Coupe de la CAF: on connaît l'adversaire de Berkane en finale    Enseignant décapité en France: les derniers éléments de l'affaire    Vents poussiéreux et aveuglants s'abattent sur Settat (VIDEO)    Subvention des projets artistiques : El Ferdaous fait le point    Le roi Mohammed VI a adressé un message de condoléances à la famille de feu maître Ahmed Dghrni    Coronavirus : Casablanca, Rabat, Tanger, Marrakech…la situation dans chaque ville    Maroc. L'école, un enjeu vital    Quatre tonnes de résine de cannabis saisies près d'Al-Hoceima    Investissements publics. Ce que prévoit le gouvernement pour2021    Tennis : Lajovic, Rublev et Zverev, le tiercé gagnant    Présidentielle US : Insultes, attaques, tous les coups seraient-ils permis en campagne ?    Les Etats-Unis saluent le leadership de S.M le Roi dans les questions d'intérêt commun    L'ONMT donne un coup d' accélérateur à son plan de relance touristique national    La FIFA inaugure un programme exécutif de lutte contre le dopage    Diego Costa absent face au Bayern    Larbi Naji, fidèle combattant de Berkane    L'Alliance du Pacifique réitère son appui au Plan d'autonomie au Sahara    Installation de la Commission des droits de l'Homme de Fès-Meknès    Moscou prêt à un gel russo-américain du nombre de têtes nucléaires    Athènes demande à l'UE d'examiner la suspension de l' union douanière avec Ankara    Asha, la nouvelle révélation marocaine de la chanson espagnole    El Jadida : Une mineure dénonce son père incestueux    Sahara marocain : Le «Polisario» poursuit ses provocations sous le regard de la MINURSO    Scandale de l'arbitrage : le Raja se plaint auprès de la CAF    Covid-19, pas de vaccin avant 2021    Il existerait six types différents de coronavirus [Etude]    Projet de loi de finances : ce qui est prévu pour la Santé    Convention entre Rabat et Madrid pour lutter contre la criminalité    Atlantic Free Zone. MEDZ et DMA signent pour une extension    Marrakech: le musée Yves Saint Laurent rouvre ses portes    Institut français du Maroc : le post-Covid-19 sera digital !    Les mesures restrictives prolongées à Jerada    Le match Zamalek-Raja sera-t-il reporté ? Les explications d'un ancien membre de la CAF    JESA en mission pour la réalisation d'une Cité Olympique à Abidjan    Benabdallah: «le quotient électoral n'est pas du tout une obsession des Marocains»    Relance économique: des mesures fiscales pour contrecarrer les répercussions du covid    Tourisme: l'ONMT passe à la vitesse supérieure    Un colloque dédié au secteur de la presse à l'initiative de l'ANME    Débat du siècle. Combattre l'économie turque mène en enfer    Le PLF-2021, un projet réaliste qui tient compte des «capacités objectives»    IDE : le Maroc s'accapare la 9ème place dans la région MENA en 2019 [Rapport]    Hakimi, l'ailier qui déborde d'ambition à l'Inter    Boujemaâ Lakhdar, le maître    Le Maroc récupère 25.500 pièces archéologiques rares    Cinemed. Les films marocains cartonnent au festival de Montpellier    "La lecture, acte de résistance": «Un élan de solidarité citoyenne pour sauver le livre»    Bolivie: Le dauphin d'Evo Morales vainqueur de l'élection présidentielle    France: le gouvernement annonce un plan d'action contre la radicalisation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un musée pour immortaliser Belkahia !
Publié dans Les ECO le 27 - 01 - 2016

L'inauguration du «Mathaf Farid Belkahia» par la fondation éponyme aura lieu le 12 février. Le musée mettra en lumière le génie de l'artiste peintre issu de l'Ecole de Casablanca une année durant, avec une exposition retraçant les différentes périodes et influences artistiques de son œuvre.
Farid Belkahia n'est pas mort! Son oeuvre vit et a même été immortalisée dans un musée en sa mémoire. Créée en mars 2015 et consacrée au rayonnement de l'œuvre de Farid Belkahia, la fondation organise également, le samedi 13 février à Marrakech, un colloque international sous le thème «Farid Belkahia dans l'histoire de l'art et les musées: état des lieux et perspectives». Farid Belkahia, un des fondateurs de l'art moderne et contemporain et icône de la révolution culturelle au Maroc, a marqué la scène artistique en axant sa recherche sur le rapport entre tradition primordiale et modernité, notamment à travers les signes universels. De nombreuses personnalités nationales et internationales telles que Son Excellence Sheikh Hassan bin Mohamed bin Ali Al Thani, Jack Lang et Gilles Keppel rendront hommage à Farid Belkahia, de même que les représentants du Musée Mohammed VI d'art moderne et contemporain de Rabat, du Mathaf Arab Museum of Modern Art, de la Tate Gallery de Londres et du Centre Georges Pompidou de Paris. Seront aussi présents de grands intellectuels tels que Brahim Alaoui, Moulime Laaroussi, Jean-Hubert Martin et Hamid Triki. Dictée par l'ampleur de l'œuvre de l'artiste et son impact sur la scène artistique nationale et internationale, la création de la Fondation Farid Belkahia en mars 2015 découle également de la propre volonté de cet immense artiste disparu le 25 septembre 2014.
Artiste aussi prolifique que généreux, Farid Belkahia a en effet exprimé de son vivant la volonté de partager son art avec les générations à venir. Dans le respect de l'esprit de Farid Belkahia, la fondation éponyme se propose de perpétuer le rayonnement de son œuvre en maximisant sa visibilité, mais également en encourageant la recherche sur ses diverses influences et périodes marquantes. Elle se propose par ailleurs de promouvoir la création dans tous les domaines artistiques. La Fondation Farid Belkahia, présidée par l'écrivaine Rajae Benchemsi, est constituée d'historiens, de chercheurs, de commissaires d'expositions... Il est prévu d'attribuer des prix annuels d'excellence, des bourses d'études, de recherche ou d'appui aux travaux des jeunes créateurs, ainsi que l'organisation d'expositions nationales et internationales et la réalisation de publications, catalogues et films documentaires pour assurer la continuité de l'œuvre de Farid Belkahia. Né à Marrakech en 1934, Farid Belkahia commence à exposer dès l'âge de 15 ans.
En 1955, il se rend à Paris où il poursuit ses études à l'Ecole des beaux-arts, puis à Prague où il étudie la scénographie à l'Académie de théâtre. Pionnier de l'art contemporain et moderne du Maroc, Farid Belkahia devient très tôt, avec fierté et engagement, un ambassadeur de la continuité artistique du Maroc, en faisant du rapport entre la tradition primordiale et la modernité son axe de pensée. En 1962, il est nommé directeur de l'Ecole des beaux-arts de Casablanca et instaure très vite l'enseignement des arts traditionnels du Maroc afin de réinscrire l'identité marocaine, fragilisée par le Protectorat, dans l'enseignement académique des arts.
En 1969, il fait sa première expérience de l'art dans la rue: il organise une grande exposition sur la place Jamaâ-El-Fna à Marrakech. Au fil de sa carrière, marquée par une production artistique aussi éclectique que prolifique, il révolutionne l'art contemporain arabe et islamique et s'impose comme artiste international reconnu par de nombreux collectionneurs et musées, tant dans le Monde arabe qu'en Europe. Farid Belkahia a également été un grand contributeur à la revue emblématique «Souffles» aux côtés de Mustapha Nissaboury, Mohamed Melehi, Mohamed Chebaâ et
Abdellatif Laâbi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.