Le Nigéria décroche le premier ticket pour les huitièmes de finale    Taza. Première édition du festival national de la chanson marocaine    Les choses sérieuses commencent !    Auto Hall-DFSK. Un partenariat de fond    Trump avertit la Chine et critique l'Allemagne avant le G20    Inauguration à Kénitra de la première usine de Nexteer Automotive en Afrique    RAM digitalise son fret aérien avec Portnet    La MDJS certifiée par la World Lottery Association    CAN 2019 : les derniers jours d'Al Ahmadi avec les Lions de l'Atlas    Ell fait l'actu : Imane Ouaadil, nouvelle ambassadeur de SM le Roi auprès du Ghana    Elissa : «J'aimerais bien chanter en dialecte marocain»    Baccalauréat 2019 : La moisson exceptionnelle de Casablanca-Settat    Casablanca en quête d'un air plus frais    Lancement au siège de l'OCDE à Paris du 2e Programme Pays-Maroc    Le mal de maire!    Conférence à Bahreïn: Un plan économique pour les Palestiniens, qui le rejettent    L'Europe étouffe sous la canicule, qui va s'intensifier    Brésil: la Cour Suprême va réexaminer le dossier «Lula»    La liste des nouveaux ambassadeurs reçus par le roi    Nucléaire, Golfe : l'Iran semble jouer l'apaisement    Nissan prêt à revoir avec Renault la structure d'une alliance en danger    Renault rénove un établissement scolaire dans la région d'Essaouira    BMW transporteur officiel du Festival Mawazine    Un policier à Casablanca accusé de chantage, vol et adultère    Tanger-Med : Avortement d'une tentative de trafic de 270 kg de chira    MRE, loin des clichés    El Jadida : OCP organise dimanche la finale de son championnat de beach soccer    Les Comores expriment leur "soutien sans réserve" à l'initiative marocaine d'autonomie    Chambre des représentants : Adoption de trois conventions relatives à la ZLECAF et à l'accord de pêche durable Maroc-UE    Le Cameroun réussit son entrée, le Ghana chancelle    Youssef Amrani, nommé à Prétoria, « ready to work »…    Soulaliyates, Laftit veille au grain…    Mawazine 2019 : Elissa embrase Nahda    Royal Air Maroc en représentation au Caire, en marge de la CAN    Régionalisation avancée et mise en œuvre d'une stratégie visant la préservation de l'identité des MRE    YouTube pressé de mieux protéger les enfants    Divers    El Hadji Diouf Jouer la CAN en Egypte est une chance !    Jordan Ayew, la stagnation du prodige    La Côte d'Ivoire réussit son entrée en matière    Sommet des deux rives : Engagements pour une nouvelle ambition en Méditerranée    S'énerver plus pour vivre plus    Très attendu par ses fans, Reda Taliani cartonne à Salé    Chellah à l'heure de la musique tzigane    "Toy Story 4" en tête du box-office    Le Maroc présent à la conférence de Manama    Mauritanie: Ghazouani proclamé vainqueur dès le premier tour    Démantèlement d'une cellule liée à Daesh composée de 4 personnes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Brexit : Coup d'envoi d'une ultime semaine « pénible » de négociations
Publié dans La Nouvelle Tribune le 19 - 11 - 2018

Les 27 ont commencé lundi à examiner à la loupe l'accord de divorce négocié avec Londres, cible de virulentes critiques au Royaume-Uni, donnant le coup d'envoi d'une ultime semaine de négociations avant un sommet exceptionnel dimanche à Bruxelles.
Appelée par ses détracteurs à renégocier l'accord provisoire conclu avec l'UE, la Première ministre britannique Theresa May a annoncé qu'elle se rendrait à Bruxelles dans la semaine, pour rencontrer notamment le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker.
