Casablanca : Plus de peur que de mal dans des affrontements entre jeunes marocains et des migrants subsahariens    Des tours-opérateurs canariens en visite à Laâyoune    L'esprit critique, fruit de l'éducation aux médias et à l'information, estime Mme Lamrini    Standard & Poor's dégrade la note de l'Afrique du Sud    MATU: 2 MILLIARDS DE DIRHAMS D'ACTIFS FINANCIERS EXTERNALISES    Affrontements entre des jeunes Casablancais et des migrants subsahariens    Londres: Réouverture des stations de métro Oxford Street et Bond Street    Trump ne veut pas faire « la cover » de Time Magazine    Brexit-UE: Possible accord en décembre    MESSAGE DE CONDOLEANCES DU ROI MOHAMMED VI AU PRESIDENT EGYPTIEN    Coupe du Monde des Clubs. Mbark Boussoufa rêve de jouer la finale contre le Real Madrid    Al Akhawayn obtient la prestigieuse accréditation NEASC    Affrontements entre jeunes et migrants près le la gare routière de Ouled Ziane    METEO. VOICI LE TEMPS QU'IL FERA CE SAMEDI AU MAROC    VIDEO. CASABLANCA: AFFRONTEMENTS ENTRE "RIVERAINS" ET SUBSAHARIENS À OULED ZIANE    Programme des principaux matchs de ce samedi 25 novembre    Maroc remporte la CAN 2017 Handi-Basket    Attentat dans le Sinaï: le bilan s'alourdit    Al Akhawayn a obtenu l'accréditation américaine NEASC pour 5 ans    Insolite : L'amour sans frontières    Emmerson Mnangagwa devient le nouveau président du Zimbabwe    Le Maroc réalise des progrès notables en matière de gouvernance économique    Le Forum d'Ifrane plaide pour la création d'outils de financement innovants    L'ancien président brésilien Fernando Collor de Mello : « La mondialisation, un chemin vers la paix ».    Europa League : Les grosses écuries s'en tirent à bon compte    Robinho condamné à neuf ans de prison pour viol en réunion    Oscar Pistorius, de l'Olympe sportive à la prison    Driss El Yazami : La deuxième opération de régularisation vise le traitement d'au moins 82% des dossiers    Dimitris Avramopoulos : Le Maroc, un pays à même de contribuer à une gestion efficace de la migration    La Dominique réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    Hausse des levées brutes du Trésor à fin octobre    Londres vise les premières voitures sans chauffeur    Divers    Message du Secrétaire général de l'ONU António Guterres    Pour une meilleure préservation de l'arganier    Les meilleurs films de tous les temps    Casablanca accueille la première édition de la "China Trade Week Morocco"    Ibrahim Maalouf dépoussière les morceaux de Dalida    Agadir accueille le 2ème Forum des avocats MRE    Visa For music : Des hommages à des figures nationales et africaines    « Visa for Music »: Le théâtre national Mohammed V vibre aux rythmes africains du groupe « Jouvay Fest »    Air Arabia : changement sur les vols Fès-Marrakech    Munir El Haddadi: «Je rêve de jouer le Mondial avec le Maroc, dont j'ai toujours chanté l'hymne national»    Bombardier au taquet avec l'ONCF    Mondial 2018 : Le Maroc est-il un tirage "facile" ?    Des mini-concerts pour de grands futurs musiciens    L'Uzine rend hommage à son quartier    Rabat, « capitale africaine par excellence » pour Visa for Music    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dentistes, attention aux déchets toxiques !
Publié dans La Nouvelle Tribune le 18 - 10 - 2017

Seulement 10% des dentistes qui utilisent toujours l'amalgame dentaire à base de mercure des provinces de Rabat et Kénitra se débarrassent des déchets de ce matériau de restauration en recourant aux services des sociétés de récupération des déchets médicaux et pharmaceutiques. C'est ce qui ressort de l'enquête du Centre Antipoison et de Pharmacovigilance du Maroc (CAPM), relevant du ministère de la Santé.
