Coronavirus : 114 nouveaux cas, 14.329 cas au total, lundi 6 juillet à 10h    Abdelmajid Tebboun. Tout le monde doit s'excuser à l'Algérie    Des femmes célibataires veulent légaliser le concubinage    Covid-19. Safi en quarantaine    Kanye West. Un rappeur à l'assaut de la Maison Blanche    France: la composition du nouveau gouvernement attendue ce lundi    Vers un retour d'Ounajem au Wydad ?    Babioles à 5 milliards DH    Casablanca : Lydec reprend la distribution des factures d'eau et d'électricité    Registre social unifié : Nouveau calendrier    Voici le temps qu'il fera ce lundi    Idiotorial : L'ovalie a son virus    Pour les joueurs, un été intense avant une année dense    Les autorités marocaines rejettent la réponse d'Amnesty International    "Jemâa El Fna en live" Quand les artistes de la place subjuguent le public par des spectacles virtuels à distance    L'Oriental fashion show, une édition digitale inédite    Les Instituts Cervantès au Maroc lancent la seconde partie du cycle du cinéma en ligne "Clásicos contigo"    L'ambassadeur de Chine à Rabat salue l'initiative Royale en faveur des pays africains    La responsabilité de l'Algérie dans les violations des droits de l'Homme dans les camps de Tindouf établie à l'ONU    L'Algérie veut que se tienne des élections en Libye    Rapatriement de 290 Marocains bloqués au Canada    Les marchands non financiers anticipent une diminution de leur activité    Le Maroc accueillera le premier Canopy by Hilton en Afrique du Nord    Le Parlement et le HCP renforcent leur coopération    Le WAC et le Raja pas du tout tentés pas des matches au stade Père Jégo    Fraude aux cotisations sociales : la scandaleuse vidéo d'Amekraz qui aggrave son cas    Macron s'exprimera à l'occasion du 14 juillet, une première    Safi en quarantaine : Le spectre du reconfinement plane sur d'autres cités    Coronavirus dans le monde : zones reconfinées en Espagne, le Maroc enregistre son bilan le plus lourd depuis mars    Hong Kong: c entre Londres et Pékin    NordinAmrabat testé positif au Coronavirus !    Chelsea, Manchester United et Arsenal victorieux    Rapatriement des Marocains bloqués en Turquie : 2 nouveaux vols et 230 citoyens transportés samedi    Raja Jeddaoui, la star du 7e art arabe n'est plus    Phraséologie humaniste, Horreur impérialiste    Coronavirus : la région de Marrakech-Safi est la plus touchée ce dimanche    Serie A: large succès de la Juventus et de l'AC Milan    Nabil Benabdallah: «Se départir des velléités colonialistes»    Des ministres gaffeurs!    La Fédération appelle à des assises nationales sur la presse et les médias    Covid-19 : l'actrice égyptienne Raja Al Jadawi n'est plus    Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien dans les camps de Tindouf    Message du roi Mohammed VI au président de l'Algérie    Comment Royal Air Maroc se prépare à l'austérité    Ragaa El-Guiddawi emportée par le Coronavirus    PJD: le communiqué de la honte    Un organisme de l'ONU pointe la responsabilité du régime algérien dans les violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf    Le trauma colonial algérien encore vivace, le président Tebboune réclame des excuses françaises    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Plus d'ordonnancement préalable pour les intérêts moratoires
Publié dans Les ECO le 01 - 06 - 2017

Le ministre de l'Economie et des finances vient d'actualiser la liste des dépenses qui peuvent être payées sans ordonnancement préalable en y incluant les intérêts moratoires des commandes publiques.
C'est un nouveau pas en avant pour régler la question épineuse des délais de paiement dans les marchés publics. Mohamed Boussaïd, ministre de l'Economie et des finances, vient en effet d'actualiser la liste des dépenses qui peuvent être payées sans ordonnancement préalable en y incluant les intérêts moratoires des commandes publiques. La décision qui prend effet à partir du 30 mai, date de sa publication au Bulletin officiel entre dans le cadre de l'application du décret du 22 juillet 2016 relatif aux délais de paiements et les intérêts moratoires relatifs aux commandes publiques. La décision du ministre de tutelle est de nature à apaiser la tension entre les opérateurs privés et les administrations publiques. On le sait, les montants en jeu sont colossaux et les retards de paiement ont mis à mal un nombre important d'entreprises.
En 2016, la commande publique a culminé à 190 MMDH (soit près de 19% du PIB), comprenant les budgets d'investissement de l'Etat, des collectivités territoriales et des entreprises publiques. Le décret du 22 juillet 2016, adopté après moult tractations avec le secteur privé, précise que lorsque l'ordonnateur ne procède pas à l'ordonnancement des intérêts moratoires dus, malgré la disponibilité des crédits et/ou des fonds nécessaires à cet effet dans un délai de 30 jours, le comptable public ou la personne chargée du paiement procède immédiatement au règlement de ces intérêts sur la ligne budgétaire concernée par lesdits intérêts en tant que dépenses sans ordonnancement préalable.
Par ailleurs, lorsque les intérêts moratoires n'ont pas pu être réglés dans le délai prévu, faute de disponibilité ou d'insuffisances des crédits et/ou des fonds, le comptable public ou la personne chargée du paiement procède à leur règlement, en priorité en tant que dépenses et sans ordonnancement préalable dès la mise en place des crédits et/ou des fonds au niveau de la ligne budgétaire concernée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.