Journée mondiale de l'information: 5 choses que vous pouvez faire pour restaurer la confiance dans le journalisme (Peu importe qui vous êtes)    Brèves    Conflits d'intérêts: L'Istiqlal plaide pour un texte dédié    Article 1067742    Auto Hall clôture le premier semestre dans le rouge    Allemagne : Schalke 04 se sépare de son entraîneur David Wagner    Cheb Khaled: «Maroc, Algérie, Tunisie... Un seul peuple séparé par l'histoire»    Colère et indignation après le meurtre de Naima (micro-trottoir)    Arts : les résultats du programme exceptionnel de soutien 2020 dévoilés    Bourita reçoit le nouvel ambassadeur du Royaume-Uni au Maroc    La chanteuse Chama Zaz tire sa révérence    Travailleuses et travailleurs domestiques: plus de 2.500 contrats de travail conclus (Amekraz)    Bilan quotidien: 1422 nouveaux cas au Maroc, dont 542 à Casa-Settat    Présidentielle en Côte d'Ivoire : l'ONU appelle à un vote «pacifique et inclusif»    US Round Up du lundi 28 septembre Présidentielle/Floride, Amy Coney Barrett, De Blasio, Célébrités    Le Liban, nouveau protectorat français ?    K-pop : 10 millions de vues pour la nouveauté des Blackpink    Chelsea: Hakim Ziyech toujours absent    Campagne d'assainissement : Plus d'un million de bouteilles d'alcool saisies par la DGSN    Mohamed Bachir Rachdi : « Le projet de loi vient donner de vrais pouvoirs d'action à l'Instance, pour jouer son rôle dans un cadre de complémentarité institutionnelle »    Festival de Fès de la culture soufie : une édition en ligne pour 2020 !    «La sortie sur le MFI de septembre était nécessaire»    Raja de Casablanca : Sofac rejoint la liste des partenaires    Le Maroc favorable au document sur le développement de l'éducation    La CGEM explique ses propositions pour la loi de finances 2021    Casablanca: trois escrocs dans les filets de la DGSN    Le gouvernement refuse de créer un fonds pour le cancer    Leicester humilie Manchester City et prend les rênes du championnat    OCP Africa et l'IFC s'allient pour l'agriculture ouest-africaine    Entre masques et doudounes, Roland-Garros lance son édition automnale toit fermé    France: les prévisions du ministre de l'Economie    JO de Tokyo: La natation nationale face au défi de la qualification    A 90 ans, Haja El Hamdaouia met fin à sa carrière    Fusion Atlanta-Sanad: la nouvelle entité voit le jour    France: trois morts dans le crash d'un aéronef    Biélorussie: Une investiture à huis-clos pour Alexandre Loukachenko    Un engagement sans faille en faveur des populations démunies    Stephanie Williams soutient les efforts consentis dans le cadre du dialogue de Bouznika    Entrée en vigueur de la loi relative au droit d'accès à l'information au Maroc    Ce qui est prévu jeudi au Conseil de gouvernement    Tourisme: Lancement de «Madaëf ECO6»    La chanteuse Houda Saad traverse une épreuve difficile (PHOTO)    Coronavirus : le dépistage élargi à tous les laboratoires [Document]    Pédophilie. Ramid fait trembler les assassins    On connaît le premier relégué de la Botola    Annulation de la 14ème édition du Festival international du film de femmes de Salé    Prévisions météorologiques pour la journée du lundi 28 septembre 2020    Les inégalités raciales ont coûté 16.000 milliards de dollars à l'économie américaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«La construction durable a de beaux jours devant elle»
Publié dans Les ECO le 13 - 04 - 2017

Zakaria Sadik, directeur général d'Alto Eko et président du Morocco Green Building Council
Les Inspirations ECO : Comment se porte la HQE au Maroc ?
Zakaria Sadik : De nombreux professionnels du bâti, notamment les architectes et les promoteurs sont de plus en plus sensibles à cette démarche. L'efficacité énergétique en est la première motivation, mais les prérogatives législatives poussent à aller dans cette direction. Par ailleurs, la prise en compte de l'humain dans l'acte de bâtir prend également de plus en plus de place. En effet, même si la construction durable reste une niche dans le secteur de la construction, je dirais, sans nul doute, que ce domaine a de beaux jours devant elle au Maroc. La HQE (Haute qualité environnementale) est la certification la plus présente au Maroc dans le domaine de la construction et de l'aménagement durable. Aujourd'hui, on compte au total 20 projets certifiés alors qu'il y a un an, nous n'en comptions que 12. Autrement dit, la tendance est actuellement à l'augmentation du nombre de projets certifiés.
Est-il est vrai qu'il y a plusieurs labels de certification au respect des normes environnementales au Maroc ?
Oui, en effet, nous parlons beaucoup de HQE au Maroc, mais d'autres labels de renom font petit à petit leur place. Il s'agit principalement de la certification américaine, le LEED et du BREEAM britannique. Compte tenu de cette co-existence, il ne faudra pas, par conséquent, s'étonner de voir dans le futur des projets en double, voire en triple certifications.
Qu'est-ce qui distingue la HQE de l'ISO 14001 ?
