Lutte contre la criminalité: La DGSN démonte les fake news    Suivez en direct le derby milanais: Ac Milan vs Inter    Tanjazz racheté par Jazzblanca    Remaniement ministériel: Mohammed VI reçoit El Othmani en audience    Meknès: arrestation de deux frères pour transfert de fonds à des combattants en Syrie et en Irak    Khalid Safir: "La fiscalité locale marocaine aux mêmes standards que dans d'autres pays"    La DGST rejette l'authenticité de deux documents qui lui sont attribués    Quasi-stagnation de l'indice des prix en août selon le HCP    Karina Sebti, nouvelle DG de Management de transition en France    Résultats financiers : Auto Hall tire son épingle du jeu en S1    Un atelier clandestin de fabrication de sacs plastiques démantelé à Mohammédia    10 millions d'écoliers, élèves et étudiants au Maroc    Japon: Pas de procès pour Ghosn avant avril 2020    BMCE Bank Of Africa dément les allégations fallacieuses de Maghreb Confidentiel et Afrique Intelligence    Mariage des mineures: Comment en venir à bout?    Brèves    Remaniement : le RNI reste dans le prochain gouvernement    Le Maroc participe à une grande opération de l'Interpol    Eclairage à Rabat sur les vertus de la médecine traditionnelle chinoise    Zidane face aux vents contraires après son pire naufrage au Real    Ligue Europa : Arsenal, Man United et Séville frappent d'entrée    Pour le Onze marocain, le chemin de Yaoundé passe en premier par Blida    Les dindes de Tnine Chtouka !    L'EMSI organise le 4ème Congrès international SysTol    Très chère 2M ! "La deuxième chaîne nous rassemble" Peut-être bien, mais à quel prix ?    Habib El Malki s'entretient avec le directeur du FNUAP pour la région arabe    Contrôle politique et autonomie des organismes publics    Divers    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Insolite : Plus de jours fériés    U2 en concert en Inde    Les incroyables révélations de Sinéad O'Connor    L'hologramme de Whitney partira en tournée en 2020    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Raja-Hilal Al Qods : Deux joueurs empêchés par Israël de jouer au Maroc    Il fait l'actu : Mohamed Karim Mounir, PDG de la BCP    Vidéos. L'Espagne célèbre la journée mondiale de la Paella    Alerte météo : Averses orageuses localement fortes avec chute de grêle et rafales à partir du vendredi dans plusieurs provinces    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie, une confrontation fratricide à Blida    Tarik Sektioui, nouvel entraîneur de la Renaissance sportive de Berkane    Le Festival Oasis 2019 comme si vous y étiez !    Premières Assises nationales du Développement humain    Statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP)    L'Espagne s'achemine vers la tenue d'élections législatives anticipées…    Festival International du Film de Marrakech. Cap sur l'Australie !    DJ Nicola Cruz, l'explorateur de sons    Edito : Assises    Habib El Malki : La proclamation d'une Journée internationale de lutte contre l'islamophobie permettra de faire échec au discours de la haine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les avocats plaident pour une réforme de fond
Publié dans Les ECO le 23 - 04 - 2019

Un Institut national du métier d'avocat, une réforme juste, le service aux citoyens... Les avocats du Maroc n'ont pas manqué de présenter leurs doléances et recommandations lors du 30e congrès de l'Association des barreaux du Maroc, organisé la semaine dernière à Fès.
Ils étaient plus de 1.200 avocats, présidents de tribunaux, procureurs du roi, etc, au 30e congrès de l'Association des barreaux du Maroc, organisé du 18 au 20 avril à Fès sous le thème «Pour une législation réalisant un accès éclairé à la justice». Des représentants des instances des avocats de plusieurs pays arabes et étrangers ont également pris part à cette rencontre cruciale pour la corporation des avocats, juges, greffiers, etc. D'ailleurs, ils ont profité de l'occasion pour présenter leurs doléances et leurs recommandations au ministre de la Justice, Mohamed Aujjar, qui était l'invité d'honneur en vue d'améliorer leur métier. Ainsi, les avocats ont revendiqué la création d'un Institut national du métier d'avocat. Ils proposent de rendre obligatoire la formation initiale et la formation continue en limitant la durée du certificat d'aptitude à deux ans pour pouvoir exercer ce métier. Il a été préconisé que le candidat soit titulaire d'un diplôme de Master en sciences juridiques ou équivalent (au lieu de la licence) pour passer le concours d'accès. Pour ce faire, il faut adopter le système de concours au lieu de l'examen tout en permettant aux Ordres des avocats, en coordination avec ladite association de superviser le concours en collaboration avec le ministère de la Justice. Il faut, ajoute l'association, limiter l'âge de l'accès à ce métier à 45 ans sans exception aucune. L'Association des barreaux du Maroc (ABAM) réclame, en outre, que cette profession soit représentée au sein du Conseil supérieur de l'autorité judiciaire. En matière de fi scalité, l'association réclame l'instauration d'un système fiscal juste et propose la création d'une commission pour élaborer et proposer cette loi.
