Un Monde Fou    Développement durable: «L'Etat doit donner l'exemple»    Marrakech: Les bénévoles Jood dans la rue avec les sans-abri    Théâtre: Quand le couple se remet en question    Migration : L'Espagne demande à l'UE de débloquer les 140 millions d'euros promis au Maroc    Terminal 1 : 7 millions de passagers de plus pour l'aéroport Mohammed V    Le Roi félicite Nordine Oubaali pour avoir remporter le championnat du monde WBC    La Chambre des représentants annule les dettes des collectivités locales contractées avant 2000    Insolite : Pires que des cochons    Le Forum de Davos s'ouvre sous le signe du risque politique et économique    Theresa May compte retourner discuter du Brexit à Bruxelles    Le Royaume met en avant ses nombreux atouts touristiques à Madrid    Kalou : La réattribution de la CAN 2023 à la Côte d'Ivoire n'est pas une si mauvaise nouvelle    Liverpool : Klopp cherche des solutions en défense    Raja-ASFAR, un classique sous le signe de l'équilibre    Benslimane enregistre un total de 93 mille ha emblavés en céréales d'automne    L'ONMT présente son plan d'action digital pour 2019    Facebook annonce investir 300 millions de dollars dans le journalisme    Divers    WhatsApp limite le partage de messages pour lutter contre « l'infox »    Le dirham se déprécie par rapport à l'euro et vis-à-vis du dollar    Les péripéties d'une histoire sans issue    A Cuba, les tubes de Michael Jackson version salsa    "L'Afrique du rire" fait escale à Rabat et Casablanca    Oscars 2019 : les nominations dévoilées    L'International Crisis Group s'intéresse à l'Afrique    RC Lens : Achraf Bencharki, l'homme du match face à Nancy (sondage)    Times Higher Education 2019 : 3 universités marocaines dans le TOP 1000    C.Ronaldo condamné à une peine de prison ferme    Art et musique inaugurent 2019 à l'Institut Cervantès de Casablanca    Le 2ème Festival «Afrique du Rire» fait escale à Rabat et Casablanca    «Le stade de football, nouvelle arène politique…»    Nespresso inaugure son premier concept de boutique en Afrique    L'accord avec le fisc divise les commerçants    Peine de mort : La mobilisation continue    L'Europe ambitionne une mission lunaire avant 2025    Le Conseil de gouvernement discutera de la modalité d'application du service militaire    Le chaud et le froid pour le foot national    Le «Mono-dame» théâtral sur les planches de la ville ocre    Oxfam: Entre riches et pauvres, les inégalités s'emballent    Décès du prétendant au trône de France Henri d'Orléans    Macron et Merkel tentent de braver l'euroscepticisme ambiant    ONU: De nombreux risques pèsent sur l'économie mondiale    El Khalfi: 1.20 MMDH pour lutter contre les disparités territoriales    Rencontres africaines d'intelligence économique à Dakhla en juin prochain    Les dirigeants historiques de l'USFP et les causes nationales    Les défis du féminisme africain    L'ouverture de l'école sur son environnement en débat à Khouribga    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Effet de dissuasion
Publié dans Les ECO le 12 - 12 - 2018

Ça bouge au ministère de la Santé, et la volonté politique d'améliorer la gouvernance ne manque pas. D'ailleurs, certains ne tarderont pas à passer à la trappe. Selon nos informations, l'inspection générale du ministère (IGS) donne un grand coup de balai visant un trafic peu scrupuleux portant sur des dizaines de millions de dirhams relatifs aux médicaments commandés par les centres hospitaliers et les grands hôpitaux du royaume. L'IGS aurait mis la main sur des factures fictives, des marchés opaques, des commandes gonflées, etc.
En résumé, des hôpitaux, en accointance avec des distributeurs, facturent des quantités de médicaments qu'ils ne reçoivent pas. La différence entre les quantités commandées et celles reçues est détournée et se retrouve sur d'autres circuits. Résultat de ce trafic, des millions de dirhams sont payés avec les fonds publics pour gonfler des poches mafieuses. Le plus dangereux dans ce circuit, c'est qu'il prive des millions de Marocains des médicaments qui leur sont destinés, avec comme conséquences l'aggravation de maladies et même le décès de citoyens marocains non secourus du fait de l'indisponibilité des médicaments.
Dans cette ambiance délétère, il faut saluer les équipes du ministère de la Santé, et surtout l'inspection générale, qui n'hésitent pas à mettre la main dans le guêpier en dépit des coups bas qu'ils essuient. Il faut aussi signaler l'étroite coordination avec l'équipe de la Primature en charge de la moralisation et de la lutte contre la corruption. Une synergie salutaire qu'il y a lieu d'encourager dans un environnement hostile, en attendant de passer de l'enquête à la véritable reddition des comptes. Il est important de transmettre des signaux à effet de dissuasion et de sévir, le cas échéant. Car la passivité, longtemps constatée dans les services publics, a exacerbé la prévarication, notamment dans des secteurs clés pour la société tels que l'enseignement et la santé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.