La 1ère partie du PLF 2020 adoptée en première commission par la Chambre des représentants    Dakhla : Akhannouch préside l'ouverture d'un salon sur l'aquaculture    Comment Donald Trump s'est embourbé dans l'affaire ukrainienne    Nouveau Mitsubishi L200. La robustesse pour devise    CNDH : Aucune trace de torture sur les détenus du hirak du Rif    La justice américaine se prononce sur les fouilles d'ordinateurs et appareils aux frontières    Halilhodžić s'exprime sur le cas Hamdallah    Vivo Energy Maroc et Myher Holding co-actionnaires dans la société Sopétrole    Othman Benjelloun et Leila Mezian, primés «Personnalités visionnaires» à Washington    Coupe de la CAF: Groupes équilibrés pour la RSB et le HUSA    Le Raja et le Wydad s'inclinent    L'autre facette de l'Homme des temps modernes    L'international espagnol David Villa annonce sa retraite    Les jeunes du PPS et de l'Istiqlal montrent la voie du changement    Mustapha Bakkoury désigné président du comité de pilotage de l'initiative «Desert to Power»    Couverture sanitaire universelle : Rabat accueille une session de formation sur l'expérience marocaine    Casablanca : Arrestation d'un Algérien pour vol par effraction dans un établissement hôtelier    L'ancien président Lula quitte la prison…    Marrakech accueille la 3ème Conférence de la Femme Africaine    Hommages et rayonnement    FIESAD2019: «Men Po» de la Chine remporte le Grand prix    Les nouveautés du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders    Wafa Assurance. L'acquisition de Pro Assur finalisée au Cameroun    Un mal pour un bien    Une délégation de Bayt Al Hikma reçue au siège du Parti à Rabat    Le groupement parlementaire du PPS scandalisé par une «mesure discriminatoire»    Tournoi Omnium VI: Banco pour Maha Haddioui !    Boeing espère la fin de l'immobilisation au sol du 737 Max avant fin décembre    Lancement du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders à Essaouira    Forum MEDays : le président sénégalais arrive à Tanger    Radio Sol, une nouvelle radio axée « musique et divertissement »    Lancement du Fonds de l'eau de Sebou, un projet pionnier !    Alsa en situation d'oligopole ?    Nouvelle arrestation pour le BCIJ à Guelmim    Une forte délégation marocaine à Johannesburg pour présenter les atouts du Royaume    Le marocain SGTM entame la réalisation d'une embouchure aux environs d'Abidjan    Trois artistes blessés dans une attaque au couteau lors d'un spectacle à Ryad    Insolite : Voler une voiture de gendarmerie    Comment cultiver le stress positif    La pneumonie, tueuse d'enfants    Dernière rentrée de 2019 pour les Bleus    Sterling écarté de l'équipe d'Angleterre    La Supercoupe d'Espagne s'installe en Arabie Saoudite pour trois ans    Lors de l'émission «Décryptage» de MFM Radio    Guerre des chefs à la tête du Polisario    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    "Les Marocains" de Leila Alaoui atterrissent à Séville    "Lire Casablanca", une invitation à comprendre le développement urbain de la métropole    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Salon du cheval: Valoriser et transmettre un héritage aux nouvelles générations
Publié dans L'Economiste le 23 - 10 - 2019

El Habib Marzak, Commissaire du Salon du cheval d'El Jadida, tient à souligner la nécessité d'impliquer les nouvelles générations dans la préservation des métiers liés au cheval (Ph. Privée)
El Habib Marzak, Commissaire du Salon du cheval, dresse un bilan, qu'il juge positif à plus d'un égard. Douze ans après sa création, l'événement est aujourd'hui une plate-forme majeure de rencontres et d'échanges pour une large variété de publics.
- L'Economiste: En quoi cette édition a-t-elle été différente des précédentes?
- El Habib Marzak: De nombreuses nouveautés ont été apportées cette année. Tout d'abord, le choix du thème de cette édition, «Le cheval dans les écosystèmes marocains», pour célébrer le cheval et ses interactions avec les différents environnements écologiques du Maroc: côtiers, humides, montagneux, pré-sahariens ou sahariens. Les utilisations du cheval varient et composent un patrimoine culturel, riche et varié avec la diversité du relief et du climat de nos régions et qui a été développé à travers trois axes: la géographie, la socio-économie et la culture. Il a été notamment question de la reproduction, de la productivité, de la sélection, de la conduite de l'alimentation, des manipulations, des infrastructures d'élevage ou encore la problématique sanitaire. Cette douzième édition a également connu une participation importante des pays africains, avec leur implication majeure dans les activités du Salon. La diversification de nos animations ludiques et pédagogiques a été particulièrement soulignée cette année.
- Quel apport au développement de la filière équine au Maroc?
-Au-delà de son impact positif sur le tissu économique d'El Jadida et de sa région, le Salon participe de manière active à la promotion d'un grand nombre d'activités au sein de la filière. L'art de la Tbourida, les spectacles équestres modernes ainsi que les concours profitent d'une vitrine régionale et mondiale qui met en valeur le Maroc et son patrimoine. Le Salon soutient aussi grandement le développement d'un savoir-faire véritablement marocain. Et cela, en favorisant l'émergence de métiers liées au cheval jusqu'alors peu pratiqués dans le Royaume. La contribution du Salon est aussi majeure dans la préservation et la mise en lumière de l'artisanat national, qu'il convient de valoriser en raison de sa richesse et de sa très grande qualité.
- Estimez-vous avoir atteint votre objectif?
-Notre mission est de valoriser la filière équine nationale et de contribuer au rayonnement de la culture équestre marocaine. En cela, nous pouvons dire que notre objectif est atteint. En douze années d'existence, le Salon a acquis une envergure exceptionnelle. Il est aujourd'hui une plate-forme majeure de rencontres et d'échanges pour une large variété de publics, les amateurs, les passionnés, et bien sûr les professionnels, avec les éleveurs, les cavaliers ou encore les artisans. Toutes les générations sont également touchées. Au-delà de sa dimension culturelle, le Salon est aussi un événement résolument sportif. Il abrite les plus grandes épreuves de la région.
- Quel bilan dressez-vous 12 ans après son lancement?
- Extrêmement positif, qui a été rendu possible grâce à l'engagement de tous les intervenants à tous les niveaux dans l'organisation, au concours des équipes du Salon, ainsi qu'à la fidélité de nos partenaires, sans qui rien de tout cela n'aurait été possible. La manifestation est parvenue à valoriser l'identité marocaine en transmettant un héritage aux nouvelles générations, en promouvant les valeurs équestres, en contribuant à l'échange des savoirs, en développant les compétences liées au cheval, et en impulsant une dynamique citoyenne de préservation et de célébration de notre patrimoine auprès du grand public.
Propos recueillis par J.E. HERRADI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.