Coronavirus : 61 nouveaux cas, 8.132 au total, samedi 6 juin à 10h    La CNDP publie son bulletin sur la confiance numérique    Rabat prépare son plan de relance post Covid-19    Le Maroc au sommet mondial sur la vaccination    Distribution de kits sanitaires dans les centres de protection de l'enfance    Tribunaux numériques et cabinets d'avocats virtuels se pressent au portillon    Les entreprises ne jurent que par le marketing digital    Projet ciblage des bénéficiaires des programmes d'appui social    Le premier cabinet d'avocat virtuel voit le jour à Casablanca    Belhanda troquerait Istanbul contre Riyad    Hamada El Baihi : L'Algérie est coupable de la persistance de la souffrance des populations séquestrées à Tindouf    Le capitalisme américain est-il raciste depuis toujours ?    Distribution de kits sanitaires à 4.300 enfants en situation de précarité    Saad Dine El Otmani : Le dépistage massif des salariés permettra d'accélérer la reprise de l'activité économique    Volonté de Marrakech et d'El Kelâa des Sraghna de booster l'enseignement préscolaire    Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Le Maroc plaide pour une mobilisation accrue contre les actes de violence de Daech en Afrique de l'Ouest et au Sahel    Les propositions du PPS pour un nouveau contrat politique»    Raul Gonzalez futur entraîneur d'Amine Harit?    Benfica: Taarabt élu homme du match contre Tondela    Un journal indien fustige le blackout total sur la situation du coronavirus à Tindouf    Chelsea en pole position pour accueillir Timo Werner!    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, vendredi 5 juin    Confinement: Tous ensemble?    Actes de violence de ce groupe terroriste en Afrique de l'Ouest et au Sahel    TDN: le Maroc en tête des destinations touristiques mondiales sûres dans l'après Covid    «De la nécessité de la réforme et restructuration du secteur des ICC»    La province de Khouribga désormais indemne du coronavirus    La vérité derrière le mensonge    Covid-19: Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Confinement: les Etats africains ont perdu plus de 100 milliards de dollars de recettes fiscales    Afghanistan: Les troupes US bientôt «at home»?    Coronavirus: une baisse de 54,6% du trafic aérien au mois de mars 2020    Modèle de développement: Des pistes de relance pour Fès-Meknès    Reprise des vols: La Turquie conclut un accord préliminaire avec le Maroc    Aérien: Ce que risquent de perdre les compagnies africaines    Le virus prépare une révolution monétaire    Bientôt le retour du public dans les stades d'Italie    Hamza El Hajoui : Le sport joue un rôle économique et social créateur de valeur ajoutée et d'opportunités d'emploi    Cannes s'offre Wes Anderson, François Ozone et Steve McQueen dans la sélection officielle    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





On a marché sur la Lune il y a… 40 ans
Publié dans L'Economiste le 20 - 07 - 2009


· L'événement restera à jamais dans l'histoire
· Un exploit qui aura coûté 25 milliards de dollars
· De nombreuses festivités prévues pour fêter cet anniversaire
C'était il y a quarante ans, jour pour jour. Le 20 juillet 1969, Neil Armstrong devenait le premier homme à marcher sur la Lune. Un instant incroyable, qui a été suivi en direct à la télévision par près d'un milliard d'êtres humains. D'ailleurs, rares sont ceux qui, aujourd'hui âgés de plus de 50 ans, ne se souviennent pas de ce jour hors du commun.
La Nasa célèbre cette commémoration avec de nombreuses festivités. Des émissions, documentaires, films, témoignages et images de l'évènement, sont donc programmés, notamment sur les chaînes de télévision françaises comme TF1, Paris Première, TCM, France 2, Arte ou encore Discovery Channel. De quoi se replonger un peu dans l'ambiance de cette aventure extraordinaire. Il est possible également de visiter le site Apollo de la Nasa, pour continuer à rêver en tentant de répondre à cette question impossible: mais comment ont-ils pu faire avec l'informatique de l'époque?
La fusée Saturn V, transportant le module lunaire et son équipage de trois hommes, a été lancée le 16 juillet de la base de Cap Kennedy (aujourd'hui Cap Canaveral), en Floride.
Après sa mise en orbite terrestre à 190 km de la Terre, le module lunaire se dirige vers la Lune à la vitesse de 39.030 km par heure. Il se pose en douceur trois jours plus tard sur la «mer de la Tranquillité».