«Il faut exonérer le justiciable de la TVA et supprimer la double imposition pour les cabinets d'avocats organisés en sociétés», revendique l'ABAM.
Par ailleurs, les avocats veulent pénaliser toute entrave à l'action de l'avocat et annuler le paragraphe 14 de l'article 161 du Code de procédure pénale (CPP). Ils préconisent l'amendement de l'article 60 de la loi relative au métier d'avocat afin de rendre punissables toutes sortes d'agressions dans les articles 263 et 267 du CPP. Intervenant à cette occasion, le ministre de la Justice, Mohamed Aujjar, a indiqué devant des centaines d'avocats que le Maroc vit aujourd'hui une expérience unique et un tournant historique dans la modernisation et la démocratisation du pays. Une expérience basée sur la consolidation de l'Etat de droit et des institutions ainsi que sur le renforcement des libertés et des principes de justice, d'équité et d'égalité.
Une réforme sur mesure
«La réforme de la Justice est placée au centre du projet moderniste et démocratique du Maroc et en tête des chantiers de réforme menés par SM le roi tel que le reflète le transfert en 2017 de la présidence du ministère public au Procureur général du roi près la Cour de cassation, en application des dispositions de la Constitution», explique Aujjar. Et d'ajouter, «le métier d'avocat demeure ouvert à l'ensemble des initiatives réalistes susceptibles de contribuer au développement de cette profession et au renforcement de son indépendance sur les plans législatifs et de la pratique.
Dans ce cadre, le ministre a plaidé pour la mise en place d'une nouvelle vision pour conférer à l'avocat la place qui lui échoit, de manière à lui permettre de remplir les missions qui lui incombent en matière de défense des droits et des libertés, ceci dans le cadre du respect de l'intérêt des citoyens. Selon les premiers résultats du rapport sur les activités du système judiciaire, élaboré par le ministère de la Justice au titre de l'année 2018, qui sera publié dans les prochains jours, les responsables du ministère ont assuré les participants à cette rencontre que le Maroc d'aujourd'hui avance sur la bonne voie. Les organisateurs de l'événement ont expliqué que le choix du thème du congrès reflète la prise de conscience par les avocats de l'importance de l'accès à la justice, l'un des droits fondamentaux de l'homme garanti par les lois internationales, soulignant la nécessité, dans ce cadre, de l'élaboration de lois renforçant la protection légale des citoyens notamment ceux vivant dans la précarité.
En effet, la réforme du métier d'avocat et sa moralisation représentent une question décisive dans toute stratégie de réforme du système judiciaire. Dans ce cadre, l'association des barreaux du Maroc, l'ABAM a élaboré un projet de loi de la profession visant le renforcement des bonnes pratiques, le respect de la loi et la préservation de l'intégrité dans le cadre d'un code de conduite basé sur la consolidation de l'immunité de la défense. Il est à noter que ce congrès coïncide avec le deuxième anniversaire de l'installation des membres du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire, laquelle constitue le couronnement de longues années de travail réalisées par l'ensemble des acteurs, dont les avocats, sur la voie de la consolidation de l'indépendance du pouvoir judiciaire. Outre le ministre de la Justice, cette rencontre a connu également la participation du procureur général du roi près la Cour de cassation, du président du ministère public, Mohamed Abdennabaoui, du ministre délégué chargé des Marocains résidant à l'étranger et des affaires de la migration, Abdelkrim Benatiq et du premier président de la Cour de cassation, président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire, Mustapha Fares.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.