Taghazout Bay: des hôtels épinglés pour infractions urbanistiques    La Tunisie dévoile son nouveau gouvernement    France: la ministre de la Santé a démissionné    Coupe Mohammed VI : Al Ismaily bat le Raja    Safi : 12 individus arrêtés pour hooliganisme en marge du match OCS-Ittihad Jeddah    Le classement des banques IVT les plus actives sur le marché des BDT    Mohammed VI félicite le président lituanien    Le RCA affronte l'égyptien Al Ismaïli pour la demi-finale de la Coupe arabe Mohammed VI    Zamalek Vs Espérance de Tunis avec un arbitre marocain    Béni Mellal : arrestation d'un mineur ayant gravement blessé un conducteur par jets de pierre    Le Roi Mohammed VI félicite le président lituanien à l'occasion de la fête nationale de son pays    Japon : le nombre de cas atteints de coronavirus sur le paquebot Diamond Princess grimpe à 355    Des roquettes s'abattent près de l'ambassade américaine à Bagdad    On n'arrête plus Youssef El Arabi (vidéo)    De rupture en échec    Marché des changes (février): le dirham s'apprécie face à l'euro    Investissements : une mission d'affaires de Valence en prospection au Maroc, du 16 au 19 février    Algérie : une mobilisation populaire massive se prépare avant le 1er anniversaire du « Hirak »    Italie: le Sénat autorise le renvoi de Salvini devant la justice…    Coupe arabe Mohammed VI des clubs : L'Olympic de Safi quitte la compétition    Pourquoi Ziyech est parfait pour Chelsea?    SM le Roi lance la nouvelle stratégie de développement agricole et forestier    Raviver le potentiel du Souss Massa!    Faiblesse du taux de la production éditoriale marocaine en langue amazighe!    Botola Pro D1 : Le Wydad tombe à domicile, Berkane se contente du nul    Météo: les températures prévues au Maroc ce dimanche (villes)    Rabat nommée capitale africaine de la culture    Voici le temps qu'il fera ce dimanche    Le Maroc isole le polisario sur les scènes africaine et internationale    Météo: le temps qu'il fera ce dimanche au Maroc    Tunisie: Ennahdha a pris une décision    Casablanca: Ramid a pris la parole au SIEL    Afrique : Rabat désignée capitale africaine de la culture    Kristalina Georgieva: «Le Maroc doit maintenir l'effort de réforme»    Coronavirus: premier décès en France    Le Lac des Cygnes, un monument de danse classique à Rabat    La Cour européenne des droits de l'Homme disculpe Madrid    Fès intègre le réseau mondial des villes les plus engagées contre le sida    Divers    Mohamed Benabdelkader : La communication publique, une exigence démocratique et un impératif de bonne gestion    Driss Lachguar en visite au SIEL    Jennifer Lopez: La renaissance d'une icône    Sharon Stone évoque son expérience avec les sites de rencontres    Britney Spears en danger ?    Dans son nouveau recueil : La nouvelle, tout un art chez Abdellah Baïda    L'IRCAM et l'Académie de la langue arabe absorbée par le CNLCM    SIEL 2020 : Le CESE présente son rapport sur la promotion de la lecture au Maroc    Salvini, le chef de l'extrême droite italienne, touché mais pas coulé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Brexit : Coup d'envoi d'une ultime semaine « pénible » de négociations
Publié dans La Nouvelle Tribune le 19 - 11 - 2018

Les 27 ont commencé lundi à examiner à la loupe l'accord de divorce négocié avec Londres, cible de virulentes critiques au Royaume-Uni, donnant le coup d'envoi d'une ultime semaine de négociations avant un sommet exceptionnel dimanche à Bruxelles.
Appelée par ses détracteurs à renégocier l'accord provisoire conclu avec l'UE, la Première ministre britannique Theresa May a annoncé qu'elle se rendrait à Bruxelles dans la semaine, pour rencontrer notamment le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker.
