Séance atone    Automobile: Un frémissement des ventes qui peut être salutaire    Fonds Innov Invest: Nouvel appui aux startups    Ouverture partielle des frontières: Qui pourra en bénéficier?    Covid19: 115 nouveaux cas au Maroc, ce vendredi à 10h00    Casablanca: Un inspecteur de police tombe pour falsification de documents    Tourisme : la Tunisie et l'Egypte prennent de l'avance sur le Maroc    Erdogan provoque les chrétiens    Examen du PLFR en commission à la Chambre des représentants    Nasser Bourita : L'accès au territoire national, une opération exceptionnelle    Une série de réunions de la DTN pour développer le football national    La chimère des espaces verts : Casablanca à l'agonie    Huiles végétales, sucre et produits laitiers font grimper les prix mondiaux des produits alimentaires    L'OMDH préoccupé par les relations du Maroc avec Amnesty International    Athlétisme: Drôle de meeting et un gros bug à Zurich    Real Madrid: Marcelo indisponible trois semaines    Musée Mohammed VI d'Art moderne et contemporain    Reprise des activités à la Maison de la culture de Béni Mellal    "Papicha" au Festival du cinéma arabe de Séoul    Driss Guerraoui porté à la présidence du Réseau Afrique des maisons de la francophonie    Votre quotidien Al Bayane en kiosque dès ce lundi 13 juillet    Mohamed Benabdelkader : La réforme du système judiciaire passe par l'amélioration des conditions de travail des magistrats    Le Cameroun n'a pas encore donné son accord officiel pour la tenue du dernier carré de la C1    Association nationale des médias et éditeurs: Nouvelle vague d'adhérents    Adoption de projets de loi sur les établissements de crédit et la CCG    Exceptionnelle pour les frontières et progressive pour les mosquées : La vraie réouverture se fait désirer    Enseignement: Il est temps de mettre en œuvre le système de la loi cadre    Alaa Eddine Aljem présente son « Miracle du saint inconnu » à Séoul    RAM: voici le programme des vols exceptionnels à partir du 15 juillet    Les ministres arabes se félicitent des efforts déployés par le Maroc    Mahi Binebine, Giosuè Calaciura, Souad Labbize boycottent la cérémonie de remise    US Round Up du vendredi 10 juillet – DeSantis, De Niro , Mode & Covid19, NBA, Hôpitaux    Alerte météo: la canicule se poursuit dans ces villes du Maroc    Benzema élu joueur du mois en Espagne    Champions League: voici les affiches des quarts (PHOTO)    La médina d'Asilah renoue avec l'art contemporain    La 2ème session du bac sera-t-elle annulée au Maroc ?    L'Homme refuse d'être libre    Messages de condoléances du Roi Mohammed VI au Roi d'Arabie Saoudite et au Président ivoirien    Gims raconte son « Malheur Malheur »    Le Maroc intègre la communauté andine en tant que membre observateur    Dialogue social : Les partenaires sociaux préparent un nouveau round    Bus de Casablanca. Le PJD agent commercial d'Erdogan    Le roi Mohammed VI a envoyé un message au roi Salmane    Le président ivoirien a reçu un message du roi Mohammed VI    De nouveaux bains de sang évités en Tunisie    Guerre mémorielle autour de l'ancienne basilique Sainte-Sophie    Talaâ Saoud Al Atlassi : Le non du Maroc au plan israélien se démarque par son réalisme    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Où va-t-on ? : La perte de sens
Publié dans La Gazette du Maroc le 24 - 07 - 2009

La politique sombre dans le fait divers et porte un coup fatal aux institutions. Même la recomposition par le haut ne fonctionne pas. La transition est en danger
Allal El Fassi, Bouabid et Abdellah Ibrahim se retournent sûrement dans leurs tombes. Leur combat est perverti par leurs héritiers et leur idéal démonétisé par des marchands de sièges sans vergogne.
On savait que la classe politique, on serait tenté d'écrire crasse politique, avait de quoi s'occuper cet été entre les communales, les conseils provinciaux, les chambres professionnelles et le renouvellement de la chambre des conseillers. Ils ont choisi de nous pourrir l'été en étalant la déchéance de ce qui est sous d'autres cieux la plus belle des vocations  : servir la chose publique. Cela a atteint des… profondeurs, et la tragédie continue. On est même arrivé à un clash diplomatique avec Paris, en conséquence de la lutte pour la présidence d'Oujda. Le PAM, parti qui se veut transcendant les clivages qu'ils soient idéologiques ou éthiques, l'alliance contre-nature PJD-USFP, les rebuffades du RNI, l'opportunisme de l'Istiqlal, la déshérence du PPS, tout cela n'est qu'écume et faux- semblant. La politique, la vraie est morte et les odeurs nauséabondes de sa dépouille polluent la marche de la société marocaine vers la modernité.
