Covid-19: les Philippines, premier pays à réimposer un large confinement    Elections sénatoriales-Egypte: un Marocain à la tête d'une mission d'observation    Conférence de soutien au Liban: 250 millions d'euros d'aides internationales    Botola Pro D1 : programme de la 21ème journée    Violation de l'état d'urgence sanitaire: 742 personnes poursuivies à Taroudant    Covid-19: l'essentiel de la déclaration du ministère de la Santé    21ème journée de la Botola Pro D1 : Des rencontres à couteaux tirés    Météo Maroc : prévisions du lundi 10 août 2020    Une humble pensée d'une petite germe nommée Abderrahmane El Youssoufi    Le Groupe OCP fête ses 100 ans d'existence    La rentrée scolaire, c'est dans trois semaines    Dépression : La vitamine D ne sert à rien    Frère Jean, ex-photographe de mode devenu moine orthodoxe dans les Cévennes    Le MMVI retrace la genèse artistique au Maroc    Les œuvres de l'artiste danoise Lene Wiklund illuminent l'espace Dar Souiri    Ligue des champions Messi au rendez-vous de Lisbonne    Signature d'une convention d'objectifs pour le développement du football féminin    D'aucuns prônent un dépistage massif en faveur du personnel soignant    Classée 2ème destination dans le monde : La ville ocre dans le top 25 du TripAdvisor    Réouverture des salles de sport    Recul des ventes de la quasi-totalité des secteurs au premier semestre    Coronavirus : 1.230 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 33.237 cas cumulés dimanche 9 août à 18 heures    Présentiel ou enseignement à distance : les précisions du département de l'Education Nationale    Manchester City bourreau du Real de Zidane    Lyon élimine la Juventus et jouera City en quarts    Maroc Télécom a boosté les revenus des sociétés de bourse en 2019    Le gouvernement libanais exprime sa gratitude pour l'initiative royale    La FIDHOP s'oppose au 3e mandat de Ouattara    Le Bayern et le Barça en quart !    El Otmani: La situation épidémiologique connaît des évolutions inquiétantes    De la nécessité des évolutions structurelles des écosystèmes et des chaînes de valeur    Au bord du naufrage!    «Les petits porteurs ont aussi soutenu le MASI»    Coronavirus: 23 joueurs et membres du staff de l'Ittihad de Tanger testés positifs    Colombie: Arrestation de l'ancien président Alvaro Uribe    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination!    «De l'encre sur la marge» de M'barek Housni    Casablanca à l'heure de son premier festival de Hip-Hop «On-line»    Le nouveau khalife général de la famille tidjane Niass remercie le Roi Mohammed VI    France: Une explosion fait 8 blessés à Antibes    La terre a de nouveau tremblé en Algérie    Liban Message plein d'émotion de Majda Roumi au milieu des décombres (Vidéo)    Rabat: une nouvelle expo au Musée Mohammed VI    Fonds d'investissement stratégique : le décret arrive au parlement    Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité des Nations unies, Christoph Heusgen    Explosion de Beyrouth : L'aide humanitaire marocaine remise    Le philosophe Bernard Stiegler n'es plus (vidéo)    Le président de la Chambre des représentants reçoit l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rabat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Salon du cheval: Valoriser et transmettre un héritage aux nouvelles générations
Publié dans L'Economiste le 23 - 10 - 2019

El Habib Marzak, Commissaire du Salon du cheval d'El Jadida, tient à souligner la nécessité d'impliquer les nouvelles générations dans la préservation des métiers liés au cheval (Ph. Privée)
El Habib Marzak, Commissaire du Salon du cheval, dresse un bilan, qu'il juge positif à plus d'un égard. Douze ans après sa création, l'événement est aujourd'hui une plate-forme majeure de rencontres et d'échanges pour une large variété de publics.
- L'Economiste: En quoi cette édition a-t-elle été différente des précédentes?
- El Habib Marzak: De nombreuses nouveautés ont été apportées cette année. Tout d'abord, le choix du thème de cette édition, «Le cheval dans les écosystèmes marocains», pour célébrer le cheval et ses interactions avec les différents environnements écologiques du Maroc: côtiers, humides, montagneux, pré-sahariens ou sahariens. Les utilisations du cheval varient et composent un patrimoine culturel, riche et varié avec la diversité du relief et du climat de nos régions et qui a été développé à travers trois axes: la géographie, la socio-économie et la culture. Il a été notamment question de la reproduction, de la productivité, de la sélection, de la conduite de l'alimentation, des manipulations, des infrastructures d'élevage ou encore la problématique sanitaire. Cette douzième édition a également connu une participation importante des pays africains, avec leur implication majeure dans les activités du Salon. La diversification de nos animations ludiques et pédagogiques a été particulièrement soulignée cette année.
- Quel apport au développement de la filière équine au Maroc?
-Au-delà de son impact positif sur le tissu économique d'El Jadida et de sa région, le Salon participe de manière active à la promotion d'un grand nombre d'activités au sein de la filière. L'art de la Tbourida, les spectacles équestres modernes ainsi que les concours profitent d'une vitrine régionale et mondiale qui met en valeur le Maroc et son patrimoine. Le Salon soutient aussi grandement le développement d'un savoir-faire véritablement marocain. Et cela, en favorisant l'émergence de métiers liées au cheval jusqu'alors peu pratiqués dans le Royaume. La contribution du Salon est aussi majeure dans la préservation et la mise en lumière de l'artisanat national, qu'il convient de valoriser en raison de sa richesse et de sa très grande qualité.
- Estimez-vous avoir atteint votre objectif?
-Notre mission est de valoriser la filière équine nationale et de contribuer au rayonnement de la culture équestre marocaine. En cela, nous pouvons dire que notre objectif est atteint. En douze années d'existence, le Salon a acquis une envergure exceptionnelle. Il est aujourd'hui une plate-forme majeure de rencontres et d'échanges pour une large variété de publics, les amateurs, les passionnés, et bien sûr les professionnels, avec les éleveurs, les cavaliers ou encore les artisans. Toutes les générations sont également touchées. Au-delà de sa dimension culturelle, le Salon est aussi un événement résolument sportif. Il abrite les plus grandes épreuves de la région.
- Quel bilan dressez-vous 12 ans après son lancement?
- Extrêmement positif, qui a été rendu possible grâce à l'engagement de tous les intervenants à tous les niveaux dans l'organisation, au concours des équipes du Salon, ainsi qu'à la fidélité de nos partenaires, sans qui rien de tout cela n'aurait été possible. La manifestation est parvenue à valoriser l'identité marocaine en transmettant un héritage aux nouvelles générations, en promouvant les valeurs équestres, en contribuant à l'échange des savoirs, en développant les compétences liées au cheval, et en impulsant une dynamique citoyenne de préservation et de célébration de notre patrimoine auprès du grand public.
Propos recueillis par J.E. HERRADI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.