Le Mali se retire du G5 Sahel    Liban: faible affluence aux premières législatives depuis le début de la crise    Maroc: les transferts d'argent ont bondi de 40% en 2021    Trafic aérien: L'ONDA table sur un taux de récupération de 75% en 2022    Somalie: Hassan Cheikh Mohamoud élu président    Botola Pro D2 : L'Union Touarga accompagne le MAT en première division    DGSN: 66 ans d'engagement renouvelé au service du Royaume    Youssef En-Nesyri assure la qualification de Séville pour la Ligue des champions (VIDEO)    Avant le derby, le Raja ne se rassure pas face à Oued Zem (VIDEO)    Maroc : L'ONDA table sur un taux de récupération de 75% du trafic aérien    Maroc : Abdeljaouad Belhaj élu membre du conseil d'administration de l'IBA    Coupe Mohammed VI de karaté : Le Marocain Abdelaali Jina remporte la médaille d'or    Coupe de la CAF : La Renaissance Berkane qualifiée pour la finale    Décès du président des Emirats : Moulay Rachid représente le roi à la présentation des condoléances    Le PIB agricole devrait baisser de 14% en 2022    Terrorisme : 6 morts dont 3 enfants dans un attentat-suicide au Pakistan    Al Hoceima / Communes : Remise de 18 bus scolaires et 7 ambulances    Sidi Kacem / CRM : La création d'un centre de formation requise    Maroc : la demande de sécurité et de l'ordre social en des mains sûres, grâce à la DGSN    Villa des Arts / Rabat : Amateurs et pros célèbrent le théâtre d'impro !    Le Prince Moulay Rachid représente le Roi à la présentation des condoléances suite au décès de Cheikh Khalifa Ben Zayed Al Nahyane    Message de condoléances et de compassion de SM le Roi à SA Cheikh Mohammed Ben Zayed Al Nahyane    «La voix de la Palestine», enterrée à Jérusalem    SM le Roi félicite le Président du Paraguay à l'occasion de la fête nationale de son pays    Réélection de Mohamed Khalidi à la tête du parti de la Renaissance et de la Vertu    Hilale mouche l'ambassadeur algérien pour sa schizophrénie au sujet de l'autodétermination    Policy Center for the new south: La plus grande flambée des prix en 50 ans    Coronavirus au Maroc: 89 contaminations et zéro décès ce dimanche    DGSN: 66 ans de sacrifices et d'engagement renouvelé au service du citoyen et de la patrie    Températures prévues pour lundi    Voyages au Maroc. Levée de la double exigence « test PCR » plus « pass vaccinal » avant l'opération Marhaba 2022    Amina Bouayach: «L'accès aux droits sociaux et économiques reste un vœu pieux pour de nombreuses couches sociales»    Marathon de Marrakech : L'Ethiopien Dida et la Marocaine Gardadi remportent la 32ème édition    Le dirham se déprécie de 0,61% face à l'euro du 5 au 11 mai    SM le Roi adresse un ordre du jour aux Forces Armées Royales    France. Zouhair Bennani, « le prince du supermarché marocain » qui inquiète    Coupe de la CAF : La RSB veut rééditer son exploit de 2020    «Ne me donnez pas de trophées, donnez-moi de l'argent!»    Au CRSC, Kamelia Zarkani tisse des liens entre le Maroc et la Russie    DGSN: 66 ans de sacrifices infinis au service du citoyen et de la patrie    Commémoration : Allal El Fassi, le leader à la pensée plurielle    Magazine : Amine Naji, pour le meilleur et pour l'avenir    Hommage : Abderrahim Samadi n'avait pas tout dit    Paris: Rencontre sur les perspectives des écosystèmes économiques au Maroc    Nizar Baraka souligne la contribution remarquable des Marocains de l'étranger à l'économie nationale    Décès de Fred Ward, l'acteur de « Tremors »    Explosion créative pour les 13 ans de la Fondation Ali Zaoua    25.000 festivaliers et 5.000 écoliers à la 20ème édition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Hajj plus difficile que prévu
Publié dans Les ECO le 18 - 06 - 2013

Quand le cœur de l'Islam est touché, c'est tout le monde musulman qui en ressent les effets. Il y a quelques mois encore, nul ne semblait prévoir les conséquences du lancement des gigantesques travaux d'agrandissement de Masjid Al Haram sur le déroulement du Hajj. Mêmes les autorités saoudiennes donnent l'impression de s'en être rendues compte tardivement, à près de quatre mois du pèlerinage annuel. Après l'annonce de la réduction du quota pour la Omra (pour le Maroc, le contingent passe de 45.000 à 15.000), c'est autour du grand pèlerinage, le Hajj, de connaître des restrictions. Pour des raisons de sécurité dues essentiellement aux importants travaux en cours dans les lieux saints, le ministère saoudien en charge du Hajj a annoncé la réduction de 20% du quota accordé à chaque pays musulman, et de 50% en Arabie saoudite. Cela induit l'annulation du départ pour le pèlerinage de quelques 6200 candidats marocains sur les 31.000 prévus annuellement. Cette nouvelle n'est pas sans conséquences pour les candidats, mais aussi pour les professionnels de l'organisation du Hajj, agences de voyages et autres institutions officielles impliquées. Cette mesure inopinée vient compliquer la donne pour les agences de voyages, déjà empêtrées dans une situation similaire avec la Omra. «Je comprends la décision prise par les autorités saoudiennes, mais je ne sais pas comment nous allons résoudre ce problème», lâche Khalil Majdi, président de la Fédération nationale des agences de voyages du Maroc (FNAVM).
