CHAN (Maroc-Ouganda) / Ammouta : « Le match sera décisif pour les deux sélections »    Berrechid-Settat: accident de plus de 30 véhicules (vidéo)    Evolution du coronavirus au Maroc : 337 nouveaux cas, 466.626 au total, lundi 25 janvier 2021 à 18 heures    Journée internationale de l'éducation : l'UNESCO soutient l'employabilité dans le Maghreb    OCDE : le Maroc ne figure pas parmi les gros émetteurs de carbone    Forum de Davos : Le redressement de l'économie post-Covid en débat (vidéo)    L'OFI plaide pour des listes électorales égalitaires    Musées : La FNM lance un concours pour la création et la réalisation graphiques destinées à la refonte de son identité visuelle    Le rock maghrébin en concert à Meknès    "Communication de crise. Crise de communication", nouvel ouvrage de Mustapha Elouizi    Le souffle révolutionnaire donne un nouvel élan au cinéma soudanais    La Ligue arabe salue les accords auxquels les parties libyennes sont parvenues à Bouznika    L'Opinion : La Maison tranche...    La souveraineté du Maroc sur ses terres, cette indéniable réalité qui enrage la junte et ses marionnettes    Zakaria Aboub: Les Lionceaux de l'Atlas visent le podium à la CAN U20    Youssef En-Nesyri, au sommet de la Liga    L'OCK accroché par Wydad Témara    Un décret Royal relatif au statut particulier des internes des hôpitaux au menu du Conseil de gouvernement    Rabat : Une convention entre la Faculté de droit et le Parlement    «ISRAE, ELLE...», nouveau roman de Mohamed Ouissaden    Covid-19: Mobilisation des moyens appropriés pour réussir la campagne de vaccination    Le dirham se déprécie de 0,67% face à l' euro    Smartphones : Attention au hacking malveillant !    La Chine accorde un grand attachement envers l'Afrique    Navalny marque des points dans un combat à hauts risques avec le Kremlin    Quand Victor Hugo guerroie contre l'anankè    Bientôt un prix spécial du nom de feu Noureddine Saïl    Le frère de Maître Gims s'installe à Marrakech    Neta ElKayam « La musique ancienne judéo-marocaine est la voix du futur »    Gilles Devendeville : « Le Maroc n'a à souffrir de la comparaison avec aucun pays sur le plan du commerce »    La CGEM coopte la Fédération Marocaine de l'Externalisation des Services    Les Etats-Unis comptent s'appuyer sur les succès de la normalisation avec le Maroc dans les relations américano-israéliennes    Impôts: ce qui change pour les commerçants    Le trafic y afférent a grimpé de 20% en 2020: Tanger Med, 1er port à conteneurs de la Méditerranée    France : reprise des visas de regroupement familial    Air Arabia : nouvelle liaison internationale à partir de Nador    Dr Tayeb Hamdi : «les laboratoires privés ne peuvent pas détecter la nouvelle souche du coronavirus»    Vaccin AstraZeneca… ce qu'il faut savoir    La 30è édition du Rallye Aïcha des Gazelles reportée    Manchester United en huitièmes, Arsenal éliminé    Handball / Chili-Maroc (28-17) : Défaite inattendue ! A qui la faute ?    Maroc-Israël : un accord signé pour le lancement de vols directs entre les deux pays    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Algérie. Ça sent encore la naphtaline soviétique    Turquie-Grèce. Erdogan met de l'eau dans son vin    Sahara. L'Afrique du Sud toujours aussi hostile au Maroc    Cyclisme: La FRMC organise un stage de préparation à Benslimane    Manifs anti-couvre-feu : La Hollande s'enflamme (vidéos)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Toutes les entreprises sont sensibles à la solvabilité de leurs partenaires»
Publié dans Les ECO le 09 - 09 - 2013


Amine Diouri
Responsable Etudes PME Chez Inforisk
Dans une conjoncture des plus complexes, les sociétés doivent faire preuve de vigilence dans la constitution de leur portefeuille clients-fournisseurs. Se passer de cette réflexion, c'est prendre un risque majeur pour leur survie future.
