société    Covid-19, le vaccin est là !    Belle opération de la Marine royale à Nador    UM6P : Lancement d'une grande école d'ingénieurs dans le numérique    Plusieurs eurodéputés soutiennent du Maroc    Maradona. Les buts que l'Angleterre n'a jamais gobés !    Surfacturation covid, trois cliniques privées sanctionnées    Nikol Pachinian, un héros devenu traître    France: le gouvernement détaille sa stratégie d'allègement progressif du confinement    Affaire «Hamza mon bb»: Dounia Batma réagit à la condamnation de Madimi (PHOTO)    9è Festival maghrébin du film d'Oujda sous format digital    «La septième porte»: un certain regard sur l'histoire du cinéma au Maroc de 1907à 1986    La beauté intérieure et l'essence de l'existence    Le CIO disqualifie trois haltérophiles roumains, dont deux médaillés    NBA: Indianapolis renonce au All-Star Game 2021    SM le Roi se recueille sur la tombe de Feu SM le Roi Hassan II    Le Maroc appelle à l'Union africaine au respect de la légalité et l'impératif du développement de l'Afrique    Nomination : Eric Fulcheri prend les commandes d'Arval Maroc    Guergarate : Le Maroc dit tout au Conseil de sécurité    Alerte météo : Pluie, neige et grand froid    Al-Ahly – Zamalek, une finale 100% endiablée    Agriculture : Crédit Agricole du Maroc au chevet des fédérations interprofessionnelles    Un nouveau shooting de Samira Saïd enflamme la Toile (PHOTO)    Ahmed Noureddine : «L'offensive de Guerguerat représente un tournant diplomatique de taille dans ce long combat que mène le Maroc»    L'actrice Manal Seddiki endeuillée (PHOTO)    L'ONU salue la poursuite du dialogue inter-libyen au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sahara Moratinos, l'ami espagnol
Publié dans La Gazette du Maroc le 13 - 02 - 2009

Le chef de la diplomatie espagnole fait parler de lui. Des parties pro séparatistes tentent de semer la zizanie. Explications.
Dans le droit fil de son engagement pour une solution politique concertée, le ministre espagnol des Affaires étrangères, Miguel Angel Moratinos, a affirmé encore une fois, que le Maroc a «mis sur la table» (des négociations) un plan d'autonomie que les parties sont appelées à négocier pour parvenir à une solution durable, mutuellement acceptable, et garantissant les droits de toutes les parties. Le ministre espagnol des Affaires étrangères et de la Coopération vient de s'exprimer sur la politique du gouvernement Zapatero concernant le conflit autour du Sahara marocain. Pour Moratinos, il ne faut pas compter sur l'Espagne pour une campagne internationale contre le Maroc. Ce qui ne manquera pas de faire grincer des dents du côté des pros polisariens,visiblement actifs dans la péninsule ibérique. C'est devenu un trait de caractère chez ce ministre qui ne rate aucune occasion pour parler haut et franc. Le chef de la diplomatie espagnole a réitéré la position de son pays «conforme à la légalité internationale», pour trouver une «solution juste, durable, mutuellement acceptable par les parties et qui garantit la libre détermination des Sahraouis, a-t-il souligné lors d'une rencontre à Madrid avec les correspondants de la presse étrangère, accrédités en Espagne. Une certaine presse algérienne et autre partisane du séparatisme a vite crié victoire. «L'Espagne dément avoir modifié position dans un sens plus favorable à Rabat» y lit-on effectivement.
Embrouille
M. Moratinos, en réponse à une question, a nié que l'Espagne, qui va assurer la présidence de l'UE au cours du 1e semestre 2010, a modifié sa position sur la question du Sahara occidental dans un sens plus favorable à Rabat. «Notre position n'a pas changé et l'Espagne est toujours en faveur d'une solution basée sur le principe de libre détermination du peuple sahraoui» et sur son droit à l'autodétermination, a-t-il souligné, appelant au «dialogue bilatéral» entre les deux parties. En fait, la déclaration de Moratinos a ceci de spécial qu'elle se place dans une logique plus profonde. A savoir que pour le ministre, Madrid «n'a pas à juger ou à préjuger du contenu à donner au principe de libre détermination», et il «revient aux parties de déterminer ce contenu» à travers des négociations, sous les auspices des Nations Unies, a insisté M. Moratinos.
Concernant le rôle que pourrait jouer l'Union Européenne sous la présidence espagnole (en janvier 2010) pour aider à trouver une solution au conflit, il a indiqué que l'Union «devrait garantir un parapluie politique à une éventuelle solution négociée et favoriser l'intégration des pays maghrébins». Plus, l'Espagne, a poursuivi le ministre espagnol, tentera d'impulser une «vision et une action diplomatique commune» entre l'Espagne, la France et les Etats-Unis pour aider à trouver une solution au conflit du Sahara. Deux des trois pays ont solennellement déclaré leur soutien à l'autonomie présentée par le Maroc. Le diplomate a par ailleurs souligné qu'il y a actuellement «à Madrid, Paris et Washington, la même vision et la même volonté» de trouver une solution à ce problème sous l'égide des Nations Unies, ce qui devrait permettre une relance des discussions.
Conclusion
L'esprit y est, et on ne doit nullement céder, du coté du Maroc à l'amalgame que veulent introduire les pros séparatistes. Car Moratinos a déjà donné son avis sur la question, tout au long des années passées. Dans une Lettre ouverte sur le Sahara, publiée sur les colonnes du quotidien «El Mundo» du mardi 2 août 2005, le chef de la diplomatie espagnole parlait le même langage, et refusait le fait que son pays soit à la tête d'une campagne internationale contre le Maroc . La lettre ouverte est arrivée, on s'en souvient, quelques jours après la nomination de l'ancien représentant personnel du Secrétaire général de l'ONU au Sahara Peter Van Waslum. La position actuelle survient dans les mêmes conditions.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.