Coronavirus : 42 nouveaux cas, 7643 au total, jeudi 28 mai à 18h    La marocanité du Sahara, une «réalité appuyée par des preuves historiques solides»    Les distributeurs : le mauvais cheval de l'Etat    Zaki élu meilleur gardien de l'histoire de l'Afrique    La Serie A ouvre ses portes à Mazraoui    Nabil Benabdallah: «le rôle de l'Etat est capital dans la gestion de la prochaine étape»    Le transport en relooke dans le Souss!     Des experts africains reconnaissants à SM le Roi    Coronavirus : que les roquets se taisent !    L'ennemi n° 1    Afghanistan: L'échange de prisonniers comme premier pas vers la paix?    HCP: Le Maroc se retrouve très proche de la zone de succès    «Nous vous aideront à affiner le protocole si cela est nécessaire»    Qu'en est-il pour le jour d'après?    «Un roman qui prend son temps, mais sans manquer de vitesse»    Coronavirus/masques : une unité industrielle à Chichaoua réoriente son activité    L'ONCF annonce un retour progressif à partir du 1er juin    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    Vent de précampagne électorale dans les barreaux    Justice: Un premier agenda pour l'après-confinement    La loi sur les travailleurs sociaux au Conseil du gouvernement    «Living in Times of Corona», des films de l'intérieur    La conjonction de tous les risques    Liaisons maritimes pour rapatrier les touristes français bloqués au Maroc    CGEM : un plan de relance de 100 milliards DH sur 12 mois    Le Maroc se classe en tête des pays africains les plus intégrés sur le plan macroéconomique    Violence contre les femmes à Marrakech : 30 appels téléphoniques enregistrés en deux semaines    Contribution de l'INDH à la lutte contre le Covid-19 à Taounate    Programme intégré pour lutter contre le coronavirus à Asilah    Ligue des champions, Coupe de la Confédération et CHAN s'acheminent vers l'annulation    L'examen du calendrier de la saison 2020 au centre d'une réunion en ligne de l'Union arabe de karaté    Reprendre, oui mais comment ?    Disny accusée d'avoir fermé les yeux sur 14 ans de harcèlement sexuel    Alliance irano-vénézuélienne contre le blocus de Washington…    Hakimi a-t-il dit adieu au titre de champion?    L'engagement documentaire    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    Il est grand temps de penser le Maroc d'après    Les stars de la musique africaine en concert virtuel    HBO mise sur son catalogue pour booster sa nouvelle plateforme de streaming    Procès à distance : 6.001 détenus bénéficiaires    Hong Kong se soulève contre un projet loi imposé par Pékin…    VH et MFM lancent un grand concours et une expo à vocation solidaire    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    A Madagascar et à travers l'Afrique, la ruée controversée vers l'artemisia    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sahara Moratinos, l'ami espagnol
Publié dans La Gazette du Maroc le 13 - 02 - 2009

Le chef de la diplomatie espagnole fait parler de lui. Des parties pro séparatistes tentent de semer la zizanie. Explications.
Dans le droit fil de son engagement pour une solution politique concertée, le ministre espagnol des Affaires étrangères, Miguel Angel Moratinos, a affirmé encore une fois, que le Maroc a «mis sur la table» (des négociations) un plan d'autonomie que les parties sont appelées à négocier pour parvenir à une solution durable, mutuellement acceptable, et garantissant les droits de toutes les parties. Le ministre espagnol des Affaires étrangères et de la Coopération vient de s'exprimer sur la politique du gouvernement Zapatero concernant le conflit autour du Sahara marocain. Pour Moratinos, il ne faut pas compter sur l'Espagne pour une campagne internationale contre le Maroc. Ce qui ne manquera pas de faire grincer des dents du côté des pros polisariens,visiblement actifs dans la péninsule ibérique. C'est devenu un trait de caractère chez ce ministre qui ne rate aucune occasion pour parler haut et franc. Le chef de la diplomatie espagnole a réitéré la position de son pays «conforme à la légalité internationale», pour trouver une «solution juste, durable, mutuellement acceptable par les parties et qui garantit la libre détermination des Sahraouis, a-t-il souligné lors d'une rencontre à Madrid avec les correspondants de la presse étrangère, accrédités en Espagne. Une certaine presse algérienne et autre partisane du séparatisme a vite crié victoire. «L'Espagne dément avoir modifié position dans un sens plus favorable à Rabat» y lit-on effectivement.
Embrouille
M. Moratinos, en réponse à une question, a nié que l'Espagne, qui va assurer la présidence de l'UE au cours du 1e semestre 2010, a modifié sa position sur la question du Sahara occidental dans un sens plus favorable à Rabat. «Notre position n'a pas changé et l'Espagne est toujours en faveur d'une solution basée sur le principe de libre détermination du peuple sahraoui» et sur son droit à l'autodétermination, a-t-il souligné, appelant au «dialogue bilatéral» entre les deux parties. En fait, la déclaration de Moratinos a ceci de spécial qu'elle se place dans une logique plus profonde. A savoir que pour le ministre, Madrid «n'a pas à juger ou à préjuger du contenu à donner au principe de libre détermination», et il «revient aux parties de déterminer ce contenu» à travers des négociations, sous les auspices des Nations Unies, a insisté M. Moratinos.
Concernant le rôle que pourrait jouer l'Union Européenne sous la présidence espagnole (en janvier 2010) pour aider à trouver une solution au conflit, il a indiqué que l'Union «devrait garantir un parapluie politique à une éventuelle solution négociée et favoriser l'intégration des pays maghrébins». Plus, l'Espagne, a poursuivi le ministre espagnol, tentera d'impulser une «vision et une action diplomatique commune» entre l'Espagne, la France et les Etats-Unis pour aider à trouver une solution au conflit du Sahara. Deux des trois pays ont solennellement déclaré leur soutien à l'autonomie présentée par le Maroc. Le diplomate a par ailleurs souligné qu'il y a actuellement «à Madrid, Paris et Washington, la même vision et la même volonté» de trouver une solution à ce problème sous l'égide des Nations Unies, ce qui devrait permettre une relance des discussions.
Conclusion
L'esprit y est, et on ne doit nullement céder, du coté du Maroc à l'amalgame que veulent introduire les pros séparatistes. Car Moratinos a déjà donné son avis sur la question, tout au long des années passées. Dans une Lettre ouverte sur le Sahara, publiée sur les colonnes du quotidien «El Mundo» du mardi 2 août 2005, le chef de la diplomatie espagnole parlait le même langage, et refusait le fait que son pays soit à la tête d'une campagne internationale contre le Maroc . La lettre ouverte est arrivée, on s'en souvient, quelques jours après la nomination de l'ancien représentant personnel du Secrétaire général de l'ONU au Sahara Peter Van Waslum. La position actuelle survient dans les mêmes conditions.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.