Brexit: Theresa May joue sa dernière carte    Un Monde Fou    La citadelle de Saladin, le café El Feshawi... des lieux incontournables à visiter    Sahara marocain. Déclaration finale de la conférence ministérielle africaine de Marrakech    Les étudiants médecins boycottent les cours : le pourquoi du comment    Incitation à la violence contre les femmes : L'AMDH réagit au clip de Mr Crazy    La CEA recommande l'alignement des politiques budgétaires sur le cycle économique    L'indicible quotidien des migrants en région du Nord    Intervenant lors de l'université populaire sur «La démocratie linguistique et culturelle au Maroc»    Qualifs Euro-2020 Fortunes diverses pour l'Allemagne et la Croatie    Al-Khelaïfi, discret, puissant, mais de plus en plus fragilisé    Maroc-Argentine pour un match de gala au Grand stade de Tanger    Disparition de Sala: Cardiff estime le transfert de Nantes « nul et non avenu »    Brexit : Quel impact pour la Premier League ?    Le Maroc plaide pour la cohérence, la cohésion et l'unité des pays africains    Les Etats-Unis autorisent le premier médicament contre la dépression post-partum    La cassette audio n'a pas dit son dernier mot    Indicateurs conjoncturels mitigés au début de l'année    Le rôle de la littérature est-il simplement de se poser des questions?    Insolite : Graffeur pro-Trump    "Emwas" Des souvenirs en reconstruction    Météo : Attention, ça va souffler…    Macron accueille Xi à Paris pour travailler à « un nouvel ordre international »    Le 18ème Festival international du cinéma d'animation se poursuit jusqu'au 27 mars : Les moments forts de l'ouverture    Accord de principe entre le Raja et Mouhcine Moutwali    Enseignants contractuels/Gouvernement: Le bras de fer continue    JETMODE, l'événement mode de l'année !    Sothema accroit son résultat net en 2018    Entreprenathon : L'ESSEC Afrique et l'EMI mettent le cap sur l'innovation et l'entrepreneuriat    Banque Centrale Populaire. La croissance toujours au rendez-vous    FICM de Tétouan 2019 : «La sueur des palmiers» de Radwan El-Kashef ouvre le bal    BAM : La croissance sera plombée par les mauvaises récoltes    Californie. Un incendie dans une mosquée fait le lien avec Christchurch    Un Kenyan sacré meilleur enseignant du monde    Prix Terre de Femmes Maroc : agir localement pour changer le monde !    Divers    Les principales conclusions du rapport d'enquête Mueller    Trump accueille son « ami » Netanyahu en pleine campagne    CAN 2019: Les Lions de l'Atlas terminent en tête    Bourita s'entretient à Marrakech avec la vice-secrétaire générale de l'ONU    Sahara. Un troisième round de négociations au programme.    COM2019 : L'Afrique souffre encore de sa faible intégration régionale    Forum maroco-belge : Un premier événement intégrant la migration dans la coopération bilatérale    Session régionale du Parlement de l'enfant à Fès    Lancement des travaux de construction d'un pont à haubans à Abidjan    Messi officiellement forfait pour Maroc-Argentine    Edito : Talents gaspillés    Marrakech: Un brigadier de police utilise son arme pour arrêter un multirécidiviste    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Traitement des déchets : Le taux de collecte devrait atteindre 100% en 2030 !
Publié dans Les ECO le 26 - 10 - 2017

L'information a été révélée par la Secrétaire d'Etat au développement durable devant les représentants de la nation sur la gestion et le traitement des déchets selon les normes internationales. Les détails.
Le taux de collecte professionnalisée des déchets atteindrait 90% en 2022 et 100% à l'horizon 2030, grâce au programme national des déchets ménagers (PNDM) préparé par le secrétariat d'Etat chargé du développement durable et le ministère de l'Intérieur, a indiqué la semaine dernière la secrétaire d'Etat chargée du développement durable, Nezha El Ouafi, qui répondait à une question orale à la Chambre des représentants sur «la gestion et le traitement des déchets selon les normes internationales». Selon elle, le PNDM vise en fait plusieurs objectifs. Le programme permettra non seulement de mettre en place des centres d'enfouissement et de valorisation des déchets ménagers et assimilés dans tous les centres urbains sans exception d'ici 2022, mais il a aussi pour but de réhabiliter toutes les décharges non contrôlées d'ici 2022, de généraliser les plans directeurs de gestion à toutes les préfectures et provinces du royaume et de professionnaliser ce secteur, notamment à travers la gestion déléguée.
