Sahara : le numéro 2 de la diplomatie japonaise réaffirme que son pays ne reconnaît pas la rasd    «Agadir Souss-Massa Aménagement» tient son conseil d'administration    CIFP : Les administrations publiques face au défi de la culture digitale    Face au virus, Taïwan mise sur des mascottes et une communication apaisée    Affaire «Hamza monbb»: Saida Charaf répond aux rumeurs    Rémi Bonhomme, nouveau directeur artistique du FIFM    Rabat désignée capitale africaine de la culture    Résultats financiers : Une année 2019 au vert pour Mutandis    Syrie : le régime de Damas reprend le contrôle de « près de 30 villages et localités » entourant la ville d'Alep    L'OPM et le Yacobson Ballet s'accordent pour «Le Lac des Cygnes»    Festival du film d'animation de Meknès : Bruno Coulais présidera le jury    Météo: ce qui est prévu à partir du mardi au Maroc    Mais quelle mouche a piqué El Moutaraji    «Le contexte réglementaire a de nouveau frappé avec la Lydec»    Le prétendu «intergroupe» du PE et les balivernes de l'APS    16ème journée de la Botola Pro D1 : Le Wydad rate le coche, la RSB refuse le cadeau gadiri et le MCO continue de presser    Sport équestre : Le concours national de saut d'obstacles s'invite à Béni Mellal    Coupe arabe Mohammed VI des clubs : L'OCS quitte la compétition la tête haute    Pros marocains d'Europe    Panique à bord d'un vol Oujda-Bruxelles (VIDEO)    Tramway de Rabat: le nombre de passagers depuis sa mise en service    La DTFE dévoile le classement 2019 des banques IVT les plus actives sur le marché des BDT    Maroc Telecom signe une bonne année 2019    Coupe Mohammed VI des clubs : le Raja s'incline en Egypte au match aller    Intelligence artificielle : l'UE va actualiser son logiciel    «Urgence climatique, les médias africains acteurs du changement»    Mohamed Benabdelkader inaugure le siège du tribunal de première instance de Tinghir    Etats-Unis: un « parrain de la désinformation » se joue des conservateurs    Le Burkina Faso décide d'ouvrir un consulat général à Dakhla    Le coronavirus pourrait avoir un impact négatif sur la croissance en 2020, selon le FMI    Huawei représente une menace pour l'Otan, selon Washington    SIEL 2020 : Près de 500 000 visiteurs, selon Abyaba    Le livre d'art n'a pas le vent en poupe!    L'Agence Bayt Mal Alqods Acharif sensibilise les élèves aux "Couleurs d'Al Aqsa" au SIEL    Al Jayl Al Akhdar projette l'agriculture marocaine en 2030    Le Maroc dans l'opinion publique espagnole : Imaginaire, préjugés et stéréotypes    La province de Midelt, ébranlée par deux secousses sismiques    De retour en Afrique du Sud, Miss Univers "inspire" les jeunes Noires    Deux romans de Loubna Serraj et Valérie Morales-Attias font escale au Salon du livre    Cameroun : 22 civils tués dans une nouvelle attaque    La terre a tremblé dans plusieurs villes du Maroc, des répliques attendues    Point de vue : Campagne «Sois jeune, sois civique !»    En Algérie, des milliers de personnes ont défilé à Kherrata, berceau de la contestation    Clôture de la 6ème édition du raid solidaire "Sahraouiya"    Aéroport Mohammed V : 4,75 kg de drogues extraits des intestins de six ressortissants ivoiriens    L'AS FAR sanctionnée de quatre matchs à huis clos    La police d'Agadir fait tomber un trafiquant de Chira    Un chauffe-eau défectueux fait 3 victimes à Fès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Toutes les entreprises sont sensibles à la solvabilité de leurs partenaires»
Publié dans Les ECO le 09 - 09 - 2013


Amine Diouri
Responsable Etudes PME Chez Inforisk
Dans une conjoncture des plus complexes, les sociétés doivent faire preuve de vigilence dans la constitution de leur portefeuille clients-fournisseurs. Se passer de cette réflexion, c'est prendre un risque majeur pour leur survie future.