« Cela va être une semaine très pénible à Bruxelles », a averti lundi matin le ministre autrichien aux affaires européennes Gernot Blümel, dont le pays assure la présidence tournante de l'UE, avant une réunion avec ses homologues moins de cinq mois avant la date prévue du retrait britannique.
« Je pars du principe que le traité de divorce, tel qu'il est désormais posé sur la table, va être adopté », a-t-il dit, alors que certains pays européens ont émis des réserves sur des points du texte de près de 600 pages accouché au forceps par les équipes de négociation britannique et européenne.
La possibilité d'étendre la période de transition post-Brexit, pendant laquelle le Royaume-Uni restera de fait dans le giron de l'UE, fait partie des seuls points encore ouverts aux discussions concernant les modalités du divorce.
Celle-ci est actuellement prévue jusqu'à fin 2020 dans l'accord provisoire de retrait, mais le négociateur en chef de l'UE, Michel Barnier aurait proposé qu'elle puisse être prolongée de deux ans, selon une source européenne.
– ‘Meilleur accord possible' –
Pour le reste, « nous devons être clairs sur le fait que cet accord, tel qu'il est maintenant sur la table, est le meilleur accord possible », a insisté lundi le ministre luxembourgeois Jean Asselborn.
Des pays comme la France, qui auraient souhaité un meilleur résultat sur la qestion de la pêche, n'en feront ainsi pas un point de blocage, conscients que les Britanniques pourraient à leur tour présenter de nouvelles demandes.
« Nous pensons que des deux côtés nous avons épuisé nos marges de manoeuvre », avait estimé dès la semaine dernière un responsable européen sous couvert d'anonymat.
Ce sera « une semaine intense de négociations », prédit de son côté Mme May, dans un discours qu'elle doit prononcer lundi devant les patrons britanniques, quelques jours après avoir réussi à faire endosser par son gouvernement l'accord provisoire avec Bruxelles, au prix d'une série de démissions.
Comme les 27, elle a cependant admis que l'essentiel des négociations restant à mener concernaient non pas le traité de retrait, mais la « déclaration politique » sur la future relation entre Londres et l'UE, qui sera jointe à l'accord de séparation.
« Je m'attends à ce que nous élaborions les détails complets et définitifs du cadre qui sous-tendra nos relations futures », a-t-elle assuré.
– ‘Etat-vassal' –
La Commission européenne a prévu de publier mardi le projet de « déclaration politique » qui définira ce cadre. Il s'agira d'un texte d'une vingtaine de pages, selon une source diplomatique, sans valeur juridique mais à forte portée politique.
Londres et Bruxelles doivent y esquisser les contours de leur futur partenariat, qu'il ne pourront commencer à négocier formellement qu'une fois le Royaume-Uni officiellement parti, à compter du 30 mars 2019.
Avant cela, les deux parties vont devoir boucler définitivement leur accord. Les 27 doivent l'approuver dimanche lors d'un sommet des chefs d'Etat ou de gouvernement convoqué à Bruxelles. Il restera ensuite à le faire ratifier par le Parlement européen d'un côté et par le Parlement britannique de l'autre.
La ratification parlementaire britannique est loin d'être acquise, sur fond de profondes divisions de la classe politique du pays sur le type de Brexit qu'elle souhaite.
Theresa May se retrouve ainsi sous la menace d'une motion de censure, et sous pression de l'aile dure des partisans du Brexit qui exigent de pouvoir renégocier le texte, inacceptable à leurs yeux.
Certains estiment en effet qu'elle a sacrifié la souveraineté du pays en acceptant la perspective d'une union douanière avec l'UE d'une durée indéfinie comme solution de dernier recours pour empêcher le retour d'une frontière physique entre l'Irlande et l'Irlande du nord.
L'accord négocié avec Bruxelles, s'il n'est pas modifié, ferait du Royaume-Uni un « Etat vassal » de l'UE, a ainsi mis en garde l'ex-chef de la diplomatie britannique Boris Johnson.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.