En revanche, 42% des praticiens jettent les déchets d'amalgame contenant du mercure, qui a des effets toxiques sur la santé et l'environnement, dans les poubelles publiques, ce qui rend la situation « alarmante » vue la quantité importante des déchets toxiques produits par les cabinets dentaires et qui, une fois mélangée avec les déchets ménagers, pose un grand risque pour l'homme et l'environnement, affirme cette enquête, parue sur Toxicologie Maroc, la publication officielle du CAPM, dont l'édition du 1-er trimestre 2017 est consacrée à l'exposition au Mercure au Maroc.
Sur ce point, l'enquête, effectuée en avril-juillet 2017 auprès de médecins dentistes exerçant dans les secteurs public et privé, relève qu'il existe une corrélation entre l'ancienneté des cabinets dentaires, surtout de plus de 15 ans, et la signature d'un contrat avec une société de traitement des déchets. « Ceci peut être expliqué par le fait que les anciens médecins ont plus de moyens financiers pour établir ce type de contrats, par rapport à ceux qui ont moins de cinq ans d'expérience », ajoute la même source.
Concernant le recours à ce matériau, l'enquête indique que parmi les dentistes questionnés, 46% n'utilisent plus l'amalgame dentaire pour restaurer les dents et ne font pas l'extraction d'ancien amalgame dentaire, alors que 54% utilisent toujours l'amalgame.
Evoquant la gestion des déchets médicaux et pharmaceutiques, l'enquête révèle que cette tâche est assurée par les assistants des médecins dentistes dans 48% des cabinets dentaires et par les médecins dentistes aidés par leur assistant dans 26% des structures, alors que dans 38% des cabinets, cette responsabilité est attribuée à la femme de ménage ou à la secrétaire.
L'enquête identifie, à ce propos, un manque au niveau de la formation dans la gestion de ce type de déchets, en plus d'une carence en matière de sensibilisation par rapport au cadre juridique et aux conventions internationales en vigueur.
Ainsi, seuls 52% des responsables de la gestion des déchets dans les cabinets dentaires ont suivi une formation en gestion des déchets médicaux et pharmaceutiques, alors que 48% n'ont suivi aucune formation.
Pour l'enquête, ces données rendent « la situation inquiétante », étant donné que la gestion des déchets d'amalgame qui contiennent du mercure nécessite une formation spécialisée.
De même, parmi les médecins dentistes questionnés, 90% n'avaient aucune idée sur la loi 28-00 relative à la gestion des déchets et à leur élimination, contre 10% qui affirment la connaitre. En plus, seulement 4% des médecins dentistes ayant répondu au questionnaire connaissent la convention de Minamata sur le mercure, tandis que 96% « n'en ont aucune idée ».
32% des praticiens ont affirmé que leur fauteuil dentaire est équipé d'un séparateur d'amalgame
L'enquête aborde d'autres aspects liés à la limitation de l'exposition au mercure chez les dentistes, comme l'architecture des cabinets dentaires, dont 92% sont bien aérés, contre 8% qui ne le sont pas. De même, 32% praticiens ont affirmé que leur fauteuil dentaire est équipé d'un séparateur d'amalgame, alors que les 68% restant ne l'utilisent pas, ce qui signifie que « le crachoir est lié directement aux égouts ».
A ce propos, l'enquête explique que la bonne pratique de manipulation de l'amalgame commence par l'aération du cabinet, précisant que les particules d'amalgame provenant de l'excès de trituration produites lors de la sculpture et du polissage de nouvelles restaurations d'amalgames ou par l'élimination des anciennes restaurations doivent être collectées dans des séparateurs d'amalgame.
Pour démontrer l'importance de cette pratique, l'enquête cite une étude canadienne réalisée à Ontario, selon laquelle l'utilisation de séparateurs d'amalgames par tous les dentistes pourrait réduire la quantité de mercure entrant dans les eaux usées à environ 2,46 mg de mercure par dentiste et par jour, au lieu 170,72 mg de mercure par dentiste et par jour sans séparateur.
Il est à noter que l'amalgame dentaire est un mélange de métaux en poudre et de mercure. Ainsi les déchets produits lors de la sculpture de ce matériau, constituent une source non négligeable de toxicité pour l'environnement et, de manière indirecte, constituent un danger pour la santé publique. Par conséquent, l'amalgame doit être manipulé dans de bonnes conditions et ses déchets doivent être correctement éliminés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.