Allam succède à Chaouki    Ouverture prochaine d'un consulat général de Gambie à Dakhla    S.M le Roi procède à la désignation des membres de la Commission spéciale sur le modèle de développement    RAM rejoint l'Alliance Oneworld en mars prochain    WAC-ASFAR, match phare de la mise à jour    L'intelligence artificielle, entre opportunité et menace pour la santé    Un grand pas dans le projet national pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel    La musique gnaoua, entre rituel africain et culte des saints vénérés au Maroc    André Azoulay: Il s'agit d'une consécration de l'engagement pionnier d'Essaouira    La CGEM veut améliorer la performance environnementale des PME    Le vivarium du jardin zoologique de Rabat désormais ouvert au public    Egypte-Algérie: Un président controversé en félicite un autre    L'emprunt obligataire AWB visé par l'AMMC    Les Algériens ne veulent pas Tebboune    Marrakech. Arrestation d'un homme pour possession et trafic de drogue    Football: Qui sont les joueurs africains les mieux payés?    Algérie : Abdelmadjid Tebboune, nouveau président    Les Jugements sont exécutoires    Participation massive au championnat du Maroc de lutte    Vidéo Commune de Dar Bouazza : Abattus comme des chiens…    Quelque 5.000 participants attendus au "10 km de M'diq"    Et de 6 pour Lydec qui se voit décrocher le « Top Performer RSE » !    Présidentielles algériennes : Abdelmadjid Tebboune vainqueur selon les résultats préliminaires    Le PPS au Parlement    Karim El Aynaoui : « Atlantic Dialogues », une invitation à formuler des réponses urgentes aux grands défis communs »    Les 100 femmes les plus puissantes du monde, selon Forbes    Prison locale de Bouizakarne : Journée sportive pour les détenus mineurs    Asilah : 12 millions de dirhams pour réhabiliter et fermer l'actuelle décharge publique    Nouvelle défaite cruelle de l'OCK    Eliminatoires Mondial-2022 : La date du tirage au sort fixée    PLF2020: L'article de la discorde    La France et Maroc tiennent leur forum interparlementaire    Twitter rêve de réseaux sociaux plus ouverts et de conversations en ligne moins énervées    Les Guinéens contre le 3ème mandat d'Alpha Condé…    Habib Sidinou, un président sobre et altruiste    Iberia annonce une ligne Madrid-Fès pour l'été 2020    Espagne: Les 3 footballeurs accusés de viol écopent de 38 ans de prison chacuns    Destitution: le vote préliminaire sur le renvoi de Trump en procès reporté à vendredi    Présidé par SM le Roi : Adoption de plusieurs textes en Conseil des ministres    Neutralité carbone en 2050: l'UE s'engage, mais sans la Pologne    Fares appelle à l'élaboration de rapports et études annuels sur la détention préventive    Une première, deux conventions collectives dans l'enseignement privé    Académie française: Abdeljalil Lahjomri reçoit le Grand Prix de la francophonie    G-B : La Livre sterling s'envole après la victoire des Tories    Expo: La symphonie en bleu de Saâd Hassani    Festival du film de Marrakech: Moins de glamour et plus de cinéma    Un colloque pour débattre du rôle de la darija    La Fédération de rugby minée par une crise sans précédent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Brexit-UE: Possible accord en décembre
Publié dans La Nouvelle Tribune le 25 - 11 - 2017

Un premier accord sur les conditions du divorce entre l'UE et le Royaume-Uni est « possible » en décembre, a estimé vendredi le président du Conseil européen Donald Tusk, mais à condition de progresser dans les négociations, en particulier sur le contentieux irlandais.
Il a donné 10 jours à Mme May pour « constater des progrès du côté du Royaume-Uni sur tous les sujets, y compris l'Irlande ». Soit une date limite fixée au 4 décembre, à laquelle est prévue un dîner entre Mme May et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker.
La rencontre à Bruxelles entre le président du Conseil de l'UE et la Première ministre britannique Theresa May, en marge d'un sommet européen, était très attendue alors que les négociations semblent enlisées depuis des mois.