ہ 21h56 à Houston ce dimanche 20 juillet, Neil Armstrong met le pied (gauche) sur la Lune. Il lâche alors une phrase vouée à l'histoire: «Un petit pas pour l'homme, un bond de géant pour l'humanité». Précisons qu'il avait préparé cette phrase avant son départ et l'avait soumise à ses supérieurs de la Nasa.
L'astronaute est rejoint un quart d'heure plus tard par Edwin Aldrin et plante avec lui la bannière étoilée sur la Lune. Dans le ciel, la capsule Apollo poursuit le tour de la Lune avec à son bord le troisième homme de l'équipage, Michaël Collins. Neil Armstrong avait été désigné pour être le premier à marcher sur la Lune, car il était un civil et non un militaire comme ses deux compagnons.
De retour sur la Terre sains et saufs après un peu plus de 8 jours d'absence, les astronautes ramènent 20 kg d'échantillons de minéraux lunaires.
Cette onzième mission du programme Apollo a rehaussé le prestige des ةtats-Unis qu'avaient terni la guerre froide, l'engagement au Viêtnam et la lutte des Noirs contre la ségrégation raciale. Elle puise son origine dans la rivalité entre Américains et Soviétiques.
Les Soviétiques ont inauguré la course à l'espace à la fin des années 1950, au plus fort de la guerre froide. En octobre 1957, ils surprennent le monde entier en mettant en orbite le premier satellite artificiel, Spoutnik 1. En avril 1961, ils consolident leur avance en envoyant le premier homme dans l'espace, Youri Gagarine.
Le président américain John Fitzgerald Kennedy décide alors de mettre un terme aux déboires des ةtats-Unis. Le 25 mai 1961, il prend l'engagement devant le Congrès que les ةtats-Unis enverront un homme sur la Lune avant la fin des années soixante. Le pari sera tenu, au prix de... 25 milliards de dollars.
Cinq missions Apollo vont succéder à la mission d'Armstrong jusqu'au 14 décembre 1972. Depuis lors, personne n'est revenu sur la Lune marcher sur les traces laissées ce jour-là par le cosmonaute Eugen Cernan.
Neil Alden Armstrong, né le 5 août 1930 à Wapakoneta dans l'Ohio, est un astronaute, pilote d'essai, aviateur de l'United States Navy et professeur américain. Avant de devenir astronaute, ce diplômé de l'Université Purdue travaillait dans la Marine des ةtats-Unis et a participé à la guerre de Corée. Après la guerre, il a servi comme pilote d'essai et a effectué plus de 900 vols sur différents appareils. Sur la Lune, lui et ses deux coéquipiers laissent derrière eux un drapeau américain, une plaque, du matériel et de nombreuses traces de pas. Le retour sur terre se déroule tout aussi bien que l'aller et les trois astronautes sont accueillis en héros aux Etats-Unis. Peu après cette mission historique, Armstrong met fin à sa carrière d'astronaute et accepte un poste de coadministrateur de l'Aéronautique au siège de la Nasa à Washington. Il se lance également dans l'enseignement à l'Université de Cincinnati.
Aujourd'hui, il vit retiré dans sa propriété de Lebanon, une bourgade proche de sa ville natale. Mais, à 78 ans, il est encore très sollicité partout dans le monde pour des conférences, des cérémonies commémoratives, des expositions…Toutefois, Neil est resté très discret. Il peut aller faire ses courses ou se promener en ville sans être interpellé par les passants. A quand le premier homme sur Mars…
------------------------------------------------------------------------
Tourisme spatial
Le tourisme spatial est une activité touristique qui est apparue au début du XXIe siècle. Le prix pour un vol organisé par Space Adventures à la Station spatiale internationale à bord du vaisseau spatial Soyouz est de 20 millions de dollars. Six touristes de l'espace à ce jour sont partis avec Space Adventures. Mais l'équipement pour l'industrie touristique spatiale se développe avec la construction de bases de lancement à des endroits divers aux Etats-Unis, Nouveau-Mexique, Suède et Emirats arabes unis.
La société Virgin Galactic de Richard Branson, créée en 2004, propose, quant à elle, un vol à plus de 100 km d'altitude, à bord d'avions spatiaux de type SpaceShipTwo, pouvant emporter 7 passagers payant 200.000 dollars la place. La société Eads Astrium a aussi un projet de tourisme spatial. Le premier vol pourrait avoir lieu en 2012. Un avion-fusée permettra à quatre passagers d'atteindre une altitude de plus de 100 km, pour 150.000 à 200.000 euros par personne. La durée du vol sera d'environ une heure et demie. Par ailleurs, plusieurs entreprises sont intéressées par la construction d'hôtels spatiaux, mais pour l'instant, ce n'est qu'un rêve.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.