Les ECO : entreprises marocaines sont-elles conscientes de l'importance de la gestion du risque de contrepartie ?
Amine Diouri : Effectivement. Face aujourd'hui à la crise conjoncturelle que traverse le pays, les entreprises marocaines doivent faire face à des problèmes de trésorerie encore plus importants. Ces sociétés, en premier lieu les petites et moyennes entreprises (PME), sont particulièrement sensibles à la gestion de leurs portefeuilles «clients» et «fournisseurs », et donc complètement à l'écoute de services leur permettant de se renseigner sur eux. Je dirai même que la gestion du risque de contrepartie est devenue leur principale préoccupation : détecter bien en amont les difficultés financières des partenaires commerciaux potentiels, identifier les signes avant-coureur d'une défaillance probable d'un client ou fournisseur, anticiper le risque d'insolvabilité de celui-ci. Se passer de cette réflexion pour l'entreprise, c'est prendre un risque majeur pour sa survie future.
Quels outils propose Inforisk pour répondre à cette problématique de risque d'insolvabilité ou de défaillance d'un partenaire ?
Les produits phares d'Inforisk répondant à ces problématiques sont les services de consultation et de surveillance. La consultation via l'accès à notre plateforme Inforisk permet d'avoir accès à une information fiable, mise à jour quotidiennement et particulièrement exhaustive (320.000 fiches entreprises, 550.000 bilans...). De plus, ce service permet d'accéder à des informations d'ordre signalétique (dénomination, dernière adresse connue, registre de commerce, activité...), financier (bilans, ratios, analyse financière) et juridique (notifications légales et judiciaires actualisées quotidiennement : liquidation judiciaire, saisie, ventes aux enchères...). Tout cela permet à l'entreprise de couvrir l'essentiel des informations disponibles sur son partenaire commercial. Pour les néophytes en matière de compréhension de ces informations techniques, le score Inforisk permet de prendre une décision simple, rapide et sûre, quant au risque d'insolvabilité d'une entreprise. Le service de surveillance permet d'être alerté quotidiennement et par mail, sur tout changement légal ou judiciaire intervenant dans la vie d'une entreprise qui vous intéresse : redressement judiciaire, changement d'adresse ou de dirigeants... Pour illustrer la prise de conscience des entreprises marocaines concernant le risque de contrepartie, je vous dirai que le chiffre d'affaires de la société a crû de 50% annuellement en moyenne, entre 2009 et 2012.
Cette prise de conscience est-elle également présente chez toutes les PME ou seules les grandes structures sont-elles concernées ?
Toutes les entreprises sont sensibles à cette problématique de solvabilité. Quand vous allez voir votre banque pour un prêt, celle-ci cherche aussi à mesurer votre degré de solvabilité ! Dans notre portefeuille de clients, se trouvent aussi bien des grandes entreprises que des PME. Tous les secteurs sont également représentés : banques et sociétés de financement, entreprises industrielles, de services ou de négoce.
Quels sont justement les risques auxquels s'exposent les entreprises qui n'accordent pas d'importance à la gestion de leur risque de contrepartie ?
Le risque client d'une entreprise, c'est-à-dire la part importante d'un client dans votre chiffre d'affaires n'est pas à négliger. En cas de défaillance d'un client représentant 40 voire 50% de votre activité, se pose alors la question de votre propre survie : baisse importante de votre marge brute, problème de financement du besoin de fonds de roulement (BFR), crédit de trésorerie supplémentaire (si le banquier vous l'accorde !), générant davantage de charges financières, réduisant d'autant votre marge nette. Bref une spirale négative sans fin. De la même manière, la perte d'un fournisseur important aura forcément un impact sur le processus de production de l'entreprise : en chercher un nouveau peut signifier des marges négociées moins intéressantes (d'où l'impact sur la marge opérationnelle), mais aussi des délais de paiement plus contraignants pour la trésorerie de l'entreprise. Le décideur (chef d'entreprise, dirigeant, responsable financier) a donc tout intérêt à se prémunir contre ces menaces bien en amont, en prenant le maximum d'informations commerciales et financières sur son partenaire !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.