ONU: Hilale dévoile les violations des droits de l'Homme à Tindouf    Formation professionnelle. Les objectifs seront-ils atteints ?    Moyens de paiement. Comment le cash résiste    Législation. Les députés tracent leur feuille de route    Afriquia transforme les idées en entreprises    La CGEM en mode sauve-qui-peut    Des traces de la plus ancienne organisation collective et sociale trouvées au Maroc    Parlement: L'opposition mobilise ses troupes    Un Monde Fou    Tunisie: Une nouvelle ère commence    World Policy Conference: La gouvernance mondiale défie la protection du climat    Majorité: Reprise des hostilités    Préscolaire: Les directeurs des académies au Parlement    Education: «En Finlande, nous jouons sérieusement!»    Grâce royale pour Hajar Raissouni    Jameson Maroc célèbre la musique rock    Création d'un groupe d'amitié avec le Maroc au sein de la Chambre mexicaine des députés    Diplomatie, anticorruption et décentralisation : Les dossiers du futur président tunisien    Erdogan: La Turquie ne déclarera jamais de cessez-le-feu sans avoir atteint ses objectifs    Euro 2020 : L'Espagne se qualifie au forceps    Djamel Belmadi : Les supporters ont fait un travail magnifique    Avec Halilhodzic, on aura tout vu : une victoire, deux nuls et une défaite    La Cité des métiers et des compétences de Laâyoune ouvrira ses portes en 2021    La confiance des ménages continue de fléchir    Le HCP et l'UNFPA renforcent leur partenariat    Plusieurs pays réaffirment leur soutien à l'initiative marocaine d'autonomie au Sahara    60% des femmes en Europe disent avoir subi le sexisme au travail    Le cercle diplomatique de Rabat organise une journée de diagnostic et de sensibilisation au cancer du sein    Divers    Insolite : Un parachutiste heurte un lampadaire en plein défilé militaire    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    Surf: Le magazine américain "Traveller" consacre un carnet de voyage au village de Taghazout    Deux films marocains participent au Festival international du film du Caire    Omar Hilal réélu vice-président de l'ECOSOC    Prix Katara du roman arabe : deux Marocains primés    Lors d'une parade dans la métropole : 300 motards sillonnent Casablanca pour mettre en scène l'esprit de Harley-Davidson    Les personnes âgées au cœur du nouveau modèle de développement    Session ordinaire de la commune de Tanger : Levée du huis clos    Le Prince Moulay Rachid préside l'ouverture de la 12e Salon du cheval    Halilhodziç demande de la "patience"    Renault : Mandats suspendus pour Thierry Bolloré    Les démocrates avancent dans leur enquête en vue de destituer Trump    Islamophobie: La tribune des 90 personnalités françaises devient une pétition à succès    Ainsi parlait Zarathoustra!    Les Lions de l'Atlas s'inclinent en amical face au Gabon    Que le jasmin prospère    Maroc-Gabon : le dernier test de Vahid Halilhodžić    Les chorégraphes font de la résistance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Où va-t-on ? : La perte de sens
Publié dans La Gazette du Maroc le 24 - 07 - 2009

La politique sombre dans le fait divers et porte un coup fatal aux institutions. Même la recomposition par le haut ne fonctionne pas. La transition est en danger
Allal El Fassi, Bouabid et Abdellah Ibrahim se retournent sûrement dans leurs tombes. Leur combat est perverti par leurs héritiers et leur idéal démonétisé par des marchands de sièges sans vergogne.
On savait que la classe politique, on serait tenté d'écrire crasse politique, avait de quoi s'occuper cet été entre les communales, les conseils provinciaux, les chambres professionnelles et le renouvellement de la chambre des conseillers. Ils ont choisi de nous pourrir l'été en étalant la déchéance de ce qui est sous d'autres cieux la plus belle des vocations  : servir la chose publique. Cela a atteint des… profondeurs, et la tragédie continue. On est même arrivé à un clash diplomatique avec Paris, en conséquence de la lutte pour la présidence d'Oujda. Le PAM, parti qui se veut transcendant les clivages qu'ils soient idéologiques ou éthiques, l'alliance contre-nature PJD-USFP, les rebuffades du RNI, l'opportunisme de l'Istiqlal, la déshérence du PPS, tout cela n'est qu'écume et faux- semblant. La politique, la vraie est morte et les odeurs nauséabondes de sa dépouille polluent la marche de la société marocaine vers la modernité.
La fin d'une expérience
Il faut nous rappeler, parce que dans le magma actuel ce n'est pas évident, que le rôle des politiques, c'est de créer du sens, ce qu'ils ont abandonné depuis le début des années 90.