« Possible d'avoir des progrès suffisants (sur les trois dossiers prioritaires) dans les négociations du Brexit au Conseil européen de décembre », a résumé M. Tusk sur Twitter à l'issue de l'entretien, « mais cela reste un défi énorme ».
« Tusk a présenté la chronologie précédent le sommet européen de décembre, avec le 4 décembre comme date limite absolue pour que le Royaume-Uni fasse des efforts supplémentaires », a rapporté une source européenne sous couvert d'anonymat. Et Mme May « a accepté ce calendrier », a ajouté cette source.
Il y a une semaine, M. Tusk avait pressé la dirigeante britannique d'abattre ses cartes d'ici à début décembre, si elle voulait obtenir avant Noël un feu vert à l'ouverture de tractations commerciales post-Brexit.
« Il y a toujours des problèmes sur les différents sujets que nous négocions qui doivent être résolus », a reconnu Theresa May en quittant Bruxelles, tout en soulignant « l'atmosphère positive dans les discussions et le sentiment sincère » de vouloir « progresser ensemble ».
La dirigeante britannique a aussi eu des rencontres bilatérales vendredi avec la Lituanie, la Belgique et le Danemark, ainsi qu'un entretien, non programmé, avec la chancelière allemande Angela Merkel.
Les 27 autres Etats de l'UE estiment que seuls des engagements clairs de Londres permettront de boucler la première phase des tractations autour du Brexit, focalisée sur l'organisation du retrait britannique fin mars 2019.
« Les négociations font des progrès », a assuré quant à lui Jean-Claude Juncker, confirmant que « la phase conclusive commence le 4 décembre ».
Selon les médias britanniques, la Première ministre, dont la fragilité politique inquiète Bruxelles, a obtenu cette semaine un accord au sein de son gouvernement pour proposer de payer une quarantaine de milliards d'euros afin de solder les comptes avec l'UE, soit le double de ce qui était envisagé jusqu'ici.
Les Britanniques « sont en train d'évoluer, ils sont en train de préparer le terrain dans leur opinion publique », a estimé une source européenne proche des négociations.
Côté européen, l'évaluation de la facture est plus proche de 60 milliards d'euros, même si la Commission européenne, qui négocie au nom des 27, n'a jamais donné de chiffre officiel.
– La question irlandaise –
L'UE réclame également des « progrès suffisants » sur la question des droits des Européens vivant au Royaume-Uni après le Brexit et sur les conséquences du divorce sur la frontière entre l'Irlande et la province britannique d'Irlande du Nord.
Un accord d'étape sur les trois sujets est jugé indispensable par les 27 pour accepter d'élargir les négociations à la relation future avec Londres, notamment commerciale.
C'est pendant un sommet prévu pour les 14-15 décembre à Bruxelles qu'ils diront s'ils acceptent d'ouvrir cette deuxième phase, que le Royaume-Uni s'impatiente de pouvoir entamer.
En cas de refus au cours de ce sommet, cette perspective serait reportée à « février ou mars », prévient un haut diplomate de l'UE.
L'entretien entre M. Tusk et Mms May a consacré une « attention particulière sur comment assurer le soutien de l'Irlande » pour passer à la deuxième étape, a souligné la même source européenne.
Les tensions sont montées d'un cran ces dernières semaines autour du dossier irlandais.
Dublin craint en effet le retour d'une frontière « dure » avec l'Irlande du Nord, avec des postes-frontières, qui fragiliserait l'accord de paix de 1998 ayant mis fin à trente années de guerre civile.
Des progrès doivent être faits dans les négociations « dans un sens qui évite une frontière +dure+ sur l'île d'Irlande », a répété vendredi le ministre irlandais des Affaires étrangères Simon Coveney, qui a rencontré le négociateur en chef du Brexit pour l'UE, Michel Barnier.
Londres « devra donner des assurances crédibles sur la façon d'éviter une frontière +dure+ avant le 4 décembre, car le flou persiste sur comment cela peut être fait », a aussi souligné la source européenne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.