«Positions et Propositions», nouveau recueil d'Abdeslam Seddiki    Le cri maghrébin!    Semaine dans le vert pour la bourse de Casablanca    Surveillance routière dans les zones à trafic intense : 139 agents assurent le contrôle routier à travers tout le Maroc    La sécurisation des voies ferrées est en marche    Contrôle et détection automatique : 552 nouveaux radars sur nos routes    Un levier important du nouveau modèle de développement escompté    Euromoney Awards 2019 : AWB « meilleure banque au Maroc » pour la 9è fois    L'heure de vérité pour l'Allemande von der Leyen au Parlement européen    Yemen : l'Arabie Saoudite isolée    Indonésie. Un fort séisme de magnitude 7,3 frappe les Moluques    Raid près de Tripoli : Rapatriement des dépouilles des victimes marocaines    Amende de 5 milliards de dollars pour Facebook    Avec des «si»    CAN 2019. Romain Saïss évoque un sentiment de "honte" après l'échec du Maroc    Les Fennecs prennent leur envol    Sport et politique : un mauvais mariage    Meeting de Monaco. Soufiane El Bakkali remporte l'épreuve du 3000 m steeple    Gares routières, ports, centres commerciaux : Le CNPAC prévoit une vaste opération de sensibilisation    Violence psychologique. Ce mal invivable des couples marocains    Baccalauréat 2019 : Plus de 253.000 candidats admis au total    Lancement de la plateforme nationale « Maroc Université Numérique » à Rabat    #CodeWahed : Plus de 10.000 automobilistes sensibilisés par Vivo Energy Maroc    David Elmoznino : une nostalgie joyeuse    Rapport du CESE: Défaut de Lecture au Maroc    Yahya Boudlal: le fils prodigue du théâtre national n'est plus    Firo 2019 : Hamid Bouchnak, Cheb Younes, Cheb Nasro et les autres    Procès Imlil : la défense demande une expertise psychologique    Livraison de missiles russes S-400 à la Turquie en dépit des mises en garde américaines    Importante participation marocaine au Sommet Pact for Impact    Création de l'Agence nationale d'évaluation et de garantie de la qualité de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique    Communication et modernisation de l'administration publique    Journée d'étude sur les terres soulaliyate et collectives    Du mental au physique, le tondeur de mouton se prépare comme de grands sportifs    Les stars qui vivent avec une maladie mentale : Kid Cudi    Appui financier de la Banque mondiale à l'éducation préscolaire au Maroc    La défense demande une expertise psychologique des accusés et la mère de l'une des victimes d'Imlil réclame la peine de mort    Sans l'Egypte, la fête est plus ouverte    La FIFA annonce des amendements majeurs à son code disciplinaire    Karim Adyel, premier juriste marocain nommé arbitre au TAS    Sylvie Pullès, l'accordéoniste qui règne sur le folklore et le musette    Bristol, tatouée Banksy    "Anna" Un thriller au féminin    Transfert d'un budget Santé pour un festival à Rabat. Balafrej questionne le chef de gouvernement    Bourita: nécessité d'un changement de paradigme fondé sur l'égalité    Les rythmes sénégalais et le jazz marocain enchantent le public    Le changement de croyance religieuse au cœur du nouvel ouvrage de Ayad Ablal    Enseignement: Les amendements de la loi-cadre bientôt votés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« Maan », nouveau mouvement politique !
Publié dans Les ECO le 22 - 03 - 2019

La nouvelle entité politique, Maan (ensemble), dont la naissance a été actée, jeudi soir à Casablanca, est portée par des visages inconnus de la scène nationale, dont des universitaires, des étudiants, des militants associatifs, des médecins, des hommes de médias, des ingénieurs et des cadres dans plusieurs secteurs d'activité.
Au cours d'une rencontre avec la presse, des membres fondateurs ont explicité leurs motivations et les objectifs derrière la création de ce «mouvement politique alternatif et démocratique, qui ressemble aux Marocains et qui les rassemble».
Dans un manifeste distribué à la presse, le mouvement se veut «une force de proposition constructive et rationnelle», afin que la politique «cesse d'être cette fabrique de désespoir».
«Il est impératif de restaurer le rapport de confiance entre citoyens et gouvernants (…). Cela n'est possible que si la pratique du pouvoir est guidée par l'intérêt général et qu'elle consacre comme principes supérieurs la reddition des comptes, la transparence et l'indépendance», lit-on dans le document.
Yassine Alia, un des membres fondateurs, a indiqué que le mouvement compte actuellement un groupe de coordinateurs, qui travaillent de manière collégiale et concertée, tout en restant ouverts sur les potentialités et les compétences nationales.
Le mouvement «est très soucieux de la question de l'indépendance dans les décisions et s'emploie à rompre avec les pratiques ambiantes dans l'action politique», a assuré cet enseignant d'économie à Casablanca.
D'après Zakaria Gharti, un autre membre fondateur, le mouvement a mis au point une stratégie de communication et d'interactivité avec les citoyens, avec le souci de collaborer avec tous ceux qui partagent la même vision.
Les membres de « Maan » ressentent «de la colère pour la situation politique et économique et veulent inverser la tendance pour accomplir des réalisations au profit de la patrie et des citoyens, en contribuant à des solutions collectives aux problèmes posés», a dit ce cadre du secteur de la finance.
Au cours des débats sur les priorités et les perspectives du mouvement, la tendance générale était de se concentrer, durant cette étape, sur la défense des droits politiques et économiques des citoyens, en adoptant des positions «courageuses et responsables » sur toutes les questions nationales.
Le mouvement «Maan» compte, à l'avenir, créer des antennes dans différentes régions du pays et entreprendre des actions d'intérêt général, à même de servir de modèle.
L'idée de création de ce mouvement remonte à mars 2017, quand des jeunes marocains aux parcours professionnels et associatifs divers ont organisé leur première rencontre à Casablanca sous le thème «Maan, koulchi moumkine» (Ensemble, tout devient possible). Depuis, ils ont décidé de créer un mouvement politique issu de la société civile.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.