À travers cette ouverture à des compétences extérieures, le programme a également pour objectif de développer l'opération de tri, de recyclage et de valorisation des déchets par le biais de projets pilotes en vue d'atteindre un taux de recyclage de 30% en 2022, ainsi que de sensibiliser et former les acteurs principaux du domaine de la gestion des déchets, a-t-elle poursuivi. S'agissant des avancées enregistrées par le PNDM, Nezha El Ouafi a souligné qu'il a permis d'atteindre un taux de collecte professionnalisée des déchets dans les centres urbains de 85,2%, au lieu de 44% avant 2008, d'augmenter le taux de traitement des déchets au sein des décharges contrôlées à 60% au lieu de 10% avant 2008 et de créer 24 centres d'enfouissement et de valorisation des déchets.
Dans le but de développer ce programme, un plan quinquennal (2017-2021) a été mis en place afin d'accélérer la cadence de réalisation des projets en adoptant une programmation qui prenne en considération l'état d'avancement des plans directeurs provinciaux et préfectoraux de gestion des déchets ménagers, a-t-elle expliqué. Le département du Développement durable a aussi mobilisé, dès cette année, un budget spécial dédié au financement du soutien technique nécessaire à l'accompagnement des collectivités territoriales dans la mise en oeuvre de ce programme dans les plus brefs délais et ceci en les aidant lors de la préparation ou l'évaluation des dossiers d'appel d'offres et dans le suivi des projets, a-t-elle précisé. En réponse à une question orale sur «les perspectives d'augmentation de la cadence du traitement des eaux usées», Nezha El Ouafi a estimé que le Maroc a réalisé des progrès importants en matière d'assainissement liquide à travers le Programme national d'assainissement liquide et le traitement des eaux usées en milieu urbain (PNDL), réalisé en partenariat avec le ministère de l'Intérieur et le Secrétariat d'Etat chargé du développement durable qui concerne 330 villes et centres urbains avec un coût global de 50 MMDH. Et d'ajouter que ce programme vise essentiellement à augmenter le raccordement au réseau d'assainissement liquide à 80% en 2020 et 100% en 2030, à réduire de 60% le taux de pollution résultant des eaux usées d'ici 2020 et de 100% en 2030 et à augmenter le taux de traitement et de réutilisation des eaux usées à 50% d'ici 2020 et à 100% à l'horizon 2030.
Grâce aux efforts déployés par les différents partenaires et intervenants, le PNDL a permis d'atteindre un raccordement de 75% au réseau d'assainissement liquide contre 70% avant 2005, d'augmenter le volume des eaux d'égouts traitées à 329,9 millions de m3 par an (44% du volume total) contre 8% en 2005 et de construire 118 stations d'épuration (contre 21 en 2005), en plus de 67 autres en cours de réalisation. S'agissant d'une question orale relative à l'«élaboration de plans régionaux pour adopter l'économie verte», Nezha El Ouafi a parlé de la série d'études que son département a lancé en vue d'élaborer des plans régionaux destinés à établir un diagnostic de l'état de l'environnement sur le plan régional, proposer des mesures susceptibles de protéger l'environnement régional, d'aider à faire face aux effets des changements climatiques et d'encourager l'économie verte. Lancées en mai 2017 en collaboration avec les autorités locales, les collectivités territoriales, les départements ministériels, les instances publiques et les présidents de chambres professionnelles, les acteurs économiques et la société civile, ces études concernent les régions Tanger-Tétouan-Al Hoceïma, Marrakech-Safi et Casablanca-Settat, a-t-elle précisé avant d'annoncer qu'une étude concernant la région de Fès-Meknès sera lancée le 31 octobre. La secrétaire d'Etat au développement durable a aussi révélé le lancement, cette année, de plans de protection et de valorisation de l'environnement dans 4 autres régions : Rabat-Salé-Kénitra, Béni Mellal-Khénifra, l'Oriental et Drâa-Tafilelt. Sans oublier quatre autres études qui seront lancées en 2018 et 2019 dans les régions de Souss-Massa, Laâyoune-Sakia El Hamra, Guelmim-Oued Noun et Dakhla-Oued Ed-Dahab.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.