« Cela va être une semaine très pénible à Bruxelles », a averti lundi matin le ministre autrichien aux affaires européennes Gernot Blümel, dont le pays assure la présidence tournante de l'UE, avant une réunion avec ses homologues moins de cinq mois avant la date prévue du retrait britannique.
« Je pars du principe que le traité de divorce, tel qu'il est désormais posé sur la table, va être adopté », a-t-il dit, alors que certains pays européens ont émis des réserves sur des points du texte de près de 600 pages accouché au forceps par les équipes de négociation britannique et européenne.
La possibilité d'étendre la période de transition post-Brexit, pendant laquelle le Royaume-Uni restera de fait dans le giron de l'UE, fait partie des seuls points encore ouverts aux discussions concernant les modalités du divorce.
Celle-ci est actuellement prévue jusqu'à fin 2020 dans l'accord provisoire de retrait, mais le négociateur en chef de l'UE, Michel Barnier aurait proposé qu'elle puisse être prolongée de deux ans, selon une source européenne.
– ‘Meilleur accord possible' –
Pour le reste, « nous devons être clairs sur le fait que cet accord, tel qu'il est maintenant sur la table, est le meilleur accord possible », a insisté lundi le ministre luxembourgeois Jean Asselborn.
Des pays comme la France, qui auraient souhaité un meilleur résultat sur la qestion de la pêche, n'en feront ainsi pas un point de blocage, conscients que les Britanniques pourraient à leur tour présenter de nouvelles demandes.
« Nous pensons que des deux côtés nous avons épuisé nos marges de manoeuvre », avait estimé dès la semaine dernière un responsable européen sous couvert d'anonymat.
Ce sera « une semaine intense de négociations », prédit de son côté Mme May, dans un discours qu'elle doit prononcer lundi devant les patrons britanniques, quelques jours après avoir réussi à faire endosser par son gouvernement l'accord provisoire avec Bruxelles, au prix d'une série de démissions.
Comme les 27, elle a cependant admis que l'essentiel des négociations restant à mener concernaient non pas le traité de retrait, mais la « déclaration politique » sur la future relation entre Londres et l'UE, qui sera jointe à l'accord de séparation.
« Je m'attends à ce que nous élaborions les détails complets et définitifs du cadre qui sous-tendra nos relations futures », a-t-elle assuré.
– ‘Etat-vassal' –
La Commission européenne a prévu de publier mardi le projet de « déclaration politique » qui définira ce cadre. Il s'agira d'un texte d'une vingtaine de pages, selon une source diplomatique, sans valeur juridique mais à forte portée politique.
Londres et Bruxelles doivent y esquisser les contours de leur futur partenariat, qu'il ne pourront commencer à négocier formellement qu'une fois le Royaume-Uni officiellement parti, à compter du 30 mars 2019.
Avant cela, les deux parties vont devoir boucler définitivement leur accord. Les 27 doivent l'approuver dimanche lors d'un sommet des chefs d'Etat ou de gouvernement convoqué à Bruxelles. Il restera ensuite à le faire ratifier par le Parlement européen d'un côté et par le Parlement britannique de l'autre.
La ratification parlementaire britannique est loin d'être acquise, sur fond de profondes divisions de la classe politique du pays sur le type de Brexit qu'elle souhaite.
Theresa May se retrouve ainsi sous la menace d'une motion de censure, et sous pression de l'aile dure des partisans du Brexit qui exigent de pouvoir renégocier le texte, inacceptable à leurs yeux.
Certains estiment en effet qu'elle a sacrifié la souveraineté du pays en acceptant la perspective d'une union douanière avec l'UE d'une durée indéfinie comme solution de dernier recours pour empêcher le retour d'une frontière physique entre l'Irlande et l'Irlande du nord.
L'accord négocié avec Bruxelles, s'il n'est pas modifié, ferait du Royaume-Uni un « Etat vassal » de l'UE, a ainsi mis en garde l'ex-chef de la diplomatie britannique Boris Johnson.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.