Observations sur le dernier rapport annuel du Conseil national des droits de l'Homme    Nicolas Bay interroge Bruxelles sur les détournements de l'aide humanitaire européenne    Accusations d'espionnage: Le gouvernement hausse le ton face à Amnesty    Automobile: Acheter maintenant et payer en 2021!    Poursuite des opérations de rapatriement des Marocains bloqués à l'étranger    1.107 cas de triche au bac détectés    Covid19: 114 nouveaux cas ce lundi à 10h00    Malgré la flambée des infections le ministère rassure    Ennio Morricone, le Beethoven du western spaghetti    Plaidoyer pour une culture intégrée dans l'offre touristique au Maroc    La série "H" débarque sur Netflix    En vidéo: Le Conseil des ministres présidé ce lundi par le roi    La CAF, la FIFA, l'OMS et la SGSA réunies pour discuter de lasécurité et dela sûreté en Afrique    Le cyclisme national reprend de plus belle après trois mois de suspension    UFC: le père de Khabib succombe au coronavirus    Reprise de plus belle après trois mois de suspension    Le PLF rectificative prévoit un recul de 5% du PIB et un déficit budgétaire de 7,5%    Contraction de l'économie nationale de 13,8% au deuxième trimestre sous l'effet de la Covid-19    La SFI, l'IFU et Proparco investissent dans la santé en Egypte et au Maroc    Echanges édifiants entre Driss Lachguar et les membres du Conseil national USFP-Europe    Feu ravageur : Les oasis à la merci des flammes    Fête de l'indépendance de l'Algérie : le Hirak veut une seconde révolution    France: Dupond-Moretti, nouveau ministre de la Justice    Le PPS, l'Istiqlal et le PJD ont rehaussé le niveau de la solidarité    Une belle contribution à la préservation du patrimoine immatériel riche et varié    Lions de l'Atlas: L'agent d'Achraf Hakimi accuse Zidane    Le Festival National des Arts Populaires revient pour sa 51ème édition    France: L'acquittator Eric Dupond-Moretti ministre de la Justice dans le nouveau gouvernement    Baisse de 32% des recettes non fiscales à fin mai    Wafasalaf lance une nouvelle solution digitale    Affaire Khashoggi: le Tribunal d'Istanbul ouvre le dossier    «Libraire, c'est un ouvreur de passerelles...»    La Belgique n'ouvrira pas ses frontières au Maroc    Comment se déroulent les examens du bac au Maroc (VIDEO)    Le Maroc reconfiné après Aid al-Adha ? Une source répond    Rapatriement de 278 Marocains bloqués à Oman, au Qatar et en Jordanie    Saraha marocain: la presse algérienne diffuse une fake news    Le HCP prévoit un repli de l'activité économique de 4,6%    Affaire Ramid-Amekraz CNSS : Des lecteurs de lobservateur.info s'indignent    Le drame du journaliste marocain. « Tu te crois à New York? »    Foot féminin: Les sélections nationales U17 et U20 débutent les entraînements    Quand le confinement fait son œuvre sur l'art de Yassine Guedira    France : le nouveau gouvernement dévoilé ce lundi    Abdelmajid Tebboun. Tout le monde doit s'excuser à l'Algérie    Kanye West. Un rappeur à l'assaut de la Maison Blanche    Registre social unifié : Nouveau calendrier    Vers un retour d'Ounajem au Wydad ?    Idiotorial : L'ovalie a son virus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Liberia : Une nouvelle page avec Mister George Weah !
Publié dans Les ECO le 02 - 01 - 2018

La légende du football africain, George Weah, a remporté haut la main la présidentielle au Liberia. Son élection est source d'espoirs dans ce pays confronté aux défis économiques et sécuritaires.
Des terrains de football au palais présidentiel ! Tel est le destin de George Weah, l'enfant des quartiers populaires de Monrovia. En effet, la légende africaine du football et sénateur a largement remporté l'élection présidentielle au Liberia, avec 61,5% des suffrages lors du second tour, contre 38,5% pour son adversaire, le vice-président Joseph Boakai. Attaquant star de Monaco, du PSG et du Milan AC dans les années 1990, George Weah doit succéder le 22 janvier à Ellen Johnson Sirleaf, marquant ainsi la première transition démocratique depuis plus de 70 ans dans ce pays anglophone d'Afrique de l'Ouest. George Weah, 51 ans, favori après être sorti vainqueur du premier tour du 10 octobre avec plus de 38% des voix, s'est montré sûr de lui avant et après le jour de l'élection. «Le peuple libérien a clairement fait son choix (mardi) et, ensemble, nous sommes confiants quant à l'issue du processus électoral», a commenté, sur son compte Tweeter, le désormais nouveau président de la République du Libéria, et non moins «Ballon d'Or» 1995.
Transition démocratique
Pour le Liberia, l'élection de George Weah marque un nouveau départ. En effet, le pays n'avait pas connu d'alternance démocratique depuis 1944. Et près de trois décennies après le début d'une guerre civile particulièrement atroce qui a fait 250.000 morts entre 1989 et 2003, cet Etat qui compte parmi les plus pauvres de la planète s'apprête à vivre une transition du pouvoir en douceur. La présidente sortante, Ellen Johnson Sirleaf, a signé mardi 25 décembre, un décret établissant une équipe de transition, composée de plusieurs ministres, pour organiser un «transfert ordonné du pouvoir» à son successeur.
Le spectre Charles Taylor
Le Liberia, qui peine à se remettre de l'épidémie d'Ebola, vit encore dans le souvenir de Charles Taylor, 69 ans, ancien chef de guerre puis président (1997-2003), prédécesseur de l'actuelle présidente sortante Sirleaf. Condamné par la justice internationale à 50 ans de prison, il purge sa peine en Grande-Bretagne pour crimes contre l'humanité et crimes de guerre perpétrés en Sierra Leone voisine. Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, et le chef des observateurs de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), l'ancien président du Ghana John Dramani Mahama, ont salué «la tenue pacifique» du scrutin.
Une reprise difficile
Le Liberia a été l'un des trois pays les plus affectés d'Afrique de l'Ouest par le virus Ebola. Les pertes économiques liées à ce risque sanitaires, les dépenses de santé, les fuites de capitaux ont continué de peser sur la croissance en 2016. Elles sont de plus amplifiées par les faibles prix du minerai de fer et du caoutchouc qui représentent 46% des exportations (2015). Les exportations de matières premières ont été décevantes, notamment à cause d'une production d'or inférieure aux attentes. En 2017, l'environnement macroéconomique restera difficile avec la lente remontée des prix des matières premières exportées. La reprise progressive devrait néanmoins être soutenue par un regain de la production d'or et de la production agricole. La finalisation d'importants projets d'infrastructures de transports et d'énergie, comme celui de la centrale hydroélectrique de Mount Coffee, et le lancement de projets retardés par l'épidémie, à l'image du démarrage des forages au large des côtes libériennes par ExxonMobil fin 2016, devraient participer à une relance des investissements privés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.