La certification HQE répond au respect des normes environnementales appliquées au bâtiment. Alors que l'ISO 14001 concerne l'organisation de tous types d'entités. Une certification HQE est composée de deux principaux volets :
Managérial par le Système de management de l'opération,
Technique et environnemental par les 14 cibles de la HQE réparties en quatre thèmes (Energie, environnement, confort et santé).
Et c'est le volet managérial de l'opération qui va dans le même sens que l'ISO 14001. L'autre similitude entre les deux certification, c'est qu'elles visent également toutes les deux l'amélioration continue.
Qui sont les clients HQE au Maroc ?
Comme partout ailleurs dans le monde, au Maroc les clients HQE ont le souci de la qualité de la construction et du confort de ses occupants. Les clients HQE sont également des économes, ils investissent pour l'avenir. En effet, un bâtiment de qualité est durable dans le temps. Des économies d'énergie sont également recherchées. Il s'agit principalement de promoteurs immobiliers et d'aménageurs d'espaces.
Et les industriels, ils ne sont pas intéressés par la HQE ?
À ce jour, un seul projet industriel a été certifié HQE Aménagement. Il s'agit de l'Ecoparc de Berrechid de la Chambre française de commerce et d'industrie au Maroc (CFCIM). Néanmoins, au sein du Morocco Green Building Council, nous avons identifié d'autres projets industriels inscrits dans une démarche de certification environnementale.
Quels sont les métiers dans la HQE et dans quel(s) domaine(s) intervient Alto Eko ?
La certification HQE porte sur des thématiques diverses. Elle traite à la fois les questions liées à la performance énergétique et environnementale du bâti et des territoires par l'inclusion de systèmes constructifs innovants et l'intégration des énergies propres, mais également la santé des usagers au sein des espaces de vie sécurisés et le confort olfactif, visuel, thermique, acoustique des occupants. Alto Eko est un cabinet de conseil en management d'ingénierie environnementale et d'aménagement durable.
Pouvez-vous nous parler de certaines de vos réalisations ?
Tout d'abord, Alto Eko a réalisé le bilan des émissions de gaz à effet de serre de la COP22, un évènement planétaire. Il s'agit d'une réalisation inédite qui conforte notre structure dans la stratégie de diversification de son activité. Concrètement, Alto Eko a accompagné le groupement en charge de l'aménagement et l'équipement du site Bab-Ighli et le Commissariat COP22 dans la démarche de mise en conformité aux standards et exigences du Bilan GES de la COP22. Un bilan réel des émissions de GES a été réalisé afin de mesurer les efforts réellement mis en œuvre et de connaître la quantité d'émissions à compenser pour réaliser la neutralité carbone de l'évènement. Alto Eko a également conseillé certains acteurs pour la concrétisation de leurs actions de compensation auprès de différents organismes spécialisés.
On peut citer le cas de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l'environnement. Nous intervenons également sur d'autres projets majeurs, en tant qu'organisme de conseil accompagnant dans les démarches des certifications environnementales, notamment sur des villas, des immeubles à grande hauteur et des zones d'aménagement urbain. Alto est présent en Afrique mais également en Europe et en Amérique du Nord avec Alto Ingénierie, Alto Step et Alto 2. Depuis 25 ans, Alto propose des solutions à la croisée des techniques et des métiers. Alto a réalisé la conception d'un réseau de chaleur du Plateau de Saclay et 7.000 hectares de maîtrise d'œuvre paysagère dont une partie de la maquette BIM est en ligne ou encore le bâtiment du pôle régional de la culture et de l'économie créative La Meca à Bordeaux. Alto est fort de sa capacité d'intervention en tant que maître d'œuvre et en tant que Conseil à la maîtrise d'ouvrages sur toutes les thématiques spatiales : les gares, bureaux, commerces, hôpitaux, pôles culturels et de formation. À l'échelle des territoires, Alto manage des projets d'éco-quartiers, des zones d'aménagement engagées dans la qualité environnementale et fait de la planification durable des territoires, en intégrant les enjeux environnementaux dans les documents d'urbanisme.
Vous êtes par ailleurs président du Morocco Green Building Council, pouvez-nous présenter votre association et ses activités ?
Morocco GBC est le réseau marocain de l'aménagement, du bâtiment et de l'immobilier durables. Nous sommes membres du World Green Building Council, une association mondiale regroupant des professionnels engagés dans la construction durable dans plus de 100 pays. Morocco GBC réunit toutes les composantes du secteur du bâtiment : associations, fédérations professionnelles, entreprises de maîtrise d'ouvrage et de maîtrise d'œuvre, constructeurs, industriels, experts et exploitants de bâtiments résidentiels et tertiaires. Nous sommes un accélérateur du changement par la construction durable. Nous sommes une plateforme d'échanges, un lieu de synthèse et de lobbying. Nos membres sont constamment mobilisés autour d'actions de veille pour relayer l'information, de benchmarking pour fédérer, encourager, accompagner et convaincre. Morocco GBC relaye également la position marocaine à l'international et notamment au sein du Mena Regional Network du World GBC qui compte une quinzaine de membres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.