La fin d'une expérience
Il faut nous rappeler, parce que dans le magma actuel ce n'est pas évident, que le rôle des politiques, c'est de créer du sens, ce qu'ils ont abandonné depuis le début des années 90.
L'auteur de ces lignes avait écrit un article, en Arabe, à la suite de la nomination de Youssoufi. L'entame de cet article racontait une anecdote safiote. Quand on voulait chambrer les membres d'une grande famille, on leur rappelait l'origine supposée de la fortune, toute relative par ailleurs. La légende voulait que leur aïeul qui était responsable de la perception des taxes au port, notait les noms des bateaux avec l'inscription «est entré vide, est sorti vide, pour réparer ses appareils». L'article se terminait par un avertissement sur le risque qu'ils sortent vides, mais en cassant les appareils, c'est exactement ce qui s'est passé, au point qu'ils n'osent même plus sortir, non seulement du gouvernement mais du carcan qu'ils se sont imposés : le consensus à tout prix. Car ce qui a tué la politique ce n'est pas une volonté externe, ni un machiavélisme quelconque, mais la perte de sens, née d'une idée du consensus totalement anti-démocratique. Tout, absolument tout, relève du «consensus national». La démocratie c'est le clivage entre une majorité et une opposition porteuses de deux visions antagonistes. Les consensus, bien entendu, qu'il en faut. Ils concernent les fondamentaux, la monarchie et son rôle, les règles du jeu démocratique, la nature de l'école que l'on veut. Le reste, tout le reste doit faire l'objet d'un débat national. C'est parce qu'ils ont abdiqué cette latitude que les partis traditionnels ont perdu, non seulement leur rayonnement, mais y compris leur propre raison d'existence. On peut s'interroger sur l'attitude, le rôle historique d'un homme : Abderrahmane Youssoufi. C'est lui qui a négocié une alternance au rabais, sur la base d'élections truquées. Il a accepté un gouvernement «piégé», une résistance de l'intérieur de son cabinet à ses projets de réformes. Il a imposé le silence à son parti, a tenté avec succès de le normaliser. Après son éviction par la nomination de Driss Jettou, il a dénoncé l'éloignement de la démarche démocratique, avant de négocier et imposer les mêmes figures, au nom de la poursuite des réformes. Puis il est parti à Bruxelles, dire la vérité, sur les fragilités de l'expérience. A l'internationale socialiste le bilan était lucide, engageant. Pourquoi ce double langage ? On ne le saura jamais, parce que Youssoufi n'a jamais considéré qu'il était comptable de ses faits et gestes ni devant son parti ni devant la Nation.
Quelle sortie ?
Aujourd'hui les syndicats balkanisés ne représentent plus rien. On peut d'ailleurs relever que la CDT doit ses résultats électoraux aux troupes d'Al Adl Wal Ihsane. Les associations n'ont aucun lien avec les partis et tendent même à vouloir les remplacer ce qui est une imbécilité absolue, la presse partisane ne survit que bien difficilement, l'encadrement de la jeunesse est nul. Surtout que l'idée démocratique est pervertie par la pratique politique. Au risque de se répéter, les structures partisanes n'ont d'utilité sociale que si elles sont représentatives des intérêts de couches sociales bien définies. Ce sont les antagonismes au sein de la société qui fondent les divergences politiques.
En dehors de cette configuration il y a deux cas : le fascisme, qui, justement hait la démocratie parce qu'il considère que la nation n'a qu'une seule voie ou le cirque que nous vivons. Ce constat établi, que pouvons-nous attendre ? La régénérescence du système par lui-même est très compromise. Ce que nous vivons aujourd'hui, les violences verbales et physiques, n'annonce pas de retour à la politique, bien au contraire. Cela cache mal le vide au niveau du positionnement sociétal. Parce que nous sommes un pays avec une histoire qui a empêché la naissance d'une droite autonome, conservatrice ou libérale, c'est encore au magma appelé gauche que revient la tâche historique de la régénérescence. Un nouveau projet réellement de gauche, prônant l'approfondissement de la démocratie, la libération des individus, réaffirmant l'aspiration égalitaire, a encore des chances de raviver la flamme. La recomposition par le haut, prônée par plusieurs intellectuels est une impasse. Les structures partisanes ont démontré leur capacité de vider de sens toute législation contraignante. Les congrès sont une véritable mascarade, les meetings des halkas et la démocratie interne un vœu pieux. Si l'Etat ne fausse plus les résultats, les partis le font. Le Souverain dans un discours avait rappelé qu'il n'y avait pas de démocratie sans démocrates. C'est à ceux-ci collectivement de rendre vie à la politique. Sinon, invariablement, nous nous dirigeons tout droit vers des institutions de façade, vilipendées, au profit d'une seule source de pouvoir. On sera revenu au point de départ avec une extension du champ des libertés, indéniable mais qui n'est pas la démocratie. Celle-ci ne se résume pas aux opérations votatives qui n'en sont qu'un moment. Pour l'avoir oublié, les partis n'ont plus de vie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.