L'auteur de ces lignes avait écrit un article, en Arabe, à la suite de la nomination de Youssoufi. L'entame de cet article racontait une anecdote safiote. Quand on voulait chambrer les membres d'une grande famille, on leur rappelait l'origine supposée de la fortune, toute relative par ailleurs. La légende voulait que leur aïeul qui était responsable de la perception des taxes au port, notait les noms des bateaux avec l'inscription «est entré vide, est sorti vide, pour réparer ses appareils». L'article se terminait par un avertissement sur le risque qu'ils sortent vides, mais en cassant les appareils, c'est exactement ce qui s'est passé, au point qu'ils n'osent même plus sortir, non seulement du gouvernement mais du carcan qu'ils se sont imposés : le consensus à tout prix. Car ce qui a tué la politique ce n'est pas une volonté externe, ni un machiavélisme quelconque, mais la perte de sens, née d'une idée du consensus totalement anti-démocratique. Tout, absolument tout, relève du «consensus national». La démocratie c'est le clivage entre une majorité et une opposition porteuses de deux visions antagonistes. Les consensus, bien entendu, qu'il en faut. Ils concernent les fondamentaux, la monarchie et son rôle, les règles du jeu démocratique, la nature de l'école que l'on veut. Le reste, tout le reste doit faire l'objet d'un débat national. C'est parce qu'ils ont abdiqué cette latitude que les partis traditionnels ont perdu, non seulement leur rayonnement, mais y compris leur propre raison d'existence. On peut s'interroger sur l'attitude, le rôle historique d'un homme : Abderrahmane Youssoufi. C'est lui qui a négocié une alternance au rabais, sur la base d'élections truquées. Il a accepté un gouvernement «piégé», une résistance de l'intérieur de son cabinet à ses projets de réformes. Il a imposé le silence à son parti, a tenté avec succès de le normaliser. Après son éviction par la nomination de Driss Jettou, il a dénoncé l'éloignement de la démarche démocratique, avant de négocier et imposer les mêmes figures, au nom de la poursuite des réformes. Puis il est parti à Bruxelles, dire la vérité, sur les fragilités de l'expérience. A l'internationale socialiste le bilan était lucide, engageant. Pourquoi ce double langage ? On ne le saura jamais, parce que Youssoufi n'a jamais considéré qu'il était comptable de ses faits et gestes ni devant son parti ni devant la Nation.
Quelle sortie ?
Aujourd'hui les syndicats balkanisés ne représentent plus rien. On peut d'ailleurs relever que la CDT doit ses résultats électoraux aux troupes d'Al Adl Wal Ihsane. Les associations n'ont aucun lien avec les partis et tendent même à vouloir les remplacer ce qui est une imbécilité absolue, la presse partisane ne survit que bien difficilement, l'encadrement de la jeunesse est nul. Surtout que l'idée démocratique est pervertie par la pratique politique. Au risque de se répéter, les structures partisanes n'ont d'utilité sociale que si elles sont représentatives des intérêts de couches sociales bien définies. Ce sont les antagonismes au sein de la société qui fondent les divergences politiques.
En dehors de cette configuration il y a deux cas : le fascisme, qui, justement hait la démocratie parce qu'il considère que la nation n'a qu'une seule voie ou le cirque que nous vivons. Ce constat établi, que pouvons-nous attendre ? La régénérescence du système par lui-même est très compromise. Ce que nous vivons aujourd'hui, les violences verbales et physiques, n'annonce pas de retour à la politique, bien au contraire. Cela cache mal le vide au niveau du positionnement sociétal. Parce que nous sommes un pays avec une histoire qui a empêché la naissance d'une droite autonome, conservatrice ou libérale, c'est encore au magma appelé gauche que revient la tâche historique de la régénérescence. Un nouveau projet réellement de gauche, prônant l'approfondissement de la démocratie, la libération des individus, réaffirmant l'aspiration égalitaire, a encore des chances de raviver la flamme. La recomposition par le haut, prônée par plusieurs intellectuels est une impasse. Les structures partisanes ont démontré leur capacité de vider de sens toute législation contraignante. Les congrès sont une véritable mascarade, les meetings des halkas et la démocratie interne un vœu pieux. Si l'Etat ne fausse plus les résultats, les partis le font. Le Souverain dans un discours avait rappelé qu'il n'y avait pas de démocratie sans démocrates. C'est à ceux-ci collectivement de rendre vie à la politique. Sinon, invariablement, nous nous dirigeons tout droit vers des institutions de façade, vilipendées, au profit d'une seule source de pouvoir. On sera revenu au point de départ avec une extension du champ des libertés, indéniable mais qui n'est pas la démocratie. Celle-ci ne se résume pas aux opérations votatives qui n'en sont qu'un moment. Pour l'avoir oublié, les partis n'ont plus de vie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.