Les ECO : entreprises marocaines sont-elles conscientes de l'importance de la gestion du risque de contrepartie ?
Amine Diouri : Effectivement. Face aujourd'hui à la crise conjoncturelle que traverse le pays, les entreprises marocaines doivent faire face à des problèmes de trésorerie encore plus importants. Ces sociétés, en premier lieu les petites et moyennes entreprises (PME), sont particulièrement sensibles à la gestion de leurs portefeuilles «clients» et «fournisseurs », et donc complètement à l'écoute de services leur permettant de se renseigner sur eux. Je dirai même que la gestion du risque de contrepartie est devenue leur principale préoccupation : détecter bien en amont les difficultés financières des partenaires commerciaux potentiels, identifier les signes avant-coureur d'une défaillance probable d'un client ou fournisseur, anticiper le risque d'insolvabilité de celui-ci. Se passer de cette réflexion pour l'entreprise, c'est prendre un risque majeur pour sa survie future.
Quels outils propose Inforisk pour répondre à cette problématique de risque d'insolvabilité ou de défaillance d'un partenaire ?
Les produits phares d'Inforisk répondant à ces problématiques sont les services de consultation et de surveillance. La consultation via l'accès à notre plateforme Inforisk permet d'avoir accès à une information fiable, mise à jour quotidiennement et particulièrement exhaustive (320.000 fiches entreprises, 550.000 bilans...). De plus, ce service permet d'accéder à des informations d'ordre signalétique (dénomination, dernière adresse connue, registre de commerce, activité...), financier (bilans, ratios, analyse financière) et juridique (notifications légales et judiciaires actualisées quotidiennement : liquidation judiciaire, saisie, ventes aux enchères...). Tout cela permet à l'entreprise de couvrir l'essentiel des informations disponibles sur son partenaire commercial. Pour les néophytes en matière de compréhension de ces informations techniques, le score Inforisk permet de prendre une décision simple, rapide et sûre, quant au risque d'insolvabilité d'une entreprise. Le service de surveillance permet d'être alerté quotidiennement et par mail, sur tout changement légal ou judiciaire intervenant dans la vie d'une entreprise qui vous intéresse : redressement judiciaire, changement d'adresse ou de dirigeants... Pour illustrer la prise de conscience des entreprises marocaines concernant le risque de contrepartie, je vous dirai que le chiffre d'affaires de la société a crû de 50% annuellement en moyenne, entre 2009 et 2012.
Cette prise de conscience est-elle également présente chez toutes les PME ou seules les grandes structures sont-elles concernées ?
Toutes les entreprises sont sensibles à cette problématique de solvabilité. Quand vous allez voir votre banque pour un prêt, celle-ci cherche aussi à mesurer votre degré de solvabilité ! Dans notre portefeuille de clients, se trouvent aussi bien des grandes entreprises que des PME. Tous les secteurs sont également représentés : banques et sociétés de financement, entreprises industrielles, de services ou de négoce.
Quels sont justement les risques auxquels s'exposent les entreprises qui n'accordent pas d'importance à la gestion de leur risque de contrepartie ?
Le risque client d'une entreprise, c'est-à-dire la part importante d'un client dans votre chiffre d'affaires n'est pas à négliger. En cas de défaillance d'un client représentant 40 voire 50% de votre activité, se pose alors la question de votre propre survie : baisse importante de votre marge brute, problème de financement du besoin de fonds de roulement (BFR), crédit de trésorerie supplémentaire (si le banquier vous l'accorde !), générant davantage de charges financières, réduisant d'autant votre marge nette. Bref une spirale négative sans fin. De la même manière, la perte d'un fournisseur important aura forcément un impact sur le processus de production de l'entreprise : en chercher un nouveau peut signifier des marges négociées moins intéressantes (d'où l'impact sur la marge opérationnelle), mais aussi des délais de paiement plus contraignants pour la trésorerie de l'entreprise. Le décideur (chef d'entreprise, dirigeant, responsable financier) a donc tout intérêt à se prémunir contre ces menaces bien en amont, en prenant le maximum d'informations commerciales et financières sur son partenaire !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.