Quelle solution ?
Des «problèmes», il y en a, et il risque d'y en avoir beaucoup les prochains jours. La mesure du gouvernement saoudien est intervenue tardivement. Au Maroc, et certainement dans plusieurs pays musulmans, la procédure est déjà très avancée dans l'organisation du Hajj 1434. «Le dossier des agences est déjà bouclé, les candidats sélectionnés pour effectuer le pèlerinage ont également déjà versé leur argent auprès des agences, qui ont, à leur tour, déjà payé leurs prestataires en Arabie Saoudite». Le résumé du président de la FNAVM suffit à lui seul à donner un aperçu sur la complexité du problème. Que faut-il faire alors? Quelle solution magique proposer aux pèlerins? Là est la question ! «Est-ce qu'il va falloir rembourser les candidats, reporter le pèlerinage pour certains d'entre eux à l'année prochaine? Pour le moment, nous n'avons pas encore pris de décision. Nous allons essayer de voir quelles sont les meilleures pistes à explorer», se résigne Khalil Majdi. La décision requiert une large concertation entre les différents départements impliqués dans l'organisation du Hajj, le ministère des Affaires islamiques, le ministère du Tourisme ou encore celui de l'Intérieur, ainsi que la FNAVM. Les jours ou les semaines à venir s'annoncent en effet très stressantes pour toutes ces entités. Faire accepter aux candidats déjà sélectionnés l'idée de renoncer à leur Hajj ne sera pas une mince affaire, vus la déception et le choc psychologique qu'une telle annonce entraînerait, après des mois, voire des années de préparation et d'espoir. Ce n'est pas tout: comme l'a évoqué le président de la FNAVM plus haut, l'autre équation, des plus compliquées d'ailleurs, a trait au remboursement des sommes déjà dépensées par l'ensemble des acteurs en jeu. Les «candidats malheureux» s'adresseront aux agences de voyages, alors que celles-ci auront du mal à récupérer leurs acomptes auprès de leurs prestataires saoudiens. Ce sera, en somme, un bis repetita du scénario actuel concernant la Omra. Ce dernier point devait d'ailleurs être au cœur de la réunion tenue hier entre le ministre du Tourisme et la FNAVM, en vu d'étudier les moyens de récupérer les acomptes des agences de voyages auprès de leurs partenaires nationaux et saoudiens.
Khalil Majdi
Président de la Fédération nationale des agences de voyages du Maroc (FNAVM)
«Difficile de récupérer les acomptes»
Les ECO : Après l'imbroglio de la Omra, voilà que cette nouvelle affaire sur le Hajj vient compliquer la situation pour les agences de voyages...
Khalil Majdi : C'est une situation que je comprends, car elle vise à faciliter le déroulement du Hajj aux pèlerins. J'avoue qu'elle vient compliquer la donne, car nous ne savons pas pour quelle solution opter. Je recommanderais juste aux agences de voyages de se tenir au courant. Les discussions avec les autorités compétentes nous permettront peut-être d'avoir des éléments de réponse. C'est une décision similaire à celle prise récemment pour la Omra, qui a beaucoup perturbé l'esprit des voyagistes et des pèlerins.
Concernant la Omra, comment évoluent les discussions?
Je tiens tout d'abord à préciser la chose suivante: contrairement à ce qui se dit, les autorités saoudiennes continuent à délivrer des visas pour 30 jours, et non pour 15 jours uniquement. Il n'y a donc pas de limitation à 15 jours. Il est seulement exigé du pèlerin de partir dans les 15 jours qui suivent la délivrance de son visa, au risque de voir son document invalidé. Cela dit, nous avons surtout des difficultés à récupérer les acomptes que nous avons versés aux prestataires saoudiens. C'est là que réside le plus grand problème. Quant aux compagnies aériennes, elles ont fait preuve d'une certaine souplesse.
Quoi qu'il en soit, c'est un coup dur pour les agences de voyages...
Nous avons saisi le ministre du Tourisme et des discussions ont été engagées ce lundi (hier). Les pèlerins risquent de demander des remboursements aux agences de voyages. Cela va non seulement entraîner des pertes colossales aux agences de voyages, qui ont déjà payé des sommes importantes aux prestataires, mais surtout poser des problèmes juridiques avec les clients.
Anticiper les prochaines baisses
L'annonce de la réduction de 20% du quota accordé aux pays étrangers est intervenue à la veille du tirage au sort pour le Hajj 1435 (2014), démarrée hier dans les arrondissements de l'ensemble du royaume. Avec le report prévu du Hajj pour quelques 6.200 candidats cette année, il s'impose de savoir si le tirage au sort effectué hier ne devait pas lui aussi être reporté, histoire de prendre en compte ces candidats dans l'opération 1435. Bien que les autorités saoudiennes parlent d'une décision «temporaire et exceptionnelle», il faut surtout savoir que celle-ci sera maintenue tant que les travaux se poursuivront sur les lieux saints. Sera-t-il suffisant d'anticiper cette baisse, ne serait-ce que pendant les deux ou trois prochaines années car les travaux d'agrandissement de la Masjid Al-Haram, qui seront bientôt suivis de ceux de Masjid Al-Nabawi à Médine risquent durer aussi longtemps ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.